L’art engagé de l’artiste Zoulikha Bouabdellah exposé à l’Institut du monde arabe

Zoulikha Bouabdellah, une artiste franco-algérienne qui présente ses oeuvres à l'IMA dans le cadre de l'exposition Algérie mon amour. (Photo fournie).
Zoulikha Bouabdellah, une artiste franco-algérienne qui présente ses oeuvres à l'IMA dans le cadre de l'exposition Algérie mon amour. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 24 mars 2022

L’art engagé de l’artiste Zoulikha Bouabdellah exposé à l’Institut du monde arabe

  • Zoulikha Bouabdellah, artiste franco-algérienne, présente ses œuvres dans le cadre de l’exposition «Algérie mon amour» qui se tient du 18 mars au 31 juillet 2022
  • Son but est de transmettre et de traduire, par le langage plastique, le récit des mobilités contemporaines qui mettent les cultures et les populations en contact

PARIS: Zoulikha Bouabdellah est une artiste franco-algérienne. Elle présente ses œuvres dans le cadre de l’exposition «Algérie mon amour» qui se tient du 18 mars au 31 juillet 2022 à l’Institut du monde arabe (IMA).

Nous avons rencontré la créatrice à l’occasion du vernissage. «Algérie mon amour» met en lumière une collection exceptionnelle d’art moderne et contemporain d’Algérie et de la diaspora. Zoulikha Bouabdellah, plasticienne et vidéaste, adepte de la «soft transgression», a répondu aux questions d’Arab News en français, qui portent sur son parcours, sur ses inspirations et sur ses œuvres.

Cette artiste a exposé dans de prestigieux musées et galeries et a remporté plusieurs prix pour ses recherches et ses réalisations.

Elle grandit à Alger, dans un milieu où règne l’art et la culture. À 16 ans, devant la menace que représente le terrorisme islamiste pendant la décennie noire, elle s’installe à Paris avec sa famille.

«Je suis très heureuse d’être présente à cette exposition qui rend hommage à l’Algérie, aux “artistes de la fraternité”, comme le dit le collectionneur Claude Lemand, qui a réuni pour cet événement les créateurs algériens, et de montrer que ce sont des artistes du passage, du lien entre l’Algérie et la France, entre les cultures et les idées», confie Zoulikha Bouabdellah à Arab News en français.

 

L’artiste travaille entre la France et le Maghreb. Sa volonté est de mettre en commun leurs singularités et leurs différences culturelles, et de les partager. «Enfant, j’ai côtoyé les œuvres dans le Musée des beaux-arts [d’Alger], l’un des plus grands musées d’Afrique. À travers mon regard d’enfant, j’observais les œuvres de l’art européen, de l’école italienne et de l’école hollandaise ainsi que de nombreuses sculptures. J’ai la certitude d’avoir nourri mon regard de ces œuvres. Il ressurgit, malgré moi, dans mon travail d’aujourd’hui», nous révèle-t-elle.

Ses œuvres se font l’écho de ses préoccupations politiques et sociales et de sa position de passeuse entre les mondes dans lesquels elle évolue. Lorsqu’elle évoque son héritage culturel arabo-musulman, à travers l’usage de la calligraphie ou encore l’art décoratif arabe, Zoulikha Bouabdellah ne le fait pas dans une logique de repli identitaire. Tout au contraire, son but est de transmettre et de traduire, par le langage plastique, le récit des mobilités contemporaines qui mettent les cultures et les populations en contact.

«L’art de Zoulikha Bouabdellah est un moyen non neutre de parler de notre monde, d’en contester certains aspects, de vouloir le transformer. Un art transgressif que l’on perçoit notamment à travers les œuvres qui dénoncent des situations longtemps tenues pour normatives, comme la question du genre ou la place dévolue aux femmes dans l’ordre patriarcal dominant», précise le document qui présente les artistes de cette exposition.

 

Hommage à Gustave Courbet

Dans Le Sommeil, composé de dessins, une laque rouge est présente sur huit papiers. Cette œuvre témoigne de l’attention que porte l’artiste à l’histoire de l’art européen. Interrogée par Arab News en français sur la conception de cette création et sur ses sources d’inspiration, Zoulikha Bouabdellah explique qu’elle constitue un hommage à Gustave Courbet. «J’admire l’œuvre de ce peintre, et en particulier sa modernité: Courbet s’est donné le droit d’évoquer des sujets qui étaient tabous à son époque. J’ai trouvé intéressant de revenir sur ce sujet qui concerne le corps. J’ai dépouillé les modèles des tableaux de leurs chairs, je me suis arrêtée aux traits, à leurs silhouettes», nous confie l’artiste.

En effet, ajoute-t-elle, le pouvoir du trait dans le traitement plastique, c’est quelque chose qui n’appartient pas au corps. «Cela représente le pouvoir qu’a l’artiste d’utiliser le tracé», explique-t-elle. «J’ai essayé de faire un lien, de faire que se rencontrent le pouvoir de l’artiste et le pouvoir des corps de ces deux femmes, pour qu’ils soient ensemble dans le même espace, ce qui peut induire tout un discours sur la question de la liberté, celle des choix personnels – tous ces questionnements qui sont toujours d’actualité», souligne la plasticienne.

«Le choix de la matière – en l’occurrence le vernis à ongles –, très connotée, renvoie à la superficialité de la femme; elle la réduit à un objet de mode dénué d’intérêt. Or, cette matière est intéressante, parce qu’elle sa texture, par sa lourdeur, détient une forme de puissance. Elle permet la coulure, que l’on peut interpréter comme la passion, le sang qui coule. En utilisant cette matière, je voulais combiner ces sujets forts», conclut-elle.


«Un ours sur Mars?» La Nasa publie une intrigante photo de la planète rouge

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Short Url
  • Le visage de l'ours est en réalité formé par «deux cratères», qui forment les yeux et une «colline» éventrée qui ressemble à un museau
  • Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche

LOS ANGELES: Baloo, Winnie et les Bisounours ont désormais de la compagnie au firmament des ursidés célèbres: une étrange formation géologique ressemblant à une tête d'ourson a été repérée à la surface de Mars par la Nasa.

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter de l'agence spatiale américaine, qui tourne en orbite autour de la planète rouge avec la caméra embarquée haute résolution HiRISE, la plus puissante jamais envoyée par l'être humain dans le système solaire.

"Un ours sur Mars?", s'interroge ainsi le compte Twitter du projet HiRISE, qui a publié le cliché mercredi.

Selon les scientifiques de l'université d'Arizona, qui pilotent le projet, le visage de l'animal est en réalité formé par "deux cratères", qui forment les yeux et une "colline" éventrée qui ressemble à un museau. Ces éléments sont entourés par une "fracture circulaire", qui délimite les contours de la tête et pourrait être formée par un dépôt de lave ou de boue.

Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche. Un sacré hasard, pour donner une formation géologique qui s'étale sur deux kilomètres.

La caméra HiRISE est l'un des six instruments embarqués par ce satellite de la Nasa, qui tourne autour de Mars depuis 2006. Ultra-précise, elle permet de prendre des clichés très détaillés pour cartographier la surface de la planète rouge en vue de futures missions menées par des robots ou des humains.

Depuis dix ans, les scientifiques qui la gèrent ont par exemple pu photographier des avalanches sur Mars, et ont découvert des traces sombres qui pourraient être de l'eau salée s'écoulant le long de ravines.

Ils ont également repéré des tourbillons de poussière sur la surface de la planète, et une autre formation géologique qui ressemble étrangement à l'insigne de la force Starfleet, chargée d'explorer l'espace dans la série télévisée Star Trek.

Mais même avec des images en haute définition, les petits bonshommes verts censés peupler Mars dans l'imaginaire populaire s'avèrent jusqu'ici introuvables.


Plainte d'héritiers de Juifs allemands contre un musée new-yorkais pour récupérer un Picasso

L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser (Photo, Facebook).
L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser (Photo, Facebook).
Short Url
  • Cela fait une dizaine d'années que les héritiers des Adler cherchent à remettre la main sur le Picasso
  • L'arrivée de Hitler et des nazis au pouvoir à Berlin sonne le début des terribles persécutions contre les Juifs

NEW YORK: En 1938, les Juifs allemands Karl et Rosi Adler fuient le régime nazi et vendent un Picasso pour financer leur voyage: 85 ans après, leurs héritiers veulent récupérer le tableau, propriété d'un musée de New York et évalué entre 100 et 200 millions de dollars.

Les descendants de ce couple d'Allemands ont déposé une plainte au civil devant la cour suprême de l'État de New York contre le musée d'art moderne Solomon R. Guggenheim de Manhattan qui expose depuis 1978 "La Repasseuse", une huile sur toile que le maître espagnol Pablo Picasso a peinte en 1904.

Le groupe de plaignants -- des héritiers aux États-Unis et en Argentine -- s'estiment les propriétaires légitimes de l'œuvre et invoquent dans leur plainte du 20 janvier une vente "forcée" en octobre 1938 par les Adler qui auraient agi sous contrainte.

Dans un communiqué, le musée Guggenheim conteste une procédure "sans fondement", ce qui laisse augurer un procès au civil.

«La Repasseuse» achetée en 1916 

L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" -- comme celles de nombre de peintures européennes volées par les nazis ou disparues pendant la Seconde guerre mondiale -- commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser.

Adler, patron d'une usine de confection de cuir, et sa femme Rosi, jouissent d'une "vie prospère" à Baden-Baden, au sud-ouest de l'Allemagne, juste en face de Strasbourg.

L'arrivée de Hitler et des nazis au pouvoir à Berlin sonne le début des terribles persécutions contre les Juifs en Allemagne et le gel ou la confiscation de leurs biens et patrimoines.

Les Adler se résolvent en juin 1938 à fuir leur pays pour s'installer tour à tour aux Pays-Bas, en France et en Suisse avant de chercher un visa pour l'Argentine.

Mais pour obtenir leur sésame, les Adler, qui ont déjà quitté l'Allemagne depuis quelques semaines, vendent en octobre 1938 "La Repasseuse" au fils de Thannhauser, Justin, qui, Juif lui aussi, vient de se réfugier à Paris.

1.552 dollars en 1938 

La vente est conclue pour 1.552 dollars de l'époque -- soit environ 32.000 dollars d'aujourd'hui -- neuf fois moins que les 14.000 dollars qu'Adler espérait en tirer au début des années 1930.

C'est l'argument central de la plainte qui avance que l'œuvre -- évaluée aujourd'hui sur le marché de l'art entre 100 et 200 millions de dollars -- a été cédée sous la contrainte.

"Thannhauser était parfaitement conscient de la détresse de la famille Adler. S'ils n'avaient pas été persécutés par les nazis, les Adler n'auraient jamais vendu la toile à tel prix", selon les plaignants, des personnes physiques et des organisations juives américaines qui s'appuient sur une loi de 2016 qui encadre la restitution d'oeuvres d'art aux victimes de l'Holocauste.

Les décennies s'écoulent et en 1976, à la mort de Justin Thannhauser, sa collection est donnée au Guggenheim, un musée à l'architecture avant-gardiste qui trône depuis 1939 dans le quartier huppé de l'Upper East Side près de Central Park.

Pour l'établissement, la plainte "évite étonnamment de reconnaître" que le musée avait contacté un fils Adler avant de prendre possession de "La Repasseuse" dans les années 1970: il "n'a jamais exprimé la moindre réserve quant à l'œuvre et sa vente à Justin Thannhauser" en 1938.

Cela fait une dizaine d'années que les héritiers des Adler cherchent à remettre la main sur le Picasso.

En 2014, Thomas Bennigson, petit-fils d'un autre enfant du couple Adler apprend que sa grand-mère fut à un moment en possession de l'œuvre.

La plainte rappelle ainsi que les avocats de Bennigson ont longtemps correspondu avec le Guggenheim, avant d'exiger en juin 2021 la restitution du tableau.

Sans succès: le musée rétorque aujourd'hui que même s'il prend "très au sérieux" les plaintes pour restitution, il est le "propriétaire légal" de "La Repasseuse".


Trois réalisatrices du Moyen-Orient récompensées lors de la clôture du Festival du film de Sundance 2023

Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz. (Instagram)
Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz. (Instagram)
Short Url
  • The Persian Version a remporté le prix du public et le prix Waldo Salt pour le meilleur scénario dans la compétition dramatique américaine
  • Animalia, réalisé par la Marocaine Sofia Alaoui, a reçu le Prix spécial du jury pour sa vision créative

DUBAÏ: L’édition 2023 du Festival du film de Sundance, qui a été clôturée ce week-end à Park City, Utah et qui s’est tenue en présentiel pour la première fois depuis 2020, a vu trois films du Moyen-Orient remporter des prix: The Persian Version, Shayda et Animalia.  

Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz a remporté le Prix du public et le Prix Waldo Salt pour le meilleur scénario dans la compétition dramatique américaine.  

Il raconte l’histoire d’une grande famille irano-américaine qui se réunit pour la greffe du cœur du père lorsqu’un secret de famille entraîne la mère et la fille dans une exploration du passé.   

Ce film est l’un des trois films réalisés par des femmes iraniennes à Sundance cette année, les autres étant Joonam et Shayda.  

Shayda, de Noora Niasari, a remporté le Prix du public dans la Compétition dramatique du cinéma du monde. Le film porte sur Shayda, une mère iranienne courageuse, qui trouve refuge dans un foyer pour femmes australien avec sa fille de six ans. Cependant, lorsque son mari, dont elle est séparée, réintègre leur vie, le chemin de la liberté de Shayda est mis en péril.  

Le troisième film régional à remporter un prix à Sundance est Animalia, réalisé par la Marocaine Sofia Alaoui, qui a reçu le Prix spécial du jury pour sa vision créative. Le film relate l’histoire d’une jeune future maman qui fait face à une invasion extraterrestre avec un sentiment d’effroi qui se transforme lentement en libération. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com