Une société cinématographique saoudienne apporte de nouvelles méthodes de production aux écrans du Royaume

La société de production saoudienne Obad Films cherche à présenter des produits à son public par le biais d'histoires et de méthodes de production de haute qualité. (Photo fournie)
La société de production saoudienne Obad Films cherche à présenter des produits à son public par le biais d'histoires et de méthodes de production de haute qualité. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 09 mai 2022

Une société cinématographique saoudienne apporte de nouvelles méthodes de production aux écrans du Royaume

  • Le duo créatif veut apporter « la perspective des jeunes au monde »
  • Les compétences et la passion des jeunes réalisateurs leur permettent de pivoter rapidement vers des industries plus créatives en accord avec leur vision, comme la mode et la musique

RIYAD : Il y a quelques années, les campagnes et les créations des marques de mode locales étaient généralement promues par des mannequins sans visage ou indifférenciés sur un fond blanc uni et se concentraient sur les vêtements.

Obad Films veut présenter au public une gamme de vêtements de manière dynamique à travers une histoire.

L'entreprise a été cofondée par le duo saoudien Faisal Shaath, 20 ans, et Ahmed Obad, 22 ans, qui ont transformé leur passion pour la photographie en réalité.

1

Leur objectif était et reste d'apporter une perspective fraîche et jeune à l'industrie cinématographique saoudienne. La société s'est imposée dans le secteur des médias de Riyad grâce à des méthodes de production vidéo non conventionnelles, animée par la volonté d'être entendue et vue par l'ancienne génération.

« Nous nous sommes lassés de la façon dont les choses sont présentées. C'est toujours la même chose. Si c'est une marque de mode, c'est toujours filmé dans un parking, c'est toujours filmé dans un désert », a confié Obad à Arab News. « Ce qui nous différencie, c'est que nous allons vraiment au-delà de ce que vous voyez sur le marché. »

Bien qu'ils aient qualifié ces lieux de génériques, ils ont pourtant eu recours aux mêmes décors pour la campagne vidéo de la marque de mode Whyos. « Nous avons utilisé un skate park, un parking et un désert. La façon dont nous les avons montrés tous ensemble était vraiment différente du fait du choix de la musique, de la façon dont elle était séquencée, et de l'histoire qui était racontée à travers la vidéo », a expliqué Obad.

La société compte parmi ses clients des marques et des entreprises de différents secteurs. Elle travaille notamment avec la marque de vêtements et de style de vie Proud Angeles, le magasin de streetwear et de mode Urbn Lot, le plus grand festival de musique d'Arabie saoudite soutenu par le gouvernement, Soundstorm by MDLBEAST, AlMashtal Creative Space, Huawei, etc.

Nous nous sommes lassés de la façon dont les choses sont présentées. C'est toujours la même chose. Si c'est une marque de mode, c'est toujours filmé dans un parking, c'est toujours filmé dans un désert. Ce qui nous différencie, c'est que nous allons vraiment au-delà de ce que vous voyez sur le marché.

Ahmed Obad, cofondateur d'Obad Films

L'objectif est de rendre les contenus de haute qualité accessibles aux entreprises en développement et aux startups. « Nous travaillons avec des clients qui connaissent leur public cible et leur mission, mais qui ont simplement besoin d'un coup de pouce visuel pour lancer leur activité de manière précise et efficace », a expliqué Shaath à Arab News.

Le duo a créé l'entreprise pour apporter « la perspective des jeunes au monde », en comblant les fossés générationnels dans la société saoudienne qui peuvent parfois agir comme des barrières de valeur. « L'objectif de la jeunesse est principalement la créativité éternelle, c'est-à-dire que nous nous efforçons toujours d'apporter des visuels nouveaux et non démodés au niveau local et de tout orienter principalement vers la jeunesse en termes de marché », a déclaré Shaath.

Le terme « jeunesse » ne fait pas référence à une certaine tranche d'âge, mais plutôt à un état d'esprit. « C'est au-delà de la jeunesse. C'est destiné aux jeunes d'aujourd'hui, et quand ils grandissent, pour comprendre ce qui donne vraiment de la valeur à quelque chose au niveau de la créativité », a-t-il ajouté.

« Rien que par la façon dont nous filmons, les effets que nous utilisons, les sentiments que nous transmettons dans nos vidéos, on nous pose souvent la même question. Les gens ne croient pas que cela soit fait localement. Ils demandent : "C'est à Riyad ?" »

Le pays prend vie différemment pour leur public à travers leur objectif créatif et leur vision axée sur la jeunesse.

Les deux réalisateurs sont autodidactes et n'ont pas de formation académique dans le domaine du cinéma. Ils n'ont pas non plus reçu de formation sur une méthode de travail spécifique. Leurs connaissances en matière de production vidéo proviennent de leurs recherches, de l'analyse de contenu et de la réaction du public à leur travail. Ils estiment que cela leur a donné la liberté d'expérimenter et de tester les limites de ce que signifie la réalisation de films ou de ce à quoi elle pourrait ressembler dans un contexte professionnel ou d'entreprise.

Après deux ans passés à développer leurs compétences et à tourner du contenu promotionnel pour des showrooms automobiles depuis sa création, Obad Films a connu une « percée ». Les compétences et la passion des jeunes réalisateurs leur permettent de pivoter rapidement vers des industries plus créatives en accord avec leur vision, comme la mode et la musique.

Obad a d'abord acquis ses compétences en matière de montage en créant des montages de jeux vidéo téléchargés sur YouTube, ce qui lui a permis d'accumuler de l'expérience dans le domaine. Shaath a cultivé sa vision créative en essayant de développer son portfolio de vidéographie en tant que cinéaste et les portfolios de mannequins de ses amis, en les utilisant comme modèles. « (Notre style) n'a cessé de se développer depuis », a-t-il affirmé.

Shaath suivait les projets de montage d'Obad et ils se sont rencontrés par l'intermédiaire d'un ami commun dans l'école internationale fréquentée par Obad. Un mois plus tard, Obad Films est née dans le quartier Olaya de Riyad, lorsque Shaath, 14 ans, et Obad, 16 ans, ont décidé de réaliser leur rêve en se dotant d’un Nikon D750 emprunté au magasin de photographie du père d'Obad il y a six ans.

La communauté des cinéastes saoudiens est capable de beaucoup plus, affirment-ils.

« Ils sont limités à ce qu'ils ont étudié et pensent que ce qu'ils ont étudié est la voie à suivre. Leur créativité se limite à ce qu'ils ont déjà fait l'année dernière. Elle n'est pas développée ou élevée », a déclaré Obad. « Ce n'est pas ce que vous avez mangé, c'est ce que vous pourriez manger. »

L'entreprise veut faire appel aux talents locaux plutôt que de devoir regarder de l'autre côté de la frontière pour obtenir des conseils. « Nous pouvons élever tout cela et être sur ce marché afin que le client n'ait pas à chercher (une expertise) à l'extérieur. Nous avons cela ici », a insisté Obad. « Si nous nous mettons à créer ce que le marché a déjà créé, nous ne nous développerons pas vraiment. Nous nous fixons des attentes en fonction de ce que nous voyons à l'extérieur du Royaume. »

À travers leurs caméras, la réalisation de films devient un art qui ne devrait pas être verrouillé. Les règles traditionnelles qui l'accompagnent sont adaptées à la vision artistique elle-même, et non aux normes conventionnelles de ce qu'elle devrait être.

Alors qu'il y a quelques années, le secteur n'était pas aussi sensible aux divergences, les mentalités évoluent lentement. Ils se souviennent du temps où une personne issue d'un milieu non artistique était intéressée par une certaine publicité. « Ils ont fini par voir ce fossé entre la production cinématographique internationale et locale se réduire considérablement. C'est quelque chose que les gens savent, mais l'industrie cinématographique ne lui permet pas de s'épanouir localement. Nous brisons les principes de base », a expliqué Shaath. « Nous ne restons pas bloqués sur une norme spécifique. Nous nous efforçons toujours d'aller plus loin. Quelle sera la prochaine étape ? Comment pouvons-nous nous développer ? Comment pouvons-nous présenter quelque chose de manière différente ?  Je ne suis pas ici pour faire ce que j'ai fait l'année dernière, je suis ici pour faire ce qui doit être présenté plus tard, en 2025, en 2030. »

L'influence du prince héritier Mohammed ben Salmane sur la communauté saoudienne étant profondément ancrée dans l'aide apportée à l'épanouissement des capacités des jeunes, Obad Films est un exemple de la manière dont ce concept se manifeste au sein du Royaume sur le plan culturel. La société offre une perspective nouvelle sur la façon dont les efforts saoudiens étaient autrefois mis en valeur et sur la façon dont ils pourraient l'être.

Mais Obad Films n'est pas le bout du chemin pour ses créateurs, et leurs ambitions sont loin d'être terminées. « Nous cherchons à faire davantage de ce que nous faisons actuellement, mais à plus grande échelle et avec un budget plus élevé », a affirmé Shaath.

Bien que l'expansion de leur inventaire d'équipement soit certainement envisagée, ils ont également l'intention d'enfreindre toutes les règles. Ils veulent devenir les créateurs haut de gamme qu'ils savent être capables d'être. « Même si le cadre n'est pas bon. Même si le schéma de couleurs n'est pas correct. C'est bon », a ajouté Obad.

 


Avec Barbara dans la peau, Stéphane Rolland émeut avec ses robes haute couture

Le mannequin espagnol Nieves Alvarez présente une création pour Stéphane Rolland (Photo, AFP).
Le mannequin espagnol Nieves Alvarez présente une création pour Stéphane Rolland (Photo, AFP).
Short Url
  • Le podium est noir et blanc comme des touches de piano, où des robes rouge coquelicot font irruption
  • La mannequin fétiche de Stéphane Rolland, l'Espagnole Nieves Alvarez donne le «la» en ouvrant le défilé

PARIS: Et le rideau s'ouvre... sur la salle : c'est au théâtre du Châtelet, où Barbara a donné son dernier concert, que le couturier Stéphane Rolland a organisé mardi son émouvant défilé haute couture dédié à la chanteuse.

Le podium est noir et blanc comme des touches de piano, où des robes rouge coquelicot font irruption telle la lumière de la scène.

Dans une courte vidéo précédant le défilé, la chanteuse raconte ce qu'elle ressent avant que le rideau s'ouvre, répète une des chansons...

Valérie Lemercier, qui connaissait Barbara et a porté une robe de Stéphane Rolland pour recevoir son César de meilleure actrice pour le film "Aline" cette année, compare dans une brève allocution le perfectionnisme de l'une et de l'autre.

"Depuis que je suis enfant, j'aime Barbara, une artiste exceptionnelle. Elle est envoûtante, passionnante, comme personnage. Inconsciemment, elle fait partie de mes références quand je dessine", a déclaré à l'AFP le créateur.

Icône de la mode, la chanteuse décédée il y a 25 ans avait un style très reconnaissable mais, dans ce défilé, l'idée du couturier n'est pas de faire du "copié-collé". Il veut raconter son tempérament entre la finesse et le côté "animal, sauvage et instinctif".

Des robes «qui abritent»

C'est surtout l'émotion d'un artiste, dans le noir, avant de s'exposer au jugement de la salle qui traverse le show.

"Je voulais faire vivre l'expérience aux invités, au même endroit qu'était Barbara".

La mannequin fétiche de Stéphane Rolland, l'Espagnole Nieves Alvarez, en combinaison courte et cuissardes cachées sous un grand manteau noir, donne le "la" en ouvrant le défilé.

C'est aussi elle qui le clôture en robe rouge - tout volume, tout flamme -, avant que le rideau ne s'ouvre sur la salle vide du théâtre, faisant découvrir aux spectateurs que le cube noir où ils ont assisté au défilé était en fait la scène.

"Cette mise en scène est sublime comme ces trois couleurs", dont "le rouge qui peut être terrible et, là, c'est le plus beau des rouges parce qu'il est un peu orange", déclare à l'AFP Valérie Lemercier, habillée en haut et large pantalon à paillettes noirs, dans les coulisses du défilé.

En tournage d'un film où elle n'est "pas du tout glamour", elle s'est libérée pour le défilé afin de rendre hommage à Barbara, au théâtre du Châtelet -- où s'est déjà produite-- et à Stéphane Rolland, qui lui a "porté chance" avec la robe en velours noir aux grosses manches qu'il avait faite pour elle pour les Césars.

Danseuse et femme «tribale»

Sur le podium, les robes asymétriques aux impressionnants volumes côtoient les pièces épurées d'apparence toute simple comme la combinaison noire en velours.

"Je veux des plis qu'on ne peut pas faire dans du velours. Il y a plusieurs couches d'organza à l'intérieur", décrit Stéphane Rolland.

"La haute couture, c'est aussi la pureté, la technique, toutes les finitions intérieures, le montage... Tout ce est caché est encore plus précieux de tout ce qui est montré", ajoute-t-il.

Le mouvement des traines rend hommage au langage corporel de Barbara. Le chorégraphe Maurice "Béjart disait que c'était sa meilleure danseuse, alors qu'à la base, elle n'est pas danseuse", dit le couturier.

Une partie de la collection est inspirée de l'Afrique avec des "scarifications" reproduites sur des robes, des enfilades de bracelets qui sont sculptés dans la mousse et gainés en jersey, des colliers massaï...

"Chanteuse française iconique et femme tribale, les deux vont bien ensemble chez Barbara. Je voulais prendre l'essence, la décliner et aller même parfois ailleurs", conclut Stéphane Rolland.


Carton plein pour «Salam», le documentaire de Diam’s

Présenté tout d’abord au festival de Cannes, hors compétition, son documentaire, Salam, «paix» en arabe, a attiré plus de 90 000 spectateurs en France en deux jours seulement. (Twitter: @melanie_diams)
Présenté tout d’abord au festival de Cannes, hors compétition, son documentaire, Salam, «paix» en arabe, a attiré plus de 90 000 spectateurs en France en deux jours seulement. (Twitter: @melanie_diams)
Short Url
  • Salam a attiré plus de 90 000 spectateurs en France à l’occasion d’une sortie en salle exceptionnelle les 1er et 2 juillet
  • Le documentaire sera à découvrir à la rentrée sur la plate-forme BrutX

LYON: Carton plein! Le film de Mélanie Georgiades, alias Diam’s, a fait salle comble.

Présenté tout d’abord au festival de Cannes, hors compétition, son documentaire, Salam, «paix» en arabe, a attiré plus de 90 000 spectateurs en France en deux jours seulement, à l’occasion d’une sortie en salle exceptionnelle le 1er et le 2 juillet.

Selon la plate-forme Brut, qui produit le long métrage, Salam a même été le film le plus vu en salles le 1er juillet, figurant à la première place du box-office. Le documentaire, coréalisé par Diam’s, Houda Benyamina et Anne Cissé, revient sur le parcours de l’ex-rappeuse, qui a mis un frein à sa carrière en 2012.

Après des années de silence, l’interprète de La Boulette sort de sa bulle et livre sa vérité, sans filtre, dans un film autobiographique, d'une durée d’une heure vingt. Elle raconte comment elle est passée de l’ombre à lumière, ses multiples tentatives de suicide, son internement en hôpital psychiatrique, sa quête de la paix, sa conversation salvatrice à l’islam et sa Fondation dédiée à des orphelins au Mali.

Le film propose aussi une succession de témoignages poignants de ses proches et amis intimes qui décrivent notamment la descente aux enfers de l’ex-star. On y retrouve la chanteuse Vitaa, l’auteure Faïza Guène, le footballeur Nicolas Anelka mais aussi sa mère qui se confie pour la première fois devant la caméra.

Dans son documentaire, Mélanie «Diam's» fait voyager le spectateur dans le temps et dans l’espace, au Mali, en Tanzanie et à l’île Maurice, avec des images de paysages à couper le souffle. Elle fait à nouveau don au public de son talent, de sa maîtrise du verbe: avec sa voix singulière, que l’on reconnaît entre mille, Diam’s nous offre un slam, écrit spécialement pour le film.

Pour Sara, qui a vu le film dans un cinéma de Torcy, en banlieue parisienne, le documentaire est un vrai cadeau, un bonheur qui lui a permis de pouvoir réécouter Diam's. «Elle nous livre un commentaire sur image magnifique. Ce film est vraiment touchant, on y retrouve beaucoup de simplicité et de profondeur. Ça nous rappelle l’importance de revenir à l’essentiel dans notre vie de tous les jours», raconte-t-elle.

La salle du Mégarama de Nice fait partie des 186 salles en France à avoir diffusé le film. À la sortie du documentaire, Nathalie a les larmes aux yeux. «Ce film est bouleversant, c’est un vrai message d’amour, de tolérance et de vivre-ensemble.»

Celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir Salam lors de ces séances spéciales pourront découvrir le documentaire à la rentrée sur la plate-forme BrutX.  Dans un dernier message sur Instagram, Mélanie «Diam’s» a tenu a remercier son public: «J’aurais aimé trouver les mots justes pour vous dire ce que je ressens, mais je pense que je ne les trouverais jamais. Vous ne pouvez pas savoir combien j’ai pleuré, combien mon cœur a été touché, combien j’ai souri, combien j’ai remercié le Très-Haut de recevoir tant d’amour. Vos messages, vos retours m’ont bouleversée et je pèse mes mots. C’est si beau ce qu’il s’est passé avec Salam… si beau de constater que l’on peut encore partager de si beaux moments et de si profonds sujets.»

Si Mélanie Diam's indique qu’elle se «coupe des réseaux sociaux» elle assure néanmoins «ne pas pour autant se couper de son public». Elle a d'ailleurs partagé ce lien pour que ses fans puissent lui écrire. 

C'est un fait, la quadragénaire a bel et bien tiré un trait sur le monde de la musique mais nul doute qu'elle continuera à prendre la plume...peut-être même pour un prochain ouvrage...


En deuil de Peter Brook, Akram Khan danse pour la dernière fois à Paris

Le danseur et chorégraphe anglais Akram Khan, pose lors d'une séance photo au Théâtre des Champs Elysées à Paris, le 4 juillet 2022. (Photo, AFP)
Le danseur et chorégraphe anglais Akram Khan, pose lors d'une séance photo au Théâtre des Champs Elysées à Paris, le 4 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Né à Londres de parents bangladais, Akram Khan dit avoir choisi Paris pour ses adieux car cette ville est «comme son deuxième chez soi»
  • Il est entré dans le monde du spectacle grâce à son compatriote Peter Brook, décédé samedi

PARIS: Le Britannique Akram Khan fait cette semaine ses adieux à la scène en Europe, peu après le décès de la légende du théâtre Peter Brook qui l'avait lancé, et entend désormais se concentrer sur « le corps des autres » pour ses projets futurs, confie-t-il lors d'un entretien.  

A 48 ans, il danse pour la dernière fois dans son spectacle solo « Xenos » (« Etranger » en grec) au théâtre des Champs-Elysées, de mercredi à vendredi. Il fera ensuite une ultime apparition sur scène en Inde en décembre, dans le même spectacle qui évoque les soldats indiens enrôlés de force dans les armées britanniques pendant la Première Guerre mondiale. 

Né à Londres de parents bangladais, Akram Khan dit avoir choisi Paris pour ses adieux car cette ville est « comme son deuxième chez soi ». 

« J'adore la façon dont la culture embrasse les arts comme si c'était une religion en France, affirme-t-il. C'est le cas nulle part ailleurs, sauf peut-être en Inde ». 

S'il avoue qu'être sur scène va lui manquer, il ne ressent pas de tristesse. 

« Si j'étais parmi le public, je ne voudrais pas me voir maintenant », confie-t-il. Désormais, il se concentre « sur ses chorégraphies et les possibilités des corps des autres ». « Et cela m'enthousiasme plus que de danser avec mon propre corps », ajoute-t-il. 

Depuis la création de sa compagnie en 2000, cette figure majeure de la danse contemporaine a été maintes fois distinguée. L'un des temps forts de sa carrière a été la création d'une chorégraphie pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres en 2012. 

Macbeth et Sherlock Holmes 

Il est entré dans le monde du spectacle grâce à son compatriote Peter Brook, décédé samedi. A 13 ans, Akram Khan avait été choisi par le légendaire metteur en scène pour jouer dans Le Mahâbhârata (1985), monumentale fresque de neuf heures. 

Quelques jours après la mort de Peter Brook, il dit à être « toujours sous le choc ». « C'est d'autant plus difficile pour moi que mon propre père ne va pas bien du tout en ce moment », ajoute-t-il. 

« Peter Brook était mon père dans le monde du théâtre. Il était une immense source d'inspiration », commente-t-il. 

Il lui a appris à « voir le monde à travers l'objectif de la danse et du théâtre ». « Le monde était pour lui une scène. (...) Il pouvait s'installer dans un endroit comme en Afrique, au milieu du désert, délimiter l'espace et utiliser cet espace pour fabriquer de la magie et raconter des histoires », se souvient-il. 

Actuellement, Akram Khan, qui a notamment collaboré avec l'actrice française Juliette Binoche et la chanteuse australo-britannique Kylie Minogue, travaille sur différents projets. 

Il évoque ainsi « plusieurs films, dont un sera une sorte de comédie musicale » sans vouloir encore entrer dans le détail pour le moment. Il prépare également une chorégraphie, inspirée de Macbeth, qui sera présentée aux Etats-Unis, et participera en tant que chorégraphe à une nouvelle production sur « Sherlock Holmes » du metteur en scène américain Rob Ashford à Londres. 

Akram Khan dit avoir particulièrement à coeur de raconter des histoires à travers la perspective des femmes. « C'est si déséquilibré actuellement », constate-t-il. 

Il promet de s'inspirer de son épouse, sa fille et de sa « mère surtout, car c'est une féministe convaincue ».