Manifestation de «gilets jaunes» à Lyon: huit gardes à vue après des heurts

Des gilets jaunes à une manifestation à Lyon le 24 janvier 2020. (RomainLAFABREGUE/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 17 octobre 2020

Manifestation de «gilets jaunes» à Lyon: huit gardes à vue après des heurts

  • Huit personnes sont en garde à vue après des affrontements entre policiers et manifestants en marge d'un rassemblement interdit à Lyon
  • Parmi les huit gardes à vue, une concerne un jet de projectiles

Huit personnes ont été placées en garde à vue samedi à Lyon après des affrontements entre policiers et manifestants en marge d'un rassemblement interdit de «gilets jaunes», a indiqué la préfecture.

Parmi les huit gardes à vue, une concerne un jet de projectiles, a-t-on précisé de même source. 

Selon la préfecture, 500 personnes ont manifesté samedi après-midi dans le centre-ville de Lyon, à la suite d'un appel à «l'acte 101» des «gilets jaunes» mais également de soutiens du mouvement «Black Lives Matter» et d'antifas.

Toute manifestation étant interdite dans ce périmètre, les forces de l'ordre sont vite intervenues et des heurts ont éclaté, avec jets de gaz lacrymogènes et de projectiles, sans pour autant faire de blessés, selon la préfecture. 


Jean Castex doit annoncer de nouvelles mesures anti-pauvreté

Le Premier ministre français Jean Castex en conférence de presse le 22 octobre (Photo, Ludovic MARIN/POOL/AFP).
Short Url
  • Destinées à répondre à la hausse brutale de la précarité liée à la crise sanitaire, ces mesures sont surtout centrées sur le soutien à l'insertion par l'emploi et l'accès au logement
  • Parmi les principales mesures, figure la création pour 150 millions d'euros de 30 000 nouvelles aides au poste dans le secteur de l'insertion par l'activité économique (IAE)

PARIS: Nouveaux postes dans l' « insertion par l'activité économique », développement de « parcours emplois compétences », aides à la mobilité, au logement : le Premier ministre doit annoncer samedi de nouvelles mesures en faveur des plus précaires, pour plus de 700 millions d'euros.

Destinées à répondre à la hausse brutale de la précarité liée à la crise sanitaire, ces mesures sont surtout centrées sur le soutien à l'insertion par l'emploi et l'accès au logement, au risque de décevoir les associations, qui réclament depuis des semaines une hausse des minima sociaux.

Jean Castex doit détailler ces annonces lors d'un déplacement en fin de matinée dans un foyer Emmaüs à Épinay-sur-Orge (Essonne).

Parmi les principales mesures, figure la création pour 150 millions d'euros de 30 000 nouvelles aides au poste dans le secteur de l'insertion par l'activité économique (IAE), a précisé Matignon.

L'IAE permet aux personnes les plus éloignées de l'emploi de bénéficier d'un accompagnement renforcé qui doit faciliter leur insertion professionnelle.

Le gouvernement prévoit par ailleurs de débloquer 120 millions d'euros pour doubler les « parcours emplois compétences » dans les quartiers de la politique de la ville, en portant sa part de financement de 45 à 80%.

Des « plateformes mobilité » seront développées, qui permettront aux chômeurs de louer ou acheter un véhicule à moindre coût, et pouvoir ainsi se rendre sur le lieu de travail. 

Enfin le gouvernement compte renforcer l'accès au logement et à l'hébergement d'urgence. Pour cela il va notamment prolonger l'aide aux impayés de loyers et au paiement des dépenses de logement mise en place en juin par Action Logement (l'ancien « 1% logement »), avec un assouplissement des critères d'octroi de l'aide pour les plus fragiles.

Par ailleurs, 1 500 places d'hébergement et d'accompagnement social seront financées pour des femmes sans abri sortant de maternité avec leur nourrisson, « afin de leur éviter de dormir dans les locaux des hôpitaux ou dans la rue ».

Au cours des derniers jours, le gouvernement avait déjà annoncé de premières aides ponctuelles pour les plus précaires, d'un coût de 1,1 milliard d'euros : une aide exceptionnelle de 150 euros sera versée aux bénéficiaires du RSA et de l'ASS (chômeurs en fin de droits), ainsi qu'aux jeunes de moins de 25 ans percevant des allocations logement et aux étudiants boursiers. Cette aide sera augmentée de 100 euros par enfant à charge.


Procès Charlie : Peter Chérif dit n'avoir "rien à voir" avec les attentats

Peter Cherif (croquis du tribunal) interrogé en tant que témoin par visioconférence par les cours d'assises spéciales de Paris. (Benoit Peyrucq / AFP)
Short Url
  • Présenté comme un possible commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo, Peter Cherif avait été arrêté en décembre 2018 à Djibouti avec sa femme et leurs deux enfants
  • "On m'a forcé à venir témoigner aujourd'hui sur une affaire pour laquelle je n'ai rien à voir", a déclaré Peter Cherif, masque sur le visage, pull bleu clair et bras croisés, après une série de bénédictions en arabe

PARIS : Le vétéran du jihad Peter Cherif, entendu comme témoin par visio-conférence par la cour d'assises spéciale de Paris, a assuré vendredi n'avoir "rien à voir" avec les attentats de janvier 2015, avant de se murer dans le silence face aux questions de la cour.

"On m'a forcé à venir témoigner aujourd'hui sur une affaire pour laquelle je n'ai rien à voir", a déclaré Peter Cherif, masque sur le visage, pull bleu clair et bras croisés, après une série de bénédictions en arabe suivies de réflexions d'ordre religieux.

"Je n'appelle pas au crime, mais j'appelle tous les hommes à ouvrir les yeux sur la réalité de Dieu. C'est la seule chose que je vais vous dire aujourd'hui", a poursuivi ce proche des frères Kouachi, présenté comme un possible commanditaire des attentats et mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête.

"Je n'ai pas cette attitude et ce comportement dans le but de provoquer, de choquer", a assuré le trentenaire, avant de conclure, d'un ton défiant : "A partir de maintenant, je ne vais plus répondre à une seule question".

Tour à tour, le président de la cour, Régis de Jorna, et les avocats ont essayé de l'interroger sur les faits dont il est soupçonné, mais Peter Chérif s'est muré dans le silence, se mettant à lire ostensiblement un livre. Après 20 minutes infructueuses, la cour a décidé de mettre fin à l'audition.

Le témoignage très attendu de Peter Chérif était initialement prévu le 24 septembre, mais avait été reporté à la suite du malaise de l'un des accusés. Reprogrammé vendredi en milieu de matinée, il a été repoussé à plusieurs reprises en raison de l'attitude du témoin.

Actuellement incarcéré en région parisienne, après avoir été mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête sur les attentats de janvier 2015, Peter Cherif avait fait savoir ces derniers jours à l'administration pénitentiaire qu'il refusait de se rendre à la visioconférence.

Présenté comme un possible commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo, Peter Cherif avait été arrêté en décembre 2018 à Djibouti avec sa femme et leurs deux enfants et placé en détention dans l'attente de son procès pour association de malfaiteurs terroristes.

Peter Cherif partageait avec les frères Saïd et Chérif Kouachi le même mentor, Farid Benyettou, ancien prédicateur de la "filière des Buttes-Chaumont", qui acheminait des jihadistes vers l'Irak.

 


Samuel Paty "méritait" de mourir : quatre mois de prison avec sursis pour une étudiante

Groupe devant un portrait du professeur de français Samuel Paty sur la façade de l'Opéra Comique de Montpellier. (PascalGUYOT/AFP)
Short Url
  • Une étudiante en biologie de 19 ans, a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Besançon à 4 mois de prison
  • "J’ai fait une très grosse erreur, ces messages ne me correspondent pas"

BESANÇON: Une étudiante en biologie de 19 ans, qui avait écrit sur Facebook que Samuel Paty "méritait" de mourir avant de se repentir, a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Besançon à 4 mois de prison avec sursis pour "apologie du terrorisme".

La jeune femme, jugée en comparution immédiate, devra également effectuer un stage de citoyenneté dans les 6 mois à venir.

Commentant un article de L'Est Républicain qui annonçait un rassemblement en mémoire de l'enseignant, publié sur la page Facebook du quotidien régional, elle avait écrit : "il mérite pas d’être décapité, mais de mourir, oui."

Ce commentaire signalé par un internaute sur la plateforme Pharos, avait conduit jeudi à son interpellation à l’université de Besançon et à son placement en garde à vue.

"Je regrette d’avoir écrit ce commentaire, je m’en excuse. Je suis contre ce que j’ai écrit", a déclaré l'étudiante devant le tribunal, soulignant avoir elle-même "effacé le soir même" son message rédigé "trop vite" et "sans réfléchir".

"J’ai fait une très grosse erreur, ces messages ne me correspondent pas", a insisté la jeune femme qui a assuré qu'elle ignorait les circonstances précises de la décapitation, le 16 octobre, de l'enseignant lorsqu'elle avait réagi sur Facebook.

"Je ne suis pas du tout contre le fait qu’il (Samuel Paty) ait montré une caricature. C’est un professeur qui présente son cours comme il le souhaite", a ajouté cette jeune fille issue d'une famille de musulmans qui dit "vivre (sa) religion à la maison" et avoir justement fui la violence en Algérie.

Pour la procureure Margaret Parietti, qui a requis six mois de prison avec sursis probatoire et 180 heures de travail d’intérêt général, "nous sommes dans un contexte où on ne peut pas écrire, dire n'importe quoi".

"Je veux bien croire qu'il s’agit d'un dérapage, incompréhensible, d'un moment de folie pendant un accès de colère", a toutefois tempéré la magistrate.

L'avocate de la prévenue, Me Caroline Espuche, a parlé d'une "jeune femme bien insérée" qui "ne regarde pas tellement les infos" et ne savait "pas grand chose de Samuel Paty".

Elle était tombée "sur une vidéo du parent d’élève" qui dénonçait l'usage des caricatures de Mahomet par le professeur d'histoire-géographie lors d'un cours à ses élèves de 4e sur la liberté d'expression et l'avait comprise "comme : +on se moque des musulmans+", a plaidé l'avocate.

"Aussitôt, elle fait ses commentaires, sans chercher à se renseigner, elle réagit à chaud" sur les réseaux sociaux, a-t-elle affirmé.