En Syrie, des récoltes d'oliviers prometteuses anéanties par les incendies

Des dizaines de feux de forêt se sont déclarés en Syrie. (AFP)
Des dizaines de feux de forêt se sont déclarés en Syrie. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 12 octobre 2020

En Syrie, des récoltes d'oliviers prometteuses anéanties par les incendies

  • Des dizaines de feux de forêt se sont déclarés vendredi à l'aube dans les provinces côtières de Tartous et Lattaquié ainsi qu'à Homs, détruisant plus de 9 000 hectares de terres agricoles, de forêts, de vergers et d'oliviers
  • « Nous comptions beaucoup sur cette saison pour compenser nos pertes successives ; les olives étaient mûres et grosses, s'il n'y avait pas eu ces incendies, nous serions aujourd'hui en train de nous préparer pour les récolter »

TARTOUS: Souheil Dib attendait avec impatience la cueillette des olives dans son champ à Tartous, dans l'ouest syrien, mais les feux de forêt ont ravagé ces derniers jours des pans entiers de la Syrie, ne lui laissant que des branches carbonisées.

Inspectant ses arbres hérités de son père et aujourd'hui réduits en cendres, M. Dib, 61 ans, guette la moindre branche encore vivante, mais toutes se fracassent entre ses mains.  

« J'avais une centaine d'arbres », soupire-t-il. « Je n'ai jamais vu un incendie pareil de mon vivant. »

Des dizaines de feux de forêt se sont déclarés vendredi à l'aube dans les provinces côtières de Tartous et Lattaquié (ouest) ainsi qu'à Homs (centre), détruisant plus de 9 000 hectares de terres agricoles, de forêts, de vergers et d'oliviers, selon le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

Trois personnes sont décédées à Lattaquié, selon le ministère de la Santé, tandis que 25 000 personnes ont été déplacées dans les trois provinces, d'après l'Ocha.  

Les autorités ont annoncé dimanche avoir totalement maitrisé les feux. Lundi, des trainées de fumée grise se dégagent encore d'un manteau de cendres couvrant les zones sinistrées à Tartous et Lattaquié, et les montagnes environnantes sont devenues d'immenses surfaces carbonisées.

« Véritable catastrophe »

Crise économique oblige, Souheil Dib misait particulièrement cette année sur la récolte qui devait débuter afin d'assurer ses besoins en huile et en olives.

« Nous comptions beaucoup sur cette saison pour compenser nos pertes successives (...). Les olives étaient mûres et grosses, s'il n'y avait pas eu ces incendies, nous serions aujourd'hui en train de nous préparer pour les récolter », regrette celui qui a passé sa vie à prendre soin de ses arbres.

Selon l'Ocha, les incendies ont impacté jusqu'à 140 000 personnes en détruisant et en endommageant, entre autres, maisons et terres agricoles. 

A Machta al-Hélou dans la région de Tartous, « les incendies ont causé beaucoup de dégâts » et « les terres mettront des années à se rétablir », estime le maire Joseph Eid.

Dans sa ville, plus de 65 agriculteurs ont été affectés par les feux.

C'est le cas d'Ali Issa. Assis sur un rocher, le dos appuyé contre un arbre calciné, il déplore ses pertes même si beaucoup de ses récoltes ont survécu aux incendies.

« Nous avons enduré des conditions très difficiles pendant la guerre », souffle-t-il. « Mais les incendies sont d'une ampleur différente. Nous sommes confrontés à une véritable catastrophe. »

« Nous ne replanterons pas pour pouvoir en manger, mais pour que nos enfants » en profitent, affirme-t-il, déterminé.

Malgré plus de neuf années de guerre ayant décimé l'économie syrienne, le pays avait continué à produire de grandes quantités d'huile d'olive, l'une de ses principales exportations.

Le ministère de l'Agriculture avait prévu en août une récolte de 850 000 tonnes d'olives cette saison, contre 665 000 l'année dernière.

Les incendies à travers la Syrie n'ont pas seulement dévasté des terres agricoles, ils ont également touché des habitations et certaines zones industrielles.  

Les feux de forêt ont été massivement diffusés sur les réseaux sociaux, le hashtag « La Syrie brûle » ayant largement circulé, accompagné d'images et de vidéos montrant les dégâts.

Des incendies se sont également déclenchés ces derniers jours au Liban et en Israël, voisins de la Syrie. Ils ont tous été maitrisés, mais ils ont entraîné en Israël l'évacuation de milliers de personnes selon les autorités.


Le vice-ministre saoudien de la Défense rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Short Url
  • Le vice-ministre de la Défense a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites
  • Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, a rencontré jeudi l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, pour discuter des derniers développements au Yémen. 

Il a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites ainsi que les efforts pour parvenir à un règlement politique qui assure la stabilité de la région. 

«Lors de ma rencontre avec Grundberg, nous avons discuté des derniers développements au Yémen et des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique», a affirmé le prince Khalid, ajoutant: «J'ai mis l’accent sur la détermination de la coalition dirigée par le Royaume à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.» 

Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique. 

«Nous sommes convenus de travailler en étroite collaboration, et j’espère poursuivre cette coopération», a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'EI attaque une grande prison en Syrie et libère des djihadistes

Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Short Url
  • Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie
  • Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire

BEYROUTH : Le groupe Etat islamique (EI) a lancé jeudi un assaut contre une prison contrôlée par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, libérant un nombre indéterminé de djihadistes, a rapporté une ONG syrienne.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'a pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles victimes dans cette attaque rare survenue dans la ville de Hassaké contrôlée par les Kurdes syriens.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie, mais pas l'évasion de djihadistes.

Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire. 

"Un nombre de prisonniers à réussi à s'enfuir", a précisé l'ONG, sans préciser leur nombre.

Ghwayran est l'un des plus grands centres de détention abritant des combattants de l'EI en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Une tentative d'évasion de terroristes de Daech (un acronyme arabe pour désigner l'EI) détenus à la prison de Hassaké a eu lieu après une explosion et l'explosion d'une voiture piégée", ont indiqué les FDS dans un communiqué.

"Des membres de cellules dormantes de Daech ont surgi des quartiers environnants et affronté les forces de sécurité" kurdes, ont-elles poursuivi.

Les FDS ont dépêché des renforts à la prison et bloqué le secteur, a indiqué l'OSDH.

Dans un autre communiqué, un porte-parole des FDS, Ferhad Sahmi, a affirmé que "la situation à l'intérieur de la prison est maintenant sous contrôle" et fait état "d'affrontements intermittents entre les combattants kurdes et les djihadistes près de la prison".

Survol de la coalition

Des avions de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis ont survolé le secteur et largué des fusées éclairantes dans les environs de la prison, d'après l'OSDH.

Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par la coalition internationale, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa défaite, l'EI mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte contre l'EI qui semait la terreur dans ces deux pays et perpétrait des attentats sanglants à travers le monde.

En Syrie comme en Irak, le groupe djihadiste conserve des cellules dormantes.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des djihadistes.

Elle a fait près d'un demi-million de morts selon l'OSDH et a déplacé des millions de personnes.


La navigation aérienne dans le Royaume est à l’abri de l’interférence des réseaux 5G, selon les autorités saoudiennes

Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Autorité générale de l’aviation civile travaille constamment sur la modernisation de l’infrastructure de navigation aérienne et suit les développements techniques
  • Selon un communiqué, les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne

RIYAD: Les autorités saoudiennes de l’aviation civile et de la communication ont déclaré que la navigation aérienne dans le Royaume ne risquait pas d’être perturbée par les réseaux 5G. 

L’Autorité générale saoudienne de l’aviation civile et la Commission des communications et des technologies de l’information (CITC) ont publié un communiqué conjoint affirmant que les systèmes de navigation dans l’espace aérien et les aéroports du Royaume sont à l’abri des interférences potentielles des réseaux mobiles 5G. 

Le communiqué indique que les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne et répondent aux exigences de fourniture de services de navigation de qualité dans lesquels sont appliqués les plus hauts niveaux de sécurité aérienne. 

La CITC a confirmé que les bandes de fréquence du réseau 5G dans le Royaume adhèrent aux normes techniques compatibles avec les meilleures pratiques internationales de plus de quarante pays dans le monde. 

La commission a ajouté qu’elle est chargée de la régulation du spectre des fréquences au niveau national et qu’elle met en place et soutient divers services radio pour les secteurs nationaux dans le domaine de la défense, de la sécurité, de l’espace, de l’aviation, des communications et de la météorologie. 

Certains vols à destination et en provenance des États-Unis ont été annulés mercredi par crainte que le déploiement du service sans fil à haut débit n’interfère avec les appareils de mesure de l’altitude. 

Les transporteurs internationaux qui utilisent beaucoup le gros-porteur Boeing 777 ainsi que d’autres appareils Boeing ont annulé des vols matinaux ou changé d’avion mercredi à la suite d’avertissements de la Federal Aviation Administration (FAA) et du constructeur d’avions basé à Chicago concernant de possibles interférences avec les radioaltimètres. 

Les géants américains des télécommunications AT&T et Verizon ont déployé mercredi le service 5G aux États-Unis sans perturbation majeure des vols, après que le lancement de la nouvelle technologie sans fil a été retardé. 

Ces entreprises ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour obtenir des licences 5G l’année dernière, mais les groupes de l’industrie aéronautique ont fait part de leurs inquiétudes quant aux interférences possibles avec les radioaltimètres des avions, qui peuvent fonctionner sur les mêmes fréquences et sont indispensables pour atterrir de nuit ou par mauvais temps. 

Cette semaine, AT&T et Verizon ont accepté de retarder le lancement de la 5G à proximité des aéroports, à la suite de la réaction des compagnies aériennes américaines, qui avaient prévenu que ce déploiement entraînerait des perturbations massives. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com