L'Arabie saoudite se prépare à faire face à la menace de la dengue

L'arrivée d'infections en provenance de pays asiatiques sujets à la dengue reste une préoccupation pour les autorités sanitaires d'Arabie saoudite. (AFP)
L'arrivée d'infections en provenance de pays asiatiques sujets à la dengue reste une préoccupation pour les autorités sanitaires d'Arabie saoudite. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 26 mars 2022

L'Arabie saoudite se prépare à faire face à la menace de la dengue

  • La maladie transmise par les moustiques est répandue dans la région occidentale, notamment à Djeddah et à La Mecque
  • Le développement de vaccins efficaces est essentiel pour contrôler la dengue dans les pays où elle est endémique

DJEDDAH : Alors que le monde est préoccupé par la lutte contre la pandémie de Covid-19 depuis deux ans, d'autres virus et maladies potentiellement mortels ont continué à se propager.

L'un d'entre eux est la dengue, un virus transmis par les moustiques qui provoque une maladie qui, dans sa forme la plus extrême, peut être létale. Selon les experts, il est urgent d'agir pour la maîtriser.

La dengue est surtout présente dans les régions tropicales et subtropicales, et des millions de cas d'infection sont signalés chaque année dans le monde. Elle est plus fréquente en Asie du Sud-Est, dans le Pacifique occidental, en Amérique latine et en Afrique, mais s'est étendue à d'autres régions, sous forme d'épidémies localisées en Europe et dans le sud des États-Unis.

Transmise à l'homme par un certain nombre d'espèces de moustiques femelles, la dengue a une période d'incubation de quatre à dix jours. Une fois infecté, le patient en devient porteur et peut transmettre la maladie pendant cinq jours en moyenne. Un moustique peut infecter plusieurs personnes à des moments pics, tôt le matin et avant le crépuscule.

Il en résulte des symptômes graves de type grippal, notamment une forte fièvre, des maux de tête sévères, des douleurs musculaires et articulaires, des nausées et des vomissements, qui peuvent durer sept jours.

La plupart des cas sont bénins, mais ceux qui se remettent de la dengue et sont réinfectés, peuvent souffrir de symptômes beaucoup plus graves, notamment d'hémorragies internes et de lésions organiques. Les femmes qui contractent le virus pendant leur grossesse courent le risque de le transmettre à leur bébé.

La dengue est présente en Arabie saoudite depuis plus de deux décennies et est endémique pendant la saison des pluies, entre avril et septembre. Elle est particulièrement répandue dans la région occidentale, notamment à Djeddah et à La Mecque.

Carte

L'émergence de la dengue dans le Royaume remonte à 1993-94, lorsqu'un cas isolé a été détecté pour la première fois à Djeddah. Des années de surveillance, de suivi épidémiologique, de mesures de prévention et de contrôle ont permis de réduire la prolifération des moustiques qui propagent le virus, mais celui-ci reste néanmoins un défi important pour les autorités sanitaires.

Avant même la pandémie de Covid-19, plusieurs pays, principalement dans les zones tropicales et subtropicales, subissaient les effets de maladies transmises par les moustiques telles que le paludisme, la dengue, la fièvre jaune, le virus du Nil occidental et le Zika.

Les mesures destinées à enrayer la propagation de ces maladies ont progressé au niveau mondial. Mais quelques mois après l'apparition du coronavirus, le personnel médical a été redéployé pour contribuer à ralentir la propagation du Covid-19. Il en a résulté une résurgence d'autres maladies dans des zones où elles avaient été maîtrisées.

La dengue représente près de 70 % des cas de morbidité en Asie, sa propagation étant en partie alimentée par l'urbanisation rapide de ces dernières années. Avec la récente reprise des vols commerciaux internationaux, suite à la levée des restrictions de voyage liées à la pandémie, la maladie fait à nouveau le tour du monde.

L'Arabie saoudite est l'une des plus grandes plaques tournantes du tourisme religieux au monde, et les autorités du pays considèrent que les efforts pour maîtriser la dengue sont d'une importance capitale.

En 2019, le Royaume a fait partie des pays qui ont enregistré certains des taux les plus élevés de la maladie. Rien qu'en 2018, 6 345 cas de dengue ont été confirmés, principalement à Djeddah.

Malgré les défis posés par la pandémie de Covid-19, les études montrent qu'il y a eu une forte réduction des cas de dengue en Arabie saoudite au cours des deux dernières années, attribuée à un effort de collaboration des organismes gouvernementaux impliqués dans la surveillance et le contrôle des vecteurs. En matière de santé publique, les vecteurs sont les organismes vivants qui transmettent les maladies entre les humains ou des animaux aux humains.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour surmonter l'épidémie annuelle de dengue en Arabie saoudite, a déclaré Abdullah Algaissi. (Fourni)
Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour surmonter l'épidémie annuelle de dengue en Arabie saoudite, a déclaré Abdullah Algaissi. (Fourni)

« Bien que la dengue soit toujours endémique dans certaines villes et certains pays du monde, à La Mecque, par exemple, elle est signalée à de faibles niveaux en raison de plusieurs mesures qui ont été prises pour diminuer son mode de transmission », a déclaré à Arab News le Dr Osamah Barasheed, responsable adjoint de la santé publique au Pôle Santé de La Mecque.

« L'éducation sanitaire du ministère de la Santé dans les foyers et les lieux publics pour sensibiliser à la dengue a joué un rôle important dans la prévention de sa propagation. »

Les autorités municipales de La Mecque se sont également efforcées de réduire le nombre de moustiques par des campagnes d'assainissement et la désinfection des sites où ils se reproduisent couramment.

Des études indiquent que la propagation de la dengue en Arabie saoudite a été alimentée par plusieurs facteurs, notamment le manque d'hygiène dans certains quartiers urbains et l'arrivée de travailleurs migrants et de pèlerins religieux en provenance de régions du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord et d'Asie sujettes à la dengue.

« La dengue est toujours sous contrôle », a déclaré Barasheed. « Les départements d'éducation sanitaire des administrations chargées des maladies vectorielles et zoonotiques (maladies infectieuses transmises de l'animal à l'homme) au (ministère de la Santé) jouent un rôle majeur dans la lutte et la réduction de la propagation des cas de dengue par leurs activités de sensibilisation au sein de la communauté. »

SYMPTÔMES DE LA DENGUE

  • Forte fièvre de 40° C

     

  • Maux de tête

     

  • Douleurs musculaires, osseuses ou articulaires

     

  • Nausées

     

  • Vomissements

     

  • Douleur derrière les yeux

     

  • Glandes enflées

     

  • Éruption cutanée

Le Dr Abdullah Algaissi, virologue et professeur adjoint à l'université de Jazan, a déclaré à Arab News que la recherche sur la dengue au Royaume se concentre actuellement sur trois domaines clés : la compréhension de la réponse immunitaire à l'infection par la dengue, la gravité de la maladie, les mesures de contrôle et le développement de vaccins et d'antiviraux sûrs et efficaces.

Les universités saoudiennes accordent la priorité à cette question et des efforts considérables sont déployés pour mettre au point un vaccin.

« Plusieurs vaccins sont actuellement en cours de développement », a déclaré M. Algaissi. « Le Dengvaxia est un vaccin qui a été approuvé dans certains pays, mais seulement pour certains groupes. Le DENVax est développé par une société pharmaceutique japonaise, Takeda. »

« Les deux vaccins sont censés protéger contre les quatre sérotypes (variations distinctes au sein d'une espèce de bactérie ou de virus), mais certains problèmes subsistent. »

La surveillance et la prévention sont essentielles pour enrayer la propagation de cette maladie potentiellement mortelle. (AFP)
La surveillance et la prévention sont essentielles pour enrayer la propagation de cette maladie potentiellement mortelle. (AFP)

Les recherches ont montré que le DENVax protège principalement contre une forme de dengue et est moins efficace contre les trois autres.

La dengvaxie, quant à elle, est recommandée chez les patients qui ont déjà été infectés par le virus. Cependant, le problème est qu'elle peut provoquer des symptômes plus graves chez les personnes qui n'ont pas été infectées auparavant, ce qui remet en question son efficacité.

Cela est lié à un phénomène connu sous le nom de renforcement de l'infection par les anticorps, ce qui signifie que les anticorps produits en réponse à une première infection par un sérotype de dengue peuvent entraîner une maladie plus grave après une infection ultérieure par un autre sérotype.

« Dengvaxia n'est pas recommandé pour les personnes qui n'ont pas été infectées par la dengue dans le passé », a expliqué Algaissi. « Certains pays ont cessé de l'utiliser pour cette raison, tandis que d'autres l'ont approuvé uniquement pour les personnes qui ont été infectées et qui vivent dans des zones où cette infection est endémique. »

Dengue

En 2020, la Food and Drug Administration américaine a approuvé l'utilisation du vaccin pour les enfants âgés de 9 à 16 ans qui vivent dans des zones où la maladie est endémique et qui ont déjà contracté une dengue confirmée par des tests de laboratoire.

Outre la mise au point de vaccins, un autre domaine de recherche sur la dengue est la modification génétique. Luke Alphey, du département de zoologie de l'université d'Oxford au Royaume-Uni, a mis au point une technique qui entrave la capacité des moustiques à se reproduire. Des moustiques porteurs d'un gène létal sont produits en laboratoire. Une fois relâchés dans la nature, ils s'accouplent avec des espèces sauvages et transfèrent le gène mortel, ce qui empêche la larve d'atteindre l'âge adulte.

Il est clair que la poursuite des recherches sur le virus et le développement de meilleurs vaccins sont la clé du contrôle et, à terme, de l'élimination de la dengue en Arabie saoudite.

« La plupart des recherches se concentrent actuellement sur la surveillance et le contrôle des moustiques et du virus, ainsi que sur les caractéristiques cliniques des patients atteints de dengue », a souligné M. Algaissi. « Mais je souhaite davantage de recherches sur le développement de vaccins et d'antiviraux efficaces. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Sept blessés dans des tirs sur la Zone verte à Bagdad pendant une séance du Parlement

Les partisans irakiens du religieux musulman chiite Moqtada affrontent les forces de sécurité sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale irakienne, Bagdad, le 28 septembre 2022, avant une session parlementaire dans la zone verte de haute sécurité voisine, de l'autre côté du Tigre. (AFP)
Les partisans irakiens du religieux musulman chiite Moqtada affrontent les forces de sécurité sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale irakienne, Bagdad, le 28 septembre 2022, avant une session parlementaire dans la zone verte de haute sécurité voisine, de l'autre côté du Tigre. (AFP)
Short Url
  • L'influent chef chiite Moqtada Sadr réclame une dissolution immédiate du Parlement et des législatives anticipées
  • L'Irak est plongé depuis plusieurs mois dans une grave crise politique qui dégénère parfois en violences

BAGDAD: Trois roquettes sont tombées mercredi sur la Zone verte dans la capitale irakienne faisant sept blessés parmi les forces de l'ordre, selon un communiqué des services de sécurité, au moment même où le Parlement tenait une séance, la première en deux mois.

"Une roquette est tombée devant le bâtiment du Parlement", a précisé le communiqué d'une cellule conjointe des forces de sécurité.

"Le nombre de blessés parmi les forces de sécurité est monté à sept", a précisé cette instance, après avoir donné un premier bilan de quatre blessés, dont un officier.

Aucune information n'a été donnée dans l'immédiat sur les auteurs des tirs.

Les trois roquettes sont tombées sur différents secteurs de la Zone verte, un quartier abritant ambassades occidentales et institutions gouvernementales qui est souvent pris pour cible par des tirs de roquettes ou parfois assailli par des manifestants en colère.

L'Irak est plongé depuis plusieurs mois dans une grave crise politique qui dégénère parfois en violences. L'impasse est totale, tandis que les barons de la politique s'affrontent depuis les législatives d'octobre 2021 sur le nom du prochain Premier ministre et son mode de désignation.

L'influent chef chiite Moqtada Sadr réclame une dissolution immédiate du Parlement et des législatives anticipées. En face, le Cadre de coordination, alliance regroupant des factions chiites pro-iraniennes, veut la mise en place d'un gouvernement avant tout scrutin.

Le 29 août, les tensions avaient culminé lorsque des partisans de Sadr ont affronté l'armée et des hommes du Hachd al-Chaabi, d'ex-paramilitaires pro-Iran intégrés aux troupes régulières, et qui sont politiquement opposés aux sadristes. Plus de 30 partisans sadristes sont morts dans ces combats.

Les tirs de roquettes de mercredi ont coincidé avec une séance du Parlement durant laquelle 222 députés, sur les 235 réunis, ont voté contre la démission du président du Parlement, l'influent Mohamed al-Halboussi, ont annoncé ses services.

Des centaines de partisans de M. Sadr ont manifesté sur une place du centre de Bagdad, dénonçant la tenue de cette séance parlementaire, la première organisée depuis les violences du 29 août. Et depuis un sit-in des sadristes brièvement installé fin juillet dans l'enceinte du Parlement.


Irak: neuf morts dans des frappes de Téhéran contre l'opposition kurde iranienne

Les forces terrestres des Gardiens de la Révolution ont déclenché une vague de frappes de drones et d'artillerie visant des positions kurdes. (Photo, AFP)
Les forces terrestres des Gardiens de la Révolution ont déclenché une vague de frappes de drones et d'artillerie visant des positions kurdes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Revendiqués par Téhéran, ces bombardements ont fait au total neuf morts et 32 blessés, a annoncé le ministre de la Santé du Kurdistan, Saman al-Barzanji, au chevet des victimes dans un hôpital d'Erbil, capitale de la région autonome
  • Ces derniers jours, des tirs d'artillerie iraniens avaient visé à plusieurs reprises des zones frontalières du Kurdistan d'Irak, sans faire de dommages notables

ZARGWEZ: Au moins neuf personnes ont été tuées et une trentaine blessées mercredi au Kurdistan irakien dans des frappes iraniennes contre des groupes armés de l'opposition kurde iranienne, qui dénonce la répression des manifestations en République islamique. 

Le gouvernement fédéral irakien et le pouvoir régional du Kurdistan autonome, dans le nord du pays, ont condamné des frappes de missiles et d'autres menées selon Bagdad par "20 drones chargés d'explosifs" qui ont visé quatre secteurs. 

Bagdad a annoncé la convocation "de toute urgence" de l'ambassadeur d'Iran pour protester contre les attaques, la diplomatie irakienne fustigeant "des actions unilatérales et provocatrices". 

Revendiqués par Téhéran, ces bombardements ont fait au total neuf morts et 32 blessés, a annoncé le ministre de la Santé du Kurdistan, Saman al-Barzanji, au chevet des victimes dans un hôpital d'Erbil, capitale de la région autonome. 

"Il y a des civils parmi les victimes", a indiqué un haut responsable du Kurdistan autonome. Mais les autorités n'ont pas fourni dans l'immédiat plus de détails sur le bilan humain de ces attaques. 

La télévision étatique kurde irakienne, K24, a indiqué que trois de ses journalistes avaient été "grièvement blessés". 

Dans un hôpital d'Erbil, un photographe a vu des hommes, le plus souvent en treillis, transportés sur des civières, sortis d'ambulances tâchées de sang, les corps bandés sur des chaises roulantes. 

Le Kurdistan d'Irak accueille plusieurs groupes d'opposition iraniens kurdes qui, historiquement, ont mené une insurrection armée contre Téhéran, même si ces dernières années leurs activités militaires sont en recul. 

Ils restent toutefois très critiques sur les réseaux sociaux de la situation en Iran, partageant des vidéos sur le mouvement de protestation qui a éclaté mi-septembre dans la République islamique après la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans interpellée par la police des moeurs. 

Le Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI), un des groupes visés par les bombardements sur la région de Koysinjaq, à l'est d'Erbil, a fait état de deux morts dans ses rangs. 

Sur Twitter, le PDKI a fustigé des "attaques lâches", menées à un moment où le régime iranien "est incapable (...) de faire taire la résistance civile" de la population kurde et iranienne. 

« Infiltrés » 

En Iran, la télévision d'Etat a affirmé que "les forces terrestres des Gardiens de la Révolution (l'armée idéologique de la République islamique, ndlr) ont ciblé plusieurs quartiers généraux de terroristes séparatistes dans le nord de l'Irak avec des missiles de précision et des drones destructeurs". 

Ces derniers jours, des tirs d'artillerie iraniens avaient visé à plusieurs reprises des zones frontalières du Kurdistan d'Irak, sans faire de dommages notables. 

Ces frappes interviennent dans un contexte tendu en Iran, où des manifestations nocturnes ont lieu quotidiennement dans le pays depuis la mort de Mahsa Amini. 

De hauts responsables à Téhéran ont d'ailleurs lié ces bombardements aux "émeutes" qui agitent l'Iran. 

Cité mardi par l'agence de presse Tasnim, un haut responsable des Gardiens de la Révolution, le général Abbas Nilforoushan, évoquait des éléments "infiltrés" en Iran "pour semer le désordre" et "étendre les troubles". 

"Ces éléments contre-révolutionnaires ont été arrêtés lors d'émeutes dans le nord-ouest, nous avons donc dû nous défendre, réagir et bombarder les environs de la bande frontalière", avait-il dit. 

Par ailleurs, les frappes de mercredi ont endommagé et détruit des bâtiments dans le secteur de Zargwez, à une quinzaine de kilomètres de Souleimaniyeh, où se trouvent des locaux de plusieurs partis d'opposition armés iraniens kurdes de gauche, notamment ceux de Komala-travailleurs du Kurdistan. 

Un correspondant à Zargwez a vu des volutes de fumée blanche s'élever d'un des sites touchés par les frappes, où des ambulances ont été dépêchées. Des habitants fuyaient les lieux, tandis que des blessés légers se faisaient soigner sur place par un médecin du parti, selon le correspondant. 

La région de Sherawa, au sud d'Erbil, a également été visée par les bombardements. "Des locaux du Parti de la Liberté du Kurdistan ont été visés par des bombardements iraniens", a indiqué un responsable de ce parti d'opposition iranien, Hussein Yazdan. 

"Nous condamnons fermement ces attaques continues qui entraînent la mort de civils et nous appelons à la fin de ces violations", a fustigé dans un communiqué le gouvernement du Kurdistan autonome. 


Khaled al-Faisal célèbre Cent et Un Livres, un projet coréalisé avec l'IMA

(Photo, IMA).
(Photo, IMA).
Short Url
  • L’objectif du projet «Cent et Un Livres» est de faire découvrir au grand public cent un penseurs, écrivains, artistes arabes ou français des deux derniers siècles ayant joué le rôle de médiateur entre les deux rives de la Méditerranée
  • Le Prix international du roi Faisal, créé en 1979, est un prix annuel décerné par la fondation du roi Faisal

PARIS: Le prince Khaled al-Faisal a célébré mercredi l'achèvement du projet baptisé «Cent et Un Livres» mis en œuvre par le Prix international du roi Faisal, en coopération avec l'Institut du monde arabe (IMA) à Paris, dans le but d’exposer le travail de cent scientifiques et chercheurs arabes et français, a rapporté mercredi la chaîne Al-Arabiya.

Cent et Un Livres est une collection de livres qui porte sur des personnalités françaises et arabes. Son objectif est de faire découvrir au grand public cent un penseurs, écrivains, artistes arabes ou français des deux derniers siècles ayant joué le rôle de médiateur entre les deux rives de la Méditerranée. Les livres présentés dans le cadre de ce projet cherchent à mettre en lumière les contributions des savants français à l'introduction de la culture arabe dans diverses parties du monde, ainsi que les contributions des savants arabes à l'introduction de la culture française dans la région arabe.

La chaire de l'IMA a été chargée pour sa part de la publication de soixante titres en langue française, mettant en lumière l'œuvre de soixante personnalités arabes, hommes et femmes. Parmi ces personnalités figurent l’auteur Amin Maalouf, le cinéaste égyptien Youssef Chahine, le penseur marocain Al-Jabri, le réformateur tunisien Ibn Achour…

L'inauguration, qui a coïncidé avec le 40e anniversaire du prix, a été organisée en 2020 sous le patronage du prince Khaled al-Faisal, président du Prix international du roi Faisal et gouverneur de La Mecque, qui était représenté par le prince sultan Ben Khaled al-Faisal, en présence de Jack Lang, président de l'IMA; Abdelaziz Alsebail, secrétaire général du Prix du roi Faisal et Mojeb al-Zahrani, directeur de l’IMA. Cette cérémonie avait marqué la première étape de l'initiative, avec l'annonce de la sortie de cinq livres en arabe et de cinq romans en français.

Le Prix international du roi Faisal, créé en 1979, est un prix annuel décerné par la fondation du roi Faisal à des personnes et des institutions dévouées «dont les contributions font une différence positive» dans les domaines du service à l'islam, des études islamiques, de la langue et littérature arabes, des sciences et médecine.