Les femmes arabes présentes en nombre dans les médias

Aya Ramadan, animatrice de télévision syrienne pour Al-Aan aux Émirats arabes unis, a commencé sa carrière sur les réseaux sociaux avant de passer à la télévision. (Fourni)
Aya Ramadan, animatrice de télévision syrienne pour Al-Aan aux Émirats arabes unis, a commencé sa carrière sur les réseaux sociaux avant de passer à la télévision. (Fourni)
Short Url
Publié le Mardi 08 mars 2022

Les femmes arabes présentes en nombre dans les médias

  • Grâce à de plus grandes opportunités de travail et de formation, les femmes arabes sont de plus en plus visibles dans les médias
  • Malgré des progrès récents, les femmes sont toujours sous-représentées dans la propriété, la production et la prise de décision dans les médias

RIYAD: À 7 heures précises, le réveil de Samar Al-Mizari signale le début d'une nouvelle journée bien remplie au service de l’information télévisée. Chaque matin, à la table du petit-déjeuner avant de sortir, elle parcourt ses e-mails et ses applications de réseaux sociaux pour se tenir au courant des événements de la journée.
Al-Mizari est journaliste et productrice palestinienne à Al-Arabiya à Dubaï. Elle fait partie d'une génération jeune et ambitieuse de femmes arabes qui se font un nom dans l'univers médiatique en pleine expansion dans la région.  
«Quand j'ai étudié le journalisme à l'Université américaine de Dubaï, la chose qui a attiré mon attention, c'est que la plupart des classes comptaient plus de filles que d'hommes, et c'est la preuve que les médias d'aujourd'hui et de demain seront représentés par des femmes arabes», a déclaré Al-Mizari à Arab News.
«Dans notre classe, il y avait des étudiants et étudiantes d'Arabie saoudite, du Soudan, du Liban, de Syrie, de Palestine et de Jordanie.  Nous travaillions ensemble, y compris la nuit ensemble pour préparer nos comptes rendus de presse en utilisant nos différentes perspectives. Nous étions toutes de jeunes femmes ambitieuses et, d'une manière ou d'une autre, nous avons travaillé très dur pour développer nos talents et nous nous sommes toujours battues, ce qui a rendu les cours plus amusants».

media
Razan Tariq, présentatrice de télévision saoudienne sur SBC, a déclaré que son père avait d'abord désapprouvé sa décision de poursuivre une carrière dans les médias. (Fourni)


En effet, grâce à de plus grandes opportunités de travail et de formation, les femmes arabes présentent désormais régulièrement les journaux télévisés aux heures de grande écoute et participe à l’élaboration des grands reportages.
«On dit souvent que les femmes sont émotives ou sont trop sensibles, qu'elles sont incapables de faire face aux difficultés dans leur parcours professionnel», a révélé Al-Mizari.
« Lorsque j'ai commencé à travailler, j'ai vu des femmes assidues et rigoureuses, de femmes de tous âges, menant à bien les missions qui leur étaient confiées».
Et pourtant, malgré les progrès récents, les femmes sont toujours sous-représentées dans le domaine des médias, la production d'informations et les postes de décision, dans le monde entier.
Ces inégalités entre les sexes sont encore plus visibles dans les contenus proposés par les médias, notamment dans les sujets d'actualité, de reportage où l’on constate une large majorité masculine.
Une étude menée sur 20 ans par ONU Femmes a révélé qu'en 2015, seulement 24 % des thèmes cités, interviewés ou écrits dans les journaux, à la télévision et à la radio étaient des femmes.
Selon une fiche d'information de l'Institut Reuters publiée en 2020, qui a analysé la répartition par sexe des principaux rédacteurs en chef dans un échantillon stratégique de 200 principaux organes d'information en ligne et hors ligne sur 10 marchés différents sur quatre continents, seules 23 % des principales rédactrices en chef étaient des femmes, malgré le fait qu'en moyenne, 40% des journalistes sont des femmes.
Pour remédier à ce déséquilibre, des efforts sont déployés afin d’accroître la présence des femmes dans les médias et aux postes de direction.
Al-Mizari affirme qu'il est essentiel que les femmes soient correctement représentées, à la fois dans la production médias mais aussi en tant que sujet à traiter, car personne nul n’est mieux qualifié pour expliquer ou documenter les expériences des femmes arabes sinon les femmes arabes elles-mêmes.
Comme Al-Mizari, les femmes du monde arabe ont travaillé dur pour surmonter les obstacles pour entrer dans les secteurs traditionnellement dominés par les hommes.

media
Samar Al-Mizari, journaliste palestinienne et productrice à Al-Arabiya à Dubaï, fait partie d'une génération ambitieuse de femmes arabes qui se font un nom dans l'industrie médiatique florissante de la région. (Fourni)


De nombreuses universités ont mis en place des programmes sur les médias et la communication, ce qui a contribué à aider les jeunes femmes à poursuivre une carrière dans le journalisme. Parmi ces universités, il y a l'école Mohammed ben Rashid pour la communication à Dubaï, qui offre aux étudiants la possibilité d’avoir des bourses complètes.
Mousa Barhoum, professeur de journalisme au MBRSC, affirme que la plupart de ses étudiants sont aujourd'hui des femmes arabes ambitieuses.
«Je fais partie de ceux qui s'attendent à une féminisation accrue des médias arabes à l'avenir», a déclaré Barhoum à Arab News. «D'après mon expérience d'enseignement aux étudiantes en médias au MBRSC, j'ai découvert qu'elles sont créatives, intellectuellement libérées et qu'elles ont le désir de contribuer à l’élaboration de programmes différents.
«Je n'aime pas l'expression «autonomisation des femmes», car elle suggère que l'action vient de l'extérieur. La femme arabe conquiert de son propre chef sa place et son statut au sein de la société, et elle s'autonomise par elle-même.»
Reem Hambazaza, une journaliste saoudienne qui a étudié le journalisme à l'Université des affaires et des nouvelles technologie de Djeddah, explique que les cours sur les médias et le journalisme ont évolué ces dernières années, permettant aux femmes de suivre le rythme d'une profession en constante évolution.
«Les femmes ont une forte présence dans l'industrie des médias, car beaucoup de mes collègues sont des femmes», a souligné Hambazaza. «Ce domaine a radicalement changé au cours des 10 dernières années et la Vision 2030 de l’Arabie saoudite permettra aux femmes de jouer un rôle plus important dans les médias».
Les femmes arabes ont également progressé rapidement dans l’univers médiatique grâce à l'avènement des médias sociaux qui ont permis la progression du journalisme citoyen et du microblogging. Par exemple, Aya Ramadan, animatrice de télévision syrienne pour Al-Aan aux Émirats arabes unis, a commencé sa carrière sur les réseaux sociaux avant de passer à la télévision.
«Les médias occidentaux ne se soucient pas de savoir si le présentateur est une femme ou un homme», a déclaré Ramadan à Arab News. «Le monde arabe adopte aussi cette façon de penser. Ils recherchent des personnes qualifiées qui peuvent faire le travail et c'est pourquoi il y a un forte présence de femmes dans toutes les spécialisations médiatiques et journalistiques quel que soit le médium, en tant que présentatrices, directrices de l’information, productrices, ou bien journalistes reporter».
Alors qu’un certain nombre de cours universitaires, d'opportunités d'emploi, de plateformes de médias sociaux a alimenté ce développement rapide, les attitudes culturelles, en revanche, ont été plus lentes à changer.
Razan Tariq, présentatrice de télévision saoudienne sur SBC, a confié que son père avait d'abord désapprouvé sa décision de poursuivre une carrière dans les médias.
«Au début, mon père était contre mon choix de travailler dans les médias et a refusé de me laisser étudier dans ce domaine parce qu'il vient d'une famille conservatrice. Jusqu'à présent, certains membres de ma famille ne me parlent pas, a déclaré Tariq à Arab News.
«Mais avec le temps, il a changé d'avis, maintenant il aime mon émission de télévision et il publie toujours des postes à mon sujet sur son compte Facebook.
De plus, j'ai la chance d'avoir le soutien de mon merveilleux mari, qui travaille aussi dans les médias. Chaque fois que je me sens fatiguée par mon travail, il me soutient et croit que ce que je fais est important».
Tariq témoigne qu'elle a été inspirée par les paroles du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane dans une récente interview avec Bloomberg.
«Je soutiens l'Arabie saoudite, et la moitié de l'Arabie saoudite sont des femmes», a déclaré le prince héritier a l’organe de presse. «Donc, je soutiens les femmes».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les forces saoudiennes et les Marines américains débutent un exercice d'entraînement conjoint à Yanbu

L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
Short Url
  • Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes
  • L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles

RIYAD: Les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains ont lancé samedi un exercice d'entraînement conjoint le long de la côte de la mer Rouge dans la ville occidentale de Yanbu, a déclaré le ministère de la Défense du Royaume.

L’exercice baptisé «Outrageous Anger 22» (Colère 22) a été inauguré en présence du commandant du secteur occidental, le général de division Ahmed al-Dibais, du commandant de la marine américaine, le général de division Paul Rock, et des officiers supérieurs des deux parties.

Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes.

Le colonel Saoud al-Aqili a indiqué que le but de l'exercice qu'il commande lui-même était de s'entraîner à la mise en œuvre des plans opérationnels et logistiques bilatéraux, de faire un échange d'expertise entre les deux parties et de développer un travail complémentaire avec les autorités civiles.

Par ailleurs, le colonel Matthew Hakula, commandant des forces américaines, a précisé que les manœuvres conjointes permettraient d'améliorer la préparation au combat et de renforcer la compatibilité entre les troupes saoudiennes et américaines.

L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incendie dans une église au Caire, le bilan monte à 41 morts selon l'Église copte égyptienne

Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Short Url
  • Cet incendie, dont l'origine n'a jusqu'ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba
  • Le président Sissi présente ses condoléances «aux familles des victimes innocentes»

LE CAIRE : Un incendie qui s'est déclenché dimanche au beau milieu d'une messe dans une église d'un quartier populaire du Caire a fait 41 morts, endeuillant la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient avec 10 à 15 des 103 millions d'Egyptiens.

L'Eglise copte égyptienne a fait état de "41 morts et 14 blessés" en citant "des sources au sein du ministère de la Santé", dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

L'Église copte a cité des responsables de la santé pour faire état du nombre de victimes. Elle a déclaré que le feu s'est déclaré alors qu'un service était en cours. Le porte-parole de l'Église copte a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabiya que le prêtre de l'église était décédé dans l'accident.


L'incident a incité le président Abdel Fattah el-Sisi à demander aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires. M. Sisi s'est également entretenu par téléphone avec le pape chrétien copte Tawadros II pour lui présenter ses condoléances.

Cet incendie, attribué à un court-circuit dans le système de climatisation,  faisait encore rage en début d'après-midi, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba

Le président Abdel Fattah el-Sisi a demandé aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires.

Au moins 30 ambulances ont transféré les blessés vers les hôpitaux locaux, a déclaré le porte-parole du ministère de la santé, Hossam Abdel Ghaffar, cité dans un rapport du site d'information public Ahram.

Les blessés, selon le rapport, ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Sisi a déclaré sur un post facebook qu'il suivait de près les développements de cet "accident tragique" et a ordonné à toutes les agences et institutions étatiques concernées de prendre les mesures nécessaires.

"Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes innocentes", a déclaré le président égyptien. (Avec agences)


Irak: sommée par Sadr, la justice se dit incompétente pour dissoudre le Parlement

Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Short Url
  • L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination
  • Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse

BAGDAD : La justice irakienne a assuré dimanche dans un communiqué ne pas avoir le droit de dissoudre le Parlement, comme le réclame l'influent leader chiite Moqtada Sadr, qui lui avait fixé un délai d'une semaine et poursuit son bras de fer politique avec ses adversaires.

M. Sadr a sommé la justice de dissoudre le Parlement d'ici la fin de la semaine pour ouvrir la voie à des législatives anticipées, alors que ses partisans campent depuis fin juillet aux abords du Parlement pour faire pression sur ses rivaux, les influentes factions chiites pro-Iran du Cadre de coordination.

M. Sadr avait justifié cet appel à la justice en rappelant que tous les délais impartis par la Constitution pour nommer un nouveau président et un nouveau chef du gouvernement n'avaient pas été respectés après les dernières législatives d'octobre 2021.

«Le Conseil suprême de la magistrature n'est pas compétent pour dissoudre le Parlement», a annoncé l'institution judiciaire dans un communiqué, précisant que ses prérogatives «ne l'autorisent pas à s'ingérer dans les affaires des deux pouvoirs législatif et exécutif, en application du principe de séparation des pouvoirs».

Selon la Constitution, une dissolution du Parlement doit être actée par un vote à la majorité absolue. Elle peut être demandée par un tiers des députés, ou par le Premier ministre avec accord du président de la République.

Le Conseil suprême de la magistrature est d'accord avec les critiques de M. Sadr, concernant «les violations constitutionnelles» que représentent «la non-élection d'un président de la république, d'un Premier ministre et l'absence de gouvernement formé dans les délais constitutionnels impartis».

«C'est une situation inacceptable à laquelle il faut remédier et qui ne doit pas être répétée», ajoute le communiqué.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse, sans toutefois jamais laisser la situation basculer dans la violence.

Evoquant sur Twitter ces deux sit-in, un proche de M. Sadr, Saleh Mohamed al-Iraqi, a estimé qu'il était temps de montrer «lequel des deux camps a le plus grand nombre» de soutiens parmi le peuple.

Il a appelé tous les partisans de M. Sadr à travers le pays à rallier Bagdad pour une «manifestation d'un million d'hommes» dont la date n'a pas encore été dévoilée.