Elections au Liban: quel impact sur l'économie en crise?

La monnaie locale a perdu près de 90% de sa valeur et le salaire minimum mensuel, de 675.000 livres libanaises, ne vaut guère plus de 25 dollars (environ 24 euros) sur le marché noir. (AFP).
La monnaie locale a perdu près de 90% de sa valeur et le salaire minimum mensuel, de 675.000 livres libanaises, ne vaut guère plus de 25 dollars (environ 24 euros) sur le marché noir. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 12 mai 2022

Elections au Liban: quel impact sur l'économie en crise?

  • Après la signature d'un accord de principe début avril avec le Fonds monétaire international (FMI), un engagement fort a été requis de Beyrouth pour mettre en œuvre des réformes ambitieuses nécessaires
  • Cependant, aucune mesure concrète n'a été prise par le Parlement sortant pour pallier la crise

BEYROUTH: Dès le lendemain des élections législatives prévues le 15 mai au Liban, le nouveau Parlement devra s'atteler à plusieurs dossiers urgents, dont celui des réformes qui permettraient de débloquer une aide financière internationale et sortir le pays d'une profonde crise économique inédite.


Après la signature d'un accord de principe début avril avec le Fonds monétaire international (FMI), un engagement fort a été requis de Beyrouth pour mettre en œuvre des réformes ambitieuses nécessaires afin d'obtenir un plan d'aide de trois milliards de dollars.


Cependant, aucune mesure concrète n'a été prise par le Parlement sortant pour pallier la crise et il reviendra au nouveau de les mettre en place. 

Quelle est la situation après deux ans de crise?

Causée par des décennies de mauvaise gestion et de corruption d'une classe dirigeante quasi inchangée depuis des dizaines d'années, la crise économique a été exacerbée par la pandémie, l'explosion meurtrière au port de Beyrouth et désormais par la guerre en Ukraine.


Qualifiée par la Banque mondiale (BM) comme l'une des pires de l'Histoire moderne, cette crise a décimé les institutions de l'Etat qui est incapable de fournir les services de base tels que l'électricité, les médicaments et le carburant.


Les coupures d'électricité ont fortement augmenté paralysant la vie de la population, alors que les générateurs privés -- auxquels la majorité des citoyens ont recours -- sont contraints de rationner leur production à mesure que le prix du carburant augmente.


La monnaie locale a perdu près de 90% de sa valeur et le salaire minimum mensuel, de 675.000 livres libanaises, ne vaut guère plus de 25 dollars (environ 24 euros) sur le marché noir. Près de 80% de la population vit désormais en dessous du seuil de pauvreté de l'ONU et les épargnants subissent des restrictions bancaires étouffantes.

Quels sont les dossiers urgents?

Le Parlement sortant était censé adopter la loi de contrôle des capitaux, destinée à encadrer le retrait et le transfert de devises, et le budget de l'Etat, mais les députés n'ont cessé de tergiverser à l'approche des élections. 


Selon le vice-Premier ministre Saadé Chami, le nouveau Parlement devra adopter ces deux lois, ainsi qu'une législation destinée à restructurer le secteur bancaire et amender la loi sur le secret bancaire. 


"Nous espérons que le nouveau Parlement adoptera rapidement ces quatre projets de loi, qui sont des actions préalables, pour un accord final avec le FMI", a déclaré à l'AFP M. Chami, qui dirige la délégation libanaise chargée de négocier avec le FMI.


Le Liban avait évalué en début d'année les pertes du secteur financier à 69 milliards de dollars (60 milliards d'euros). C'est ce montant qui avait été retenu comme base de négociation avec le FMI.


Accordé pour une durée de quatre ans au titre du mécanisme élargi de crédit, le plan d'aide doit au préalable recevoir l'aval de la direction du FMI et de son conseil d'administration, a précisé en avril le Fonds dans un communiqué.

Quels défis pour le nouveau Parlement?

Selon les experts, les législatives ne devraient pas apporter de changement important à un paysage politique dominé par les partis traditionnels, même si des candidats anti-système pourraient réaliser des percées.


"Je m'attends à un parlement plus fragmenté où l'opposition pourra se ressaisir et être un moteur de changement et de réforme", estime Sami Nader, directeur de l'Institut du Levant pour les affaires stratégiques.


Pour le Premier ministre Najib Mikati, le Liban "n'a d'autre choix" que le FMI. "Réaliser les actions requises accélèrera la solution" pour le Liban, a-t-il insisté, citant des responsables au sein de l'institution. 


Le défi principal concerne notamment la loi sur la restructuration du secteur bancaire, mesure fondamentale pour soutenir la croissance selon le FMI.


Mais elle sera difficile à mettre en place car elle vise les intérêts communs des banques et de la classe politique. 


Notre pays doit "avant tout, faire preuve d'engagement et de crédibilité en ce qui concerne les réformes, avant que la communauté internationale ne s'engage à tout soutien financier", reprend M. Chami. 


"La balle est dans notre camp".  

 


Les forces saoudiennes et les Marines américains débutent un exercice d'entraînement conjoint à Yanbu

L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
Short Url
  • Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes
  • L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles

RIYAD: Les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains ont lancé samedi un exercice d'entraînement conjoint le long de la côte de la mer Rouge dans la ville occidentale de Yanbu, a déclaré le ministère de la Défense du Royaume.

L’exercice baptisé «Outrageous Anger 22» (Colère 22) a été inauguré en présence du commandant du secteur occidental, le général de division Ahmed al-Dibais, du commandant de la marine américaine, le général de division Paul Rock, et des officiers supérieurs des deux parties.

Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes.

Le colonel Saoud al-Aqili a indiqué que le but de l'exercice qu'il commande lui-même était de s'entraîner à la mise en œuvre des plans opérationnels et logistiques bilatéraux, de faire un échange d'expertise entre les deux parties et de développer un travail complémentaire avec les autorités civiles.

Par ailleurs, le colonel Matthew Hakula, commandant des forces américaines, a précisé que les manœuvres conjointes permettraient d'améliorer la préparation au combat et de renforcer la compatibilité entre les troupes saoudiennes et américaines.

L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incendie dans une église au Caire, le bilan monte à 41 morts selon l'Église copte égyptienne

Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Short Url
  • Cet incendie, dont l'origine n'a jusqu'ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba
  • Le président Sissi présente ses condoléances «aux familles des victimes innocentes»

LE CAIRE : Un incendie qui s'est déclenché dimanche au beau milieu d'une messe dans une église d'un quartier populaire du Caire a fait 41 morts, endeuillant la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient avec 10 à 15 des 103 millions d'Egyptiens.

L'Eglise copte égyptienne a fait état de "41 morts et 14 blessés" en citant "des sources au sein du ministère de la Santé", dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

L'Église copte a cité des responsables de la santé pour faire état du nombre de victimes. Elle a déclaré que le feu s'est déclaré alors qu'un service était en cours. Le porte-parole de l'Église copte a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabiya que le prêtre de l'église était décédé dans l'accident.


L'incident a incité le président Abdel Fattah el-Sisi à demander aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires. M. Sisi s'est également entretenu par téléphone avec le pape chrétien copte Tawadros II pour lui présenter ses condoléances.

Cet incendie, attribué à un court-circuit dans le système de climatisation,  faisait encore rage en début d'après-midi, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba

Le président Abdel Fattah el-Sisi a demandé aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires.

Au moins 30 ambulances ont transféré les blessés vers les hôpitaux locaux, a déclaré le porte-parole du ministère de la santé, Hossam Abdel Ghaffar, cité dans un rapport du site d'information public Ahram.

Les blessés, selon le rapport, ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Sisi a déclaré sur un post facebook qu'il suivait de près les développements de cet "accident tragique" et a ordonné à toutes les agences et institutions étatiques concernées de prendre les mesures nécessaires.

"Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes innocentes", a déclaré le président égyptien. (Avec agences)


Irak: sommée par Sadr, la justice se dit incompétente pour dissoudre le Parlement

Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Short Url
  • L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination
  • Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse

BAGDAD : La justice irakienne a assuré dimanche dans un communiqué ne pas avoir le droit de dissoudre le Parlement, comme le réclame l'influent leader chiite Moqtada Sadr, qui lui avait fixé un délai d'une semaine et poursuit son bras de fer politique avec ses adversaires.

M. Sadr a sommé la justice de dissoudre le Parlement d'ici la fin de la semaine pour ouvrir la voie à des législatives anticipées, alors que ses partisans campent depuis fin juillet aux abords du Parlement pour faire pression sur ses rivaux, les influentes factions chiites pro-Iran du Cadre de coordination.

M. Sadr avait justifié cet appel à la justice en rappelant que tous les délais impartis par la Constitution pour nommer un nouveau président et un nouveau chef du gouvernement n'avaient pas été respectés après les dernières législatives d'octobre 2021.

«Le Conseil suprême de la magistrature n'est pas compétent pour dissoudre le Parlement», a annoncé l'institution judiciaire dans un communiqué, précisant que ses prérogatives «ne l'autorisent pas à s'ingérer dans les affaires des deux pouvoirs législatif et exécutif, en application du principe de séparation des pouvoirs».

Selon la Constitution, une dissolution du Parlement doit être actée par un vote à la majorité absolue. Elle peut être demandée par un tiers des députés, ou par le Premier ministre avec accord du président de la République.

Le Conseil suprême de la magistrature est d'accord avec les critiques de M. Sadr, concernant «les violations constitutionnelles» que représentent «la non-élection d'un président de la république, d'un Premier ministre et l'absence de gouvernement formé dans les délais constitutionnels impartis».

«C'est une situation inacceptable à laquelle il faut remédier et qui ne doit pas être répétée», ajoute le communiqué.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse, sans toutefois jamais laisser la situation basculer dans la violence.

Evoquant sur Twitter ces deux sit-in, un proche de M. Sadr, Saleh Mohamed al-Iraqi, a estimé qu'il était temps de montrer «lequel des deux camps a le plus grand nombre» de soutiens parmi le peuple.

Il a appelé tous les partisans de M. Sadr à travers le pays à rallier Bagdad pour une «manifestation d'un million d'hommes» dont la date n'a pas encore été dévoilée.