Algérie: Karim Tabbou, figure du Hirak, toujours en état d'arrestation

Un manifestant algérien défile avec une pancarte appelant à libérer l'homme politique Karim Tabbou lors d'une manifestation contre la classe dirigeante dans la capitale Alger, le 27 septembre 2019. (AFP)
Un manifestant algérien défile avec une pancarte appelant à libérer l'homme politique Karim Tabbou lors d'une manifestation contre la classe dirigeante dans la capitale Alger, le 27 septembre 2019. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 30 avril 2022

Algérie: Karim Tabbou, figure du Hirak, toujours en état d'arrestation

  • «Jusqu'à présent, mon frère, Karim Tabbou, n'a pas été libéré. Il a été arrêté d'une manière terrifiante, sans lui donner le droit de contacter ni sa famille ni un avocat», a déploré son frère Djaffar
  • La dernière activité publique de M. Tabbou a été sa participation jeudi aux obsèques du militant du Hirak, Hakim Debbazi

ALGER : L'opposant Karim Tabbou, l'une des figures du mouvement pro-démocratie en Algérie, est toujours détenu samedi, sans explications sur les raisons de son arrestation la veille, ont déploré son frère et des défenseurs des droits humains.

"Jusqu'à présent, mon frère, Karim Tabbou, n'a pas été libéré. Il a été arrêté arbitrairement et d'une manière terrifiante, sans lui donner le droit de contacter ni sa famille ni un avocat", a déploré son frère Djaffar, sur Facebook.

La Ligue algérienne de défense des droits de l'homme LADDH a également regretté qu'il n'ait "pas été relâché". "Aucune nouvelle sur les raisons de cette nouvelle arrestation. A quoi joue encore le pouvoir, à quoi répond cette nouvelle escalade?", s'est interrogé la LADDH sur Facebook.

La dernière activité publique de M. Tabbou a été sa participation jeudi aux obsèques du militant du Hirak, Hakim Debbazi.

Le décès après deux mois de détention de M. Debbazi, 55 ans, a suscité une vague d'émotion en Algérie.

Dans une autre publication samedi, la LADDH a réitéré sa demande d'une enquête sur la mort de M. Debbazi. "La LADDH attend toujours la vérité sur les circonstances de la mort de Debbazi en prison". 

Dans un post sur Facebook daté du 26 avril, M. Tabbou avait rendu les autorités responsables de son décès alors qu'il était détenu depuis la fin février pour des publications sur les réseaux sociaux.

"Morts physiquement, les martyrs des causes justes sont plus que vivants", indiquait M. Tabbou dans sa publication, avant d'ajouter: "Bien sûr que le pouvoir demeure et demeurera le seul et unique responsable de sa mort".

Karim Tabbou, 47 ans, a purgé une peine d'un an de prison en 2020 pour "atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo sur le compte Facebook de son parti où il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques.

Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, marqué par d'importantes manifestations de février 2019 jusqu'à début 2020.

Selon le CNLD (Comité national pour la Libération des détenus), environ 300 personnes sont encore emprisonnées en Algérie en lien avec le Hirak ou la défense des libertés individuelles.


L'exposition Vision of a Homeland débute à Sakaka, en Arabie saoudite

Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)
Short Url
  • M. Al-Sanani a souligné le soutien indéfectible du prince Faisal aux beaux-arts et aux artistes de la région
  • L'exposition présentera également des œuvres qui reflètent le patrimoine saoudien à travers les régions de l'Arabie saoudite et l'esthétique de la calligraphie arabe

SAKAKA: Sous les auspices du gouverneur d'Al-Jouf, le prince Faisal ben Nawaf ben Abdelaziz, le Dr Ahmed ben Mohammed al-Sanani, conseiller spécial du gouverneur, a inauguré lundi l'exposition de trois jours Vision of a Homeland («Vision d’une patrie») au centre culturel Jouf à Sakaka.
Dans son discours à cette occasion, M. Al-Sanani a souligné le soutien indéfectible du prince Faisal aux beaux-arts et aux artistes de la région. «L'exposition est un espace d'innovation et de créativité qui joue un rôle essentiel dans l’accentuation de la sensibilisation de la communauté au patrimoine national et du nord, et à la technique du pointillisme», a ajouté le conseiller spécial.

exposition
Lancement d'une exposition à Sakaka. (SPA)

L'exposition présente une collection d'œuvres du Dr Ahmed al-Salama, un artiste qui utilise le pointillisme et s'attache à refléter l'héritage et la culture du Royaume, en particulier de la région du nord.
L'exposition présentera également des œuvres qui reflètent le patrimoine saoudien à travers les régions du Royaume et l'esthétique de la calligraphie arabe.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'université Al Jouf figure dans le classement mondial des universités QS 2023

Des étudiants reçoivent leurs diplômes de l'université Al Jouf au mois de juin de cette année. (Source: Twitter de l'université Al Jouf)
Des étudiants reçoivent leurs diplômes de l'université Al Jouf au mois de juin de cette année. (Source: Twitter de l'université Al Jouf)
Short Url
  • Le Dr Mohammed ben Abdallah al-Chaya, président de l'université, a salué l'équipe chargée des classements internationaux de l'institution ainsi que les dirigeants du Royaume
  • Le gouverneur de la région d'Al-Jouf et le ministre de l’Éducation ont tous deux déclaré que l'université avait à cœur d’améliorer encore sa position actuelle

AL JOUF: L'université Al Jouf, pour la deuxième année consécutive, figure dans le classement mondial des universités QS pour 2023: c’est ce qu’a rapporté mardi dernier l’agence de presse saoudienne (SPA).
L'université a également atteint le 701e rang mondial et le 8e rang local. Elle figure dans le classement mondial des universités du magazine The Times pour la deuxième année consécutive, ayant atteint les objectifs de développement durable définis par les Nations unies.
Le Dr Mohammed ben Abdallah al-Chaya, président de l'université, a salué l'équipe chargée des classements internationaux de l'institution ainsi que les dirigeants du Royaume pour le soutien indéfectible qu’ils apportent au secteur de l'éducation, qui a contribué au succès de l'université.
Le président s'est vu remettre un certificat du classement international QS. Le gouverneur de la région d'Al-Jouf et le ministre de l’Éducation ont tous deux déclaré que l'université avait à cœur d’améliorer encore sa position actuelle et qu’elle travaillait en permanence pour progresser dans l’ensemble des domaines, dans le cadre des objectifs de la Vision 2030, a rapporté la SPA.
Le doyen de la recherche scientifique et superviseur de l'unité de classification internationale de l'université, le Dr Nabil al-Ruwaili, a déclaré que le classement d'Al Jouf est le reflet de ses pratiques qualitatives au niveau de l’éducation, de la science et de la recherche.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Drame de Melilla: l'Espagne promet une «  collaboration totale » avec les enquêtes

Pedro Sanchez en compagnie d'Emmanuel Macron à Madrid. (AFP).
Pedro Sanchez en compagnie d'Emmanuel Macron à Madrid. (AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a promis mercredi une "collaboration totale" de son gouvernement avec les enquêtes sur la mort de 23 migrants africains
  • Il a rappelé que trois enquêtes sur les évènements de Melilla étaient ouvertes, dont deux en Espagne

MADRID: Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a promis mercredi une "collaboration totale" de son gouvernement avec les enquêtes sur la mort de 23 migrants africains qui tentaient vendredi de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla à partir du territoire marocain.

"Je déplore la perte en vies humaines", a déclaré le chef du gouvernement dans une interview à la radio Cadena Ser, mettant de nouveau en avant "le droit de Ceuta et Melilla", les deux enclaves espagnoles en territoire marocain, "à des frontières sûres" et accusant "les mafias (...) qui se livrent au trafic d'êtres humains".

"Je déplore les morts survenues à Nador", ville du nord du Maroc limitrophe de Melilla, a affirmé M. Sánchez, sur la sellette depuis les évènements tragiques de vendredi et ses commentaires du lendemain, au cours duquel il avait apporté un soutien très appuyé aux forces de sécurité espagnoles et marocaines.

Depuis, de nombreuses images ont montré des actes de brutalité à l'égard des quelque 2.000 migrants qui essayaient d'entrer par la force à Melilla.

Ces scènes avaient valu mardi à Madrid et à Rabat des propos d'une sévérité rare de la part de l'ONU, qui avait condamné "l'usage excessif de la force" lors des évènements de vendredi, le qualifiant d'"inacceptable".

"Je veux dire à quel point nous avons été choqués par (...) la violence à la frontière entre le Maroc et l'Espagne en Afrique du Nord ce week-end", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

"Les personnes qui migrent ont des droits humains et ceux-ci doivent être respectés et nous les voyons trop souvent bafoués", a-t-il ajouté, précisant que ce recours excessif à la force avait été constaté par l'ONU "des deux côtés de la frontière".

"Je n'ai pris connaissance de ces informations et de ces images qu'après avoir fait ces déclarations" samedi, a commenté M. Sánchez, qui n'a pas été interrogé durant l'interview sur les propos du porte-parole de l'ONU.

Il a rappelé que trois enquêtes sur les évènements de Melilla étaient ouvertes, dont deux en Espagne. Le ministère public espagnol a, en effet, demandé mardi l'ouverture d'une enquête "pour faire la lumière" sur les évènements de vendredi, après l'annonce d'une autre enquête par le "Défenseur du Peuple" (personnalité défendant les droits des citoyens espagnols en cas de soupçons d'abus de la part de l'Etat).

En outre, M. Sánchez a rappelé qu'une enquête avait été lancée au Maroc par le procureur de Nador.

"Il faut faire confiance aux institutions", a-t-il dit, promettant que son gouvernement apporterait "une collaboration totale" avec ces enquêtes "pour clarifier les faits".

Mais, a-t-il dit, la "tragédie" de vendredi "est le dernier acte d'un drame commencé bien avant", c'est-à-dire dans les pays d'où sont originaires ces migrants.

"Ce que nous devons faire, c'est travailler au Soudan, qui est le pays d'où vient une grande partie" des migrants ayant tenté de pénétrer à Melilla.

"Les principaux responsables sont les mafias (...) qui se livrent au trafic d'êtres humains", a-t-il encore déclaré, faisant écho à ses propos de samedi.