République dominicaine: la fête traditionnelle du gaga perdure malgré les menaces

Des femmes portant un foulard sur la tête répètent des chants en créole tandis que la procession avance, rejoignant des groupes de gaga venus d'autres bateys (Photo, AFP).
Des femmes portant un foulard sur la tête répètent des chants en créole tandis que la procession avance, rejoignant des groupes de gaga venus d'autres bateys (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 17 avril 2022

République dominicaine: la fête traditionnelle du gaga perdure malgré les menaces

  • A Mata Mamon, près de Saint-Domingue, comme dans tant de villages liés à la canne à sucre, le gaga est une tradition qui perdure malgré des tentatives pour la faire interdire
  • Le gaga commence le Jeudi saint, avec la bénédiction des instruments et des vêtements, et se poursuit jusqu'au lundi

MATA MAMON: Un son semblable à celui d'une trompette se mêle à un rythme de percussions: c'est celui du bambou gaga qui ressort chaque année pendant la Semaine sainte pour accompagner un défilé haut en couleurs, mélangeant christianisme et cultes d'origines haïtienne et africaine, dans les zones de production de canne à sucre en République dominicaine.

A Mata Mamon, près de Saint-Domingue, comme dans tant de villages liés à la canne à sucre, le gaga est une tradition qui perdure malgré des tentatives pour la faire interdire, notamment en raison de cette origine haïtienne.

Le gaga est né dans les "bateys" --colonies créées autour des champs de canne à sucre, où cohabitaient les "braceros" haïtiens et dominicains embauchés pour travailler, souvent pour des sommes très faibles. 

"J'ai des souvenirs de l'époque où les braceros venaient couper la canne à sucre", raconte à l'AFP José de la Cruz, dit "Coco", affirmant avoir passé 35 de ses 60 ans à travailler pour perpétuer la tradition du gaga à Mata Mamon.

"Le gaga a été créé ici par un sorcier qui s'appelait Chale, et il est mort. J'ai donc continué cette tradition dans le batey", raconte-t-il.

Le gaga commence le Jeudi saint, avec la bénédiction des instruments et des vêtements, et se poursuit jusqu'au lundi.

Le groupe de Mata Mamon quitte l'enramada (case ou tonnelle avec un toit de branchages) après le coup sec du "fuete", un fouet qui claque pour "nettoyer" le chemin des "mauvais esprits" afin que la congrégation puisse se promener dans le village.

Des femmes portant un foulard sur la tête répètent des chants en créole tandis que la procession avance, rejoignant des groupes de gaga venus d'autres bateys qui, en réalité, ne vivent plus de la canne à sucre depuis longtemps.

Souffle et bâton

Les bambous, longs instruments fabriqués à partir de la plante du même nom, commencent à sonner à partir de 8 heures le matin du Vendredi saint. On souffle dans le bambou en même temps qu'on le frappe avec un petit bâton.

Petit à petit, la fête prend forme. Des congos, des tambours, des clairons, des sifflets viennent s'ajouter à la musique. Rhum et bière coulent à flots.

Les tenues sont bariolées, des couleurs vives rappelant des tenues haïtiennes, voire africaines. 

On danse frénétiquement au rythme de la musique.

"Ce n'est pas facile de tenir un gaga pendant toute une nuit", rigole Coco.

Tous effectuent un pèlerinage dansant de 115 km jusqu'à San Pedro de Macoris, la capitale des Gaga, une zone où la population a des origines haïtienne et créole des îles voisines notamment anglophones qui ont fourni de la main d'oeuvre à l'industrie sucrière.

Beaucoup d'experts s'accordent à dire que l'influence noire en République dominicaine a été historiquement minorée voire occultée. Notamment celle de Haïti,  qui partage l'île d'Hispaniola avec elle.

Le gaga n'échappe pas à cet ostracisme.

Les autorités de San Pedro de Macoris ont tenté d'interdire la tradition afin d'éviter "agression ou morts", selon le directeur provincial Juan Ramon de los Santos.

En cause: le fait que les participants se déplacent avec machettes --qui symbolisent la vie dans les champs de canne à sucre-- et fouets. 

"C'est pour se protéger", explique Fernando Kasonfe, 46 ans, machette à la main "pas pour blesser qui que ce soit".

"Il n'y a jamais eu de morts, ni d'accidents", assure Coco, estimant que la censure était un produit de l'ignorance.

Le ministère de la Culture a toutefois soutenu le gaga, condamnant l'interdiction des autorités locales et les exhortant à autoriser la célébration.

Des tentatives d'interdiction du gaga avaient déjà eu lieu en 2018.

La Fondation culturelle Cofradia, qui défend ces traditions, estime que les mesures prises contre le gaga encouragent "la négation des racines africaines".

Cette année encore, des milliers de personnes ont dansé au rythme du bambou.


Le cinéma marocain est en deuil: Khadija Assad n'est plus

Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Short Url
  • La comédienne avait enchanté le Maroc dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec le célèbre sitcom Lalla Fatima
  • L’icône marocaine s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer

CASABLANCA: Une étoile s'est éteinte. Trois ans après la disparition de son mari, l'actrice Khadija Assad a tiré sa révérence ce mercredi, dans son domicile à Casablanca, après une longue lutte contre le cancer.

Selon les médias locaux, Khadija Assad a été transférée hier à son domicile, depuis l’un des hôpitaux privés de Casablanca, à la demande de sa famille, à la suite de la détérioration de son état de santé. L’icône marocaine est décédée à l’âge de 70 ans entourée de ses proches.

Elle avait enchanté tout un pays dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec la célèbre sitcom Lalla Fatima. Le couple avait auparavant séduit la génération des années 1970, grâce à la série à succès Hia ou Houa («Elle et lui»).

À l’annonce de son décès, les internautes marocains n’ont pas manqué de faire part de leur tristesse et ont présenté leurs condoléances. Des célébrités locales leur ont emboîté le pas.

«Triste pour le départ de Khadija Assad. Lalla Khadija a un parcours artistique plein d’élégance et de hautes valeurs artistiques et humaines. Je la connaissais souriante, généreuse et d’une grande gentillesse», a écrit le comédien et humoriste Hassan el-Fad sur Instagram.

«Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de l’artiste bien aimée Khadija Assad, chez elle à Casablanca, après une rude bataille contre le cancer. Kissariat Oufella est la dernière œuvre sur laquelle nous avons travaillé ensemble. Malgré la maladie, elle a répondu à l’appel et a joué un magnifique rôle honorifique. Elle a donné l’exemple à toute une génération de femmes marocaines qui savent concilier art, maternité et responsabilité...», a pour sa part écrit l’acteur et réalisateur Rachid el-Ouali sur Instagram.

Le roi Mohammed VI a fait part de ses condoléances dans un message adressé à la famille de la défunte. Dans une dépêche de la MAP, agence de presse officielle du Maroc, qui reprend le message royal, le Souverain dit avoir «appris avec une grande émotion et profonde affliction la triste nouvelle du décès de la grande artiste Khadija Assad que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde.» 

«En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous, à l’ensemble de votre famille et vos proches, à la famille artistique nationale de la défunte et à tous ses amis et admirateurs, Nos vives condoléances et Nos sincères sentiments de compassion suite à la disparition de l’une des icônes de l’écran marocain, reconnue pour son immense talent et sa performance dans plusieurs grandes œuvres théâtrales, télévisées et cinématographiques, particulièrement celles interprétées en compagnie de son mari et compagnon de route, feu Abdelaziz Saadallah, et qui ont marqué la scène artistique locale et sont restées gravées dans la mémoire et le cœur du public marocain.» a écrit le roi Mohammed VI.


Jusqu'à 5 000 euros d'amende requis contre la star Aya Nakamura et son ex-compagnon pour violences réciproques

La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La décision sera rendue le 23 février
  • Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois

BOBIGNY: Cinq mille euros d'amende pour elle, 2.000 euros pour lui: les réquisitions au procès de la chanteuse star franco-malienne Aya Nakamura et son ex-conjoint le producteur Vladimir Boudnikoff ont été inversement proportionnelles à l'effervescence médiatique autour de leur procès pour violences réciproques sur conjoint, jeudi à Bobigny.

"Il s'agit d'une affaire tristement banale, une dispute qui a dégénéré", a estimé la procureure dans son réquisitoire à l'intérieur d'une salle comble.

La décision sera rendue le 23 février.

Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois.

La crise a éclaté sur fond de jalousie et d'un mariage, auquel la chanteuse n'était pas invitée contrairement à son conjoint. S'en est suivie une dispute en plusieurs actes, en partie sur la voie publique et dans le pavillon où se sont déroulées les violences, a retracé la présidente du tribunal.

Chacun a écopé de trois jours d'incapacité temporaire de travail pour des contusions et douleurs.

"Très très énervée" lors de cet épisode houleux, la chanteuse a notamment raconté avoir voulu récupérer des effets personnels et partir avec leur fille, pour entériner la rupture.

Alors que l'altercation se poursuivait dans le studio de musique, au sous-sol, le producteur a reçu une gifle puis est tombé au sol.

"Il a commencé à devenir de plus en plus énervé, à me serrer, il essayait de me calmer à sa manière", a déclaré Aya Danioko (le vrai nom de la chanteuse).

M. Boudnikoff a accrédité cette version, reconnaissant qu'il avait également manqué de calme pendant cette soirée.

Désormais séparés, "on essaie de bien s'entendre" dans l'intérêt de l'enfant, a précisé la chanteuse.

Née à Bamako, Aya Nakamura a grandi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Sa carrière a décollé avec son deuxième album "Nakamura" (2018), suivi d'"Aya" en 2020, lui offrant le statut de chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde.

Son nouvel opus, "DNK", sort vendredi.

Agé de 34 ans et producteur, Vladimir Boudnikoff a aussi réalisé le clip d'un de ses tubes, "Pookie", qui culmine à quelque 336 millions de vues sur YouTube depuis sa sortie en 2019.


L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri nommée aux Césars

L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
Short Url
  • Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars
  • L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels, comme dans le film Nos Frangins, sorti en novembre 2022, qui racontait l’histoire de Malik Oussekine

DUBAÏ: L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars, l’équivalent français des Oscars.

Khoudri a été nommée pour son rôle dans le film Novembre du cinéaste Cédric Jimenez, qui raconte les attaques terroristes à Paris la nuit du 13 novembre 2015. Elle incarne Samia, une jeune femme charitable qui fait du bénévolat dans un camp de sans-abri. Sa colocataire finance son cousin, l’un des terroristes.

L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels. En novembre 2022, le film Nos Frangins, dans lequel elle joue, était sorti en salle. Il raconte l’histoire vraie et poignante de l’étudiant franco-algérien Malik Oussekine, mort en garde à vue en 1986 après plusieurs semaines de manifestations étudiantes contre un projet de réforme universitaire. Khoudri joue le rôle de sa sœur.

Par ailleurs, L’innocent, de Louis Garrel, et le thriller La nuit du 12, de Dominik Moll, sont en tête de la course aux Césars, avec respectivement 11 et 10 nominations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com