Mali: la junte rompt les accords de défense avec la France

Des militaires français s'apprêtent à partir pour une dernière patrouille dans la ville, quelques heures avant la remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021 (Photo, AFP).
Des militaires français s'apprêtent à partir pour une dernière patrouille dans la ville, quelques heures avant la remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 03 mai 2022

Mali: la junte rompt les accords de défense avec la France

  • Le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, a invoqué les «atteintes flagrantes» de la part de la France
  • L'annonce des autorités maliennes envenime encore les relations entre deux anciens alliés qui ont combattu ensemble la contagion djihadiste

BAMAKO : La junte au pouvoir au Mali a annoncé lundi soir rompre les accords de défense avec la France et ses partenaires européens, nouvelle manifestation de la dégradation des relations entre Bamako et ses anciens alliés dans le combat contre les djihadistes.

Mettant à exécution une menace brandie depuis des mois, les autorités dominées par les militaires arrivés au pouvoir par la force en août 2020 ont annoncé "dénoncer" les Accords de statut des forces (Status of Force Agreements, ou Sofa) fixant le cadre juridique de la présence au Mali des forces française Barkhane et européenne Takuba, ainsi que le traité de coopération en matière de défense conclu en 2014 entre le Mali et la France.

Dans un communiqué lu à la télévision nationale, le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, a invoqué les "atteintes flagrantes" de la part de la France, engagée militairement dans le pays depuis 2013, à la souveraineté nationale.

Il a cité "l'attitude unilatérale" de la France lorsqu'elle a suspendu en juin 2021 les opérations conjointes entre les forces françaises et maliennes, l'annonce en février 2022, "encore sans aucune consultation de la partie malienne", du retrait des forces Barkhane et Takuba, et les "multiples violations" de l'espace aérien par les appareils français malgré l'instauration par les autorités d'une zone d'interdiction aérienne au-dessus d'une vaste partie du territoire.

"Eu égard à ces insuffisances graves ainsi qu'aux atteintes flagrantes à la souveraineté nationale du Mali, le gouvernement de la République du Mali décide de dénoncer le traité de coopération en matière de défense du 16 juillet 2014", a-t-il déclaré.

Les autorités maliennes ont notifié cette dénonciation lundi après-midi aux autorités françaises et elle prendra effet six mois après cette notification, a-t-il précisé.

En revanche, c'est avec "effet immédiat" que les autorités maliennes dénoncent le Sofa de mars 2013 encadrant l'engagement de la force française Serval, puis Barkhane, ainsi que le protocole additionnel de mars 2020 s'appliquant aux détachements européens de Takuba, le regroupement d'unités spéciales européennes initié par la France, a-t-il dit.

Aucune réaction officielle n'a été obtenue dans un premier temps à Paris.

La dénonciation du Sofa aura-t-elle des répercussions sur le retrait en cours de Barkhane, annoncé en février en point d'orgue à des mois d'escalade des tensions? La question se pose alors que ce retrait, grosse et dangereuse opération, est censé s'échelonner sur quatre à six mois.

«Attaque informationnelle»

L'annonce des autorités maliennes envenime encore les relations entre deux anciens alliés qui ont combattu ensemble la contagion djihadiste partie du nord de ce pays pauvre et enclavé. Elle a depuis gagné le Niger et le Burkina Faso voisins, et menace de s'étendre encore plus au sud jusqu'au Golfe de Guinée. Elle a fait au Mali des milliers de morts, civils et combattants, et laissé le pays proche de sombrer, de l'aveu même des autorités.

Les rapports se sont dégradés entre Bamako et Paris après le second coup d'Etat mené par les colonels en mai 2021 contre un président et un Premier ministre qu'ils avaient eux-mêmes installés, puis la révocation par les colonels de leur engagement à rendre le pouvoir aux civils en février 2022.

Les crispations se sont aggravées à mesure que la junte se rapprochait de la Russie. La France et ses alliés accusent les autorités maliennes de s'être assuré les services de la société privée russe controversée Wagner. Le gouvernement conteste et parle de collaboration ancienne d'Etat à Etat.

Le Mali a expulsé l'ambassadeur de France en janvier.

À l'époque déjà, le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop envisageait la dénonciation, si nécessaire, du traité de coopération. Le Mali avait demandé des amendements en décembre en faisant valoir que certaines dispositions étaient contraires à la souveraineté nationale.

Les colonels voyaient d'un très mauvais oeil Barkhane continuer d'opérer dans le ciel malien.

La semaine dernière, la junte accusait l'armée française d'"espionnage" et de "subversion" après la diffusion par l'état-major français de vidéos tournées par un drone à proximité de la base de Gossi (centre) restituée en avril par la France.

Deux jours après cette restitution, l'armée française avait, pour contrer ce qu'elle qualifiait d'"attaque informationnelle", publié une vidéo de ce qu'elle disait être des mercenaires russes en train d'enterrer des corps près de cette base afin de faire accuser la France de crimes de guerre.


Le gouvernement britannique veut transférer les demandeurs d'asile dans des camps, selon des rapports

Des migrants interpellés en mer alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, escortés hors du garde-côte de la UK Border Force BD Defender, à Douvres, dans le sud-est de l'Angleterre. (Photo, AFP).
Des migrants interpellés en mer alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, escortés hors du garde-côte de la UK Border Force BD Defender, à Douvres, dans le sud-est de l'Angleterre. (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon ces rapports, les camps prévus sur des bases militaires accueilleraient entre 1 500 et 2 000 migrants
  • Ces propositions, rapportées pour la première fois par le Daily Telegraph, n'ont pas été démenties par les sources gouvernementales

LONDRES: Les demandeurs d'asile au Royaume-Uni risquent d'être placés dans des camps, dans des bases militaires abandonnées et des ferries désaffectés, dans le cadre des plans du gouvernement, selon plusieurs rapports.

Des sources ont annoncé à la BBC que les sites des anciennes bases du Lincolnshire et de l'Essex pourraient être officialisés dès la semaine prochaine et que les premières personnes y seront transférées dans quelques semaines.

Le gouvernement britannique souhaite par ailleurs faire adopter au Parlement un projet de loi qui interdirait aux migrants arrivant par la Manche d’accéder au processus de demande d'asile. Cette loi, décriée par plusieurs ONG et organismes internationaux, pourrait également permettre la déportation de tels arrivants vers le Rwanda, sans possibilité de recours.

D’après les rapports consultés, les camps prévus sur des bases militaires accueilleraient entre 1 500 et 2 000 migrants. Ils seraient au départ utilisés pour réceptionner les nouveaux arrivants plutôt que pour le transfert de près de 51 000 demandeurs d'asile hébergés dans des centaines d'hôtels pour un coût qui s’élèverait à 6,8 millions de livres sterling (1 livre sterling = 1,14 euro) par jour.

Ces propositions, rapportées pour la première fois par le Daily Telegraph, n'ont pas été démenties par les sources gouvernementales.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a estimé auprès de la BBC que le gouvernement a été «franc au sujet de la pression sans précédent exercée sur notre système d'asile, provoquée par une augmentation substantielle des voyages dangereux et illégaux vers le pays».

En 2018, 300 personnes ont atteint la Grande-Bretagne via la Manche. Le nombre est passé à 45 000 l'an dernier.

«Nous continuons à travailler au sein du gouvernement et avec les autorités locales en vue de trouver une série d'options d'hébergement», a poursuivi le porte-parole.

Les hôtels hébergeant des demandeurs d'asile ont été la cible de manifestations de groupes d'extrême droite, notamment à Knowsley, dans le Merseyside, où une foule s’est opposée le mois dernier à la police et a incendié un fourgon de police.

La semaine dernière, des résidents près de l'ancienne base de la RAF Scampton dans le Lincolnshire ont appris que le site serait susceptible de recevoir 1 500 personnes, qui seraient hébergées dans des cabines de fortune sur l'ancienne piste.

Le Conseil de l’Europe a écrit lundi aux députés britanniques pour les exhorter à s’opposer à ce «projet de loi sur la migration illégale», affirmant qu'il était «incompatible avec les engagements internationaux du Royaume-Uni».

La commissaire aux droits humains du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, a déclaré dans la lettre que ce projet de loi «s’opposait clairement et directement aux normes reconnues et fondamentales en matière de droits humains».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les microplastiques détraquent le système digestif des oiseaux marins

Des microplastiques et des débris mésoplastiques sont photographiés sur la plage d'Almaciga, sur la côte nord de l'île canarienne de Tenerife, le 14 juillet 2018 (Photo, AFP).
Des microplastiques et des débris mésoplastiques sont photographiés sur la plage d'Almaciga, sur la côte nord de l'île canarienne de Tenerife, le 14 juillet 2018 (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus l'oiseau ingère de microplastiques, plus les bactéries gastriques diminuent, tandis que prolifèrent les agents potentiellement pathogènes
  • L'étude publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution montre également une augmentation des microbes résistants aux antibiotiques

PARIS: Les scientifiques savent depuis longtemps que les oiseaux marins ingèrent des microplastiques en les confondant avec de la nourriture. Et selon une étude publiée lundi, ces déchets ne se contentent pas d'obstruer ou de transiter par l'estomac, mais perturbent aussi l'équilibre de l'ensemble du système digestif.

En étudiant le tube digestif de deux espèces d'oiseaux marins de l'Atlantique, le fulmar boréal et le puffin cendré, les chercheurs ont constaté que les minuscules particules de plastique détraquaient leur microbiome - ensemble complexe de micro-organismes, comprenant de bonnes et de mauvaises bactéries.

En gros, plus l'oiseau ingère de microplastiques, plus les bactéries gastriques, pour la plupart bénéfiques, diminuent, tandis que prolifèrent les agents potentiellement pathogènes.

L'étude publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution montre également une augmentation des microbes résistants aux antibiotiques et révèle que certains types de microplastiques pourraient également libérer des substances chimiques qui perturbent le microbiome intestinal des oiseaux.

Les microplastiques, issus de la décomposition des produits plastiques dans l'environnement, se retrouvent à travers le monde, des fosses océaniques les plus profondes au sommet du mont Everest, et dans la plupart des chaînes alimentaires animales. Chez l'homme, des traces ont été détectées dans le sang, le lait maternel et le placenta.

L'étude confirme des résultats antérieurs selon lesquels l'ingestion prolongée de microplastiques provoque ce qu'on appelle une dysbiose intestinale, c'est-à-dire un déséquilibre entre les bactéries saines et les bactéries nocives de l'appareil digestif.

Ses implications peuvent être considérables car, comme les oiseaux, de nombreuses espèces, dont l'homme, ont un microbiome important au sein de leur système digestif.

"C'est toute une symbiose qui s'opère, aussi bien chez les oiseaux que chez les humains", a souligné auprès de l'AFP Gloria Fackelmann, de l'université d'Ulm (Allemagne), autrice principal de l'étude.

La diversité de cette flore intestinale est souvent gage d'une bonne digestion et aide au renforcement du système immunitaire. Mais certaines de ces bactéries et microbes peuvent aussi avoir un effet délétère sur la santé et provoquer des maladies, même si pour le moment l'effet précis de chacun d'entre eux sur l'organisme est encore mal défini.

Mais dans l'ensemble, de plus en plus d'études mettent en évidence les effets néfastes des microplastiques - diamètre inférieur à cinq millimètres - sur la santé des animaux.

Chez l'homme, leur présence peut provoquer des réactions allergiques et des dégradations cellulaires et les substances chimiques qu'ils contiennent ont également été associées à des risques accrus de cancer, à des problèmes de reproduction et à des mutations de l'ADN.

Les auteurs de l'étude espèrent que leurs découvertes chez les oiseaux de mer donneront lieu à des études connexes chez l'homme.

"Si cette substance fabriquée par l'homme (le plastique) peut modifier notre microbiome, je pense que cela devrait faire réfléchir les gens", a déclaré Mme Fackelmann.


Otan: Le Parlement hongrois ratifie l'adhésion de la Finlande

Les représentants du Parlement hongrois votent sur l'adhésion de la Finlande à l'OTAN à Budapest le 27 mars 2023 (Photo, AFP).
Les représentants du Parlement hongrois votent sur l'adhésion de la Finlande à l'OTAN à Budapest le 27 mars 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Une large majorité de députés (182 sur les 199 sièges) ont approuvé l'entrée d'Helsinki dans l'Organisation du traité de l'Atlantique nord
  • Dans un tweet, la Première ministre finlandaise Sanna Marin a remercié la Hongrie pour ce vote «clair», mais a appelé à faire entrer Stockholm rapidement

BUDAPEST: Le Parlement hongrois, dominé par le parti du Premier ministre nationaliste Viktor Orban, a ratifié lundi l'adhésion de la Finlande à l'Otan après des mois d'atermoiements, rapprochant un peu plus le pays nordique de l'Alliance atlantique.

Une large majorité de députés (182 sur les 199 sièges) ont approuvé l'entrée d'Helsinki dans l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, tandis que le cas de la Suède sera, selon le parti Fidesz au pouvoir, discuté "plus tard".

Dans un tweet, la Première ministre finlandaise Sanna Marin a remercié la Hongrie pour ce vote "clair", mais a appelé à faire entrer Stockholm rapidement pour "renforcer la sécurité de l'ensemble de l'alliance".

"Il est dans l'intérêt de tous que la Suède devienne aussi un membre de l'Otan avant le sommet de Vilnius" en juillet, a-t-elle écrit.

Parmi les 30 membres de l'organisation, 28 pays (États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne...) ont déjà ratifié l'adhésion des deux pays.

Avec l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022, la Finlande et la Suède ont décidé de tourner la page de leur politique de non-alignement militaire en vigueur depuis les années 1990, elle-même héritée de décennies de neutralité contrainte ou choisie, en demandant à rejoindre l'Otan en mai 2022.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a donné mi-mars son feu vert pour la Finlande, qui partage la plus longue frontière européenne (1 340 km) avec la Russie, derrière l'Ukraine. Le vote au Parlement pourrait intervenir sous peu.

La situation est plus délicate pour son voisin suédois, qui fait toujours face aux objections d'Ankara.

La Turquie accuse notamment la Suède d'être un havre de militants "terroristes" kurdes, et de refuser des extraditions, qui sont en réalité décidées par la justice suédoise.

Liens avec Poutine

Stockholm s'inquiète par ailleurs du retard pris par Budapest, malgré le soutien affiché officiellement par le gouvernement Orban.

La semaine dernière, le directeur de cabinet du Premier ministre hongrois, Gergely Gulyas, a jugé qu'il y avait une "bonne chance" que le vote sur la Suède intervienne au cours de la session de printemps au Parlement, qui s'achève le 15 juin.

Mais le parti Fidesz traîne des pieds. Il a dénoncé à plusieurs reprises les "mensonges" répandus par les responsables politiques suédois sur l'État de droit en Hongrie, alors que Viktor Orban est régulièrement accusé par les organisations internationales de "dérive autoritaire".

Pour l'opposition hongroise, ce retard "sert les intérêts" du président russe Vladimir Poutine, avec lequel M. Orban veut maintenir des liens, a déclaré lundi dans l'hémicycle l'élu Ferenc Gerencser.

Un autre motif d'inquiétude côté suédois est que la Hongrie se serve de l'adhésion à l'Alliance atlantique comme monnaie d'échange dans sa bataille avec l'Union européenne.

Des milliards d'euros de fonds destinés à Budapest sont actuellement gelés par Bruxelles, dans l'attente de réformes pour mieux lutter contre la corruption.