Google et YouTube ont la «gueule de bois» après la pandémie

L'action du groupe californien perdait environ 5% lors des échanges électroniques après la fermeture de la Bourse de New York (Photo, AFP).
L'action du groupe californien perdait environ 5% lors des échanges électroniques après la fermeture de la Bourse de New York (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 27 avril 2022

Google et YouTube ont la «gueule de bois» après la pandémie

  • À 68 milliards de dollars, le chiffre d'affaires d'Alphabet a bondi de 23% sur un an, mais il est aussi légèrement inférieur aux attentes
  • Le groupe californien souffre de la comparaison avec l'année 2021

SAN FRANCISCO : Alphabet, la maison mère de Google, a réalisé un profit de 16,4 milliards de dollars au premier trimestre, soit 8% de moins qu'il y a un an, un signe de retour à la normale après le boom de la pandémie.

À 68 milliards de dollars, son chiffre d'affaires a lui bondi de 23% sur un an, mais il est aussi légèrement inférieur aux attentes des analystes.

Le groupe californien souffre de la comparaison avec l'année 2021, quand les annonceurs investissaient à fond dans la publicité en ligne pour être vus des consommateurs rivés à leurs écrans, faute de pouvoir sortir autant qu'avant.

Malgré la reprise des activités en personne, "le temps passé sur YouTube a continué à augmenter", a assuré Sundar Pichai, le dirigeant d'Alphabet, lors de la conférence téléphonique aux analystes.

Mais la plateforme a déçu avec une faible progression sur un an. Les publicités sur la plateforme de vidéos n'ont généré "que" 6,9 milliards de dollars au premier trimestre, pas beaucoup plus que les 6 milliards de l'année dernière.

Entre l'inflation et les difficultés sur la chaîne d'approvisionnement mondiale, les annonceurs doivent "gérer les budgets de façon prudente", note Paul Verna, analyste chez eMarketer, pour l'AFP.

Et la plateforme ultra populaire TikTok "constitue désormais une menace de taille", sur le marché essentiel de la consommation de vidéos sur mobile, ajoute-t-il. 

Ces deux facteurs "ne sont pas de bon augure pour la publicité en ligne en général et pour YouTube en particulier", a-t-il ajouté.

«Gueule de bois»

YouTube a pris position sur le territoire de TikTok en mars 2021 en lançant les YouTube Shorts, un format très court (moins de 60 secondes). Ces vidéos suscitent désormais "plus de 30 milliards de vues quotidiennes, quatre fois plus qu'il y a un an", s'est félicité Sundar Pichai.

Il a indiqué que ses ingénieurs allaient, "comme d'habitude, se concentrer d'abord sur la création d'une super expérience pour les utilisateurs avant de travailler sur la monétisation".

Il ne faut pourtant pas exclure une possible "gueule de bois post-pandémie", souligne Paul Verna.

Les grandes entreprises technologiques "n'ont certes pas fait la fête, mais la crise sanitaire a énormément dopé leurs affaires", a-t-il expliqué. "Ce genre de croissance ne pouvait pas durer. Si on prend cet aspect en considération, les résultats ne sont pas du tout désastreux, Google reste un leader de la recherche et très solide en vidéo."

Ruth Porat a précisé que la comparaison serait encore plus "dure" pour le trimestre en cours, une période aussi affectée par la fermeture de ses activités commerciales en Russie, liée à la guerre en Ukraine.

L'action du groupe californien perdait environ 5% lors des échanges électroniques après la fermeture de la Bourse de New York.

Alphabet a en outre recruté à tour de bras - la société compte désormais près de 164.000 employés dans le monde, contre 140.000 il y a un an et investi en recherche et développement.

Début mars, la société a annoncé son intention d'acheter la société spécialisée dans la cybersécurité Mandiant pour environ 5,4 milliards de dollars, pour renforcer son offre de cloud (informatique à distance).

Google Cloud vu ses revenus bondir de 44% à 5,8 milliards de dollars au premier trimestre.

Moins de cookies

Google a par ailleurs annoncé mardi l'ajout d'informations aux applications disponibles sur sa plateforme de téléchargement, Play Store, pour que les utilisateurs se rendent mieux compte des données qui sont collectées sur eux.

Le système d'exploitation Android, qui appartient à Google, sert d'interface sur l'écrasante majorité des téléphones portables dans le monde.

"Les utilisateurs veulent savoir à quoi servent les données récoltées et si l'éditeur de l'appli les partage avec des tiers", a indiqué Suzanne Frey, une vice-présidente du groupe chargée de la confidentialité sur Android, dans un communiqué.

Condamné en janvier à une lourde amende par le régulateur français des données personnelles, Google permet depuis la semaine dernière à ses utilisateurs européens de refuser en un clic le dépôt de "cookies".

Ces fichiers informatiques suivent à la trace leur navigation en ligne, pour permettre à des tiers de les cibler ensuite avec des annonces personnalisées.

Google s'était engagé en janvier à modifier ses pratiques, après avoir été condamné par la Cnil, le gendarme français des données personnelles, à payer une amende de 150 millions d'euros et à apporter des modifications dans un délai de 3 mois.

Facebook avait également été condamné à une amende de 60 millions d'euros et affiche désormais un bouton pour autoriser "uniquement les cookies essentiels".


Musk veut publier ses tweets sur Tesla sans les faire pré-approuver

«La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk», assènent les avocats, qui dénoncent le caractère «anticonstitutionnel» de la clause. (Photo, AP)
«La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk», assènent les avocats, qui dénoncent le caractère «anticonstitutionnel» de la clause. (Photo, AP)
Short Url
  • Dans un document transmis mardi soir à une cour d'appel fédérale de Manhattan, les avocats de M. Musk décrivent cette clause comme une «muselière imposée par le gouvernement».
  • Musk s'était fait réprimander par la SEC après avoir publié un message sur Twitter en 2018, dans lequel il assurait disposer des financements appropriés pour retirer le fabricant de véhicules électriques de la Bourse, sans en apporter la preuve

NEW YORK: Elon Musk a demandé à un tribunal new-yorkais d'annuler une disposition d'un accord passé avec le gendarme boursier américain (SEC) l'obligeant à faire valider par un avocat ses tweets liés à l'activité de son groupe Tesla. 

Dans un document transmis mardi soir à une cour d'appel fédérale de Manhattan, les avocats de M. Musk décrivent cette clause comme une "muselière imposée par le gouvernement". 

"La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk", assènent les avocats, qui dénoncent le caractère "anticonstitutionnel" de la clause. 

Le patron de Tesla s'était fait réprimander par la SEC après avoir publié un message sur Twitter en 2018, dans lequel il assurait disposer des financements appropriés pour retirer le fabricant de véhicules électriques de la Bourse, sans en apporter la preuve. 

Le régulateur boursier lui avait alors imposé de lâcher la présidence du conseil d'administration de Tesla, de payer une amende de 20 millions de dollars et, après un nouveau tweet malencontreux début 2019, de faire approuver ses tweets directement liés à l'activité de l'entreprise par un juriste compétent avant leur diffusion. 

Une tentative précédente de M. Musk de mettre fin à l'accord noué avec la SEC avait été rejetée fin avril par le juge Lewis Liman, qui avait notamment estimé que l'entrepreneur ne pouvait se rétracter au motif que "son entreprise est devenue, à ses yeux, invincible". 

M. Musk, dont la fortune est estimée par Forbes à près de 260 milliards de dollars, est par ailleurs engagé dans une bataille judiciaire contre Twitter qu'il avait souhaité acquérir pour 44 milliards de dollars en avril avant de renoncer à son projet quelques mois plus tard. 

Le réseau social a lancé des poursuites début juillet pour forcer le milliardaire à honorer son contrat. De son côté, M. Musk justifie l'abandon du rachat en affirmant que le nombre de faux comptes sur Twitter est nettement plus élevé que les estimations communiquées par l'entreprise. 

Le procès doit avoir lieu du 17 au 21 octobre dans un tribunal spécialisé de l'Etat du Delaware (côte est des Etats-Unis). 


Lego et ses briques continuent de trôner sur le monde du jouet

Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. (Photo, AFP)
Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours du semestre, 66 nouvelles boutiques ont ouvert, dont 46 en Chine, portant à 833 le nombre total des magasins dans le monde, dont 349 sur le marché chinois, sur lequel le groupe se concentre pour le développement de la marque
  • Fondé en 1932 par le Danois Ole Kirk Kristiansen, le groupe fête cette année ses 90 ans

COPENHAGUE: Avec une demande dynamique pour ses célèbres briques en plastique, le danois Lego a conforté au premier semestre sa place de numéro un mondial du jouet, malgré son retrait de Russie, selon ses résultats publiés mercredi. 

"Nous n'avons pas expédié un seul produit en Russie depuis le 24 février", a expliqué le PDG du groupe Niels Christiansen dans un entretien. "A travers le monde, les autres marchés ont connu une croissance plus rapide qui a compensé la perte que nous avons subie avec la sortie de Russie". 

Entre janvier et juin, le bénéfice net de Lego a reculé de 1,6%, à 6,2 milliards de couronnes (833 millions d'euros) mais le chiffre d'affaires a encore grimpé de 17%, à 27 milliards de couronnes. 

Porté par le succès de ses franchises (Star Wars, Harry Potter) et des gloires maisons (Lego Friends, Lego Technic), les performances du fleuron scandinave n'ont pas faibli après deux années où ses ventes avaient profité des confinements liés à la pandémie. 

"Nous avons été capables (...) d'avoir une croissance un peu plus rapide que le marché, grâce à notre solide portefeuille de produits", a affirmé M. Christiansen. Selon lui, la diversité du catalogue, y compris pour les adultes, explique le succès du fleuron danois. 

"Les Legos, c'est pour tout le monde", vante le patron. 

Nouvelles boutiques 

La flambée des ventes qui devrait se poursuivre au deuxième semestre pour toutefois se calmer à terme pour trouver un niveau "durable", a souligné M. Christiansen. 

Avec la levée des restrictions, Lego, dont le nom est une contraction du danois +joue bien+ (+Leg godt+), a poursuivi sa stratégie d'ouverture de nouvelles enseignes. 

Au cours du semestre, 66 nouvelles boutiques ont ouvert, dont 46 en Chine, portant à 833 le nombre total des magasins dans le monde, dont 349 sur le marché chinois, sur lequel le groupe se concentre pour le développement de la marque. 

Dans le monde, une centaine de nouvelles boutiques devrait ouvrir d'ici la fin de l'année. 

Lego, qui mène actuellement d'importants investissements pour rendre ses briques plus durables, se targue de produire ses fameux jouets en plastique au plus près des consommateurs. 

Ses principales usines se trouvent en Hongrie, en République tchèque, au Mexique, en Chine et au Danemark et il construit une nouvelle usine au Vietnam. 

"Ca nous aide sur la durabilité et les émissions de CO2, mais cela nous permet également de fabriquer le produit au plus près des désirs réels des consommateurs", avance M. Christiansen. 

Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. 

Fondé en 1932 par le Danois Ole Kirk Kristiansen, le groupe fête cette année ses 90 ans. 

Après des difficultés dans les années 2000, le groupe familial, toujours aux mains des héritiers du fondateur et non coté en Bourse, s'était redressé en misant notamment sur les franchises et les films, notamment Lego Batman ou Ninjago. 

Il a aussi ciblé le multimédia. Au premier semestre, le groupe a étoffé son équipe digitale à hauteur de 40% pour développer son offre numérique et les expériences de jeu interactif avec des jouets connectés, mêlant ainsi construction et réalité augmentée. 


Le Portugal présente un projet de train à grande vitesse pour relier Lisbonne à Porto en 1h15

Une femme attend le train à la gare de Sacavem à Loures, dans la périphérie de Lisbonne, le 30 juin 2020. (Photo, Fichier, AFP)
Une femme attend le train à la gare de Sacavem à Loures, dans la périphérie de Lisbonne, le 30 juin 2020. (Photo, Fichier, AFP)
Short Url
  • C'est un projet «stratégique pour l'avenir du pays» qui favorisera «l'autonomie» et «la compétitivité», a expliqué le Premier ministre Antonio Costa
  • Cet axe ferroviaire doit également permettre à terme de relier Porto et Vigo, dans le nord ouest de l'Espagne

LISBONNE: Le gouvernement portugais a présenté mercredi un projet de train à grande vitesse qui permettra de relier Lisbonne à Porto (nord), les deux principales villes du pays, en une heure et quinze minutes après 2030, contre près de 3 heures actuellement. 

C'est un projet "stratégique pour l'avenir du pays" qui favorisera "l'autonomie" et "la compétitivité", a expliqué le Premier ministre Antonio Costa lors d'une conférence de presse à Porto. 

Cet axe ferroviaire doit également permettre à terme de relier Porto et Vigo, dans le nord ouest de l'Espagne. Cette liaison avec l'Espagne sera "le premier pas en vue d'une intégration avec le réseau ibérique à grande vitesse", s'est félicité M. Costa. 

La construction de cette ligne se fera en trois étapes. Les travaux de la première phase entre Porto et Soure, près de Coimbra (centre), doivent débuter dès 2024, tandis que le dernier tronçon d'environ 40 kilomètres au nord de Lisbonne est prévu après 2030. 

Pour la première phase de construction, l'investissement est "de l'ordre de 2,9 milliards d'euros", dont environ "un milliard d'euros de fonds communautaires", a précisé Carlos Fernandes, membre du conseil d'administration de Infraestruturas de Portugal (IP), gestionnaire public des réseaux ferroviaire et routier. 

"Le pays réunit aujourd'hui les conditions financières pour pouvoir réaliser ce projet", a assuré M. Costa appelant à un large "consensus national". 

Cette ligne, qui devrait accueillir quelque 16 millions de passagers en 2031 contre six millions actuellement, permettra aussi d’écourter les distances entre la capitale portugaise et les principales villes du pays comme Guarda (nord) ou Santarem (centre), selon le projet dévoilé mercredi. 

Le Portugal relance ainsi son programme de train à grande vitesse après avoir été contraint par le passé de reporter plusieurs projets de ce type, dont la liaison Lisbonne-Madrid initialement prévue pour 2013, en raison des difficultés économiques et financières causées par la crise financière de 2008.