Un fonds de développement franco-saoudien dédie 72 millions d'euros au Liban

Les protocoles d'accord ont été signés à Beyrouth (Photo, SPA).
Les protocoles d'accord ont été signés à Beyrouth (Photo, SPA).
Short Url
Publié le Jeudi 28 avril 2022

Un fonds de développement franco-saoudien dédie 72 millions d'euros au Liban

  • Au cours de la première phase de ce nouveau plan d'aide, Paris et Riyad contribueront 36 millions d'euros chacun
  • Les accords s'intègrent au partenariat franco-saoudien existant

BEYROUTH: La France et l'Arabie saoudite ont annoncé mardi la création d'un fonds de développement conjoint de 72 millions pour le Liban, pays traversé par une grave crise économique.
Ce fonds d'aide franco-saoudien est issu d'un accord signé entre l'Agence française de développement et le Centre d'aide et d'action humanitaire Roi Salmane (KSrelief).
«L'initiative vise à soutenir le travail humanitaire et de secours, et à assurer la stabilité et le développement au Liban en appliquant les normes les plus élevées de transparence et de responsabilité» a soutenu Walid Boukhari, ambassadeur saoudien au Liban.
Le financement conjoint vise à soutenir des projets dans six secteurs: la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation, l'énergie, l'eau et les forces de sécurité intérieure.
«Une contribution monétaire de 36 millions d'euros sera fournie par KSrelief, tandis que la partie française apportera une somme similaire, ce qui porte le total à 72 millions d'euros», a détaillé Boukhari.
Les deux parties partagent «une responsabilité commune de maintenir la stabilité du Liban et de respecter sa souveraineté et son unité, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et aux résolutions internationales et arabes pertinentes», a-t-il ajouté.
«Nous remplissons nos obligations à l'égard du Liban sans faire de discrimination entre ses sectes et ses groupes, sur la base de notre devoir de fraternité arabe.»
L'ambassade de France au Liban a indiqué que la contribution française visait à soutenir «les personnes vulnérables au Liban et à répondre à leurs besoins les plus urgents dans les secteurs de la santé et de la sécurité alimentaire.
«Une partie de ce soutien ira principalement à l'hôpital gouvernemental de Tripoli afin de renforcer les services de soins de santé primaires, en plus d’apporter une aide d’urgence y compris alimentaire aux personnes les plus démunies.»
Le lancement du fonds commun pour les institutions civiles et sociales est en partie le résultat du manque de confiance de la communauté internationale dans les institutions étatiques libanaises. La classe dirigeante du pays ne parvient toujours pas à approuver les réformes requises par la communauté internationale comme condition préalable pour aider le Liban à se remettre de la crise économique qu'il traverse.
L'approbation du projet de loi sur le contrôle des capitaux et du budget 2022, la modification de la loi sur le secret bancaire, la mise en place d'un plan de redressement et la mise en œuvre de réformes structurelles, figurent parmi ces exigences.
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, et son homologue saoudien, Faisal ben Farhane, sont convenus le 28 février que leurs pays apporteraient un soutien financier d'urgence à une série de projets humanitaires, suite à une décision prise par le président français, Emmanuel Macron et le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Boukhari a affirmé que le Royaume a jusqu'à présent fourni une aide d'une valeur d'environ 2,37 milliards d'euros aux projets humanitaires et de secours au Liban.
«Depuis sa création, KSrelief a lancé 1 940 projets humanitaires différents dans 80 pays du monde, pour un montant d'environ 5,3 milliards d'euros», a-t-il ajouté.
Boukhari a enfin soutenu que l'aide du Royaume s'inscrivait «dans la continuité de la démarche de solidarité entreprise par le Royaume envers le peuple libanais».


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Koweït nomme Nasser al-Hain comme son représentant à l'ONU

Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Short Url
  • La directrice générale du bureau des Nations unies loue les efforts humanitaires du Koweït
  • Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux

GENÈVE: Le Koweït a nommé Nasser al-Hain comme son représentant permanent aux Nations unies.

L'ambassadeur a présenté lundi ses lettres de créance à la directrice du bureau des Nations unies à Genève, Tatiana Valovaya, a rapporté Kuwait News Agency.    

Al-Hain a salué les contributions majeures de l'ONU dans divers domaines, et en particulier ses efforts humanitaires.

Valovaya a loué les efforts humanitaires du Koweït et a souligné les liens étroits de ce pays avec l'ONU et d'autres organisations internationales.

Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un incendie se déclare dans une église de Minya quelques jours après l'incendie d'une église au Caire

 Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Short Url
  • Une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas eu besoin d'être hospitalisée
  • Abdel Ghaffar a affirmé que les ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre

LE CAIRE: Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans une église du gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé.

L'incendie de l'église Anba Bishoy survient deux jours après qu'un incendie a ravagé dimanche l'église copte Abou Sefein, dans le quartier d'Imbabah au Caire, tuant 41 personnes.

Le porte-parole du ministère de la Santé et de la Population, Hossam Abdel Ghaffar, a déclaré que bien que l'incendie n'ait fait aucun mort, une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas nécessité d'hospitalisation.

Abdel Ghaffar a précisé que des ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre, en cas de développements ultérieurs. Il a ajouté que les ambulances étaient arrivées sur les lieux de l'incendie à 14h30, soit six minutes après que l’alerte a été donnée.

Le porte-parole a déclaré que le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel Ghaffar, suivait l'incident de près, et avait demandé aux hôpitaux de la région d'augmenter leur niveau de préparation.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.