Manifestation de «gilets jaunes» à Lyon: huit gardes à vue après des heurts

Des gilets jaunes à une manifestation à Lyon le 24 janvier 2020. (RomainLAFABREGUE/AFP)
Des gilets jaunes à une manifestation à Lyon le 24 janvier 2020. (RomainLAFABREGUE/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 17 octobre 2020

Manifestation de «gilets jaunes» à Lyon: huit gardes à vue après des heurts

  • Huit personnes sont en garde à vue après des affrontements entre policiers et manifestants en marge d'un rassemblement interdit à Lyon
  • Parmi les huit gardes à vue, une concerne un jet de projectiles

Huit personnes ont été placées en garde à vue samedi à Lyon après des affrontements entre policiers et manifestants en marge d'un rassemblement interdit de «gilets jaunes», a indiqué la préfecture.

Parmi les huit gardes à vue, une concerne un jet de projectiles, a-t-on précisé de même source. 

Selon la préfecture, 500 personnes ont manifesté samedi après-midi dans le centre-ville de Lyon, à la suite d'un appel à «l'acte 101» des «gilets jaunes» mais également de soutiens du mouvement «Black Lives Matter» et d'antifas.

Toute manifestation étant interdite dans ce périmètre, les forces de l'ordre sont vite intervenues et des heurts ont éclaté, avec jets de gaz lacrymogènes et de projectiles, sans pour autant faire de blessés, selon la préfecture. 


Guadeloupe: l'autonomie, pas la préoccupation première des habitants

Manifestation autour d’un rond-point de Pointe-à-Pitre, le 27 novembre en Guadeloupe (Photo, AFP).
Manifestation autour d’un rond-point de Pointe-à-Pitre, le 27 novembre en Guadeloupe (Photo, AFP).
Short Url
  • Emaillé de violences, dégradations, pillages, incendies et blocages routiers, le mouvement a embrassé des revendications sociales, économiques et identitaires
  • Détonateur «de problèmes bien plus profonds», le débat sur l'obligation vaccinale et le pass sanitaire pose cependant en creux la question de l'autonomie

LE GOSIER: La question de l'autonomie, mise sur la table par le gouvernement, semble loin des préoccupations actuelles des habitants de Guadeloupe, en proie à une grave crise aux multiples facettes qui pose cependant la question de leur "rapport" avec l'Etat français.

"A mon avis, c'est pour noyer le poisson. Pourquoi parler d'autonomie, qui ne figure pas dans les revendications principales" du mouvement de contestation, lance Rosemonde Thrasibule, une habitante du Lamentin de 58 ans.

"Ce n'est pas ce qui nous intéresse là, dans un premier temps. Il faudra en parler certes, mais le moment venu", ajoute-t-elle, interrogée par l'AFP samedi.

La veille, dans une allocution télévisée aux Guadeloupéens, le ministre des Outre-Mer Sébastien Lecornu avait déclaré que le gouvernement était "prêt" à parler de "l'autonomie" de l'île, abordée en "creux" par les élus locaux au cours des dernières réunions.

"C'est du cinéma, du bluff, pour gagner du temps. Avant de parler (autonomie), il y a des priorités, beaucoup de choses à régler" abonde "G", qui réside lui aux Abymes.

Parmi les priorités, ce trentenaire liste le retrait de l'obligation vaccinale pour les soignants et pompiers, ainsi que du pass sanitaire, éléments déclencheurs de la crise.

Emaillé de violences, dégradations, pillages, incendies et blocages routiers, le mouvement a embrassé des revendications sociales, économiques et identitaires, révélant les attentes d'une population où beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté et où le chômage des jeunes explose.

Détonateur "de problèmes bien plus profonds", le débat sur l'obligation vaccinale et le pass sanitaire pose cependant en creux la question de l'autonomie, dans la mesure où il "vient heurter nos réalités profondes et notre identité", selon Jean-Marie Gotin, 59 ans.

Ce conseiller principal d'éducation dans un collège des Abymes développe: "Si un département français refuse une loi votée par le parlement français, alors cela pose le problème de notre rapport à la France. On ne peut pas à la fois être dedans et dehors. A partir du moment où nous acceptons le droit commun, les contraintes pèsent sur notre réalité."

"Il y a une contradiction qui ne nous permet pas d'avancer. Nous devons nous interroger sur comment réaménager notre rapport avec la France car le cadre actuel ne semble pas compatible avec nos besoins de développement et notre épanouissement collectif", ajoute-t-il, jugeant que "la période est intéressante car elle nous place face à notre miroir et notre avenir".

«Malentendu à régler»

Comme Jean-Marie Gotin, Tatiana, habitante des Abymes âgée de 43 ans, pense que "les spécificités (locales) que la métropole n'a pas" doivent être prises en compte.

Selon eux, le débat se posait avec moins d'acuité en 2009, date du dernier mouvement de contestation d'ampleur en Guadeloupe, mais "chaque crise remet toujours sur la table du degré de pouvoir de nos politiques" souligne Tatiana.

Dès lors, "il y a un malentendu à régler", sinon la question du rapport à la France "se posera de nouveau demain (quand) une autre loi viendra imposer quelque chose qui heurte nos réalités" estime Jean-Marie Gotin.

Les élus locaux, justement, disposent déjà de compétences propres, par exemple concernant la distribution de l'eau, problème chronique sur l'île.

Rosemonde Thrasibule pointe leurs promesses aux jeunes non tenues, dont le taux de chômage est bien supérieur à celui de la moyenne nationale (35% contre 20% en 2020).

"Oui, ils sont laissés pour compte. Mais nos hommes politiques leur promettent, par du porte-à-porte avant les élections, de leur trouver un emploi s'ils votent pour eux. Puis une fois élus, ils les laissent à quai."

Aussi, estime-t-elle, davantage d'autonomie, quelle que soit sa forme éventuelle, "ne changera rien" s'ils ne prennent pas leurs responsabilités. 


France/migrants: les bénévoles «pessimistes» avant la réunion européenne de crise

Après le pire drame migratoire survenu dans la Manche, l'émotion reste vive sur le nord du littoral français. (Photo, AFP)
Après le pire drame migratoire survenu dans la Manche, l'émotion reste vive sur le nord du littoral français. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Je suis très pessimiste» quant à cette réunion, a commenté François Guennoc, président de l'association «L'Auberge des migrants»
  • À Boulogne-sur-Mer, quelque 200 personnes ont observé une minute de silence

LILLE : Les associations françaises d'aide aux migrants ont appelé samedi à des mesures fortes pour négocier des voies légales et sûres d'immigration, sans cacher leur pessimisme, à la veille d'une réunion de crise à Calais (France) organisée après la mort en mer de 27 migrants.

Cette réunion, organisée par la France pour un renforcement de la coopération opérationnelle dans la lutte contre les passeurs envoyant des migrants vers le Royaume-Uni, doit réunir les ministres chargés de l'Immigration de Belgique, d'Allemagne, des Pays-Bas, et la Commission européenne, mais sans les Britanniques.

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a annulé une invitation à Londres, en riposte aux propos du Premier ministre britannique Boris Johnson demandant à la France de reprendre les migrants arrivés au Royaume-Uni.

"Je suis très pessimiste" quant à cette réunion, a commenté François Guennoc, président de l'association "L'Auberge des migrants". "Quand le gouvernement accuse les passeurs, c'est une façon de masquer ses propres responsabilités. Si la frontière n'était pas bloquée et s'il y avait des possibilités de passages légaux en Grande-Bretagne, il n'y aurait pas de passeurs".

"La politique ici à Calais (nord de la France) d'éviter les 'points de fixation', de garder la frontière pour les Britanniques et d'embêter au maximum les associations dans leur travail, elle, ne va pas changer", a-t-il pronostiqué.

Pour Marguerite Combes, coordinatrice de l'antenne locale d'"Utopia 56", "il faut absolument" que les politiques "se réveillent", sinon "on va revivre ce drame (des 27 migrants morts en mer) cet hiver".

"On attend de vrais actes qui vont permettre de protéger les personnes exilées", a plaidé Juliette Delaplace, responsable locale de la mission du Secours catholique auprès des exilés, énumérant le besoin à court terme d'en finir avec les expulsions et, à moyen terme, que les pays réunis dimanche "soient forts pour négocier avec le Royaume-Uni des voies sûres et légales de migration". 

"Ce que je crains, c'est que la réponse soit uniquement répressive et sécuritaire, que l'on continue de penser que le problème, ce sont les passeurs, alors que le problème, ce sont les politiques qui encouragent et favorisent les réseaux de passeurs", a-t-elle ajouté.

Après le pire drame migratoire survenu dans la Manche, l'émotion reste vive sur le nord du littoral français. 

À Boulogne-sur-Mer, quelque 200 personnes ont observé une minute de silence, avant un débat, et à Grande-Synthe, l'association Salam a reçu le renfort de personnes bouleversées par le drame, comme Yann Buridard, retraitée du Tréport, venue participer à une distribution de repas.

"On a une espèce de rage au fond de nous face à la situation", a confié Bérénice Delègue, assistante maternelle et bénévole de Salam depuis 2016.


Autonomie de la Guadeloupe: les élus locaux demandent la venue d'une délégation interministérielle

Douze arrestations ont eu lieu en Martinique et quatre en Guadeloupe, selon les préfectures. (Photo, AFP)
Douze arrestations ont eu lieu en Martinique et quatre en Guadeloupe, selon les préfectures. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Les élus rappellent que la question de la domiciliation locale du pouvoir de décision doit être abordée de manière concertée»
  • Les forces de l'ordre ont de nouveau essuyé des tirs par arme à feu en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi, sans qu'il n'y ait de blessés

POINTE-À-PITRE : Les élus de Guadeloupe ont demandé samedi la venue d'une délégation interministérielle au sujet des "compétences de l'Etat" après que le gouvernement a mis sur la table la question de l'autonomie de l'île, secouée comme sa voisine la Martinique par une explosion sociale qui a de nouveau occasionné des violences.

"S'agissant des compétences de l'Etat, ils exigent la venue en Guadeloupe d'une délégation interministérielle permettant d'apporter des réponses aux problèmes des Guadeloupéens, en lien avec les propositions des élus", ont indiqué les élus guadeloupéens dans un communiqué. 

"Les élus rappellent que la question de la domiciliation locale du pouvoir de décision doit être abordée de manière concertée", ont-ils ajouté.

Vendredi, dans une allocution télévisée aux Guadeloupéens, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a affirmé que le gouvernement était "prêt" à évoquer la question de davantage d'autonomie si cela pouvait permettre de "résoudre les vrais problèmes du quotidien des Guadeloupéens".

Selon lui, la question a été posée "en creux" par "certains élus" lors des négociations des derniers jours à la suite de l'éruption, il y a une dizaine de jours, d'un mouvement de contestation émaillé de violences, dégradations, pillages, incendies et blocages routiers.

Né du refus de l'obligation vaccinale des soignants et pompiers, il a embrassé des revendications multiples, sociales, économiques et identitaires.

Proposition critiquée

La proposition de Sébastien Lecornu a été immédiatement pilonnée par l'opposition de droite et d'extrême droite qui a dénoncé un recul ou un lâchage, voire une tentative "d'acheter les indépendantistes radicaux" pour la candidate RN à la présidentielle de 2022 Marine Le Pen. 

A gauche, Jean-Luc Mélenchon (LFI) a jugé "stupéfiante" la "réponse de Macron" et appelé à ne parler statut que "le moment venu", la résolution de l'"urgence sociale et sanitaire" étant prioritaire selon lui.

La question de l'autonomie est "hors sujet", a de son côté tranché Elie Domota, porte-parole du collectif syndical LKP, sur LCI, soulignant que les manifestants n'ont "jamais été entendus" sur leur revendication de "négociations sur l'obligation vaccinale et sur le pass sanitaire".

Le ministre "fait ça pour nous faire peur, pour qu'on reste tranquille! Nous on ne lui a jamais parlé d'autonomie!" même si "les décideurs locaux (doivent pouvoir) prendre des décisions sans passer par la France" a critiqué de son côté Danielle, 63 ans.

"Car ce qui est bon pour la France n'est pas forcément bon ici, et vice-et-versa", résume-t-elle, rencontrée samedi dans une nouvelle manifestation, partie du CHU de Pointe-à-Pitre, pour demander la levée totale de l'obligation vaccinale pour les soignants et pompiers.

2 000 à 3 000 personnes étaient présentes, certaines brandissant des pancartes "La liberté ne s'injecte pas", "Fouté nou la Pé" ou encore "Liberté".

La mobilisation s'est donc poursuivie au lendemain des annonces du gouvernement qui, pour sortir de cette crise, a reporté au 31 décembre l'application de l'obligation vaccinale.

Il a aussi proposé la levée de la suspension des personnels non vaccinés et de leur rémunération pour ceux qui acceptent un "accompagnement personnel", en vue notamment d'un reclassement.

Tirs par arme à feu

En Guadeloupe comme en Martinique, distante de 120 km et qui a été gagnée par la contagion, la situation reste instable avec des barrages filtrants ou hermétiques, parfois démontés par les forces de l'ordre avant d'être remontés par les manifestants, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont de nouveau essuyé des tirs par arme à feu en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi, sans qu'il n'y ait de blessés, selon la préfecture.

La préfecture de Martinique a recensé des "évènements d'une particulière intensité à Schoelcher et Fort-de-France (destruction d'une station service ainsi que celle d'un bureau de poste)". "Quatre gendarmes ont été blessés, notamment au visage, par des tirs de plombs", selon le parquet de Fort-de-France.

"Des individus ont pénétré à la police municipale de Fort-de-France et ont volé des gilets pare-balles, donc très clairement aujourd'hui nous savons que certaines personnes cherchent à se protéger, face à nous, et nous craignons le pire maintenant", s'inquiète Jimmy Hellénis, secrétaire départemental Unité SGP Police FO.

Vendredi soir, un accord est intervenu en Martinique, après onze heures de discussions, entre le préfet, l'intersyndicale et la collectivité territoriale pour définir les modalités des négociations qui doivent s'ouvrir lundi matin.

"Il s'agit vraiment d'un accord de méthode. Le mouvement n'est pas fini", a toutefois déclaré une source syndicale.

Douze arrestations ont eu lieu en Martinique et quatre en Guadeloupe, selon les préfectures. Les deux îles restent sous couvre-feu.