Après les crues, le début d'une «difficile» reconstruction dans les Alpes-Maritimes

 Vue aérienne de Nice, dans le sud-est de la France, après les inondations. (ChristopheSIMON/AFP)
Vue aérienne de Nice, dans le sud-est de la France, après les inondations. (ChristopheSIMON/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 09 octobre 2020

Après les crues, le début d'une «difficile» reconstruction dans les Alpes-Maritimes

  • Une "longue et difficile" reconstruction après les crues dévastatrices attend les habitants de la Côte d'Azur
  • "Une dame m'a conduit à l'emplacement de sa maison où il ne reste qu'un arbre. Le relogement sera long", constate un agent d'assurances

NICE: Atout majeur de la Côte d'Azur avec le bord de mer, les montagnes près de Nice et de Menton se préparent à une «longue et difficile» reconstruction, une semaine après les crues dévastatrices «hors normes» qui ont fait au moins cinq morts.

Neuf personnes sont toujours portées disparues et 13 autres «supposées disparues», selon les pompiers des Alpes-Maritimes. 

Des levées de doutes sont aussi en cours pour des centaines de signalements, selon Charles-Ange Ginesy, président du Conseil départemental dont les élus se sont réunis vendredi en session extraordinaire.

Une minute de silence a été observée à la mémoire du capitaine de sapeur-pompiers Bruno Kohlhuber, 49 ans, dont le corps a été identifié jeudi. Il avait été emporté par les eaux aux premières heures de la catastrophe avec un jeune pompier volontaire Loïc Millo, qui n'a pas encore été retrouvé.

Si l'heure est toujours aux urgences, avec des rotations d'hélicoptères incessantes vers les vallées de la Vésubie et de la Roya, les plus touchées, pour ravitailler les sinistrés et envoyer des renforts dans les communes sans accès routier ou ferré, un chantier colossal a déjà commencé pour rebâtir.

En quelques heures, un déluge d'eau équivalent à la pluviométrie de la moitié de l'année 2019 s'est abattu le 2 octobre sur le département et de nombreuses infrastructures vitales sont anéanties comme après un bombardement.

«Refondation?» 

«Ces vallées seront marquées pour des années et la reconstruction sera longue et difficile», a déploré M. Ginesy avant le vote d'une enveloppe départementale immédiate de 17 millions d'euros, et une décision d'engagement d'emprunt en 2020 et 2021 pour un montant total de 200 millions d'euros.

Un début comparé au milliard d'euros de dégâts matériels estimé par certains élus, davantage selon d'autres. En visite sur place mercredi, le président Emmanuel Macron a promis que l'Etat mettrait sur la table «à coup sûr plusieurs centaines de millions d'euros» pour la reconstruction. La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a elle promis 50 millions d'euros d'aides.

«Devant la répétition à un rythme de plus en plus rapide des phénomènes climatiques violents qui impactent notre département, est-ce d’ailleurs de reconstruction qu’il faut parler ou plutôt de refondation?», a interrogé un des rares élus de gauche du département, le communiste Francis Tujagues.

Dans la Roya, au nord de Menton, la route panoramique franco-italienne «n'est plus qu'un amas de gravats», selon M. Ginesy.

La Vésubie, au nord de Nice, berceau historique du tourisme de montagne dans la région et surnommée à ce titre «la petite Suisse niçoise», déplore 80 maisons détruites ou endommagées, dont des villas à colombage datant d'avant 1914.

Au milieu du village de Saint-Martin-Vésubie, s'est formée une immense crevasse. «En trente ans de carrière d'assureur, je n'ai jamais vu un événement naturel d'une intensité aussi incroyable, capable de transformer une rivière en un tel cratère», indique à l'AFP Jacques de Peretti, PDG d'Axa France, venu sur place vendredi.

«Il ne reste qu'un arbre»

Seul assureur de la commune, l'agence ne désemplit pas. «Des gens ont dû partir très vite et n'ont plus rien. J'ai croisé une dame me disant ce pantalon que je porte, n'est pas le mien. Une autre m'a conduit à l'emplacement de sa maison et il ne reste qu'un arbre. Le relogement sera long (...)», ajoute M. de Peretti.

Axa a débloqué «un fonds de solidarité d'un million d'euros minimum», annonce des avances de 5.000 euros aux particuliers ayant notamment perdu leur domicile et l'extension du relogement d'urgence de sept jours à six mois.

Côté SNCF, la réparation de l'étonnante voie ferrée montant vers Tende, dernière localité avant l'Italie sera longue. La gare des villages de Fontan et Saorge a été rétablie pour un service voyageurs au ralenti deux fois par jour.

Mais au-delà, la ligne caractéristique du génie italien avec sa succession de tunnels et de viaducs gravissant 1.000 mètres de dénivelé en 100 km, est endommagée.

Éboulements, parois fissurées, fondations d'ouvrages fragilisées: il est «beaucoup trop tôt pour dire» quand la voie reliera à nouveau l'Italie, selon SNCF Réseau.

Pour désenclaver Tende, sans accès routier, les cheminots espèrent rétablir une liaison via le Piémont, parallèlement à des efforts pour ouvrir des pistes praticables en quads et 4x4 vers Limone, station de l'autre côté de la frontière, dans une Italie également meurtrie par les intempéries, avec deux morts et des dégâts matériels.


Français condamné en Iran: Paris dénonce une «condamnation inacceptable»

Cette photo non datée obtenue à partir du compte Twitter de Saeid Dehghan, un avocat du ressortissant français Benjamin Brière qui a été arrêté en Iran en 2020 pour espionnage, montre Brière posant pour une photo dans un lieu non divulgué. (AFP)
Cette photo non datée obtenue à partir du compte Twitter de Saeid Dehghan, un avocat du ressortissant français Benjamin Brière qui a été arrêté en Iran en 2020 pour espionnage, montre Brière posant pour une photo dans un lieu non divulgué. (AFP)
Short Url
  • Après plus d'un an et demi de détention en Iran, le Français Benjamin Brière a été condamné à huit ans et huit mois de prison pour «espionnage» et «propagande» contre le régime
  • Il est détenu dans la prison de Valikabad, à Mashhad (nord-est) et est en grève de la faim depuis fin décembre pour protester contre ses conditions de détention

PARIS: Le ministère français des Affaires étrangères à indiqué ce mardi que "la condamnation à une peine de prison en Iran du touriste français Benjamin Brière, que rien ne permet d'étayer, est inacceptable".

Après plus d'un an et demi de détention en Iran, le Français Benjamin Brière a été condamné à huit ans et huit mois de prison pour "espionnage" et "propagande" contre le régime, une décision qualifiée de "politique" par sa famille et son avocat qui en appellent au gouvernement français.

M. Brière, 36 ans, qui s'est toujours présenté comme un touriste, a été arrêté en mai 2020 pour avoir pris "des photographies de zones interdites" avec un drone de loisir dans un parc naturel en Iran.

Il est détenu dans la prison de Valikabad, à Mashhad (nord-est) et est en grève de la faim depuis fin décembre pour protester contre ses conditions de détention. Il avait comparu jeudi devant un tribunal à Mashhad, lors d'une audience non accessible au public, selon des militants iraniens en exil.

(Avec AFP)


France: le projet de loi de «réparation» envers les «harkis» débattu au Sénat

La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
Short Url
  • Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle
  • Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit

PARIS : Le Sénat français débute mardi l'examen en première lecture du projet de loi visant à demander "pardon" et tenter de "réparer" les préjudices subis par les harkis et leurs familles, un texte jugé "insuffisant" par la majorité des sénateurs.

Près de soixante ans après la Guerre d'Algérie (1954-1962, près de 500.000 morts), il se veut la traduction législative d'un discours du président français Emmanuel Macron, qui, le 20 septembre, avait demandé "pardon" à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l'armée française, mais qui furent "abandonnés" par la France.

"La Nation exprime la reconnaissance envers les harkis, les moghaznis et les personnels des diverses formations supplétives (...) qui ont servi la France en Algérie et qu'elle a abandonnés", stipule le projet de loi, auquel l'Assemblée nationale a donné un premier feu vert le 18 novembre.

Le texte reconnaît "les conditions indignes de l'accueil" réservé aux 90.000 harkis et à leurs familles, qui ont fui l'Algérie après l'indépendance en 1962. 

Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des "hameaux de forestage", directement gérés par l'Etat.

Pour ceux-ci, le projet de loi prévoit "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. Le nombre de bénéficiaires potentiels est estimé par le gouvernement à 50.000, pour un coût global de 302 millions d'euros sur environ six ans.

En commission, les sénateurs ont précisé le texte pour s'assurer que "certaines prisons reconverties en lieux d'accueil pour rapatriés" puissent être intégrées dans la liste des structures éligibles au mécanisme de réparation.

Mais les critiques se cristallisent sur ceux qui ne sont pas inclus dans le champ de l'indemnisation, les quelque 40.000 rapatriés qui n'ont pas séjourné dans ces structures, mais dans des "cités urbaines", où il n'étaient pas privés de liberté de circulation, mais ont connu des conditions de vie précaires. 

Certains harkis considèrent ainsi, a relevé la rapporteure Marie-Pierre Richer, que le texte "crée une séparation entre ce que l'on appelle +les harkis des villes+ et les +harkis des camps+".

Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle.

Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit.

Une journée d'hommage de la nation leur est consacrée chaque 25 septembre, depuis un décret de 2003.

"Je crois qu'il faut prendre ce texte non comme une fin en soi, mais comme une avancée de plus dans la reconnaissance de l'abandon des harkis", a déclaré la rapporteure Marie-Pierre Richer: "une avancée qui, loin d'être +solde de tout compte+, nous permet de poursuivre notre chemin commun, complexe, mais nécessaire, vers la réconciliation nationale et la transmission de la mémoire".


Présidentielle: premier grand meeting de Pécresse le 13 février au Zénith

La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
Short Url
  • La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19
  • Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire

PARIS: Valérie Pécresse tiendra son premier grand meeting de campagne le 13 février au Zénith à Paris, a indiqué son entourage mardi, confirmant une information du Figaro.

La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19. 

Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire.

Ce meeting au Zénith lui permettra de développer sa vision de la France et son projet pour la présidentielle, "l'ordre, la concorde et la liberté", selon Le Figaro.