Le tatouage au Maghreb, une pratique qui a survécu au temps 

Photographie d’une femme amazigh (Photo, fournie).
Photographie d’une femme amazigh (Photo, fournie).
Short Url
Publié le Mardi 13 septembre 2022

Le tatouage au Maghreb, une pratique qui a survécu au temps 

  • Plus qu’un fait de mode, et malgré une acception différente d'une tribu à une autre, le tatouage amazigh, a plusieurs symboliques
  • Les femmes, sont les véritables  détentrices du secret de ces symboles géométriques

PARIS : « Ya Hedda, ya Hedda, ou idjik El wecham, iwechem f zenda, ou ihett debane » qu’on peut traduire par « Ô Hedda, Ô Hedda, le tatoueur viendra et apposera les motifs sur ton bras!»

Dans sa chanson culte Aïn El Karma, soit l’une des plus connues parmi ses chansons éternelles, le pilier de l’art algérien et chaoui  Aïssa Djarmouni, premier algérien à avoir chanté à l’Olympia en 1925 et dont les tubes continuent à être repris aujourd’hui encore, soit près d’un siècle après sa mort rend à sa manière hommage, à la beauté de la femme chaouie. Et ce, en mettant en évidence le recours de celle-ci à l’ornement de sa peau par des dessins qui traversent le temps.

Photographie d’une femme amazigh (Photo, fournie)
Photographie d’une femme amazigh (Photo, fournie)

Plus qu’un fait de mode, le tatouage amazigh, bien qu’il varie d’une tribu Nord africaine à une autre, a plusieurs acceptions, ésotérique, voire religieuse, identitaires ou encore médicales. 

La pratique de cet art remonte à l’antiquité. Cependant, l’avènement de l’islam dans la région du Maghreb mena à la disparition graduelle de ce rite car, bien évidemment, la religion proscrit les modifications corporelles irréversibles. 

Malgré ce processus historique, la culture des imazighen a survécu au multiples invasions, qu’elles soient romaines, ottomane, arabes ou françaises. 
 

Photographie d’une femme amazigh durant la période coloniale (Photo, Marc Garanger).
Photographie d’une femme amazigh durant la période coloniale (Photo, Marc Garanger).

Un système de codes complexe 

Néanmoins, si l’on s’aventure dans les zones reculées d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, de la Libye et même de l’Égypte, on peut encore rencontrer ces gardiennes, pour la plupart d’un certain âge, de la culture algérienne et amazigh. 

Pour déchiffrer la symbolique de ces motifs géométriques, il est important de se référer aux croyances et aux us originels des habitants du Maghreb. Principalement, les amazighs et ceux parmi les autres populations venues d’ailleurs pour interagir avec les autochtones et s’y établir en épousant souvent leur mode de vie et leurs cultures. Ces brassages ont été un apport substantiel à l’enrichissement et à la diversification culturelle et civilisationnelle de la région du Maghreb. 

Photographie d’une femme amazigh  (Photo, Fournie).
Photographie d’une femme amazigh  (Photo, Fournie).


Le tatouage en tant que fait, à la fois sociétal et culturel a servi comme un moyen d’expression à travers lequel les convictions religieuses, les pensées ésotériques, la conservation de l’identité et la lutte contre les envahisseurs et les conquérants au fil des siècles sont repris de manière symbolique et codée dans des signes artistiques que les femmes se sont appropriées en s’imposant, ainsi, comme les gardiennes d’une mémoire millénaire. 

Ce rite ancien se voit attribuer plusieurs usages, d’abord et surtout esthétique, car il permet d’embellir et de mettre en évidence les traits de celles qui les portent. Ensuite médicinales, dans la mesure où les populations imazighen confèrent a certains motifs traditionnels  des pouvoirs censés guérir de plusieurs maux tels que l’arthrose ou les migraines. 

Le tatouage berbère se veut également gage de protection, mais est aussi un indicateur d’appartenance à une tribu, à un clan ou à une secte. 

Même si certains hommes se font pareillement tatoués depuis la nuit des temps, cette pratique est, en ce qui les concernent, essentiellement ésotérique puisque les parents recourent au tatouage de leurs bébés mâles dès leur naissances pour les protéger des malédictions et leur permettre de vivre. D’où l’appellation Arabe « el Ayacha » soit « celle qui fait vivre ». 

Le qualificatif, « El Ayacha », ce marquage à l’ancre bleutée (poudre de charbon appliquée sur une plaie infligée au préalable) au tatoué notamment sur son front pour lui permettre de survivre à l’œil des envieux et à tout autre drames de quelques natures que ce soit a fini par avoir une signification au Maghreb plus générique. À savoir : le tatouage. 

Les femmes, en plus d’être considérées comme les sentinelles de ce rite berbère, sont également les véritables détentrices du secret de ces symboles géométriques. 
 

Peinture représentant une femme amazigh  (Photo, Fournie).
Peinture représentant une femme amazigh  (Photo, Fournie).

Dans une région où la transmission du savoir a toujours été orale, ces symboles récurrents ont été pendant très longtemps et sont toujours une source d’interrogation pour les anthropologues et autres chercheurs de par  leur complexité et leur diversité et reste un sujet de recherche intarissable. 

La spécialiste linguistique, Lucienne Brousse  a rassemblé dans un ouvrage intitulée « Beauté et Identité féminine»  des centaines de signes  relevés par son amie infirmière Eliane Ocre qui a passé la majorité de son existence en Algérie, recueillant machinalement ces signes auprès des femmes berbères du sud est algérien qu’elles soignaient. 
 

Extrait du manuel ethnographique de Lucienne Brousse « beauté et identité féminine » (Photo, Fournie).
Extrait du manuel ethnographique de Lucienne Brousse « beauté et identité féminine » (Photo, Fournie).

Ce manuel d’étude ethnographique prouve la complexité de ses signes qui se révèlent former, finalement, un véritable alphabet, et par conséquent un système de communication complexe et élaboré, exclusivement féminin, dont seules les anciennes ont le secret. 
 

E
Dessin représentants une femme tatouée de Tunisie (Photo, fournie). 

Ces symboles mystérieux représentent donc un véritable fil conducteur entre chaque génération de femme amazigh, qui depuis toujours, se transmettent leurs histoires, la sagesse, leur savoir-faire et leurs croyances ésotériques par le biais cette tradition, par le biais de cet art.

Même si la pratique du tatouage, qui connaît sous d’autres cieux, notamment en Amérique latine, en Europe et ailleurs un véritable renouveau, en s’imposant quasiment comme un phénomène de société, cet art connaît un recul certain dans les sociétés maghrébines au près des femmes notamment, sans pour autant, s’éteindre définitivement dans la mesure où cette pratique ancestrale est toujours bien vivante dans la société rurale.

Dans les villes, les citadins, comme les citadines, sont de nos jours plutôt branchés sur ce qui se fait ailleurs que ce soit en matière de tatous et de choix esthétiques. Le fait est, qu'actuellement, les convictions religieuses comme d’ailleurs le recours à d’autres artifices d’embellissement et de maquillages font que la pratique du tatouage chez la femme maghrébine ne cesse de se réduire comme peau de chagrin.


La sonde lunaire américaine bientôt mise en sommeil, sa mission qualifiée de succès

La sonde américaine Odysseus, sur la Lune depuis près d'une semaine, sera mise en sommeil incessamment sous peu (Photo, AFP).
La sonde américaine Odysseus, sur la Lune depuis près d'une semaine, sera mise en sommeil incessamment sous peu (Photo, AFP).
Short Url
  • Une impressionnante photo publiée mercredi illustre les défis ayant été rencontrés
  • Cette mission, quoique privée, a été largement mise sur pied grâce aux financements de Nasa, qui avait chargé Intuitive Machines d'acheminer sur la Lune six instruments scientifiques

WASHINGTON: La sonde américaine Odysseus, sur la Lune depuis près d'une semaine, sera mise en sommeil incessamment sous peu, au terme de sa mission principale qualifiée mercredi de "succès" par la Nasa et l'entreprise américaine l'ayant développée, Intuitive Machines, malgré les difficultés rencontrées.

Odysseus est devenue jeudi dernier la première sonde privée à se poser sur la Lune, et le premier engin américain à le faire depuis la fin du programme Apollo, en 1972. Elle s'est toutefois retrouvée inclinée sur la surface lunaire après une descente mouvementée.

Malgré cela, "nous avons reçu des données de toutes les cargaisons, privées et de la Nasa", a souligné lors d'une conférence de presse Steve Altemus, PDG et co-fondateur d'Intuitive Machines. "La mission que nous avons menée est un grand succès jusqu'ici."

Le patron a même annoncé une surprise: Intuitive Machines prévoit de tenter de rallumer Odysseus "dans deux ou trois semaines", après le passage de la nuit lunaire.

Il est toutefois très incertain que l'appareil, notamment ses batteries, survive au froid glacial sur le point de s'installer.

Pour le moment, l'alunisseur sera "mis en sommeil", a indiqué Steve Altemus.

L'alunisseur est alimenté en énergie par ses panneaux solaires, et devait donc depuis le départ être éteint durant la nuit lunaire. Le contact devait être perdu durant les quelques heures après la conférence de presse.

Pied cassé

Une impressionnante photo publiée mercredi illustre les défis ayant été rencontrés: elle montre au moins l'un des six pieds de la sonde cassé, au moment de l'atterrissage, alors que le moteur encore allumé soulève des projections de poussière lunaire.

Une défaillance du système de navigation de l'alunisseur avait compliqué sa descente finale.

Il s'est approché du sol trop vite, avec un mouvement horizontal résiduel qui n'était pas prévu, et a de ce fait "dérapé" sur la surface, a expliqué le PDG. Une fois posé, il a basculé.

Comme Odysseus est situé sur une légère pente, et qu'il s'appuie possiblement sur l'un de ses réservoirs sur un côté, il est incliné à environ 30 degrés, selon Intuitive Machines.

Une autre image, sur laquelle on peut voir un bout de la sonde et le noir d'un cratère proche, est venue confirmer cette position.

Un petit engin équipé de caméras et appelé EagleCam, développé par l'université d'aéronautique Embry-Riddle, a été éjecté de l'alunisseur pour tenter d'en prendre une photo de l'extérieur, mais n'a pas pu fournir le cliché tant attendu.

Données scientifiques

Cette mission, quoique privée, a été largement mise sur pied grâce aux financements de Nasa, qui avait chargé Intuitive Machines d'acheminer sur la Lune six instruments scientifiques -- un contrat à 118 millions de dollars.

"Odysseus est un succès du point de vue de la Nasa", a déclaré mercredi à la presse Bill Nelson, le patron de l'agence spatiale américaine.

Les scientifiques ont d'ores et déjà commencé à examiner les ondes radio enregistrées en provenance de la Terre, grâce à l'un des instruments.

Un autre n'a pas pu analyser la quantité de poussière projetée lors de la descente comme prévu, mais a malgré tout pu être allumé une fois au sol.

Odysseus est la sonde s'étant posée le plus au sud sur la Lune.

La Nasa souhaite explorer cette région avant d'y envoyer ses astronautes dans le cadre de ses missions Artémis.

Le pôle sud lunaire intéresse particulièrement les grandes puissances car il pourrait renfermer de grandes quantités d'eau sous forme de glace. Cette eau pourrait potentiellement être exploitée pour fabriquer du carburant pour vaisseaux spatiaux, ou soutenir les besoins d'astronautes sur place.

Economie lunaire

Intuitive Machines a deux autres missions lunaires prévues cette année. Toutes font partie du nouveau programme CLPS de la Nasa, qui a commandé à plusieurs entreprises le transport de son matériel scientifique, afin de pouvoir faire le voyage plus souvent et pour moins cher qu'en développant elle-même des véhicules pour le faire.

L'agence spatiale américaine entend également stimuler le développement d'une économie lunaire, capable de soutenir une présence humaine durable sur la Lune -- l'un des buts du programme Artémis.

Plus de 50 ans après Apollo, "les gens ont demandé", pourquoi atterrir sur la Lune est "si dur", a rapporté Steve Altemus. Il a avancé plusieurs différences entre les missions passées et actuelles: un financement limité, un calendrier serré, et un alunissage bien plus loin de l'équateur.

"Nous avons fondamentalement transformé les contraintes économiques d'un alunissage", a affirmé le PDG de cette jeune société, fondée en 2013. "Nous avons ouvert la porte à une économie lunaire robuste et florissante à l'avenir."


Le Salon de la joaillerie présente des trésors intemporels à Djeddah

Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux (Photo, AN).
Short Url
  • Al-Sunaidi: «Les habitants de Djeddah apprécient vraiment les bijoux raffinés et, cette année, l’accent est mis sur l’originalité et sur la saine concurrence entre les bijoutiers»
  • L’exposition comprend aussi un défilé de bijoux qui présente les plus belles pièces

DJEDDAH: Après son succès à Riyad, le Salon de la joaillerie se tient maintenant à Djeddah et présente sous un même toit des parures remarquables de plus de trente marques internationales et locales de bijoux.

De nombreux bijoutiers ont dévoilé leurs nouvelles collections lors de l’événement.

«Les habitants de Djeddah apprécient vraiment les bijoux raffinés et, cette année, l’accent est mis sur l’originalité et sur lasaine concurrence entre les bijoutiers. Ils présentent des pièces à couper le souffle à des prix très compétitifs», a déclaré Haya al-Sunaidi, directrice générale de Sunaidi Expo en Arabie saoudite et instigatrice du Salon de la joaillerie.

Mme Al-Sunaidi a déclaré que l’exposition visait à mettre en lumière l’industrie des bijoux, tant au niveau local qu’international, dans l’ensemble du Royaume, afin de soutenir la Vision 2030.

«Les femmes (saoudiennes) ont un amour profond pour les bijoux», a-t-elle affirmé. «Nous visons à présenter aux femmes d’Arabie saoudite les bijoux les plus raffinés du monde entier. Nous leur apportons la quintessence du luxe et de la haute joaillerie. Après la Vision 2030, les entreprises de ce secteur auront plus de facilité à accéder à l’Arabie saoudite et à s’y implanter.»

V
Haya al-Sunaidi, directrice générale de Sunaidi Expo en Arabie saoudite (Photo AN). 

Le Salon de la joaillerie s’est tenu à Riyad du 20 au 23 février.

«Nous n’avons jamais vu de salons aussi élégants en Arabie saoudite auparavant, mais avec le temps et l’évolution, nous sommes arrivés là où nous sommes aujourd’hui. Le dernier salon avant la pandémie a eu lieu en 2019. 

Puis, en 2021, nous l’avons organisé à nouveau en collaboration avec certaines entreprises (...). Derrière ce salon remarquable, il y a une équipe extraordinaire», a indiqué Ferial Martinos, directrice du salon.

«Cette exposition s’adresse à ceux qui ont une passion pour les bijoux, et les visiteurs n’achètent pas seulement des bijoux pour les porter, mais les considèrent également comme un investissement», a précisé Mme Martinos. 

Kartavya Jain, propriétaire de KK Jewels, participe pour la deuxième fois au Salon de la joaillerie, ce qui témoigne des liens étroits qui l’unissent à l’Arabie saoudite et de sa spécialisation dans les diamants, les solitaires, les bijoux de mariage et les pierres précieuses de couleur naturelle telles que les émeraudes, les saphirs et les rubis.

«Nos créations, appréciées par les clients indiens, trouvent un écho favorable auprès de notre clientèle saoudienne en raison de leur pertinence culturelle», a affirmé Mme Jain. 

KK Jewels, entreprise familiale fondée en 1951, était connue pour son sens artistique, ses designs innovants et son engagement à maintenir son héritage à travers les générations, a expliqué Mme Jain. Ses collections fusionnent des styles traditionnels avec des styles modernes, proposant une qualité, un prix et un service supérieurs.

Moussaieff Jewellers a dévoilé une collection dont chaque pièce met en valeur le savoir-faire artisanal et la beauté intemporelle, a souligné Leslie Kegg, responsable marketing de la joaillerie. «Notre stand permet aux visiteurs de découvrir une sophistication et un art inégalés, garantissant qu’ils trouveront les modèles et les styles les plus raffinés.»

«Chaque collection s’inspire de la beauté de la nature, en particulier du jardin de notre villa, où nous réimaginons des formes naturelles pour en faire de superbes pièces. En nous engageant à lancer de nouvelles collections au moins trois fois par an, nous veillons à ce que nos créations restent fraîches et dynamiques, incarnant l’essence de l’élégance italienne», a déclaré Chiara, du département marketing de Ferri Firenze.

«Nos clientes saoudiennes sont attirées par nos pièces uniques qui sortent de l’ordinaire, recherchent des formes distinctives et ont une préférence pour les diamants. Elles sont particulièrement attirées par les longs pendentifs pour le ramadan et les tours de cou chics qui exsudent la sophistication», a-t-elle noté.

Ferri Firenze devrait attirer les visiteurs à Djeddah avec ses dernières collections, a indiqué Chiara. Les collections Ninfea et Elica, inspirées par la nature et les merveilles architecturales, seront présentées lors de l’exposition, alliant l’élégance italienne à l’innovation contemporaine. Les visiteurs peuvent s’attendre à une célébration des traditions ancestrales fusionnées à une allure moderne, reflétant le riche héritage artisanal de l’Italie, a ajoutéChiara.

L’exposition comprend aussi un défilé de bijoux qui présente les plus belles pièces.

«Cet événement est une vitrine éblouissante de créativité et d’élégance, qui rassemble les créations les plus raffinéesd’artisans talentueux. C’est un événement à ne pas manquer pour tous les amateurs de bijoux en quête de beauté et d’inspiration», a lancé Hatoon Alkhaldi, responsable marketing du Salon de la joaillerie.

Jana, qui visitait l’exposition pour la première fois, a confié: «Chaque pièce dégageait une beauté intemporelle et unesophistication qui résonnaient avec mon amour pour les bijoux de luxe. Le savoir-faire et l’attention portée aux détails étaient tout simplement époustouflants, ce qui en a fait une expérience inoubliable.»

Le salon se tiendra au Hilton Hall jusqu’au 1er mars, de 16 h à 23 h.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un ancien champion du monde de MMA visite le quartier culturel de La Mecque

Le champion du monde russe d’arts martiaux mixtes dans la catégorie des poids légers, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu dans le quartier culturel de Hira, à La Mecque le 28 février. (SPA)
Le champion du monde russe d’arts martiaux mixtes dans la catégorie des poids légers, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu dans le quartier culturel de Hira, à La Mecque le 28 février. (SPA)
Le champion du monde russe d’arts martiaux mixtes dans la catégorie des poids légers, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu dans le quartier culturel de Hira, à La Mecque le 28 février. (SPA)
Le champion du monde russe d’arts martiaux mixtes dans la catégorie des poids légers, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu dans le quartier culturel de Hira, à La Mecque le 28 février. (SPA)
Le champion du monde russe d’arts martiaux mixtes dans la catégorie des poids légers, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu dans le quartier culturel de Hira, à La Mecque le 28 février. (SPA)
Le champion du monde russe d’arts martiaux mixtes dans la catégorie des poids légers, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu dans le quartier culturel de Hira, à La Mecque le 28 février. (SPA)
Short Url
  • Khabib Nurmagomedov a visité la Galerie de la révélation et a constaté la qualité remarquable de l’exposition
  • Nurmagomedov a été le champion des poids légers de l’UFC au plus long règne, d’avril 2018 à mars 2021

RIYAD: L’ancien combattant professionnel russe d’arts martiaux mixtes (MMA) et champion incontesté dans la catégorie des poids légers de l’UFC, Khabib Nurmagomedov, s’est rendu mercredi dans le quartier culturel de Hira à La Mecque.

Situé à proximité du site de Jabal al-Nour, le quartier s’étend sur environ 67 000 m2.

Lors de sa visite, Nurmagomedov – qui a été le champion des poids légers de l’UFC au plus long règne, d’avril 2018 à mars 2021 – a visité la Galerie de la révélation et a constaté la qualité remarquable de l’exposition.

Le quartier culturel abrite d’autres attractions comme le musée du Saint Coran, le musée du café saoudien, la bibliothèque culturelle, le jardin de Hira, les cabanes de Hira, la grotte de Hira, ainsi que des boutiques, des cafés et des restaurants.

Le spacieux jardin de Hira contient des aires de repos et les balcons du complexe hôtelier des cabanes de Hira donnent sur Jabal al-Nour, un jardin privé et une aire pour les loisirs.

Une route pavée mène du bas de la montagne à la grotte de Hira, où le premier verset du Coran a été révélé au prophète Mahomet.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com