La guerre en Ukraine aggrave la crise de la sécurité alimentaire dans la région arabe

Le conflit entre la Russie et l'Ukraine menace de provoquer une crise alimentaire mondiale qui pourrait faire augmenter les niveaux de faim et de sous-alimentation au Moyen-Orient, en Asie centrale et au-delà. (AFP)
Le conflit entre la Russie et l'Ukraine menace de provoquer une crise alimentaire mondiale qui pourrait faire augmenter les niveaux de faim et de sous-alimentation au Moyen-Orient, en Asie centrale et au-delà. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 03 avril 2022

La guerre en Ukraine aggrave la crise de la sécurité alimentaire dans la région arabe

Le conflit entre la Russie et l'Ukraine menace de provoquer une crise alimentaire mondiale qui pourrait faire augmenter les niveaux de faim et de sous-alimentation au Moyen-Orient, en Asie centrale et au-delà. (AFP)
  • Les deux pays en conflit contrôlaient 30 % des exportations mondiales de blé en 2021
  • Les pays arabes en situation d'insécurité alimentaire dépendaient fortement des céréales de la mer Noire importées de Russie et d'Ukraine

NEW YORK : Alors que le grenier à blé du monde reste englouti dans un conflit, les ménages des pays vulnérables et pauvres, ainsi que les camps de réfugiés du monde entier, sont de plus en plus menacés. 

Le conflit entre la Russie et l'Ukraine menace de provoquer une crise alimentaire mondiale qui pourrait faire augmenter les niveaux de faim et de sous-alimentation au Moyen-Orient, en Asie centrale et au-delà. Les denrées alimentaires, carburant et engrais pourraient devenir des denrées rares dont seuls quelques privilégiés pourraient profiter si les combats en Ukraine se poursuivent. 

La guerre a éclaté après deux années douloureuses d'une pandémie qui a détruit les moyens de subsistance dans le monde entier, mis à rude épreuve les ressources financières et vidé les portefeuilles, notamment dans les pays pauvres. 

Aux difficultés budgétaires et à l'inflation se sont ajoutées des conditions météorologiques extrêmes, sous la forme d'inondations et de sécheresses, qui ont aggravé les tensions déjà considérables qui pèsent sur l'économie mondiale et entravé la reprise. 

La guerre en Ukraine a bousculé la marche du monde car les deux pays qui y sont impliqués contrôlaient 30 % des exportations de blé du marché mondial en 2021, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. 

La Russie, premier exportateur mondial de blé, et l'Ukraine, cinquième exportateur mondial, comptent à elles deux 50 pays dans le monde qui dépendent d'elles pour 30 %, voire 60 % pour certains, de leurs importations de blé. La Russie et l'Ukraine représentent également 75 % de la production mondiale d'huile de tournesol. 

Les prix du blé ont augmenté de 55 % une semaine avant le début de la guerre, au lendemain d'une année qui a vu les prix du blé augmenter de 69 %. C'était également à une époque où la faim était en hausse dans de nombreuses régions du monde, notamment dans la région Asie-Pacifique, selon la FAO. La pandémie a entraîné une augmentation de 18 % de la faim, portant le nombre de personnes souffrant de malnutrition à 811 millions dans le monde. 

Les pays arabes, notamment l'Égypte, le Liban, la Syrie, la Libye et la Tunisie, dépendent fortement des céréales de la mer Noire importées de Russie et d'Ukraine. Ils achètent plus de 60 % de leur blé à ces deux pays. 

1
Un homme russe pellette du grain dans une ferme à Vasyurinskoe. (AFP/Fichier Photo) 

Certains de ces pays, déjà en crise économique ou en conflit, vont se retrouver dans une situation difficile. Au Liban par exemple, la moitié du blé en 2020 provient d'Ukraine. Les chiffres correspondants pour la Libye, le Yémen et l'Égypte étaient respectivement de 43 %, 22 % et 14 %. 

La région du Golfe arabe, selon les responsables du FMI, sera moins touchée que les autres pays de la région en raison du ressort fiscal que représente la manne des prix élevés du pétrole. 

Les pays cherchent des solutions. Mais même si les importateurs cherchent à remplacer la Russie et l'Ukraine, ils se heurteront à de multiples défis pour trouver une autre source d'approvisionnement en blé. 

La hausse des prix de l'énergie vient s'ajouter au problème et entraîne des augmentations drastiques du prix des produits alimentaires et du blé. Le nouveau prix élevé du pétrole rend très coûteuse l'importation de blé en provenance de producteurs éloignés, soit de l’Amérique du Nord et du Sud comme les États-Unis, le Canada et l'Argentine, soit l’Australie. Les frais d'expédition ont également augmenté, ainsi que les frais d'assurance, en raison du conflit, ce qui contribue à la flambée des prix du blé et des produits alimentaires. 

De nombreux producteurs de blé ont eu recours à des politiques de protection et à des restrictions sur les exportations de blé, afin de garantir des réserves nationales suffisantes pour leurs populations. L’inégalité des vaccins pourrait faire pâle figure en comparaison de celle de la mainmise sur le blé par les pays qui en ont les moyens financiers. La concurrence sera féroce et les pays pauvres seront évincés du marché, provoquant des pénuries et des tragédies. 

Une agence des Nations unies qui nourrit les nécessiteux ressent déjà les effets de la crise financière. Le Programme alimentaire mondial achète près de la moitié de son approvisionnement mondial en blé en Ukraine et la flambée des prix affecte sa capacité à nourrir les ventres vides du monde entier. 

Selon un responsable du PAM, ses dépenses ont « déjà augmenté de 71 millions de dollars par mois, ce qui est suffisant pour réduire les rations quotidiennes de 3,8 millions de personnes. » 

David Beasley, responsable du Programme alimentaire mondial, aurait déclaré : « Nous allons prendre la nourriture de ceux qui ont faim pour la donner aux affamés. » 

1
Un Syrien, portant un masque de protection pour se protéger de la pandémie de coronavirus (Covid-19), attend les clients dans sa boulangerie. (AFP/Fichier Photo) 

Le changement climatique et les conditions météorologiques extrêmes aggravent le problème, les inondations et les sécheresses dans des pays comme la Chine et le Brésil entraînant une diminution des récoltes et la nécessité d'importer du blé de l'extérieur pour satisfaire la demande intérieure. Cela augmentera la pression sur l'offre mondiale et entraînera une ruée vers le blé. 

L'autre facteur qui alimente la crise est la flambée du prix des engrais. La Russie est le premier exportateur mondial d'engrais, elle représente 15 % de l'offre mondiale. Des rapports suggèrent qu'elle a demandé à ses producteurs d'arrêter les exportations d'engrais. 

Les sanctions imposées par l'Occident aux entités russes rendent les paiements difficiles pour les exportateurs comme pour les importateurs, ce qui entraîne un gel du marché des engrais. Avec moins d'engrais disponibles en raison des pénuries et des prix élevés, le rendement des cultures sera moindre et la demande plus forte, ce qui pourrait faire grimper davantage les prix des denrées alimentaires. 

Les importateurs de blé et d'engrais russes sont frustrés et inquiets quant à leur capacité à répondre à leurs besoins, et ont commencé à imputer les responsabilités. 

Noorudin Zafer Ahmadi, un marchand afghan qui importe de l'huile de cuisson de Russie en Afghanistan, a déclaré au New York Times qu'il lui était difficile d'acheter ce dont il a besoin en Russie et qu'il se plaignait de la flambée des prix. Mais il n'a pas blâmé la Russie ; il a plutôt pointé du doigt ceux qui imposent les sanctions. « Les États-Unis pensent qu'ils n'ont sanctionné que la Russie et ses banques. Mais les États-Unis ont sanctionné le monde entier », a-t-il déclaré au journal. 

Dans le pire des cas, les pénuries alimentaires peuvent déclencher des protestations et l'instabilité dans des pays déjà instables ou confrontés à des difficultés financières. 

La flambée des prix des denrées alimentaires, en particulier ceux du pain, est généralement associée à des émeutes et à des troubles dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, notamment les plus pauvres. Interrogé sur l'impact régional potentiel de la détérioration de la situation, le Dr Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, a déclaré : « La hausse des prix des denrées alimentaires et de l'énergie alimenterait davantage l'inflation et les tensions sociales dans les deux régions (le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord). » 

« L'augmentation des prix des denrées alimentaires aura un impact sur l'inflation globale et exercera une pression supplémentaire sur les groupes à faible revenu, en particulier dans les pays les moins avancés dont le panier de consommation comporte une part élevée de denrées alimentaires, et pourrait déclencher une hausse des subventions pour contrer ces pressions, ce qui aggraverait encore les comptes budgétaires », a-t-il dit à Arab News. 

1
David Beasley, chef du Programme alimentaire mondial. (Photo fournie) 

Évoquant les mesures prises par le FMI pour atténuer le choc pour les pays touchés, M. Azour a déclaré : « La crise vient s'ajouter aux arbitrages politiques qui sont déjà devenus de plus en plus complexes pour de nombreux pays de la région, avec une inflation en hausse, une marge de manœuvre budgétaire limitée et une reprise fragile. » 

« Le FMI est prêt à aider les pays de la région MENA et d'autres pays, comme il l'a fait pendant la crise du Covid-19, où il a fourni une assistance financière de plus de 20 milliards de dollars à plusieurs pays de la région MENA, en plus des quelque 45 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux distribués l'année dernière qui constituent une importante ligne de liquidités pour faire face aux différents chocs. » 

Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, a annoncé de nouveaux plans et mesures pour que l'organisation contribue à atténuer la situation dans les pays les plus touchés par la flambée des prix des céréales due à la guerre en Ukraine. Il a déclaré être en contact avec les dirigeants du FMI et de la Banque mondiale pour coordonner leurs efforts dans la gestion de la crise. 

Toutefois, les forces russes et ukrainiennes étant apparemment engagées dans une impasse et le conflit n’étant pas près de se terminer, la crise alimentaire pourrait n’en être qu’à ses débuts. 

Des organisations internationales tentent, au niveau intergouvernemental, d'atténuer l'impact de la crise alimentaire sur les pays les plus vulnérables. Si ces efforts ne portent pas leurs fruits, les mois et les années à venir verront la faim frapper à toutes les portes. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L'OMT adopte une résolution saoudienne visant à transformer le tourisme mondial

Le Royaume développe actuellement un certain nombre de projets touristiques attractifs sur plusieurs destinations. (AFP)
Le Royaume développe actuellement un certain nombre de projets touristiques attractifs sur plusieurs destinations. (AFP)
Short Url
  • L'adoption de la résolution est la première étape importante franchie par le Royaume dans sa nouvelle fonction de président du Conseil exécutif
  • Un groupe de travail saoudien, espagnol et de l'OMT supervisera les changements importants apportés au secteur du tourisme à la suite de la pandémie

MARRAKECH : Le 177e Conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme des Nations unies a adopté une résolution saoudienne visant à « repenser le tourisme » à la suite de la pandémie de Covid-19.

En tant que président nouvellement élu du conseil, le Royaume a fait pression avec succès pour la création d'un groupe de travail saoudo-espagnol-OMC pour superviser et diriger les changements importants dans le secteur mondial du tourisme. 

Cette proposition était défendue par le Royaume depuis décembre 2021, une délégation saoudienne ayant réitéré son soutien à la création du groupe de travail lors de l'accueil par le Royaume du 116e Conseil exécutif à Djeddah plus tôt cette année.

Lors de l'événement de trois jours cette semaine à Marrakech, auquel Arab News a assisté, la résolution visant à faire avancer la création du groupe de travail, qui a été soutenue dès le départ par l’Espagne, a été adoptée.

Le groupe de travail, qui sera composé de huit membres de l'organisation selon la résolution, devrait être lancé au printemps de l'année prochaine, mais devra encore recevoir l'approbation officielle du chef de l'OMT.

Les huit membres travailleront aux côtés des trois coprésidents du groupe de travail - l'Arabie saoudite, le Maroc et l'OMT - pour faire avancer la transformation du tourisme mondial.

Sur les 36 pays membres du Conseil présents à l'événement, 31 ont approuvé la résolution. Le groupe de travail vise à représenter chaque région du monde et comprendra deux États membres pour l'Afrique et l'Amérique, ainsi que des États uniques pour promouvoir les aspirations touristiques de l'Europe, du Moyen-Orient, de l'Extrême-Orient et du Pacifique, et de l'Asie du Sud.

Une fois établi, le groupe de travail se réunira au moins deux fois par an et fonctionnera avec un budget affecté volontairement par les États membres du Conseil exécutif.

Cette décision devrait entraîner un remaniement important au sein du principal organisme de tourisme mondial, le Royaume appelant à « revitaliser » l'OMT et à « améliorer ses méthodes de fonctionnement ».

Cette initiative, qui s'inscrit dans le cadre du renforcement des liens entre l'Arabie saoudite et l'Espagne dans les domaines de l'investissement et du tourisme, est le fruit de plusieurs mois d'efforts déployés par les deux pays pour obtenir le soutien des membres du Conseil à cette proposition.

Le groupe de travail vise à rendre l'OMT « plus inclusive, plus résiliente et plus durable que jamais », a déclaré le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb.

L'adoption de la résolution est la première mesure importante prise par le Royaume en sa qualité de président du Conseil.

Al-Khateeb a supervisé le transfert de la présidence précédente, celle de la Côte d'Ivoire, à Marrakech vendredi dernier.

Les échanges commerciaux entre l'Arabie saoudite et l'Espagne s'élèvent à 3,5 milliards de dollars par an. Les deux pays ont pris des mesures importantes pour renforcer leurs liens économiques tout au long de l'année. Le Forum saoudo-espagnol sur l'investissement, qui s'est tenu en juin avant l'événement de l'OMT à Djeddah, a débouché sur un certain nombre d'accords importants.

La réunion de Marrakech a également abouti à l’admission de plusieurs membres affiliés saoudiens et espagnols, notamment la Jeddah Central Development Co. et les sociétés espagnoles Innovaris SL et Eturia CLM.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et le Maroc signent un accord pour renforcer leur coopération dans le domaine du tourisme

Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Short Url
  • Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire
  • Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays

RIYAD : L'Arabie saoudite et le Maroc ont signé vendredi un protocole d'entente visant à encourager et à développer la coopération dans le domaine du tourisme, ainsi qu’à coordonner les efforts pour parvenir au développement durable de cette industrie dans les deux pays, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire, en marge de la 117e session du conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme.

Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays, en plus de leur volonté d'accorder la priorité à la jeunesse dans leurs plans de développement ».

« La question de la durabilité occupe une place importante dans les ambitions touristiques saoudiennes, aussi la coopération avec des partenaires qui ont une vision similaire, comme le Maroc, permet de renforcer le secteur dans notre région et dans le monde entier, et contribue à consolider la durabilité, la flexibilité et l'inclusivité du secteur touristique au profit des particuliers et des sociétés. »

Le ministre marocain du Tourisme a précisé que « le protocole reflète les relations solides entre les deux pays et la vision commune vers le renforcement du partenariat et l'augmentation des perspectives de coopération dans le secteur du tourisme ».

« Il conduira à davantage d'initiatives conjointes et à l'échange d'expériences et de bonnes pratiques, permettant aux deux pays de développer leurs capacités dans le domaine du tourisme. »

L'accord contribuera également à augmenter les possibilités de formation et de partage des connaissances, et offrira de nouvelles ouvertures pour les investissements.

L'Arabie saoudite est actuellement l'un des plus grands partenaires commerciaux du Maroc dans le monde arabe. En 2020, le Royaume a investi 26,6 millions de dollars dans les secteurs immobilier, touristique et agricole.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Mondial: la Pologne et Lewandowski se réveillent face à l'Arabie saoudite

Les joueurs saoudiens saluent les fans après avoir été battus 2-0 par la Pologne lors du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre La Pologne et l'Arabie saoudite au Education City Stadium d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les joueurs saoudiens saluent les fans après avoir été battus 2-0 par la Pologne lors du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre La Pologne et l'Arabie saoudite au Education City Stadium d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Pologne peut remercier son gardien Wojciech Szczesny, décisif à plusieurs reprises
  • Juste avant la mi-temps, l'équipe d'Hervé Renard a obtenu un penalty, mais le capitaine saoudien Salem Al-Dawsari s'est heurté à Szczesny

DOHA: La Pologne de Robert Lewandowski, enfin buteur dans une Coupe du monde, a fait un pas vers la qualification en battant 2-0 l'Arabie saoudite, qui n'est pas parvenue à rééditer son exploit contre l'Argentine, samedi au stade Education City à Doha lors du Mondial-2022 au Qatar.

Tenus en échec par les Mexicains en ouverture (0-0), les Polonais se sont imposés grâce à Piotr Zielinski (39e) et au premier but à ce niveau de leur star Robert Lewandowski (82e). Muet en quatre matches de Coupe du monde (trois en 2018 et un en 2022), l'attaquant du FC Barcelone s'est enfin libéré.

La Pologne peut aussi remercier son gardien Wojciech Szczesny, décisif à plusieurs reprises. Elle compte désormais quatre points dans le groupe C et reprend espoir dans la course aux huitièmes de finale.

Victorieux des Argentins à la surprise générale lors du premier match (2-1), les Saoudiens peuvent avoir quelques regrets après avoir raté l'égalisation sur penalty juste avant la pause.

Les Saoudiens ont été les premiers à se montrer dangereux quand Mohamed Kanno a vu sa frappe être déviée sur la transversale par Wojciech Szczesny (13e). Puis c'est l'attaquant saoudien Saleh Al-Shehri, buteur face à l'Argentine, qui a sauvé les siens en repoussant une tête puissante de Krystian Bielik (26e).

Une relance rapide de Szczesny a permis aux Polonais de se projeter vers le but saoudien. Le joueur de Lens Przemysław Frankowski, lancé côté droit, a centré pour Robert Lewandowski qui a servi Piotr Zielinski, dont la frappe en force n'a laissé aucune chance au gardien saoudien (39e).

Double parade de Szczesny

Juste avant la mi-temps, l'équipe d'Hervé Renard a obtenu un penalty, après recours à la VAR, pour un léger contact de Bielik sur le mollet d'Al-Shehri. Mais le capitaine saoudien Salem Al-Dawsari, auteur d'un but splendide face à l'Argentine, s'est heurté à Szczesny. Le gardien de la Juventus, impérial, a repoussé dans la foulée la tentative de Mohammed Al-Bureik qui avait suivi (45+1).

Sûrement remotivés par Hervé Renard à la pause, comme lors du match contre l'Argentine, les Saoudiens ont à nouveau semé la panique dans la surface polonaise, mais Al-Dawsari n'est pas parvenu à frapper (55e).

A l'issue d'une nouvelle action dans un petit périmètre, le joueur d'Al Hilal a expédié une frappe au dessus de la cage (60e).

Dans ce match très animé, les Polonais ont tenté de doubler la mise mais la transversale a repoussé une tête d'Arkadiusz Milik (63e), puis une frappe involontaire du genou de Lewandowski (66e).

En fin de match, les Saoudiens ont poussé pour arracher l'égalisation, en vain, à l'image de la tentative lointaine de Sahud Abdulhamid, passée à côté de la cage (78e).

Mais Robert Lewandowski est venu enterrer les espoirs saoudiens en profitant d'une erreur défensive d'Abdulelah Al-Malki pour ouvrir enfin son compteur (82e). L'ancien avant-centre du Bayern Munich a même eu l'occasion de s'offrir un doublé, mais sa balle piquée n'a pas trompé le gardien Mohammed Al-Owais.

La Pologne jouera mercredi sa qualification face à l'Argentine, dos au mur après sa défaite inaugurale et qui affronte le Mexique en soirée.

Les Saoudiens, qui rêvent de se qualifier en huitièmes comme lors de l'épopée du Mondial-1994, devront réagir face à ces mêmes Mexicains.