Qui paiera les dettes du Liban ?

Un homme se dirige vers la Banque du Liban (Photo, AP).
Un homme se dirige vers la Banque du Liban (Photo, AP).
Short Url
Publié le Mardi 05 avril 2022

Qui paiera les dettes du Liban ?

  • Le vice-Premier ministre libanais annonce que l’État et la BDL sont en faillite
  • Un haut fonctionnaire de la Banque mondiale met en garde contre une «situation économique désastreuse»

BEYROUTH: Selon le vice-Premier ministre libanais, l'État et la Banque du Liban sont en faillite.
«L’État est en faillite...tout comme la Banque du Liban», a déclaré Saadé Chami lundi. «Il y a eu des pertes, et nous chercherons à les réduire pour [aider] le peuple.»
«La répartition des pertes sera imputée aux acteurs concernés, à savoir l'État, la BDL, les banques et les déposants», a-t-il poursuivi.
«Nous ne pouvons pas vivre dans le déni. Il est impossible d’autoriser les retraits à toutes les personnes qui ont des dépôts en banque», a-t-il indiqué.
Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) négocie actuellement avec le gouvernement libanais un plan de redressement financier.
Plusieurs  groupes d'économistes libanais ont émis des réserves quant au plan présenté au FMI qui impliquerait de soulager l'État de sa responsabilité et d'imposer aux épargnants et aux banques de régler la dette. Cette mesure se traduirait selon eux par de lourdes pertes pour l'économie et la société libanaises.
Après s'être entretenus avec Ernesto Ramirez-Rigo, chef de la mission du FMI, ces groupes ont affirmé que l'argent des épargnants avait été gaspillé à cause de la fixation du taux de change, des différences de taux d'intérêt et des dépenses de l'État.
Les économistes ont enjoint à ne pas se cantonner à des «solutions faciles, qui consistent à adopter une méthode comptable qui élimine les pertes sans aucune considération particulière.»
Ils ont également insisté sur la nécessité de préserver les droits des épargnants ainsi que la pérennité du système bancaire.
Pour Saroj Kumar Jha, directeur régional pour le Moyen-Orient de la Banque mondiale, «la situation économique du Liban est désastreuse. Le ralentissement économique a atteint environ 60% depuis 2021.»
Il s'exprimait lors de la quatrième réunion du cadre de Réforme, de Redressement et de Reconstruction du Liban (3RF) avec le Premier ministre libanais Najib Mikati.
«Si le programme national de réforme n'est pas bien mis en œuvre, cela constituera une plus grande contraction de l'économie et entraînera une détérioration plus grave encore des conditions économiques et sociales», a également averti Jha.
Il a rappelé qu'il était urgent d'avoir un «plan de réforme comprenant un programme financier, le remboursement de la dette, la restructuration du secteur financier et bancaire ainsi que le développement des systèmes de protection sociale.»
Dans un contexte de crise économique, le délai de dépôt des listes électorales concurrentes pour les élections législatives du 15 mai a expiré lundi à minuit.
Plus de 77 listes ont été enregistrées et les analystes politiques attendent de voir si le Parlement adoptera le projet de loi sur le contrôle des capitaux avant les prochains scrutins.
Entre temps, les répercussions de la crise économique se font sentir à grande échelle. Les diplomates libanais à l'étranger n'ont pas reçu leur salaire en dollars le mois dernier, alors que la livre libanaise continue de perdre de sa valeur.
Les syndicats des professions libérales ont organisé un rassemblement de solidarité avec les professeurs de l'Université libanaise (UL) devant le Musée national à Beyrouth.
Interrogé par Arab News, l'un des membres de l'UL a dit que le salaire d'un professeur universitaire ne dépassait plus 150 dollars, alors que les professeurs de l'enseignement public touchent 180 dollars parce qu'ils bénéficient d'une aide étrangère.
Par ailleurs, le budget de l'université a été réduit à 17 millions de dollars environ (15,5 millions d'euros), alors qu'il s'élevait auparavant à 240 millions de dollars (218,7 millions d'euros), selon le même interlocuteur.
L'activité pédagogique de l'université est d'ailleurs interrompue depuis trois semaines en raison des grèves menées par les professeurs et les autres employés pour protester contre la suppression de l'assurance sociale et médicale résultant de l'effondrement de la monnaie nationale et de la dollarisation du secteur hospitalier.
Les professeurs se sont également plaints de l'ingérence flagrante des politiciens qui désignent les doyens de l'université en fonction de quotas sectaires et politiques.
D’autre part, les montagnes d'ordures qui s'accumulent dans de nombreux quartiers de Beyrouth en raison de la grève des travailleurs de la société City Blue illustrent également la faillite de l'État.
Cette grève est en effet la conséquence d'un retard dans le règlement des salaires depuis que la Banque du Liban a cessé de payer les cotisations de l'entreprise l'année dernière.
La femme de l'un des grévistes s'est plainte sur les réseaux sociaux que les travailleurs n'étaient pas en mesure de subvenir aux besoins de leur famille.
Plusieurs municipalités dans le sud de Beyrouth ont sollicité l'aide du Hezbollah pour enlever les ordures qui couvrent les rues.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.

 


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port.