Un média algérien crée la polémique pour avoir interviewé Zemmour

Le candidat présidentiel du parti d'extrême droite français Eric Zemmour s'adresse aux partisans du parti à Paris le 10 avril 2022 (Photo, AFP).
Le candidat présidentiel du parti d'extrême droite français Eric Zemmour s'adresse aux partisans du parti à Paris le 10 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 11 avril 2022

Un média algérien crée la polémique pour avoir interviewé Zemmour

  • Face à la polémique suscitée par cette interview, la chaîne Berbère Tv s’est justifié
  • Le média algérien a offert au candidat français d’extrême droite une tribune

PARIS : Suite à la parution d’un entretien avec Eric Zemmour, Berbère télévision ou Berbère Tv, une chaîne de télévision privée consacrée à la communauté Amazigh algérienne, de nombreux téléspectateurs et internautes ont exprimé leur mécontentement et leur incompréhension face à ce choix de reportage qu’ils jugent « inapproprié et mal venu ». 

En effet, il y a deux jours de cela, le média algérien a offert au candidat français d’extrême droite une tribune afin de s’exprimer sur son programme présidentiel. Notamment en ce qui concerne les berbères et leur avenir en France.

Loin de ses propos provocateurs et xénophobes habituels, le candidat à l’Élysée s’est tout d’abord montré lisse, et a abordé un thème récurent de sa campagne : l’assimilation.

Il affirme au journaliste venu le questionner que  «les premières vagues d’immigrés venues pour travailler en France d’Algérie dans les années 1960 furent essentiellement les Berbères, ce sont des gens qui ont travaillé et qui, effectivement, se sont assimilés à la culture française, se sont approprié l’histoire de France, exactement comme ma famille ». 

En participant à cette interview, le chef de parti Reconquête, dont les espoirs de devenir président ont été réduit à l’état de poussière avec à peine 7% des voix, s’échinait à collecter les votes des immigrés Amazighs résidant en France, lui-même étant d’origine Nord africaine. Et de rappeler, « Pour les Berbères, la France a été un libérateur de la colonisation arabe ou ottomane, il ne faut jamais oublier cela». 

Eric Zemmour avait de plus, promis que s'il devenait chef d’état, son premier voyage présidentiel sera dans les pays du Maghreb afin de renégocier certains accords. Ainsi, il entend « supprimer tous les accords privilégiés, par exemple le fameux accord franco-algérien de 1968 qui facilite l’immigration en France, tout ça doit être supprimé, la période est passée, nous ne sommes plus dans l’après-indépendance », a-t-il expliqué. 

Ce dernier a également abordé la question de l’immigration clandestine, exhortant les gouvernements maghrébins à «  reprendre leurs clandestins et leurs délinquants, qui sont leurs ressortissants. Je ne comprends même pas qu’ils ne le fassent pas ; signer les fameux laissez-passer pour les reprendre chez eux, ça me paraît le moindre respect pour la France ». Avant d’ajouter du, ton menaçant  « S’ils ne le font pas, la France usera de ses moyens de pression, ce qu’elle ne fait jamais ». 

Droit de réponse 

« Quel Berbère qui se respecte, est d’accord avec cet individu ? », « Berbère télévision fait du larbinisme » ou encore « J’en reviens que vous donnez de la visibilité à cette personne »… Les réseaux sociaux de la chaîne télévisée sont depuis deux jours inondés de messages d’indignation face au choix, peu ordinaire, de donner la parole à un candidat qui a toujours ouvertement exprimé son mépris à l’égard de l’Algérie. 

Face à la polémique suscitée par cette interview, la chaîne Berbère Tv à rendu public, ce dimanche 10 avril, un communiqué de presse où elle explique et justifie ce choix de reportage. 

Dans cette déclaration écrite, le média explique que « cette invitation s’inscrit dans le cadre de la campagne électorale. Berbère télévision est une société de droit français, donc régie par les lois qui encadrent ce scrutin et exige la parité dans le temps de parole durant toute la campagne électorale. »

Donc ce même contexte, Berbère TV assure avoir adressé des invitations aux douze candidats à la présidentielle. Lesquels auraient tous répondu favorablement. 

« Certains sont venus en personne comme Jean Lassalle et Eric Zemmour. Valérie Pécresse devait être sur le plateau de Berbère télévision également, mais suite à sa contamination à la COVID, l’émission a dû être annulée. Tous les autres ont envoyé des représentants qui ont défendu leurs programmes devant nos caméras. »

La chaîne télévisée privée s’est par ailleurs, défendu en invoquant la liberté de la presse et en en rappelant que « tous les propos tenus par les candidats ou leurs représentants n’engagent en rien Berbère Télévision. Comme dans tout ce que nous entreprenons, nous ne tenons que notre rôle de média ouvert au débat politique contradictoire et à l’éclairage de l’opinion ». 


L'Arabie saoudite accueillera les Jeux asiatiques d'hiver de 2029 à Neom

Le développement de Trojena, une station de montagne à Neom, devrait prendre fin en 2026. (Neom)
Le développement de Trojena, une station de montagne à Neom, devrait prendre fin en 2026. (Neom)
Short Url
  • «Nous sommes fiers d’annoncer que nous avons remporté la candidature pour accueillir l’AWG Trojena 2029 en tant que premier pays d’Asie occidentale»
  • Neom est le projet le plus ambitieux du prince héritier, Mohammed ben Salmane, dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du Royaume qui vise à transformer l'économie, notamment en développant le secteur des sports

RIYAD: L’Arabie saoudite déclare aujourd’hui avoir été désignée pour accueillir les Jeux asiatiques d’hiver de 2029 au sein d’une station de montagne prévue dans le cadre du projet phare Neom qui s’élève à 500 milliards de dollars (1 dollar = 1,01 euro).

Le développement de Trojena devrait être achevé en 2026 et proposera une station de ski en plein air, un lac d’eau douce artificiel et une réserve naturelle, selon le site Web du projet.

En août, une lettre d’intérêt adressée au Conseil olympique d’Asie comprenait un aperçu de l’initiative Vision 2030 du Royaume, qui permettra à Trojena d’accueillir l’un des événements sportifs les plus importants d’Asie, auquel plus de trente-deux pays devraient participer.

La demande officielle a reçu des échos favorables auprès du Conseil olympique d’Asie. La décision a été prise lors des réunions du comité exécutif et de l’assemblée générale du conseil qui se sont tenues au Cambodge les 3 et 4 octobre.

«Grâce au soutien illimité des dirigeants saoudiens et du prince héritier au secteur du sport, nous sommes fiers d’annoncer que nous avons remporté la candidature pour accueillir l’Asian Winter Games (AWG) Trojena 2029 en tant que premier pays d’Asie occidentale», a écrit le ministre des Sports, le prince Abdelaziz ben Turki al-Faisal sur Twitter.

Neom est le projet le plus ambitieux du prince héritier, Mohammed ben Salmane, dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du Royaume qui vise à réduire la dépendance au pétrole et à transformer l'économie, notamment en développant le secteur des sports.

Neom, un projet de haute technologie qui s’étend sur 26 500 kilomètres carrés le long de la mer Rouge, comprendra la ville zéro carbone baptisée «The Line», ainsi que des zones industrielles et logistiques.

L’Arabie saoudite sera le premier pays d’Asie occidentale à accueillir les Jeux asiatiques d’hiver.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’alliance mondiale pour l’économie verte initiée à Dubaï

Une photo d’archive montre le musée du Futur à Dubaï. Les Émirats arabes unis ont dévoilé leur premier ministère dans le métavers, alors que Dubaï tente de devenir le centre du monde immersif. (AFP)
Une photo d’archive montre le musée du Futur à Dubaï. Les Émirats arabes unis ont dévoilé leur premier ministère dans le métavers, alors que Dubaï tente de devenir le centre du monde immersif. (AFP)
Short Url
  • L’alliance vise à mettre en place une coalition de pays qui donnent la priorité à une économie verte dans le contexte de l’action climatique et du développement durable
  • Elle cherche par ailleurs à renforcer les capacités des pays en développement, à soutenir leurs projets de transition vers une économie verte et à échanger des connaissances sur la mise en œuvre

DUBAÏ: Une «Alliance mondiale pour l’économie verte» a été créée lors du huitième Sommet mondial de l’économie verte à Dubaï.
Le sommet s’est tenu sous le thème «Le leadership de l’action climatique au moyen de la collaboration: la feuille de route vers la neutralité carbone». Un grand nombre de ministres, d’experts, de décideurs, de fonctionnaires, de représentants d’institutions et de membres de la communauté universitaire du monde entier ont pris part au sommet.
L’alliance vise à mettre en place une coalition de pays qui donnent la priorité à une économie verte dans le contexte de l’action climatique et du développement durable, à renforcer les capacités des pays en développement, à soutenir leurs projets de transition vers une économie verte et à échanger des connaissances sur la mise en œuvre.
«Si nous voulons accélérer notre transition vers une économie verte, nous devons travailler tous ensemble et, dans cette perspective, nous avons besoin d’une plate-forme avec un objectif commun. L’Alliance mondiale des Émirats arabes unis (EAU) pour l’économie verte vise à établir une telle plate-forme», déclare Mariam bent Mohammed Almheiri, ministre émiratie chargée du Changement climatique et de l’Environnement.

Miser sur la technologie

Les EAU, qui possèdent le plus haut gratte-ciel du monde et qui ont déjà initié une ambitieuse mission sur Mars, espèrent désormais devenir un pays pionnier dans le métavers.
Dans le cadre d’un projet créé au sein du magnifique musée du Futur à Dubaï, le pays annonce que le ministère de l’Économie des EAU s’installe dans le monde virtuel immersif qui prend actuellement forme.

EAU


Séjours en Syrie: six femmes de l'entourage de la famille Merah en garde à vue

Une femme entre au palais de justice de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 septembre 2022 (Photo, AFP).
Une femme entre au palais de justice de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 23 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Domiciliées à Toulouse et Albi, cinq d'entre elles ont été interpellées chez elles et une sixième s'est présentée d'elle-même au commissariat, selon une source proche du dossier
  • Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie

PARIS: Six femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah ont été interpellées mardi dans la région de Toulouse, dans le cadre d'une enquête du parquet national antiterroriste qui les soupçonne d'avoir séjourné en Syrie en 2013 et 2014, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information d'Europe 1.

Domiciliées à Toulouse et Albi, cinq d'entre elles ont été interpellées chez elles et une sixième s'est présentée d'elle-même au commissariat, selon une source proche du dossier.

L'enquête, confiée à la sous-direction anti-terroriste (Sdat), est ouverte depuis 2014 pour association de malfaiteurs terroriste délictuelle et soustractions des parents à leurs obligations légales.

Parmi ces femmes, âgées de 31 à 43 ans, certaines étaient parties avec leurs enfants en Syrie.

Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie.

Soupçonnées depuis plusieurs années par la justice antiterroriste, plusieurs d'entre elles avaient déjà été entendues puis relâchées. Mais de nouveaux éléments ont amené les enquêteurs à les réentendre.

Elles font partie de l'entourage de la famille Merah, mais ne sont pas membres de la famille.

Il y a plus de dix ans, Mohamed Merah avait tué sept personnes, entre le 11 et le 19 mars 2012, à Montauban et Toulouse.

Il avait assassiné trois militaires - Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad -, un professeur et trois enfants juifs - Jonathan Sandler, ses fils Arié et Gabriel, et Myriam Monsonégo - avant d'être tué par la police après un siège de 32 heures suivi par les médias du monde entier.

Son frère Abdelkader a été condamné définitivement en 2020 à trente ans de réclusion criminelle pour complicité de ses crimes.