Neige printanière au Liban, vague de froid en Turquie: «petit âge glaciaire» ou réchauffement?

La saison a commencé lundi passé avec une nouvelle tempête qui a affecté toutes les régions libanaises, y compris Tyr, le Kesrouan et le Metn (Photo, AFP).
La saison a commencé lundi passé avec une nouvelle tempête qui a affecté toutes les régions libanaises, y compris Tyr, le Kesrouan et le Metn (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 25 mars 2022

Neige printanière au Liban, vague de froid en Turquie: «petit âge glaciaire» ou réchauffement?

  • La saison a commencé lundi passé avec une nouvelle tempête qui a affecté toutes les régions libanaises
  • Des routes ont été coupées en raison de l’accumulation de neige, et des écoles ont fermé

BEYROUTH : Ce printemps, au Liban, les oiseaux n’ont pas encore gazouillé, et les bourgeons n’ont presque pas encore fleuri.

La saison a commencé lundi passé avec une nouvelle tempête qui a affecté toutes les régions libanaises, y compris Tyr, le Kesrouan et le Metn. La neige a touché les 700 mètres en raison du flux de masses d'air humide et froid en provenance de l'est de la Turquie, a signalé le service météorologique.

Des routes ont été coupées en raison de l’accumulation de neige, et des écoles ont fermé.

Photo montrant la neige au district de Jbeil, Annaya, au Liban (Photo, fournie).
Photo montrant la neige au district de Jbeil, à Annaya, au Liban, le 24 mars 2022 (Photo, fournie). 

Les services météorologiques ont prévenu que "le temps humide serait dominant cette semaine alors qu'un profond système de basse pression s'approche". Même à Beyrouth, au bord de la Méditerranée, la température a enregistré 5.4°C, la plus basse température dont la capitale ait témoigné depuis 1980, signalent les services.

La neige recouvre le site historique romain de Baalbek dans l'est de la vallée de la Bekaa au Liban, après une chute de neige pendant la nuit du 27 janvier 2022 (Photo, AFP).
La neige couvre le site historique romain de Baalbeck dans l'est de la vallée de Bekaa, au Liban, le 27 janvier 2022 (Photo, AFP). 

 

Au niveau international, ces dernières semaines, des inondations catastrophiques ont submergé des villes en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, inondé des tunnels de métro en Chine, balayé le nord-ouest de l'Afrique et provoqué des glissements de terrain meurtriers en Inde et au Japon.

Que cachent ces catastrophes ?

La thèse d’un «petit âge glaciaire» qu’avancent certains météorologues est-elle plausible ?  Examiné et surveillé de près, le monde naturel déborde d’éléments, notamment les calottes glaciaires, qui réagissent aux conditions météorologiques tout en grandissant ou en s'accumulant progressivement au fil du temps.

Ces reconstructions révèlent que des vagues de refroidissement ont balayé une grande partie du monde. Elles suggèrent également des causes probables - y compris une série d'éruptions volcaniques explosives qui ont brusquement libéré de la poussière diffusant la lumière du soleil dans la stratosphère ; et une lente variabilité interne des modèles régionaux de circulation atmosphérique et océanique.

Les gens pataugent dans les eaux de crue alors qu'ils évacuent après les inondations à Serang, dans la province de Banten, le 1er mars 2022.
Les gens évacuent après les inondations à Serang, dans la province de Banten, le 1er mars 2022 (Photo, AFP). 

Cependant, dans le passé, ces causes n'ont pu refroidir la Terre que de quelques dixièmes de degré Celsius pendant les vagues les plus froides du petit âge glaciaire. Par ailleurs, le refroidissement que nous constatons ces dernières saisons n'est pas aussi constant que le réchauffement actuel : la chaleur et la sécheresse ont provoqué des incendies de forêt dans l'ouest de l'Amérique du Nord et en Sibérie, et contribué aux pénuries d'eau en Iran, aggravant aussi les famines en Éthiopie, en Somalie et au Kenya, selon l’ONU.

L’ONU «sonne  l’alarme»

Le monde marche "les yeux fermés vers la catastrophe climatique", a alerté lundi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, déplorant qu'en dépit de "l'aggravation" de la situation, les grandes économies continuent de laisser leurs émissions de gaz à effet de serre augmenter.

Selon l'ONU, il faudrait réduire de 45% les émissions d'ici 2030 pour espérer limiter la hausse des températures à +1,5°C. Mais les émissions sont toujours en hausse et la planète a gagné en moyenne environ +1,1°C depuis l'ère pré-industrielle, multipliant canicules, sécheresses, tempêtes ou inondations catastrophiques.

Dans le tweet publié ci-dessus, Guterres avertit: "Le réchauffement climatique affecte toutes les régions de la Terre, de nombreux changements devenant irréversibles. Nous devons agir de manière décisive maintenant pour éviter une catastrophe climatique."

Les experts du GIEC prévoient qu'au cours des prochaines décennies, les changements climatiques augmenteront dans toutes les régions. Pour 1,5°C de réchauffement climatique, il y aura des vagues de chaleur croissantes, des saisons chaudes plus longues et des saisons froides plus courtes.

A 2°C de réchauffement climatique, les extrêmes de chaleur sont plus susceptibles d'atteindre des seuils de tolérance critiques pour l'agriculture et la santé. Des événements extrêmes au niveau de la mer qui se produisaient auparavant une fois tous les 100 ans pourraient se produire chaque année d'ici la fin de ce siècle, le rapport avertit.

Le message du rapport du GIEC est limpide. Il est temps d’intervenir et de sensibiliser l’humanité pour prévenir les catastrophes climatiques.


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.