A Mykolaïv, l'étau russe semble se desserrer, les habitants reprennent espoir

Cette photo prise le 22 mars 2022 et publiée le 23 mars 2022 par le service d'urgence de l'État ukrainien, montre des pompiers en train d'éteindre un incendie après un bombardement russe sur un entrepôt à Mykolaiv. (AFP)
Cette photo prise le 22 mars 2022 et publiée le 23 mars 2022 par le service d'urgence de l'État ukrainien, montre des pompiers en train d'éteindre un incendie après un bombardement russe sur un entrepôt à Mykolaiv. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 27 mars 2022

A Mykolaïv, l'étau russe semble se desserrer, les habitants reprennent espoir

  • Après des semaines terribles pendant lesquelles l'armée russe a tenté en vain de faire sauter cette ville-verrou sur la route d'Odessa, ces derniers jours la menace semble s'éloigner
  • Une de ces frappes, le 5 mars sur un village proche de Mykolaïv, a conduit la jeune Sofia au sous-sol d'un hôpital pédiatrique dont elle rêve de sortir prochainement

MYKOLAIV: Clouée depuis trois semaines sur son lit au sous-sol d'un hôpital de Mykolaïv pilonnée par l'artillerie russe, Sofia, 13 ans, a encore des éclats de métal dans le crâne malgré trois opérations, mais garde le sourire et des rêves plein la tête : jouer de la guitare et devenir peintre.


Après des semaines terribles pendant lesquelles l'armée russe a tenté en vain de faire sauter cette ville-verrou sur la route d'Odessa, plus grand port d'Ukraine, ces derniers jours la menace semble s'éloigner. Le front a même sensiblement reculé, avec une contre-offensive ukrainienne sur Kherson, à quelque 80 kms au sud-est, seule ville d'importance dont l'armée russe avait revendiqué la prise totale. 


Et, bien que des autocars jaunes quittent chaque matin la ville en direction de l'ouest pour mettre à l'abri des dizaines de personnes, dont beaucoup d'enfants, les habitants se prennent à espérer un retour à une vie presque normale.


"Le temps est magnifique", a commenté samedi le gouverneur de la région, Vitaly Kim, dans une de ces vidéos sur les réseaux sociaux qui ont fait sa popularité depuis le début de l'invasion russe. "Et sans frappes, il le serait encore plus", a-t-il ajouté.


En cette fin de semaine, les sirènes d'alerte ne troublent plus guère les badauds, de plus en plus nombreux dans les rues. La plupart pressent à peine le pas en les entendant.


Une de ces frappes, le 5 mars sur un village proche de Mykolaïv, a conduit la jeune Sofia au sous-sol d'un hôpital pédiatrique dont elle rêve de sortir prochainement.


"Elle a reçu des des éclats à la tête dont certains n'ont pas encore pu être enlevés", explique sa mère, Ludmila, au chevet de l'adolescente, allongée sous une couverture bariolée avec pour compagnon un gros nounours blanc, dans le département neurochirurgie délimité par des draps accrochés à un fil par des pinces à linge.


"Maintenant je peux un peu bouger mes bras et mes jambes, pas encore me lever sans l'aide de ma mère, mais j'espère pouvoir bientôt sortir", dit Sofia, stoïque, des pansements aux mains et près de la tempe.

Les séparatistes de Lougansk pourraient tenir un référendum pour rejoindre la Russie

Le territoire séparatiste de Lougansk, dont Moscou a reconnu l'indépendance, pourrait bientôt organiser un référendum pour rejoindre la Russie, a déclaré dimanche le leader de ce territoire, Léonid Passetchnik.

"Je pense que dans un avenir proche, un référendum aura lieu sur le territoire de la république (autoproclamée de Lougansk, ndlr), au cours duquel le peuple exercera son droit constitutionnel absolu et exprimera son opinion sur l'adhésion à la Fédération de Russie", a-t-il déclaré, cité par les agences russes.

"Je ne sais pas pourquoi, je suis sûr que cela sera le cas", a-t-il ajouté, sans donner de détails sur une date possible.

Les républiques séparatistes prorusses de Donetsk et Lougansk, dont Moscou a reconnu l'indépendance, sont situées dans le bassin minier russophone du Donbass (est de l'Ukraine) et échappent depuis 2014 au contrôle de Kiev.

La guerre qui oppose depuis cette date les séparatistes aux autorités de Kiev a fait plus de 14 000 morts. Leur indépendance, proclamée à l'issue de référendums, n'est pas reconnue par la communauté internationale. 

Le 21 février, dans une séquence très chorégraphiée, le président Vladimir Poutine a reconnu leur indépendance et répondu à leur demande de mettre en place une "coopération en matière de défense". 

Ce fut un prélude à l'entrée, le 24 février, des troupes russes en Ukraine, au motif, selon le Kremlin de défendre ces territoires séparatistes.

Douze blessés et deux tués 
"Elle a déjà subi plusieurs opérations mais des morceaux sont encore là. Sa vie n'est plus en danger mais cela peut nuire à sa santé, c'est pourquoi nous nous préparons à l'opérer de nouveau", indique Irina Tkatchenko, une responsable médicale de l'établissement.


"Je sais que je ne dois pas me laisser aller, sinon je vais craquer", confie Ludmila, qui ravale un sanglot avant de se reprendre, un peu rassérénée par le courage affiché par sa fille.


"Je veux fabriquer une guitare pour apprendre à en jouer", proclame Sofia, "puisque mon petit frère a cassé la mienne". "Mais on t'en rachètera une", lui promet doucement sa mère.


"Je rêve d'être artiste, j'ai étudié la peinture pendant un semestre", poursuit ingénument Sofia, "je veux être une peintre célèbre et vivre de mon art".


De l'autre côté du rideau de draps, le petit Micha, 5 ans, a perdu sa mère dans un bombardement. La tête enserrée dans un épais bandage, il se lève de son lit encombré de peluches pour laisser ses grands-parents l'aider à s'habiller.


"Nous avons transformé notre sous-sol en abri, divisé en sections de neurochirurgie, chirurgie, traumatologie et néonatalogie", explique Irina Tkatchenko.


"Au plus fort de la guerre, quand nous avons été attaqués par les +fascistes+ - il n'y a pas d'autre mot - nous avons eu 12 enfants admis pour des blessures de gravité variable", affirme le médecin en chef de l'hôpital, Alexander Plitkine, "ainsi que deux que nous n'avons pas pu sauver".


"Maintenant la situation s'est un peu stabilisée", souligne-t-il.


Autre signe de détente: le gouverneur a assoupli les restrictions sur la vente d'alcool en l'autorisant le week-end, mais a prévenu qu'elles seraient rétablies en cas d'excès.


Argentine: Des milliers de personnes manifestent à Buenos Aires pour le pouvoir d'achat

Manifestation sur la place Plaza de Mayo devant le palais présidentiel Casa Rosada à Buenos Aires (Photo, AFP).
Manifestation sur la place Plaza de Mayo devant le palais présidentiel Casa Rosada à Buenos Aires (Photo, AFP).
Short Url
  • Parmi leurs revendications figurent une hausse drastique du salaire minimum
  • Les organisations de gauche radicale dénoncent la timidité des mesures sociales du gouvernement

BUENOS AIRES: Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mercredi à Buenos Aires, s'apprêtant pour une partie d'entre elles à camper la nuit devant la présidence, pour réclamer une hausse des salaires, à la veille de l'annonce de l'indice d'inflation pour juillet qui devrait rogner encore le pouvoir d'achat.

Les manifestants, à l'appel d'organisations situées à la gauche du gouvernement (centre gauche) d'Alberto Fernandez, ont convergé, sans incidents, vers la Plaza de Mayo, siège de la présidence, et du ministère de l'Economie dans une rue adjacente.

A la tombée de la nuit, quelques centaines de tentes étaient dressées sur la place ou à même la chaussée, des petits feux ou barbecues improvisés en musique, par les manifestants qui demandent à être reçus par le nouveau ministre de l'Economie Sergio Massa depuis une semaine.

Les organisations de gauche radicale dénoncent la timidité des mesures sociales du gouvernement, plus soucieux selon elles de rassurer les marchés financiers que d'amortir le choc inflationniste pour les couches défavorisées.

Parmi leurs revendications figurent une hausse drastique du salaire minimum, de 45.540 pesos (325 dollars au change officiel) à 105.000 pesos (744 dollars), la valeur estimée du panier alimentaire pour une famille de quatre pour se maintenir au-dessus du seuil de pauvreté.

Ils réclament aussi une prime de 20.000 pesos (143 dollars) pour les retraités, les autoentrepreneurs vulnérables, les travailleurs précaires.

"Le ministre (Massa) s'est adressé aux marchés, aux pouvoirs économiques, mais n'a apporté aucune réponse aux secteurs populaires sur la façon d'atténuer un processus inflationniste sans fin", a dénoncé Eduardo Belliboni, dirigeant du Polo Obrero, une des principales organisations au coeur de la manifestation.

Le rassemblement, qui fait suite des mobilisations similaires ces dernières semaines, intervient à la veille de la publication de l'indice d'inflation pour juillet, qui selon les prévisions de plusieurs économistes, pourrait être, autour de 7%, le plus élevé de l'année en cours.

L'économie argentine, notoirement instable, a vécu un mois de juillet particulièrement fébrile, avec la démission surprise du ministre de l'Economie depuis deux ans Martin Guzman, un bref intérim de Silvina Batakis, et des efforts à ce jour vains du gouvernement pour enrayer une inflation à 36,2% pour le premier semestre, 64% sur les douze derniers mois.

Le ministre Massa a annoncé mercredi un coup de pouce (+15,53%) pour les retraites, les allocations familiales, malgré l'objectif de discipline budgétaire auquel s'est engagée l'Argentine dans le cadre de son accord, en mars, avec le FMI pour le refinancement de sa dette.


Le leader nord-coréen proclame une «victoire éclatante» contre la Covid

Des habitants de la capitale nord-coréenne se promènent le long de la rue Sungri à Pyongyang le 27 juillet 2022 (Photo, AFP).
Des habitants de la capitale nord-coréenne se promènent le long de la rue Sungri à Pyongyang le 27 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis le 29 juillet, Pyongyang n'a signalé aucun nouveau cas de Covid-19
  • La Corée du Nord s'est longtemps vantée de sa capacité à se prémunir du virus

SEOUL: Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a proclamé mercredi une "victoire éclatante" sur la Covid-19, après presque deux semaines sans aucun cas officiellement enregistré.

Présidant une réunion avec des personnels de santé et des scientifiques, Kim Jong Un s'est félicité de cette "victoire (...) dans la guerre contre la maladie pandémique maligne", selon l'agence de presse officielle KCNA.

"La victoire remportée par notre peuple est un événement historique qui a montré une fois de plus au monde la grandeur de notre État, la ténacité indomptable de notre peuple et les belles coutumes nationales dont nous sommes fiers", a ajouté le dirigeant nord-coréen, cité par l'agence.

La Corée du Nord, l'un des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020 après l'apparition du virus dans la Chine voisine, s'est longtemps vantée de sa capacité à se prémunir du virus.

Pyongyang a annoncé son premier cas de coronavirus le 12 mai et Kim Jong Un a pris personnellement en main la lutte contre l'épidémie.

Depuis le 29 juillet, Pyongyang n'a signalé aucun nouveau cas.

La Corée du Nord a enregistré près de 4,8 millions d'infections depuis la fin avril, avec seulement 74 décès, soit un taux de létalité officiel de 0,002%, selon KCNA.

Les hôpitaux du pays sont notoirement sous-équipés, avec peu d'unités de soins intensifs et aucun traitement ou vaccin contre le coronavirus n'est disponible, selon les experts.

La Corée du Sud voisine, qui dispose d'un système sanitaire performant et d'un fort taux de vaccination au sein de sa population, affiche par comparaison un taux de mortalité de 0,12%, selon les chiffres officiels.


Mali: Le gouvernement confirme le bilan de 42 soldats tués à Tessit, deuil national de 3 jours

Des manifestants à Ouagadougou soutiennent l'armée au pouvoir (Photo, AFP).
Des manifestants à Ouagadougou soutiennent l'armée au pouvoir (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement a annoncé un deuil national de trois jours en hommage aux victimes civiles et militaires
  • Le secteur de Tessit est situé du côté malien de la zone des trois frontières, dans une immense région rurale non contrôlée par l'Etat

BAMAKO: Le gouvernement de transition au Mali a annoncé mercredi un deuil national de trois jours après avoir confirmé la mort dimanche de 42 soldats maliens lors d'une attaque attribuée à des jihadistes dans le nord-est du pays, près des frontières du Burkina Faso et du Niger, un assaut au cours duquel l'armée a "neutralisé 37 terroristes".

L'armée a "réagi vigoureusement à une attaque complexe et coordonnée" à Tessit au cours de laquelle elle a eu "42 morts et 22 blessés" dans ses rangs, faisant aussi état de "37 terroristes neutralisés" et plusieurs de leurs équipements "abandonnés" lors de "plusieurs heures de combat", selon ce nouveau bilan publié par le gouvernement dans un communiqué transmis à l'AFP. Le précédent bilan faisait état de 17 soldats et 4 civils tués.

Le gouvernement a annoncé un deuil national de trois jours "en hommage aux victimes civiles et militaires lors de l'attaque terroriste perpétrée à Tessit", dans un communiqué distinct.

Le secteur de Tessit, situé du côté malien de la zone des trois frontières, dans une immense région rurale non contrôlée par l'Etat, est fréquemment le théâtre d'affrontements et d'attaques.

La localité et son camp militaire ont déjà souvent été attaqués par le passé. En mars 2021, 33 soldats avaient été tués dans une embuscade tendue par des combattants du groupe Etat islamique au grand Sahara (EIGS) tandis qu'ils effectuaient une relève.