Shireen Abu Akleh, reporter d'al-Jazeera et icône du journalisme palestinien

Shireen Abu Akleh, qui portait un casque et un gilet pare-balles flanqué du mot « Presse », a été tuée mercredi à Jénine, ville palestinienne où l'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, a récemment multiplié les opérations. (Photo, AFP)
Shireen Abu Akleh, qui portait un casque et un gilet pare-balles flanqué du mot « Presse », a été tuée mercredi à Jénine, ville palestinienne où l'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, a récemment multiplié les opérations. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 11 mai 2022

Shireen Abu Akleh, reporter d'al-Jazeera et icône du journalisme palestinien

Shireen Abu Akleh, qui portait un casque et un gilet pare-balles flanqué du mot « Presse », a été tuée mercredi à Jénine, ville palestinienne où l'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, a récemment multiplié les opérations. (Photo, AFP)
  • Née en 1971 dans une famille chrétienne de Jérusalem-Est occupé, cette Palestinienne, qui détenait également la citoyenneté américaine, avait étudié le journalisme à l'université Yarmouk en Jordanie
  • Plus tôt cette année, la journaliste avait écrit dans la revue «Cette semaine en Palestine» que Jénine ne représentait pas «une histoire éphémère dans (sa) carrière ni même dans (sa) vie personnelle»

JÉRUSALEM: Journaliste pour la chaîne de télévision panarabe al-Jazeera, Shireen Abu Akleh, tuée mercredi matin par balle alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée, était une reporter palestinienne de renom, saluée pour son courage et son professionalisme. 

Née en 1971 dans une famille chrétienne de Jérusalem-Est occupé, cette Palestinienne, qui détenait également la citoyenneté américaine, avait étudié le journalisme à l'université Yarmouk en Jordanie avant de cofonder la radio « Voix de Palestine » basée à Ramallah. 

Elle avait rejoint en 1997 al-Jazeera, un an après le lancement de la chaîne dont elle est devenue une des reporters stars. 

Pour Hoda Abdel-Hamid, une de ses collègues jointe par téléphone par l'AFP depuis l'Ukraine, « elle était assurément une journaliste très courageuse ». 

« Je lui demandais, 'tu ne te fatigues donc jamais?' Elle était toujours là, dès qu'il se passait quelque chose. Elle osait beaucoup plus que moi. (...) Mais c'était aussi une journaliste très expérimentée, pas du genre à prendre des risques stupides juste histoire d'en prendre. » 

Dans une interview récente avec une agence de presse locale, Shireen Abu Akleh ne cachait pas avoir fréquemment peur lorsqu'elle était sur le terrain. « Je cherche un endroit sûr où me tenir et cherche une façon de protéger mon équipe avant de me préoccuper des images », confiait cette journaliste, qui n'avait pas d'enfant. 

« Poursuivre ses combats et ses rêves »  

Shireen Abu Akleh, qui portait un casque et un gilet pare-balles flanqué du mot « Presse », a été tuée mercredi à Jénine, ville palestinienne où l'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, a récemment multiplié les opérations.  

C'est de cette ville du nord de la Cisjordanie et du camp de réfugiés palestiniens adjacent que sont originaires plusieurs assaillants d'attaques anti-israéliennes meurtrières menées ces dernières semaines, sur fond d'accès de violences. 

Plus tôt cette année, la journaliste avait écrit dans la revue « Cette semaine en Palestine » que Jénine ne représentait pas « une histoire éphémère dans (sa) carrière ni même dans (sa) vie personnelle ». 

« C'est la ville qui peut élever ma morale », affirmait-elle, car Jénine « incarne l'esprit palestinien qui parfois tremble et tombe mais, au-delà de toute attente, s'élève pour poursuivre ses combats et ses rêves ». 

Ayant couvert le conflit israélo-palestinien pendant deux décennies, elle était une icône pour nombre de Palestiniens. 

Aux yeux de son confrère Mohammad Daraghmeh, également un de ses amis proches, elle était « l'une des journalistes les plus fortes du monde arabe ». 

Elle « était l'une des premières femmes arabes à être correspondante de guerre à la fin des années 1990, lorsque le rôle traditionnel des femmes à la télévision était de présenter (les informations) dans un studio », a souligné sur Twitter Dima Khatib, une autre journaliste d'al-Jazeera, qualifiant sa collègue de « pionnière ». 

« Shireen était une journaliste courageuse, gentille, dotée d'une grande intégrité, et avec laquelle des millions de Palestiniens et moi avons grandi en la regardant », a salué Fadi Quran, l'un des directeurs d'Avaaz, une ONG basée aux Etats-Unis. 


Uber nomme un nouveau directeur général régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique

Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne. (Photo fournie)
Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne. (Photo fournie)
Short Url
  • Basé à Dubaï, M. Hiemstra sera chargé de diriger la prochaine phase de croissance de la société de covoiturage Uber dans la région, qui couvre 15 pays
  • Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne

RIYAD: Uber a nommé Frans Hiemstra comme nouveau directeur général régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique.

Basé à Dubaï, M. Hiemstra sera chargé de diriger la prochaine phase de croissance de la société de covoiturage Uber dans la région, qui couvre 15 pays, selon un communiqué. Il contribuera à identifier les domaines de croissance, à définir les priorités régionales et à favoriser l’excellence opérationnelle pour stimuler l’activité d’Uber, ajoute-t-il.

Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne.

«C’est un honneur pour moi d’être le directeur général pour la région Moyen-Orient et Afrique au moment où nous nous efforçons de développer notre activité de mobilité partagée, de nous engager à atteindre nos objectifs de développement durable et de créer davantage de perspectives de rendement pour les chauffeurs et les coursiers qui utilisent l’application Uber», a déclaré M. Hiemstra.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Koweït nomme Nasser al-Hain comme son représentant à l'ONU

Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Short Url
  • La directrice générale du bureau des Nations unies loue les efforts humanitaires du Koweït
  • Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux

GENÈVE: Le Koweït a nommé Nasser al-Hain comme son représentant permanent aux Nations unies.

L'ambassadeur a présenté lundi ses lettres de créance à la directrice du bureau des Nations unies à Genève, Tatiana Valovaya, a rapporté Kuwait News Agency.    

Al-Hain a salué les contributions majeures de l'ONU dans divers domaines, et en particulier ses efforts humanitaires.

Valovaya a loué les efforts humanitaires du Koweït et a souligné les liens étroits de ce pays avec l'ONU et d'autres organisations internationales.

Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un incendie se déclare dans une église de Minya quelques jours après l'incendie d'une église au Caire

 Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Short Url
  • Une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas eu besoin d'être hospitalisée
  • Abdel Ghaffar a affirmé que les ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre

LE CAIRE: Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans une église du gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé.

L'incendie de l'église Anba Bishoy survient deux jours après qu'un incendie a ravagé dimanche l'église copte Abou Sefein, dans le quartier d'Imbabah au Caire, tuant 41 personnes.

Le porte-parole du ministère de la Santé et de la Population, Hossam Abdel Ghaffar, a déclaré que bien que l'incendie n'ait fait aucun mort, une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas nécessité d'hospitalisation.

Abdel Ghaffar a précisé que des ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre, en cas de développements ultérieurs. Il a ajouté que les ambulances étaient arrivées sur les lieux de l'incendie à 14h30, soit six minutes après que l’alerte a été donnée.

Le porte-parole a déclaré que le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel Ghaffar, suivait l'incident de près, et avait demandé aux hôpitaux de la région d'augmenter leur niveau de préparation.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com