Présidentielle: Les perceptions des principaux candidats sur le rôle de l’Iran au Moyen-Orient

La France sous la présidence Macron a opté pour un jeu d’équilibrisme permanent (Photo, AFP).
La France sous la présidence Macron a opté pour un jeu d’équilibrisme permanent (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 09 avril 2022

Présidentielle: Les perceptions des principaux candidats sur le rôle de l’Iran au Moyen-Orient

  • La France sous la présidence Macron a opté pour un jeu d’équilibrisme permanent, insistant sur la primauté de la stabilité régionale et la non-prolifération nucléaire
  • Marine Le Pen n’a jamais développé une approche globale sur la sécurité au Moyen-Orient

PARIS: Le 10 avril, les Français se rendront aux urnes pour voter au premier tour de l’élection présidentielle. Si les enjeux internes priment dans le choix des électeurs, la politique étrangère prônée par les candidats compte pour 73% des Français. En dépit de la guerre en Ukraine, qui domine l’actualité internationale, le Moyen-Orient (et notamment le rôle de l’Iran dans la région) suscite toujours un certain intérêt dans l’opinion française.

Implication et conséquences de l’approche française

Historiquement, la zone outre-Méditerranée (Moyen-Orient, Maghreb et Sahel) représentait l’un des axes prioritaires de la politique étrangère française, en raison de l’ampleur des enjeux stratégiques et des intérêts économiques. Depuis le tournant de la création de «la République islamique d’Iran» à la fin des années 1970, la France a été mêlée, volontairement ou involontairement, aux soubresauts de l’activisme iranien au Moyen-Orient.

La stratégie iranienne n’a cessé d’évoluer et se développer, passant de l’exportation de la révolution à la guerre avec l’Irak et à l’extension de son influence dans quatre pays arabes (Irak, Syrie, Liban et Yémen) au développement de son programme nucléaire. La France sous la présidence Macron a opté pour un jeu d’équilibrisme permanent, insistant sur la primauté de la stabilité régionale et la non-prolifération nucléaire.

Incontestablement pour tout locataire de l’Élysée, la politique moyen-orientale représente un test à l’échelle globale pour évaluer l’influence française. Rappelons que l'ancienne «Perse» était une sphère d’influence russo-allemande-anglo-saxonne, et la France y jouait un rôle peu important. Cependant, les relations contemporaines franco-iraniennes se sont intensifiées à l’époque du Chah, avec notamment la contribution française au programme nucléaire civil de l’Iran. Sous le régime islamique, les liens bilatéraux entre Paris et Téhéran s’avèrent souvent compliqués et rarement confiants.

La diplomatie française, préoccupée par le dossier nucléaire iranien depuis 2003, ne lâche pas prise avec un long processus de médiation afin d’éviter une diffusion plus large des armes de destruction massive dans une région instable. Parallèlement, Paris rejette les politiques régionales expansionnistes de l’Iran. Sans doute, le projet iranien d'expansion vers la Méditerranée signifie pour Paris une rupture des équilibres et un risque de conflits chroniques.

L’approche nuancée d’Emmanuel Macron

Depuis son arrivée à l’Elysée, Emmanuel Macron adopte une approche nuancée sur l’Iran et de son rôle Moyen-Orient. Macron joue l’équilibriste entre l’Iran, les pays arabes et Israël, tout en s’opposant à l’activisme turc en Méditerranée.

En août 2017, dans son intervention devant la conférence des ambassadeurs, le président français proclame son attachement à l’accord nucléaire de 2015. Le président réclame de retravailler ses dispositions, qu’il juge insuffisamment sûres pour l’après-2025. Mais Téhéran oppose une fin de non-recevoir et refuse tout amendement à l’accord. Le président français nuance par la suite ses exigences en parlant de «compléter des piliers» du programme iranien de missiles balistiques et des «activités régionales déstabilisantes de l’Iran».

Après le retrait unilatéral de Donald Trump de l’accord nucléaire iranien, Macron a tout tenté pour sauvegarder le deal, mais sa tentative de réunir Trump et Hassan Rohani, l’ancien président iranien, a échoué à cause du veto du Guide suprême, Ali Khamenei. Malgré l’échec de son rôle de médiateur, Macron a continué à déployer sa politique dans des circonstances particulièrement difficiles, entre l’ère Trump, la pandémie et la montée des périls géopolitiques autour de l’Europe.

Du Liban à l’Irak en passant par les pays du Golfe, Macron n’a pas réussi son objectif de promouvoir la stabilité régionale. Sa politique «conciliante» à l’égard de l’Iran n’a pas eu les dividendes escomptés. L’une des raisons conduisant Macron à amadouer Téhéran semble être les intérêts économiques de la France ou de grands groupes hexagonaux en Iran, le président misant sur de gros investissements. Cette vision de Macron, en cas de réélection, serait adaptée à la conclusion ou non-conclusion de l’accord nucléaire iranien.

Les positions ambiguës de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon

La présidente du Rassemblement National consacre l’essentiel de son programme à la politique interne et fait de l’immigration et de l’islamisme ses chevaux de bataille. Mais, lors de la guerre contre Daech, la candidate d'extrême droite avait plaidé pour une alliance incluant la Russie et l'Iran pour affronter l'organisation terroriste. Pourtant, côté iranien, certains responsables traitaient Le Pen d'«extrémiste de droite hostile à l'islam ». Malgré ses tentatives d’améliorer son image auprès d’Israël et de certains pays arabes, Le Pen n’a jamais développé une approche globale concernant la sécurité au Moyen-Orient.

Quant au radical de gauche, Jean-Luc Mélenchon, président de la France insoumise, il ne développe pas non plus une approche globale et précise concernant l’Iran et son rôle régional. Mais son hostilité à la politique américaine semble le rapprocher des thèses du régime iranien. Par exemple, devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale le 15 janvier 2020, Mélenchon avait dénoncé l’alignement de la France sur les États-Unis après que ceux-ci soient sortis unilatéralement des accords de Vienne sur la dénucléarisation de l’Iran. Il a cependant également expliqué que ce non-alignement sur les Américains ne devait pas constituer un blanc-seing pour le régime théocratique de l’Iran, qui vise notamment à détruire Israël. Son point de vue semble ambigu concernant un seul aspect du rôle régional néfaste de l’Iran.

La position singulière et contradictoire d’Éric Zemmour

Le candidat populiste, Éric Zemmour, opposé férocement à l’immigration et à l’islam, ne développe pas de positions nettes en politique étrangère et semble patauger dans une approche nationaliste rhétorique sans fondements. Cependant, lorsqu’il était chroniqueur, bien avant de faire irruption sur la scène politique, il distinguait la Corée du Nord de l’Iran, qui selon lui, faisait partie d'un réseau d’alliances solide avec la Russie et le Hezbollah. En face, pour Zemmour se «tramait une alliance en partie non avouée entre les États-Unis, Israël et l'Arabie saoudite».

Mais, le silence de Zemmour sur la possible acquisition par l’Iran d’une bombe nucléaire a été vivement critiqué en Israël, craignant l’hypothèse de la nucléarisation d’un État islamiste appelant à la destruction d’Israël.


France: l'Assemblée s'organise avant un discours crucial de la Première ministre

Parmi les priorités de la nouvelle législature figurent des mesures urgentes de sauvegarde du pouvoir d'achat des Français, malmené par l'inflation, comme ailleurs en Europe. (Photo, AFP)
Parmi les priorités de la nouvelle législature figurent des mesures urgentes de sauvegarde du pouvoir d'achat des Français, malmené par l'inflation, comme ailleurs en Europe. (Photo, AFP)
Short Url
  • La France est plongée dans l'incertitude politique depuis le second tour des législatives le 19 juin
  • La Première ministre Elisabeth Borne fera sa déclaration de politique générale devant le Parlement le 6 juillet

PARIS : Les députés français ont élu jeudi les présidents des commissions de l'Assemblée nationale, dont celui de la stratégique commission des Finances, nouvelle séquence politique importante au moment où le président Macron recherche toujours une majorité parlementaire et planche sur son nouveau gouvernement.

La France est plongée dans l'incertitude politique depuis le second tour des législatives le 19 juin où M. Macron, pourtant confortablement réélu en avril, a perdu sa majorité absolue et doit se contenter d'une majorité relative de 250 députés sur 577.

La Première ministre Elisabeth Borne fera sa déclaration de politique générale devant le Parlement le 6 juillet, ce qui implique qu'elle ait achevé d'ici là la formation du "nouveau gouvernement d'action" dont M. Macron l'a chargée.

Donné favori, le député La France insoumise (LFI-gauche radicale) de Seine-Saint-Denis (région parisienne) Eric Coquerel, candidat de la coalition de gauche, a été élu pour un an président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

M. Coquerel, 63 ans, siégeait déjà parmi les 70 membres de la commission lors de la précédente législature.

Cette commission est la seule dont la présidence est réservée à l'opposition depuis 2007 et cette élection était de loin la plus scrutée. Car elle a un rôle stratégique d'examen des budgets avant leur arrivée dans l'hémicycle, ou de projets de loi comme celui sur le pouvoir d'achat attendu en juillet.

Elle offre aussi l'accès à des informations couvertes par le secret fiscal, sans cependant pouvoir les dévoiler.

M. Coquerel s'est imposé au troisième tour avec 21 voix contre 11 pour le député Rassemblement national (RN-extrême droite) Jean-Philippe Tanguy et 9 pour la députée Les Républicains (LR-droite) Véronique Louwagie, alors que les députés de la majorité se sont abstenus.

Les membres des autres commissions permanentes (Affaires culturelles et éducation, Affaires économiques, Affaires étrangères, Affaires sociales, Défense nationale et forces armées, Développement durable et aménagement du territoire, Finances, Lois) ont également élu leurs présidents et bureaux.

La majorité présidentielle se partage les présidences de ces sept autres commissions.

Depuis la réforme constitutionnelle de 2008, les commissions permanentes disposent d'un pouvoir accru. Elles sont les premières à se saisir d'un texte qui correspond à leur champ de compétence et peuvent l'amender.

Urgence du pouvoir d'achat

Depuis le second tour des élections législatives, le président Macron ne dispose plus que d'une majorité relative - la plus basse de l'histoire de la Ve République, créée en 1958 -, ce qui le contraint à trouver des alliances pour mettre en oeuvre son programme de réformes, notamment sur les retraites.

La France est peu habituée aux coalitions de gouvernement, contrairement à de nombreux autres pays européens.

L'exécutif français est aussi confronté à l'ouverture d'une enquête pour tentative de viol après qu'une femme a déposé plainte contre le ministre des Solidarités Damien Abad.

Cette femme l'accuse d'avoir tenté de la violer lors d'une fête organisée chez lui, à Paris, au premier semestre 2010.

Son témoignage avait été publié par le site d'investigation Mediapart mi-juin. Selon Mediapart, il s'agit d'une "élue centriste" qui était, au moment des faits qu'elle dénonce, présidente d'une fédération du mouvement de jeunesse du Nouveau centre, dont M. Abad, alors député européen, était le président national.

Lundi, le ministre avait à nouveau contesté les accusations et annoncé déposer une plainte en dénonciation calomnieuse.

La question du maintien au gouvernement de M. Abad est plus que jamais posée, alors que Mme Borne a entamé lundi ses consultations pour la formation d'un nouvelle équipe.

Que vont décider Emmanuel Macron, de retour en France jeudi soir après un long tunnel de sommets internationaux, et la Première ministre ?

Le président français a confirmé samedi sa "confiance" en Mme Borne, dont le sort faisait l'objet de spéculations, et l'a chargée de sonder si un "accord de gouvernement" est possible.

Parmi les priorités de la nouvelle législature figurent des mesures urgentes de sauvegarde du pouvoir d'achat des Français, malmené par l'inflation, comme ailleurs en Europe.


Banquiers et assureurs misent sur le Tour de France pour se faire aimer

Tout cela a un prix: faire vivre une équipe professionnelle coûte entre 15 et 25 millions chaque année. (Photo, AFP)
Tout cela a un prix: faire vivre une équipe professionnelle coûte entre 15 et 25 millions chaque année. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Tour de France semble répondre parfaitement à cet objectif de « présence à l'esprit»: plus de 42 millions de personnes l'ont regardé l'an dernier sur les antennes de France Télévisions
  • Le cyclisme est également bénéfique à l'image d'une marque, qui se voit associée à un certain nombre de valeurs

PARIS : LCL, Groupama, AG2R, Cofidis, Arkéa : nombreuses sont les marques de la banque et de l'assurance qui ont choisi de s'associer au Tour de France dont le départ sera donné vendredi, une stratégie favorable à leur activité et à leur image et plébiscitée au-delà du cyclisme.

C'est avant tout "la visibilité et la notoriété" apportées par un tel événement qui ont convaincu Arkéa, explique à l'AFP le directeur de la communication institutionnelle de cette filiale du Crédit Mutuel Cédric Malengreau, sponsor avec la société d'intérim Samsic d'une équipe alignée au départ de la Grande Boucle.

Cet enjeu est capital dans un secteur concurrentiel où les produits se ressemblent. A l'heure de la souscription d'un crédit ou d'une assurance, il faut à tout prix figurer parmi les premières marques qui viendront spontanément à l'esprit du client potentiel, puisque rares seront ceux qui étudieront plus de trois offres avant de faire leur choix.

Le Tour de France semble répondre parfaitement à cet objectif de "présence à l'esprit": plus de 42 millions de personnes l'ont regardé l'an dernier sur les antennes de France Télévisions.

Le cyclisme est également bénéfique à l'image d'une marque, qui se voit associée à un certain nombre de valeurs. En vrac: "esprit d'équipe, solidarité, performance, dépassement de soi", liste Katia Caniot, directrice de la communication de Cofidis, dont une équipe porte les couleurs depuis 1996.

Tout cela a un prix: faire vivre une équipe professionnelle coûte entre 15 et 25 millions chaque année.

Tous les publics

Populaire, le cyclisme est un sport accessible dont les grandes compétitions sont gratuites: nul besoin de s’acquitter d'une place pour voir passer ses idoles sur le bord de la route, une proximité avec le grand public mise en avant par les sponsors.

Le Tour "permet aussi de faire du business sur le marchés des entreprises", explique à l'AFP Julie Terzulli, responsable du sponsoring au sein de LCL, qui décerne chaque jour un maillot jaune symbolique à un entrepreneur, dans chacune des régions traversées.

"C'est un sport qui offre une bonne capacité d'accueil VIP et permet d'inviter des clients importants pour leur faire suivre des moments de grande intimité avec l'équipe, voire même les embarquer dans la voiture du directeur sportif", abonde M. Malengreau.

Les salariés des entreprises en question sont également sollicités, dans les agences des villes étapes jusque sur les chars de la caravane publicitaire pour ceux de Cofidis.

Via des partenariats avec des compétitions à l'international, comme le Tour d'Espagne, du Portugal ou de Hongrie, les entreprises n'hésitent pas non plus à décliner leur sport fétiche pour y développer leur activité sur place.

Réchauffer son image

Le cyclisme ne fait pas exception. Parmi les grandes banques françaises, chacune a sa chasse gardée: le tennis pour BNP Paribas, le football pour Crédit Agricole, le rugby pour la Société Générale. Le groupe BPCE, rassemblant les Banques Populaires et les Caisses d'Épargnes, est sponsor des jeux Olympiques de Paris 2024.

La Banque Postale fait bande à part: elle a choisi à l'orée de la décennie 2010 de réaffecter le budget alloué à la Route du Rhum, célèbre course à la voile, à un programme de mécénat baptisé L'envol. Sa maison mère La Poste reste néanmoins partenaire des arbitres de football, rugby, handball et basketball.

Le secteur de la banque et de l'assurance investit massivement le champ du sport car il en a besoin pour gommer une image parfois "froide et peu sexy", avance le directeur de la communication de Groupama Sylvain Burel en y ramenant "de l'émotion, de l'identification". L'assureur est associé cette année avec la Française des Jeux dans l'équipe Groupama-FDJ.

L'événement sportif "est synonyme de passion, de spectacle", abonde Magali Tezenas du Montcel, déléguée générale de l'organisation interprofessionnelle Sporsora, il vient "réchauffer" l'image des banquiers et assureurs, souvent malmenée.

Avec, toutefois, le risque de cas de dopage, qui plane sur la compétition: Sylvain Burel "a conscience des enjeux potentiellement négatifs" d'un éventuel scandale éclaboussant sa marque, mais les considère inférieurs aux avantages.


Bilan de la présidence française de l'UE: cinq choses à savoir

Une photographie prise le 15 février 2022 montre des drapeaux de l'UE et des membres de l'Union européenne flottant près du Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France (Photo, AFP).
Une photographie prise le 15 février 2022 montre des drapeaux de l'UE et des membres de l'Union européenne flottant près du Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • Six paquets de sanctions ont été adoptés en un temps record depuis février
  • Les Européens ont pour la première fois décidé de réduire drastiquement leur dépendance aux énergies fossiles russes

BRUXELLES: La guerre en Ukraine a dominé les six mois de la présidence française mais ce qui aurait pu freiner ses priorités a joué un rôle d'accélérateur pour plusieurs dossiers comme la défense, la transition énergétique ou les migrations.

Cinq choses à savoir sur les dossiers marquants de cette présidence avant le passage de relais vendredi à la République tchèque.

Energie: frapper Moscou au portefeuille 

Six paquets de sanctions ont été adoptés en un temps record depuis février. Et les Européens ont pour la première fois décidé de réduire drastiquement leur dépendance aux énergies fossiles russes afin de tarir les sources de revenus du Kremlin. Paris a été à la manoeuvre pour forger des compromis, multipliant les réunions à Bruxelles avec le souci d'afficher l'unité des 27 face à Moscou.

Les importations de charbon doivent cesser en août et un embargo dans les six mois sur l'essentiel des livraisons de pétrole a été décrété en juin. Pour le gaz russe, plus difficile à remplacer que l'or noir, des achats en commun sont envisagés ainsi qu'un engagement à diversifier les approvisionnements.

Réfugiés ukrainiens: unité inédite 

Les Vingt-Sept se sont mobilisés avec une unité et une rapidité rares pour l'accueil des réfugiés d'Ukraine. Une semaine après le lancement de l'offensive russe, l'UE leur a accordé un statut de protection temporaire jamais utilisé jusque-là, qui leur ouvre des droits en matière de logement, d'emploi, de protection sociale, de santé et d'éducation.

La réaction a suscité des accusations d'inégalité de traitement entre réfugiés. Mais cette cohésion des 27 sur un sujet aussi sensible a aussi relancé l'espoir de débloquer la difficile réforme de la politique d'asile européenne.

Une avancée a été réalisée en juin quand 21 Etats membres de l'UE ou associés ont adopté un mécanisme -volontaire et temporaire- prévoyant des relocalisations de demandeurs d'asile ou une contribution financière aux pays du bassin méditerranéen. Les 27 se sont mis d'accord en même temps sur un renforcement du contrôle des personnes aux frontières extérieures.

Réarmer l'Europe face aux menaces 

Pour la première fois dans leur histoire, les pays de l'UE ont décidé de se doter d'une force militaire d'intervention rapide de 5 000 combattants capable de mener des "opérations de combat". Elle doit être opérationnelle d'ici 2025 pour agir là où l'Otan ne peut pas intervenir.

Les membres de l'UE se sont par ailleurs engagés lors d'un sommet à Versailles en mars à "augmenter substantiellement leurs dépenses de défense" afin d'"accroître leur capacité d'agir de manière autonome". Ils ont entrepris un réarmement massif et veulent européaniser les achats de matériels qui leur font défaut (drones, chars, systèmes de défense anti-aériens et anti-missiles).

Déforestation, plan climat: des négociations accélérées 

La France en avait fait "une priorité": les Vingt-Sept se sont accordés cette semaine pour bannir l'importation dans l'UE de six produits (soja, boeuf, huile de palme, bois, cacao, café) lorsqu'ils contribuent à la déforestation -mais sans inclure le caoutchouc ni d'autres écosystèmes menacés. Des négociations en accéléré après la proposition de la Commission dévoilée en novembre 2021.

La présidence française a aussi obtenu à l'arraché un compromis sur les textes-clés du plan climat de l'UE: la fin de la vente des automobiles à moteur thermique en 2035 -en dépit des vives résistances de l'Italie et de l'Allemagne-, la réforme du marché carbone et le fond social climatique, surmontant les divergences entre "frugaux" (Allemagne, pays scandinaves...) et Etats d'Europe de l'Est et du Sud.

Victoire sur les géants de la tech, échec sur la fiscalité 

L'UE a conclu au printemps une législation historique pour ramener l'ordre dans le Far West de l'Internet et s'attaquer enfin aux excès de pouvoir des grandes plateformes du numérique, comme Facebook (Meta), Google ou Amazon. Le commissaire français Thierry Breton, qui a piloté le projet avec la vice-présidente de l'exécutif européen Margrethe Vestager, a réussi à contrer le lobbying intense des géants américains pour boucler le projet en un an et demi, une performance pour un dossier de cette ampleur.

Le plan en deux volets (DSA et DMA) inclut des mesures d'une fermeté inédite, qui seront mises en oeuvre à l'échelle européenne et pourraient faire école. Il contraint les plateformes à supprimer les contenus illégaux en ligne et à coopérer avec les autorités, mettant fin aux zones de non droit sur internet. Il réprime aussi les pratiques anti-concurrentielles et doit aider l'UE à faire  émerger des champions européens.

La présidence française a en revanche échoué à faire transposer dans le droit européen l'impôt minimum de 15% sur les bénéfices des multinationales, une de ses priorités. Elle s'est heurtée à l'opposition de la Pologne puis celle de la Hongrie sur ce dossier nécessitant l'unanimité.