La renaissance archéologique irakienne contribuera-t-elle à forger une identité nationale?

Des objets assyriens originaires de Mossoul sont exposés au Musée national irakien de Bagdad (Photo, AFP).
Des objets assyriens originaires de Mossoul sont exposés au Musée national irakien de Bagdad (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 avril 2022

La renaissance archéologique irakienne contribuera-t-elle à forger une identité nationale?

  • Le pays assiste à la découverte et à la préservation d’anciens sites et artefacts mésopotamiens
  • Un nombre croissant de jeunes Irakiens s'intéressent à la préservation de ce qui reste de leur patrimoine

MOSUL/BOGOTA: Le 26 février 2015, des images choquantes ont émergé du nord-ouest de l'Irak montrant des combattants de Daech détruisant des objets préislamiques et brûlant des manuscrits anciens au Musée culturel de Mossoul.
Le groupe terroriste, qui avait pris le contrôle de la ville multiethnique l'année précédente, avait entrepris de piller tout ce qui avait de la valeur et de détruire tout ce qui n'était pas conforme à son idéologie tordue.
Ces objets inestimables avaient raconté l'histoire singulière de l'Irak, terre de civilisations remarquables, des Sumériens et des Akkadiens aux Assyriens et aux Babyloniens. Pourtant, il n'a fallu que quelques instants à Daech pour effacer les preuves de milliers d'années d'histoire humaine.
Il en a été de même dans de vastes régions du pays saisies par les militants de Daech, dont l'objectif était la destruction symbolique et le pillage facile.
«Daech voulait montrer et prouver qu'il pouvait non seulement détruire le présent et l'avenir de l'Irak, mais aussi son passé», a déclaré à Arab News Amer Abdel-Razzâq, chef de la direction des antiquités et du patrimoine dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak.

Un soldat de l'armée irakienne marche sur les ruines antiques de Nimrud après la reprise de la ville antique aux extrémistes de Daech, dans la banlieue de Mossoul (Photo, AFP).


«Ils voulaient détruire la civilisation mixte de l'Irak, qui est diverse avec différentes ethnies, minorités et nations comme les Akkadiens, les Assyriens et les Babyloniens. Ils ont sauvagement détruit des lieux comme Nimrud, Hatra et la tombe du prophète Yunus. Ils ont détruit de nombreux lieux saints et symboliques pour les musulmans.»
Le 21 juillet 2017, près de deux ans après les pillages, Mossoul a finalement été libérée par l'armée irakienne, inaugurant une période de travail minutieux pour restaurer les monuments, les églises, les mosquées et les trésors archéologiques de la ville.
Depuis lors, et après la libération ultérieure d'autres zones qui étaient sous le contrôle du groupe, l'Irak a connu une sorte de renaissance archéologique, avec le retour d'experts étrangers dans le pays et un nombre croissant de jeunes Irakiens qui s'intéressent à la préservation de ce qui reste de leur patrimoine.
«Les antiquités et le patrimoine nous unissent et nous permettent de reconnaître que nous appartenons tous les uns aux autres. Il est aussi important pour nous de savoir que nous remontons tous à une même racine à un certain moment de l'histoire ancienne», a déclaré à Arab News Falih al-Chmari, qui prépare un doctorat à l'université de Bagdad.
«Par exemple, des mandats assyriens ont été trouvés dans le nord, l'est, l'ouest et le sud de l'Irak, ce qui indique que nous avons tous été assyriens à un moment donné et que nous appartenons aux autres en tant qu’identité unique.»
«Même dans l'histoire islamique, nous étions les mêmes et il y a la même description de l'architecture et des idées islamiques. Nous sommes une société islamique et nous avons tous été éduqués selon les principes et l'éducation islamiques dans le passé.»
Parmi les découvertes les plus récentes, figure une mosquée construite en terre datant de la période omeyyade, il y a environ 1 400 ans, mise au jour par des spécialistes du British Museum en tandem avec des experts locaux à Tell Kabiba, à Dhi Qar.

De nombreuses sculptures, poteries et objets cunéiformes, datant de 3 000 ans avant J.-C., sont mis au jour par les archéologues du British Museum à Dhi Qar, en Irak. (Photo, AFP).


Avant cela, en 2016, une équipe archéologique dirigée par Sébastien Rey du British Museum, a découvert le temple d'Enino, également connu sous le nom de temple de l'oiseau-tonnerre blanc, dans la ville assyrienne de Girsu, aujourd'hui connue sous le nom de Tello, au nord de Dhi Qar.
D'autres missions dirigées par des Européens et travaillant à Tello ont découvert le temple du roi Gudea, le plus célèbre des rois sumériens de la dynastie Lagash, qui a régné entre 2144 et 2124 av. J.⁠-⁠C.
L'année dernière, des archéologues français travaillant dans la ville de Larsa à Tell Es-Senkereh ont découvert le palais du roi Sin Ednam (1850-1844 av. J.-C.), qui remonte à l'époque de la Babylone antique.
Six missions britanniques, françaises et italiennes travaillant dans la ville sumérienne de Girsu ont révélé une zone résidentielle datant du début de la période dynastique (2900-2350 av. J.-C.), notamment le temple du dieu de la guerre Ningirsu.
Une autre réalisation majeure est la restauration de ce qui est peut-être le plus vieux pont du monde, dans la ville de Girsu. Les travaux sur cette structure vieille de 4 000 ans font l'objet d'un contrat de cinq ans avec une équipe britannique.
Des équipes de fouilles britanniques et allemandes ont également mis au jour le site de la cité antique de Charax Spasinou, la plus grande ville construite par Alexandre le Grand, dans le sud de l'Irak, près de Bassora, sur le site actuel de Jebel Khaybar.
Pendant ce temps, dans le nord du pays, une équipe française à Mossoul poursuit l'entretien de la fresque de l'église de Mar Korkis, et travaille sur des sites de la ville d'Achur, dont le cimetière royal, le palais parthe et le palais de Walter André.

Parmi les découvertes les plus récentes figure une mosquée construite en terre datant de la période omeyyade, il y a environ 1 400 ans (Photo, AFP).


À la citadelle de Kirkouk, également dans le nord de l'Irak, l'autorité archéologique locale collabore avec le gouvernement turc pour entretenir correctement ce que certains spécialistes croient être la tombe du prophète Daniel.
«Nous avons découvert des empires et des États incroyables et nous, à cette époque, pouvons à peine imaginer à quel point ils étaient puissants et avancés», a déclaré Abdel-Razzâq.
«L'Irak repose sur un immense trésor archéologique de plus de 20 000 sites. Il est très difficile de tout préserver. C'est pourquoi une grande partie de ces sites a été volée et détruite. Les objets volés se comptent par milliers.»
«À mon avis, je vois cela comme une tragédie humaine, car cette archéologie n'est pas seulement celle d'une nation ou d'une minorité spécifique, mais de toute l'humanité.»
Les pillages et les destructions n'ont cependant pas commencé en 2014 avec la montée en puissance de Daech. Selon Abdel-Razzâq, le patrimoine irakien souffre depuis des décennies des conflits et de la négligence des autorités.
Il a également signalé: «En 2003, lors de l'invasion américaine de l'Irak, de nombreux sites archéologiques ont subi des destructions massives et cela était dû à un manque de protection de la part des Nations unies. Les forces américaines ont certes protégé les champs pétroliers, les ministères importants, la défense et la sécurité, pas l'archéologie.»
Le pillage du musée de Bagdad est peut-être l'exemple le plus emblématique de cette négligence. Pendant 36 heures, à partir du 10 avril 2003, le musée a été mis à sac par des voleurs.

Un garde irakien montre des jarres cassées dans le plus grand musée archéologique d'Irak, saccagé et pillé, à Bagdad en 2003 (Photo, AFP).


Ce n'est que plus tard, lorsque l'étendue des dégâts est devenue évidente, que la coalition dirigée par les États-Unis a commencé à accorder la priorité à la protection des antiquités irakiennes.
Abdel-Razzâq a de plus dévoilé que «six mois après l'invasion américaine, les Américains ont compris qu'ils devaient agir afin de protéger les sites archéologiques du pillage et de la destruction».
«Par le biais d'activistes sociaux, et après que le grand ayatollah, Ali al-Sistani, a émis une fatwa, ils ont sensibilisé la population à la protection des sites archéologiques. Après cela, les Irakiens ont pu récupérer de nombreux objets archéologiques volés et les gens ont commencé à les protéger.
«Néanmoins, nous avons perdu, et même aujourd'hui, il nous manque encore un nombre considérable d'objets. Nous sommes toujours à leur recherche.»
Aamir al-Jumaili, maître de conférences au Collège d'archéologie de l'Université de Mossoul depuis 20 ans, a affirmé que la destruction du patrimoine irakien dure depuis encore plus longtemps.
Il a déclaré à Arab News: «Nous devons revenir à 1991, et pas seulement à 2003, pour évaluer les destructions et les pertes que nous avons subies. Lors de l'invasion du Koweït par l'Irak en 1991, l'Irak a perdu de nombreux objets archéologiques à cause du vol, de la destruction et de la contrebande dans les musées des villes irakiennes.»
Bien que les autorités du pays aient mis en place une loi visant à protéger les antiquités, sur la base de lois antérieures promulguées pour la première fois en 1936 et renforcées dans les années 1970, certains experts estiment que le gouvernement devrait rendre les sanctions beaucoup plus sévères pour atteinte au patrimoine national.

Des objets assyriens originaires de Mossoul sont exposés au Musée national irakien de Bagdad (Photo, AFP).


Ahmed Qasim Juma, maître de conférences en archéologie à l'université de Mossoul et consultant de l'Unesco, a expliqué à Arab News que «dans le passé, les lois protégeant les sites archéologiques et l'histoire ancienne étaient plus strictes que celles que nous avons eues en 2003 et 2014.»
«Avant 2003, si quelqu'un faisait quelque chose d'illégal sur un site archéologique ancien, il était tué par le gouvernement. Après 2003 et jusqu'en 2018, n'importe qui pouvait se rendre sur un site archéologique et commencer à creuser et à faire des recherches sans l’avis d'un expert ou un permis gouvernemental. Il n'y avait pas de punitions sévères pour les arrêter.»
Le problème s’est aggravé par des décennies de négligence et de sous-financement du gouvernement, des administrations dysfonctionnelles et la présence continue de groupes armés dans les campagnes, en particulier des milices soutenues par l'Iran.
Al-Chmari a révélé qu' «il y a beaucoup de forces armées et de milices différentes qui contrôlent le pays. Le district de Sinjar regroupe des forces et des milices étrangères qui contrôlent tout. Si vous voulez effectuer des recherches ou des enquêtes, ils ne vous permettent pas de le faire. Sinjar est l'une des zones qui est très difficile d'accès pour les archéologues.»
Il estime que les investissements du gouvernement central pourraient contribuer à inverser la tendance et, ce faisant, commencer à refaçonner l'image de l'Irak dans le monde.
«Nous ne sommes pas satisfaits du niveau de soutien du gouvernement pour les antiquités et le patrimoine irakiens. Il est vraiment faible. Si cela ne tenait qu'à moi, je ferais de Mossoul l'une des plus grandes villes touristiques», a soutenu Al-Chmari
«Les travailleurs étrangers et les touristes sont confrontés à des défis et des difficultés en termes de sécurité et d'administration. Nous devons leur fournir des installations et les aider lorsqu'ils viennent en Irak», a-t-il ajouté.
«Nous avons les capacités de faire des découvertes sur les sites archéologiques, mais cela nécessite des fonds et un soutien. C'est la responsabilité du gouvernement de financer et de soutenir les étudiants et les chercheurs locaux.»
En effet, alors que l'Irak commence à sortir de plusieurs décennies de crise, les experts estiment que l'occasion s'est présentée de développer d'autres aspects de son économie en dehors du pétrole, afin de accueillir des partenariats éducatifs et peut-être même le tourisme international.
«Les antiquités et le tourisme sont l'un des aspects économiques les plus importants sur lesquels l'Irak devrait se concentrer, car il dépend principalement du pétrole, dont le prix pourrait chuter à tout moment à l'avenir», a avisé Abdel-Razzâq. «Si nous nous concentrons judicieusement sur les antiquités et le tourisme, ils joueront un rôle important.»
«Par exemple, à Dhi Qar, nous avions l'habitude de recevoir un ou peut-être deux touristes par mois. Maintenant, nous avons trois à quatre touristes par jour. Le secteur du tourisme en Irak peut jouer un rôle plus important que le pétrole.»
Abdel-Razzâq espère que, ce faisant, les Irakiens commenceront non seulement à être fiers de leur histoire et de leur identité commune, mais aussi à tourner la page de la violence et des conflits sectaires de ces dernières décennies.
Il a déclaré: «Nous devons tirer parti de notre archéologie et de notre histoire anciennes. Nous sommes connus en comme le berceau de la civilisation humaine et de l'humanité. Tout a commencé en Irak: Les premières lois, l'écriture, les médicaments et l'agriculture.
«Je me concentre toujours sur le développement de l’archéologie, parce qu'il créera une identité nationale. Nous sommes comme un arbre, nous avons des racines très solides.»


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visas pour le Royaume à accomplir l’Omra

Un voyageur masqué arrivant en Arabie saoudite pour accomplir le pèlerinage de l’Omra est accueilli à l’aéroport international du roi Abdelaziz, à Djeddah. (AFP)
Un voyageur masqué arrivant en Arabie saoudite pour accomplir le pèlerinage de l’Omra est accueilli à l’aéroport international du roi Abdelaziz, à Djeddah. (AFP)
Short Url
  • La plate-forme Visit Saudi propose des services en ligne, notamment la délivrance de visas électroniques et l’achat de forfaits pour l’Omra
  • Cette décision vise à atteindre l’objectif de 30 millions de pèlerins par an dans le cadre de la Vision 2030

DJEDDAH: Tous les détenteurs de visas pour l’Arabie saoudite sont autorisés à accomplir l’Omra, à la suite d’une décision du ministère du Hajj et de l’Omra.

Cette décision vise à simplifier les formalités administratives et à permettre à un plus grand nombre de visiteurs d’effectuer le pèlerinage un objectif de la Vision 2030.

Elle coïncide avec le début de la saison de l’Omra de cette année et s’inscrit dans le cadre des efforts déployés pour faciliter les rituels, fournir des services de qualité et enrichir l’expérience religieuse des pèlerins.

La plate-forme Maqam met en relation les pèlerins avec des entreprises et des agences de tourisme agréées. Les utilisateurs de l’extérieur du Royaume peuvent également demander un visa pour l’Omra et même choisir des services groupés. La plate-forme est disponible à l’adresse suivante: maqam.gds.haj.gov.sa

La plate-forme Visit Saudi propose des services en ligne, notamment la délivrance de visas électroniques et l’achat de forfaits pour l’Omra. Ce service est disponible sur visitsaudi.com/ar

Les personnes ayant obtenu un visa à l’arrivée et venant de pays éligibles aux visas électroniques, ainsi que les détenteurs de visas américains, britanniques et Schengen, peuvent accomplir les rituels de l’Omra en toute simplicité, à condition que le visa soit utilisé une seule fois et qu’il porte le sceau du pays qui l’a délivré.

Les personnes titulaires d’un visa de visite familiale et de visite personnelle sont elles aussi autorisées à effectuer l’Omra et peuvent réserver via l’application Eatmarna lors de leurs visites à des parents ou amis dans le Royaume, et en s’inscrivant sur la plate-forme nationale unifiée des visas.

Pour accomplir le pèlerinage, les visiteurs sont tenus de se procurer une assurance maladie complète, qui couvre notamment les coûts du traitement contre la Covid-19, les accidents entraînant le décès ou l’invalidité, ainsi que les dépenses liées aux retards ou aux annulations de vols.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les guides touristiques saoudiens rayonnent à l'exposition The Line de Neom

The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure. (Photo fournie)
The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure. (Photo fournie)
Short Url
  • Les détails du projet Neom sont présentés lors de cette exposition organisée au Superdôme de Djeddah
  • S'adressant à Arab News, plusieurs guides ont exprimé leur enthousiasme à l’idée de participer à l'exposition et de jouer un rôle, modeste mais important, dans le cadre de Neom

DJEDDAH: L’exposition qui présente l'ambitieux projet The Line de l’Arabie saoudite fascine les visiteurs grâce au travail des guides touristiques spécialisés.

Les détails du projet Neom sont présentés lors de cette exposition organisée au Superdôme de Djeddah. Les visiteurs de tous les groupes d'âge obtiendront des informations de premier plan grâce aux guides touristiques saoudiens. Ces derniers fournissent des explications en arabe et en anglais sur ce qui est exposé.

Ils contribuent à donner vie à l'exposition avec quarante-neuf visites proposées par jour, permettant aux curieux de saisir l'étendue et la complexité des concepts architecturaux et les particularités du projet en matière d’ingénierie.

S'adressant à Arab News, plusieurs guides ont exprimé leur enthousiasme à l’idée de participer à l'exposition et de jouer un rôle, modeste mais important, dans le cadre de Neom.

L’un d’eux, Ragad Seit, confie: «Cette expérience est plus que merveilleuse. J'aime l'enthousiasme qui se lit sur le visage des gens pendant que nous leur donnons les détails sur The Line. C'est incroyable de voir l’enthousiasme qu’ils manifestent pour ce projet révolutionnaire. Et le fait de le voir me fait sentir plus encore combien cela vaut la peine de participer à cette exposition. Je suis sûr que ce sera un grand mouvement pour l'avenir et nous avons hâte de voir le projet de The Line terminé.»

Une autre jeune guide, Ghalya Faisal Alsahhaf, nous déclare: «Mon travail ici consiste à donner des explications sur la flore unique et rare de Neom qui sera plantée dans The Line. L'expérience est vraiment unique en son genre, car j’ai la possibilité de donner aux gens les informations qu’ils attendent sur la végétation.»

«La réaction des visiteurs lorsqu'ils découvrent les différents types de flore est incroyable. De plus, je rencontre des personnes de cultures et d'horizons différents et j'interagis avec eux; c’est très agréable de discuter avec eux. L'enthousiasme des visiteurs est indescriptible.»

Abdelaziz Salmin affirme pour sa part: «Bien que je sois ici en tant que guide touristique, je suis très fier de faire partie de Neom et de travailler sur ce projet.»

«Je travaille dans les sections 1 et 2; je suis chargé d’expliquer aux gens ce qu'est The Line. L’émotion et l'intérêt montrés par le public vont de pair avec mon enthousiasme. J'attends avec impatience de voir comment la ville va se transformer, surtout après en avoir appris autant à travers cette exposition», ajoute M. Salmin.

Outre les guides touristiques, les responsables de Neom sont également présents à l'exposition pour renseigner ceux qui recherchent des réponses approfondies.

L'exposition de Djeddah ouvre ses portes de 10h à 23h jusqu'au 14 août, avant de se déplacer dans la province de l'Est et de s’installer ensuite à Riyad.

«J'ai entendu parler du projet pour la première fois sur les réseaux sociaux et j'étais vraiment enthousiaste à l’idée de découvrir le concept révolutionnaire de The Line. Je suis tellement enthousiaste de voir cela en réalité!», nous confie Mohammed Ali, l’un des visiteurs.

«En plus, nous comprenons mieux le projet avec l'aide des guides touristiques. C'est vrai qu'ils peuvent emmener les visiteurs dans un tout autre voyage», observe-t-il.

Un autre visiteur, Raïs Ali, raconte: «Le guide a rendu cette visite des plus agréables en répondant à mes questions et en fournissant différentes informations de manière claire et simple.»

«Le projet possède vraiment un aspect futuriste et prometteur. Après la visite guidée, j'avais beaucoup de questions techniques en tête, mais je suis certain qu'elles trouveront une réponse dans les jours qui viennent. Idéalement, j'aimerais emménager dans cet endroit de rêve.»

Saïd H., émerveillé par le concept de The Line présenté à l'exposition, est ravi de voir à quoi ressemblera la ville une fois achevée.

«C'est sans aucun doute une excellente idée de disposer d’un guide qui donne des détails captivants. J'ai été surpris d'apprendre que le stade de football de la ville sera intégré de manière à ce que la ville elle-même se tourne vers le stade et en devienne le lieu de rencontre. Toutes ces précisions sont tellement époustouflantes que les visiteurs ont été émerveillés par cet univers de rêve. Nous avons hâte de le voir prendre vie!», s’exclame Saïd, enthousiaste.

Divisée en différentes sections, l'exposition expose les plans de vie urbaine mis en œuvre dans la ville. The Line suit une approche axée sur l'humain; la santé et le bien-être sont mis en avant par rapport aux transports et à l’infrastructure.

Des billets gratuits peuvent être réservés grâce à l'application Hala Yalla, dédiée à ces événements.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: 5 tentatives d'immigration déjouées, 82 migrants interceptés

Un membre d'équipage d'une ONG aide les migrants à monter à bord après que leur bateau en bois se soit renversé lors d'une opération de sauvetage en mer Méditerranée (Photo, AP).
Un membre d'équipage d'une ONG aide les migrants à monter à bord après que leur bateau en bois se soit renversé lors d'une opération de sauvetage en mer Méditerranée (Photo, AP).
Short Url
  • Quatre opérations de « sauvetage» ont eu lieu en mer concernant 76 passagers, et une autre à terre dans les zones de Gabès et Sfax portant sur «l'interception de 6 personnes»
  • L'Italie, dont certaines côtes sont à seulement 200 km du littoral tunisien, est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord

TUNIS : Les autorités maritimes tunisiennes ont déjoué cinq nouvelles tentatives d'immigration clandestine et intercepté ou porté secours à 82 personnes dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Dans le cadre de la lutte contre l'immigration irrégulière, des unités de la garde nationale du nord, du centre, du sud et du littoral ont déjoué" des départs de migrants et "secouru" ou "intercepté" au total 82 personnes, selon un communiqué officiel.

Quatre opérations de "sauvetage" ont eu lieu en mer concernant 76 passagers, et une autre à terre dans les zones de Gabès et Sfax portant sur "l'interception de 6 personnes". Le ministère n'a pas précisé l'état des embarcations ni la nationalité des migrants.

Une somme d'argent en monnaies tunisienne et étrangère, d'un montant non précisé, a également été saisie.

Les médias tunisiens avaient fait état d'un naufrage mardi devant les côtes de l'archipel de Kerkennah (centre-est), dans lequel 8 personnes, tous des Tunisiens -trois femmes, quatre enfants et un homme-, avaient péri. Les autorités avaient réussi à sauver 20 personnes.

Le week-end passé, les autorités maritimes avaient annoncé avoir porté secours ou intercepté plus de 280 migrants, dont 170 Sub-Sahariens, qui tentaient de quitter la côte est du territoire tunisien.

L'un des bateaux transportant 22 migrants, tous Tunisiens, dont 9 enfants et 3 femmes, dérivait dangereusement à 80 km de l'île de Kuriat, en face de Monastir (centre-est).

Au printemps et en été, à la faveur d'une météo plus clémente, les tentatives d'émigration clandestine de Tunisiens et de pays d'Afrique sub-saharienne vers l'Europe tendent à augmenter.

L'Italie, dont certaines côtes sont à seulement 200 km du littoral tunisien, est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord.

Ils proviennent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays voisins d'où les départs ont recommencé à croître ces deux dernières années, après un ralentissement pendant l'épidémie de Covid.

La Tunisie traverse une grave crise politico-économique et compte désormais 4 millions de pauvres. La Libye est en proie au chaos depuis 2011 avec des milices qui gèrent le trafic juteux des migrants sub-sahariens.

Entre le 1er janvier et le 22 juillet 2022, 34 000 personnes sont arrivées par la mer en Italie, contre 25 500 sur la même période de 2021, et 10 900 en 2020, selon le ministère de l'Intérieur italien.