Philippe Blanchard: «Le multilatéralisme n’est plus un atout mais une obligation»

Philippe Blanchard, fondateur de Futurous, ex-directeur du Comité international olympique et de Dubaï Expo 2020 (Fournie)
Philippe Blanchard, fondateur de Futurous, ex-directeur du Comité international olympique et de Dubaï Expo 2020 (Fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 09 octobre 2020

Philippe Blanchard: «Le multilatéralisme n’est plus un atout mais une obligation»

  • «Pour nos grands-parents ou nos arrière-grands-parents, il a fallu un demi-siècle pour que le téléphone fixe soit utilisé par 50 millions de personnes, vingt-deux ans pour la télévision ou encore douze ans pour le téléphone portable»
  • «Seul le multilatéralisme permet de respecter les cultures spécifiques de nos différentes communautés, et la souveraineté de nos nations, tout en engageant un dialogue avec les autres»

Philippe Blanchard, fondateur de Futurous, ex-directeur du Comité international olympique et de Dubaï Expo 2020 se livre, lors d'une interview, à Arab News en Français  

Comment la technologie change-t-elle notre compréhension du monde et comment façonne-t-elle, désormais, notre façon de travailler, d’échanger, de collaborer?

Élevé dans un environnement scientifique, j’ai toujours été sensible aux évolutions technologiques et à leur impact sur nos sociétés. Comme beaucoup, j’ai d’abord considéré que la technologie déterminait des effets, positifs ou négatifs, qu’elle induisait dans ma vie. Ce fut ma compréhension du concept de «déterminisme technologique». Mais c’est lorsque j’ai commencé à effectuer des voyages professionnels que je me suis rendu compte que la technologie n’avait pas d’existence autonome. Ses usages s’inscrivent dans la culture locale et témoignent d’une matérialisation de rapports sociaux.

Mon utilisation de la technologie (Internet, automobile, consommation électrique) était différente de celles de mes interlocuteurs chinois, grecs, russes ou émiratis... C’est un enjeu majeur pour tous les pays et toutes les cultures, d’autant plus que les développements des technologies de l’information et de la communication sont transversaux. Les general purpose technologies (technologies à usage général), extrêmement rapides, transnationales, sont complexes car elles sont davantage faites d’interactions que de simples liens de cause à effet.

Quels en seraient les impacts sur les modes de fonctionnement de nos sociétés dans un contexte de globalisation?

La globalisation est une réalité. Quand j’étais directeur du Comité international olympique ou en travaillant pour l’Exposition universelle de Dubaï, j’ai eu la chance de collaborer avec de très nombreux pays et cultures. Et j’ai été surpris de voir la vitesse de transformation ainsi qu’une certaine uniformisation de nos usages. Pour nos grands-parents ou nos arrière-grands-parents, il a fallu un demi-siècle pour que le téléphone fixe soit utilisé par 50 millions de personnes, vingt-deux ans pour la télévision ou encore douze ans pour le téléphone portable.

J’ai pu constater à quel point nos sociétés sont soumises à une pression croissante dans l’intégration et l’adaptation à ces technologies. À titre personnel, je vois bien la différence qui existe entre mes enfants et moi. Ils sont nés avec ces outils dans les mains et je comprends pourquoi Facebook a atteint le seuil des 50 millions d'utilisateurs trois ans seulement après son lancement; et pourquoi Pokémon Go, le célèbre jeu vidéo mobile, a franchi la barre des 50 millions d’utilisateurs en l'espace de seulement dix-neuf jours.

De tels bouleversements n’imposeraient-ils pas l’instauration d’un cadre de régulation qui pourrait être mis en place via des collaborations multidisciplinaires sous l’égide d’institutions internationales comme l’Organisation imondiale du commerce (OMC), l’Unesco ou d’autres organismes?

Pour moi, la rapidité de propagation des technologies nous demande de considérer trois types d’innovation: innovation technologique proprement dite (les nouveaux outils dont je dispose), sociologique (comment j’interagis avec la technologie, les autres usagers, mes communautés); mais je pense qu’il nous faut aussi une innovation réglementaire: la définition d’un cadre dans lequel mes enfants, mes collègues ou moi-même allons interagir avec la technologie, en termes de respect de nos vies privées, de protection de ma culture ou des valeurs de ma communauté.

En tant qu’individu, père et entrepreneur, j’ai besoin de ce cadre de développement et je sais que la France, la Suisse ou les Émirats arabes unis, où j’ai vécu, ou encore la Russie, l’Arabie saoudite, l’Ouzbékistan ou la Chine, où j’ai travaillé, ne peuvent décider seuls de cadres qui ne seraient pas harmonisés entre les différents pays. Ce sont d’ailleurs des sujets que j’ai eu la chance d’évoquer avec MM. Pascal Lamy (ancien directeur général de l’OMC), Carlos Moedas (alors commissaire européen en charge de l’innovation) ou Moez Chakchouk (directeur général adjoint de l’Unesco), et c’est une nouvelle opportunité ainsi qu’une nouvelle responsabilité pour ces structures de collaboration internationales que sont l’Unesco, la Commission européenne et l’OMC.

Comment pourrions-nous adopter et défendre un modèle qui respecte l’universalité et la particularité et qui permettrait d’équilibrer, de développer et de faire fructifier les coopérations et les échanges entre communautés, entre sociétés?

Vous avez raison, c’est un enjeu essentiel, voire l’enjeu majeur de notre siècle : comment gérer la modernisation sans l’occidentalisation? Comment s’assurer que le développement de la technologie s’appuie sur nos cultures, nos histoires, nos territoires? Car notre passé conditionne notre futur.

Cela a été ma prise de conscience quand j’ai créé le département information et connaissances au Comité international olympique (CIO). Jusqu’alors, le CIO gérait ses relations avec les comités de candidature ou les comités d’organisation de la même manière. Mais le président Rogge avait bien compris que les Jeux d’Athènes 2004 n’allaient pas suivre les mêmes règles que ceux de Pékin 2008 ou ceux de Londres 2012…

Conforté par sa vision et par nos propres réflexions, je me suis appuyé quelques années plus tard sur nos échecs et nos succès pour concevoir – avec quelques collègues du mouvement olympique, de la Fifa et des expositions universelles – Futurous, les Jeux de l’innovation. Forts de ces expériences internationales et de ces expertises dans les méga-événements, nous avons défini comme objectif majeur de Futurous d’utiliser le sport et la compétition et de convaincre des usages de la technologie (e-sports, drones, robotiques, réalité virtuelle ou augmentée, nouveaux sports…) des spectateurs que l’on implique.

Ces «spectacteurs» interagissent avec les compétiteurs, ils sont actifs dans le choix des obstacles qui apparaissent dans la compétition, votent pour le meilleur usage… Des experts complètent la partie «Compétition» par une partie «Éducation et Expérimentation» pour parler des usages et des enjeux: drones et vie privée, e-sports et éducation, robotique et emploi… Par exemple, nous travaillons avec le département de l’Aube, en France, pour développer des compétitions d’e-sports, de robots et de drones dans l’abbaye de Clairvaux. Les valeurs qui s’y sont développées il y a neuf cents ans restent d’actualité et donnent une perspective aux compétitions et aux technologies que les fans pourront apprécier. Je pense que c’est aussi une opportunité pour un site comme AlUla, en Arabie saoudite. Ces événements d’expérimentation et d’interaction sont les seuls capables de garantir que nous respectons les particularités et les forces de nos communautés. Placer l’individu et sa culture au centre de notre préoccupation, c’est le seul moyen pour nous d’éviter ce que Samuel Hutington prédisait dans son Choc des civilisations.

Le multilatéralisme, un concept utilisé dans le champ des relations internationales et défini comme un mode d'organisation des relations interétatiques, représente-il un atout pour consolider nos coopérations et notre avenir commun?

Comme je le conçois, le multilatéralisme n’est plus un atout mais une obligation. Seul le multilatéralisme permet de respecter les cultures spécifiques de nos différentes communautés, et la souveraineté de nos nations, tout en engageant un dialogue avec les autres. C’était la force des expositions universelles: proposer un espace pacifique de coexistence entre les différents pays pour qu’ils se présentent, mettent en avant leur culture, leurs perspectives et leurs aspirations.

C’est aujourd’hui l’ambition de Futurous: créer un espace d’interaction et d’expérimentation autour des usages de la technologie et permettre aux communautés d’en comprendre les enjeux. On a donc deux niveaux qui se complètent: d’une part, un niveau institutionnel avec des organisations comme l’Unesco ou encore l’OMC; d’autre part, un niveau opérationnel avec l’organisation des expositions universelles, Futurous Games… Pour moi, le multilatéralisme doit s’inscrire dans ces deux niveaux car ils sont nécessaires et complémentaires.

La nomination de la princesse Reema benta Bandar al-Saoud, ambassadrice de l’Arabie Saoudite à Washington comme membre du CIO, la candidature de Mohammad Maziad Al-Tuwaijri à la direction de l’OMC et de Riyad pour l’organisation de l’Exposition universelle de 2030 peuvent-elles être considérées comme des signaux qui marquent la volonté de cette région d’adhérer au concept du multilatéralisme?

Oui, clairement. À titre personnel, j’ai eu l’honneur de rencontrer la princesse Reema benta Bandar al-Saoud, quand elle était à la Saudi General Sports Authority's (GSA) et son frère, le prince Faisal ben Bandar ben Sultan al-Saoud, le fondateur de Saudi Arabian Federation for Electronic & Intellectual sports (SAFEIS). Nous avions alors engagé nos réflexions sur le rôle du sport et de l’e-sport en tant que facteur de développement économique et social des communautés.

Il est remarquable que la princesse Reema accepte un poste de membre du CIO en complément de ses lourdes responsabilités diplomatiques auprès des États-Unis. Cela démontre clairement la volonté du Royaume de s’engager dans les domaines du sport et des méga-événements ainsi que le rôle que le Royaume leur accorde, conformément au plan directeur Vision 2030.

Leur engagement vis-à-vis de l’OMC ou l’implication de Riyad par rapport à différents méga-événements, dont une potentielle candidature pour l’Exposition universelle de 2030, les développements du Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture (King Abdulaziz Center for World Culture ou Ithra): tout cela montre combien l’Arabie saoudite veut s’engager dans le concert des nations, qu’elle a parfaitement compris que les méga-événements sont un élément de réponse essentiel à des questions internationales (la coopération et l’échange), et que ces éléments dépassent de beaucoup les questions purement domestiques (l’identité et la souveraineté nationales). Pour moi, le royaume d’Arabie saoudite a clairement compris les conditions de son développement national et international et il prépare déjà l’après-pétrole en s’engageant résolument dans l’ère de la connaissance.


Algérie: des élections locales pour sceller le «changement» de l'après-Bouteflika

Des partisans du Rassemblement national démocratique (RND) participent à un rassemblement le 23 novembre 2021 à Alger. (Photo, AFP)
Des partisans du Rassemblement national démocratique (RND) participent à un rassemblement le 23 novembre 2021 à Alger. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les trois semaines de campagne électorale ont été marquées un peu partout par la morosité
  • Dans la capitale, à l'exception de quelques affiches et rassemblements dans des salles fermées, les candidats ont été peu actifs

ALGER : À l'issue d'une campagne morne, plus de 23 millions d'Algériens élisent samedi leurs élus locaux, un scrutin considéré comme crucial par le pouvoir pour tourner la page de la fin de règne mouvementée du défunt ex-président Abdelaziz Bouteflika.

Les trois semaines de campagne électorale ont été marquées un peu partout par la morosité. Dans la capitale, à l'exception de quelques affiches et rassemblements dans des salles fermées, les candidats ont été peu actifs.

Selon l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), 15 230 candidats sont en lice dans les 1 541 communes.

Ils seront également 18 910 postulants à se disputer les sièges départementaux dans 58 préfectures. Les femmes ne représentent que 15% de l'ensemble des candidatures, selon les statistiques de l'ANIE.

"Veux-tu le changement?", "l'édification institutionnelle", "signe et appose ton empreinte": c'est le slogan officiel de ce double scrutin.

Un slogan critiqué par le politologue et ancien professeur de sciences politiques, Mohamed Hennad, qui aurait préféré des thématiques basées "sur les valeurs de la citoyenneté".

Pour le politologue, le pouvoir s'entête "à imposer sa volonté en dépit des résultats déshonorants enregistrés lors des précédents scrutins".

Il s'agit de la troisième élection organisée sous la présidence d'Abdelmadjid Tebboune, qui s'est engagé à réformer toutes les institutions héritées des 20 ans de règne de M. Bouteflika, contraint à la démission en avril 2019 sous la pression des manifestations du mouvement pro-démocratie Hirak et de l'armée.

Très affaibli à partir de 2013 par un AVC, il est décédé le 17 septembre 2021.

Le 5 juillet, jour de la fête d'indépendance de l'Algérie, le président Tebboune, élu en décembre 2019 avec 58% des suffrages et un taux de participation d'à peine 40%, avait assuré inscrire son action dans le sillage d'un "Hirak béni authentique".

Dans une première étape, M. Tebboune a fait adopter des amendements constitutionnels lors d'un référendum le 1er novembre 2020, approuvé par seulement 23,7% électeurs.

Deuxième étape: les législatives anticipées du 12 juin dernier, également marquées par une abstention historique avec 23% de taux de participation.

«Pas d'importance»

La troisième étape du processus, les élections locales, devrait drainer davantage d'électeurs aux urnes.

Le taux de participation n'a "pas d'importance" pour M. Tebboune qui avait déclaré à propos de la faible affluence aux législatives: "Ce qui m'importe, c'est que ceux pour lesquels le peuple vote aient une légitimité suffisante".

"Ces élections se distinguent des législatives par la relation directe (des élus) avec le citoyen et ses préoccupations", a analysé Nabila Benyahia, enseignante en sciences politiques, estimant qu'elles permettent de mesurer le niveau de confiance entre le citoyen et le pouvoir.

Toutefois, si "le pouvoir affirme vouloir un changement en réponse au Hirak, il n'a retenu que le mot +changer+", a commenté le politologue Hennad, estimant qu'il a "imposé son agenda dans une atmosphère de monologue politique n'impliquant les forces politiques que formellement".

La participation attendue en Kabylie, région qui avait boycotté les précédents scrutins, devrait faire monter la participation.

Le Front des forces socialistes (FFS, plus vieux parti d'opposition), présente des candidats dans cette région qui est l'un de ses principaux fiefs. 

Des indépendants parmi lesquels d'anciens dirigeants du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) participent aussi au scrutin alors que le parti boycotte officiellement les municipales comme lors des précédents scrutins.

La participation n'est pas l'enjeu majeur de ce scrutin, nuance Redouane Boudjemaa, enseignant à la Faculté des Sciences de l'information et de la Communication d'Alger.

Ce sont plutôt les "grands défis économiques et sociaux de l'année prochaine", dit-il. "L'effondrement du pouvoir d'achat engendrera la recrudescence des protestations syndicales", estime M. Boudjemaa en ajoutant que selon "de nombreux indicateurs, le pouvoir n'a ni la vision ni la stratégie pour trouver des réponses à la crise".


Un nouveau test électoral pour le président Tebboune

L'objectif est «l'édification des institutions de l'Etat sur des bases solides, loin des soupçons et des insuffisances», avait affirmé Tebboune, le 1er novembre. (Photo, AFP)
L'objectif est «l'édification des institutions de l'Etat sur des bases solides, loin des soupçons et des insuffisances», avait affirmé Tebboune, le 1er novembre. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pour le professeur de journalisme, Redouane Boudjemaa, ce scrutin n'est rien de plus qu' «une tentative de ravaler les façades des conseils locaux par un changement de leurs composantes dont vont profiter des clientèles du pouvoir»
  • Ancien professeur de sciences politiques, Mohamed Hennad minimise aussi l'importance de ce vote: «Les enjeux politiques de ces élections ne concernent que le régime actuel»

ALGER : L'Algérie renouvelle samedi ses assemblées locales, un scrutin test pour le président Abdelmadjid Tebboune, élu en 2019, après l'abstention massive enregistrée aux législatives de juin et au référendum constitutionnel de novembre 2020.

1. Pourquoi des élections locales anticipées?

Le mandat des Assemblées populaires communales (APC) et des Assemblées populaires de wilaya (APW, départementales) devait expirer en novembre 2022 mais M. Tebboune a convoqué des élections anticipées pour mettre ces assemblées "en conformité" avec la nouvelle Constitution. 

L'objectif est "l'édification des institutions de l'Etat sur des bases solides, loin des soupçons et des insuffisances", a affirmé le chef de l'Etat, le 1er novembre.

Il faisait allusion aux précédents scrutins organisés sous la présidence de son défunt prédécesseur, Abdelaziz Bouteflika, tous marqués par des accusations de fraude.

Les Assemblées locales sont importantes car elles élisent au suffrage indirect les deux tiers des membres (96) du Conseil de la nation, la chambre haute du Parlement, les 48 autres membres étant désignés par le chef de l'Etat.

Ces élections "vont permettre de jauger le poids des partis sur la scène politique", explique Nabila Benyahia, professeur de sciences politiques à l'Université d'Alger.

2. Quels sont les enjeux politiques?

Les électeurs devraient se mobiliser davantage pour choisir leurs présidents d'assemblées locales que lors des élections organisées depuis le déclenchement du Hirak, le mouvement de contestation pro-démocratie, en février 2019.

Mais pour le professeur de journalisme à l'Université d'Alger, Redouane Boudjemaa, ce scrutin n'est rien de plus qu'"une tentative de ravaler les façades des conseils locaux par un changement de leurs composantes dont vont profiter des clientèles du pouvoir".

"Les enjeux politiques actuels restent confinés dans des slogans proclamant que le pays est entré dans une nouvelle ère alors que tous les indicateurs témoignent du contraire", a-t-il expliqué.

Ancien professeur de sciences politiques à l'université d'Alger, Mohamed Hennad minimise aussi l'importance de ce vote: "Les enjeux politiques de ces élections ne concernent que le régime actuel qui y voit une dernière étape dans le processus de 'changement', selon sa propre perception, mais ce n'est qu'une illusion, car ce qui repose sur des bases fragiles ne dure pas".

3. Le taux de participation peut-il être meilleur?

Même si M. Tebboune lui-même affirmait lors des législatives de juin que "le taux de participation n'a pas d'importance", le pouvoir et les partis en lice escomptent une plus grande affluence aux urnes.

"Nous oeuvrons pour assurer toutes les conditions de réussite des élections et atteindre un taux de participation significatif", a assuré le président de l'Autorité nationale indépendante des élections Mohamed Charfi.

Mais M. Boudjemaa s'attend à une nouvelle désaffection des électeurs: "La société estime que les élections ne sont plus un mécanisme pour construire un quelconque contrat politique. Aussi bien ceux qui sont favorables au vote que les partisans du boycott n'ont pas de projet pour réhabiliter l'action politique, réduite à un mandat électoral dépourvu de contenu politique".

M. Hennad a jugé également "peu probable que la participation puisse être forte".

4. La Kabylie va-t-elle doper la participation?

La Kabylie, région frondeuse à l'est d'Alger où moins de 1% des électeurs s'étaient rendus aux urnes lors des législatives, avait largement contribué à la plus faible participation jamais enregistrée en Algérie pour un scrutin majeur (23%).

Malgré le boycott du prochain scrutin par le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, laïc), des militants de ce parti, bien implanté en Kabylie, se sont portés candidats sur des listes indépendantes et son rival éternel dans la région, le Front des forces socialistes (FFS), a décidé d'y prendre part.

Le débat sur la participation de la Kabylie se base sur le "postulat selon lequel les autres régions du pays ont participé aux précédentes consultations, alors que les chiffres disent que le boycott est une réalité" partout, selon M. Boudjemaa.

"La vérité est que nous ignorons le niveau qu'atteindra la participation en Kabylie. La présence du FFS ne garantit pas à elle seule une forte mobilisation des électeurs et ce parti n'est pas la seule force politique représentée dans la région", détaille M. Hennad.


La coalition arabe mène des frappes aériennes sur des cibles à Sanaa

La coalition a mis en garde les civils contre les attroupements autour des zones visées. (Photo, SPA/Archives)
La coalition a mis en garde les civils contre les attroupements autour des zones visées. (Photo, SPA/Archives)
Short Url
  • La coalition arabe avait déclaré lundi que la milice houthie au Yémen avait transformé l'aéroport de Sanaa en une base militaire pour des essais et des attaques transfrontalières
  • L'Arabie saoudite est devenue la cible de la milice presque quotidiennement à l'aide de drones chargés d’explosifs, qui sont souvent facilement détruits par les défenses aériennes du Royaume

RIYAD : Les objectifs opérationnels des frappes aériennes sur des sites de la capitale yéménite ont été atteints, a déclaré la coalition arabe tôt samedi.

Récemment, la coalition a frappé les actifs de la milice houthie dans la ville dans le but d’affaiblir les capacités de la milice soutenue par l'Iran à lancer des attaques contre l'Arabie saoudite.

La coalition a déclaré avoir touché des ateliers de drones et des dépôts d'armes dans le quartier de Dhahan et a averti les civils de ne pas se rassembler autour des zones visées.

Vendredi, la coalition a diffusé des images satellites des conséquences des frappes aériennes sur les camps houthis du palais présidentiel.

«Nous avons pris des mesures préventives pour épargner les civils et leurs biens des dommages collatéraux», a indiqué le communiqué publié par l'agence de presse saoudienne. «L'opération a été menée conformément au droit international humanitaire et à ses règles coutumières».

La coalition arabe a déclaré lundi que la milice houthie au Yémen avait transformé l'aéroport de Sanaa en une base militaire pour des essais et des attaques transfrontalières.

Des séquences vidéo diffusées par la coalition arabe montraient des Houthis soutenus par l'Iran en train d'effectuer des exercices d'entraînement sur des avions de l'ONU, dans le but de tester un système de missiles aériens, a rapporté la télévision d'État saoudienne.

La semaine dernière, des frappes aériennes ont détruit une cachette secrète abritant des experts appartenant aux Gardiens de la révolution iraniens et au Hezbollah, a signalé jeudi la coalition arabe.

L'Arabie saoudite est devenue la cible de la milice presque quotidiennement à l'aide de drones chargés d’explosifs, qui sont souvent facilement détruits par les défenses aériennes du Royaume.

La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite s'est battue pour rétablir la légitimité du gouvernement yéménite internationalement reconnu, après que les Houthis se sont emparés de la capitale, Sanaa, en 2014.

Les tentatives des Houthis de prendre pour cible des civils, ont été qualifiées de crimes de guerre par le Royaume.

La guerre, qui dure maintenant depuis sept ans, a coûté la vie à des milliers de Yéménites et contraint de nombreux autres à dépendre de l'aide humanitaire.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com