À la lutte contre l'inflation, la banque centrale américaine s'apprête à frapper fort

Le président du conseil d'administration de la Réserve fédérale, Jerome Powell, s'exprime lors d'un déjeuner à la conférence de politique économique NABE 2022 au Ritz-Carlton le 21 mars 2022 à Washington (Photo, AFP).
Le président du conseil d'administration de la Réserve fédérale, Jerome Powell, s'exprime lors d'un déjeuner à la conférence de politique économique NABE 2022 au Ritz-Carlton le 21 mars 2022 à Washington (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 04 mai 2022

À la lutte contre l'inflation, la banque centrale américaine s'apprête à frapper fort

  • La perspective d'une hausse des taux de la Fed a suscité lundi des remous sur les marchés
  • La banque centrale américaine a deux missions principales: assurer la stabilité des prix et le plein emploi

WASHINGTON: Le Comité de politique monétaire de la banque centrale américaine a entamé mardi sa réunion de deux jours à l'issue de laquelle il annoncera, sauf surprise, une hausse des taux directeurs d'un demi-point de pourcentage, la première de cette ampleur depuis mai 2000, pour tenter de contrôler une inflation record.

La réunion "a démarré à 10H00 (14H00 GMT) comme prévu", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la banque centrale (Réserve fédérale, Fed).

L'inflation s'accroît mois après mois depuis un an aux États-Unis. Aggravée par la guerre en Ukraine, elle a atteint en mars un sommet jamais vu depuis décembre 1981: +8,5% sur un an, selon l'indice CPI.

En mars, la Fed avait commencé à relever ses taux, pour la première fois depuis 2018. Mais elle avait alors lancé le mouvement prudemment, en procédant à une augmentation de 0,25 point de pourcentage pour porter les taux dans une fourchette comprise entre 0,25 et 0,50%.

Elle avait aussi signalé sa volonté de procéder à six autres hausses cette année, soit autant que de réunions d'ici à fin 2022.

Avec une pression sur les prix qui ne faiblit pas, le président de la Fed, Jerome Powell, a depuis reconnu qu'il était "absolument essentiel" de rétablir la stabilité des prix et de relever "rapidement" les taux.

La banque centrale américaine a deux missions principales: assurer la stabilité des prix et le plein emploi.

Sur le front de l'emploi, le taux de chômage est tombé à 3,6% en mars, proche de son niveau d'avant la pandémie de Covid-19 (3,5%). Les données pour le mois d'avril seront publiées vendredi.

Les entreprises sont confrontées depuis des mois à des pénuries de main-d’œuvre et à des démissions massives. En mars, 4,5 millions de personnes ont encore quitté leur emploi, alors que le nombre d'offres a grimpé à 11,5 millions, un record, selon le bureau des statistiques. 

Du coup, les entreprises augmentent les salaires pour attirer les candidats et fidéliser leurs employés, ce qui a pour effet d'alimenter l'inflation.

La perspective d'une hausse des taux de la Fed a suscité lundi des remous sur les marchés. Les rendements obligataires américains à 10 ans ont touché brièvement, à la mi-journée, le seuil de 3% pour la première fois depuis fin 2018.

Risque d'une récession

Outre les taux d'intérêt, la banque centrale devrait acter le début de la réduction de son bilan, une autre étape majeure de la normalisation.

Les investisseurs attendent particulièrement la conférence de presse de Jerome Powell mercredi, à l'affût de commentaires sur la manière dont les taux d'intérêt pourraient augmenter au-delà de cette réunion. 

Jusqu'à présent, la Fed a clairement télégraphié ses plans, annonçant en amont sa volonté de mener un tour de vis agressif à partir de la réunion de mai, ce qui a permis de limiter la volatilité sur les marchés. 

Une majorité d'économistes tablent désormais sur une autre hausse encore plus agressive de trois quarts de point de pourcentage lors de la réunion de juin, ce qui serait une première depuis 1994.

La Fed est également susceptible de commencer à réduire son portefeuille d'actifs de 9.000 milliards de dollars à partir de juin, à un rythme beaucoup plus rapide que lors d'une précédente réduction de ses avoirs il y a cinq ans.

L'enjeu est de modérer l'inflation sans faire basculer la première économie du monde en récession.

Les inquiétudes à ce sujet ont augmenté ces dernières semaines, alors que la croissance s'essouffle. Le produit intérieur brut des États-Unis s'est même contracté de 1,4% au premier trimestre, en rythme annuel.

Les experts se veulent rassurants, relevant que la consommation, moteur historique de la croissance américaine, se maintient. 

Mais dans un contexte de guerre en Ukraine, de ralentissement économique en Chine et en Europe, une récession ne semble plus un risque lointain. 

Les dirigeants de la Fed estiment pour l'heure qu'ils seront capables de ramener l'inflation à leur objectif de 2% sans porter les taux à plus de 3% pour éviter de faire caler la demande. Il s'agit selon eux d'une fourchette "neutre" qui ne pourra ni stimuler, ni ralentir la croissance économique.


Face aux subventions américaines, l'UE doit «soutenir» son industrie

Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton (Picture, AFP).
Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton (Picture, AFP).
Short Url
  • L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de ce plan de 420 milliards de dollars du président américain
  • Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis

PARIS: Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, appelle à la création d'un "fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels" et faire face à l'Inflation Reduction Act (IRA) américain, critiqué par Emmanuel Macron lors de sa visite aux Etats-Unis.

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de ce plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, au cœur d'une visite officielle d'Emmanuel Macron outre-Atlantique ces derniers jours.

Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables ou encore de l'hydrogène.

Il "entraîne des distorsions de concurrence aux dépens des entreprises de l'Union européenne", affirme Thierry Breton dans un entretien au Journal du dimanche, après avoir menacé début novembre d'"aller devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC)" pour faire valoir ses arguments.

"Un groupe de travail a déjà été créé avec des représentants de la Maison Blanche et de la Commission européenne", ajoute-t-il.

Emmanuel Macron a dit vendredi vouloir que la question des "exemptions" réclamées aux Etats-Unis pour les industries européennes soit "réglée" d'ici au premier trimestre 2023 après avoir jugé la veille "super agressives" certaines des mesures américaines. Le président américain s'est lui dit prêt à corriger des "défauts" de sa loi, qu'il a toutefois défendue bec et ongle.

"Après les ouvertures obtenues à Washington par le président (Macron), je suis confiant, les efforts de l'Union européenne porteront leurs fruits. Plus rapidement qu'on ne le pense, j'espère. Peut-être dans les tout prochains jours!", ajoute M. Breton dans le JDD.

Le commissaire souligne en revanche la nécessité pour l'Europe d'améliorer son attractivité et sa compétitivité en se concentrant sur "la technologie et les secteurs stratégiques pour la réussite de sa transition verte", notamment les éoliennes, l'énergie solaire et les réseaux électriques et en adaptant un cadre réglementaire "trop lourd".

Face à la crise énergétique, à la concurrence américaine et à la politique économique chinoise, il préconise "un fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels", sans oublier les plans nationaux "à coordonner".

Soulignant les conditions d'endettement différentes selon les Etats, Thierry Breton affirme enfin qu'il "faudrait sans doute envisager un financement autour de 2 % du PIB de l'Union européenne, soit environ 350 milliards d'euros".


Réouverture du Terminal 1 de Roissy, rénové et agrandi

Des écrans indiquent la direction du bâtiment du Terminal 1 de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, au nord de Paris, le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Des écrans indiquent la direction du bâtiment du Terminal 1 de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, au nord de Paris, le 3 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Terminal 1 de Roissy a été modernisé et agrandi pour répondre aux impératifs actuels du transport aérien
  • La solution a consisté à intégrer les surfaces de trois satellites au sein d'un nouveau bâtiment de 36 000 m2, dont 5 600 m2 pour une salle d'embarquement, et 6 000 de surface commerciale

AEROPORT DE ROISSY: La forme de pieuvre et les tapis roulants dans des tubes sont toujours là, mais le Terminal 1 de Roissy a été modernisé et agrandi pour répondre aux impératifs actuels du transport aérien, ont souligné samedi ses gestionnaires lors d'une cérémonie de réouverture.

Celle-ci "marque symboliquement la fin de la pandémie de Covid-19 pour les aéroports parisiens", a affirmé le PDG du Groupe ADP Augustin de Romanet. Ce bâtiment circulaire flanqué de sept satellites en étoile était fermé depuis mars 2020, au début de la crise sanitaire.

Depuis, ADP et ses sous-traitants se sont employés à transformer ces installations pour les adapter aux clients et compagnies aériennes, dont les exigences sont très éloignées de celles de l'époque de l'entrée en service du T1, en 1974.

"Chaque satellite était devenu trop étroit" pour accueillir les fonctions de sûreté et d'embarquement, et en conséquence "l'expérience passager était fortement dégradée", a expliqué Edward Arkwright, numéro deux d'ADP, qui a porté ce projet depuis son lancement.

La solution a consisté à intégrer les surfaces de trois satellites au sein d'un nouveau bâtiment de 36 000 m2, dont 5 600 m2 pour une salle d'embarquement, et 6 000 de surface commerciale.

Les voyageurs en partance, après avoir quitté l'anneau central aux surfaces de béton brut caractéristiques, se rendront dans ce bâtiment par un tunnel ondulant sous une des pistes de l'aéroport, repris de l'un des anciens satellites.

Ils accèderont à une grande salle d'inspection-filtrage aux équipements électroniques dernier cri, puis par un escalator à la salle d'embarquement proprement dite.

Son décor de cuir, de laiton et de marbre, surplombé par de flamboyants lampadaires, s'inspire selon ADP des Années folles décrites par Ernest Hemingway dans "Paris est une fête".

Cette transformation a fait l'objet de dialogues entre ADP et l'architecte du bâtiment original Paul Andreu, avant sa mort en 2018, a noté M. Arkwright, le but étant de rester dans sa continuité: "le Terminal 1, on y touche la main tremblante", a-t-il résumé.

Hommage à la vision d'Andreu, la façade vitrée du nouveau bâtiment, baigné de lumière traversante, est décorée d'un imposant rappel en sérigraphie de la silhouette opaque du bâtiment originel, juste en face.

ADP a investi 250 millions d'euros dans ce projet qui porte la capacité du T1 à 10,2 millions de passagers par an, contre 9 auparavant. Il accueillera des vols de 36 compagnies aériennes, dont Lufthansa, Emirates et United.


Subventions américaines: Macron veut que l'UE règle avec Washington le sujet des exemptions début 2023

Selon Emmanuel Macron, son «discours de vérité avec le président Biden» a porté malgré tout ses fruits (Photo, AFP).
Selon Emmanuel Macron, son «discours de vérité avec le président Biden» a porté malgré tout ses fruits (Photo, AFP).
Short Url
  • À la veille de sa visite à la Maison Blanche, il avait jugé «super agressifs» les subventions et crédits d'impôt massifs prévus pour les véhicules électriques
  • La France avait dit espérer arracher des exemptions

LA NOUVELLE-ORLÉANS: Emmanuel Macron a dit vendredi vouloir que la question des "exemptions" réclamées aux Etats-Unis pour les industries européennes dans le cadre de leur plan de subventions massives en faveur du climat (IRA) soit "réglée" d'ici au premier trimestre 2023.

"Pour moi, d'ici au début de l'année prochaine, il faut qu'on ait pu régler ce sujet", "il faut qu'on ait finalisé ces sujets", a dit le président français à la presse à la Nouvelle-Orléans au lendemain d'une rencontre avec son homologue américain Joe Biden à Washington.

À la veille de sa visite à la Maison Blanche, il avait jugé "super agressifs" les subventions et crédits d'impôt massifs prévus pour les véhicules électriques, batteries ou projets d'énergie renouvelable "made in USA" par l'Inflation Reduction Act (IRA), le plan climat de 420 milliards de dollars de Joe Biden adopté l'été dernier.

La France avait dit espérer arracher des exemptions.

Jeudi, le président américain s'est dit prêt à corriger des "défauts" de sa loi, qu'il a toutefois défendue bec et ongles, sans évoquer clairement des exemptions et renvoyant d'éventuelles concessions à des travaux techniques.

Selon Emmanuel Macron, son "discours de vérité avec le président Biden" a porté malgré tout ses fruits.

"C'était mon devoir de le poser (ce discours) en Européen, pas simplement au nom de la France" mais aussi "de toute l'Europe", a-t-il dit.

"Avant que je mette les pieds dans le plat, ça n'était d'ailleurs pas un débat du tout chez nous" ni "ici" aux Etats-Unis, a-t-il ajouté.

Plusieurs voix européennes s'étaient inquiétées des conséquences de l'IRA sur l'industrie du Vieux Continent, dont le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, qui avait menacé début novembre d'"aller devant l'OMC".

"Maintenant, tout le monde en parle, c'est une bonne chose. Le but, c'est que l'Union européenne (...) puisse avoir des exemptions. Ce que j'ai essayé de démontrer au président (Biden), c'est que c'est bon pour les Etats-Unis d'Amérique et c'est bon pour nous", a-t-il plaidé.

Il a estimé que les discussions se dirigeaient bien vers des "exemptions" pour ce que "produit" l'industrie européenne, "comme l'ont eu des pays de la région", à savoir le Canada et le Mexique.