A la frontière russe de la Finlande, l'Otan accueillie avec soulagement

Une plaque de rue annonce le passage de la frontière finno-russe d'Imatra, à Imatra, dans le sud-est de la Finlande, le 13 mai 2022. Pour de nombreux Finlandais vivant à la frontière avec leur voisin oriental, les signes indiquant que la Finlande est candidate à l'adhésion à l'OTAN ont été accueillis avec soulagement. (AFP).
Une plaque de rue annonce le passage de la frontière finno-russe d'Imatra, à Imatra, dans le sud-est de la Finlande, le 13 mai 2022. Pour de nombreux Finlandais vivant à la frontière avec leur voisin oriental, les signes indiquant que la Finlande est candidate à l'adhésion à l'OTAN ont été accueillis avec soulagement. (AFP).
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

A la frontière russe de la Finlande, l'Otan accueillie avec soulagement

  • La Finlande, qui partage une frontière de 1 300 kilomètres avec la Russie, est par le passé restée en dehors des alliances militaires depuis son indépendance en 1917
  • Pour beaucoup de Finlandais vivant près de la frontière avec le puissant voisin russe, l'imminence d'une candidature de la Finlande à l'Otan, qui doit être officialisée ce dimanche, est accueillie avec soulagement

HIIVANIEMI, Finlande : Perturbé depuis le début de la guerre en Ukraine, Martti Kailio, 73 ans, garde son fusil à portée de main dans sa maison d'Hiivaniemi dans l'est de la Finlande, avec vue sur la Russie de l'autre côté du lac.

"Cela me met tellement en colère que je serais parmi les premiers volontaires pour y aller avec mon arme chargée, même si je ne suis plus assez jeune pour être soldat", explique le retraité.

Pour beaucoup de Finlandais vivant près de la frontière avec le puissant voisin russe, l'imminence d'une candidature de la Finlande à l'Otan, qui doit être officialisée ce dimanche, est accueillie avec soulagement.

"On aurait dû adhérer plus tôt. Ca n'a pas de sens d'attendre plus longtemps", lâche M. Kailio.

La Finlande, qui partage une frontière de 1 300 kilomètres avec la Russie, est par le passé restée en dehors des alliances militaires depuis son indépendance en 1917.

Mais après l'invasion de l'Ukraine par Moscou fin février, l'opinion publique et les responsables politiques ont basculé de façon spectaculaire en faveur du parapluie otanien, avec le président et la Première ministre appelant jeudi à la rejoindre "sans délai".

Chez certains en Finlande, la guerre en Ukraine a réveillé les souvenirs douloureux de la Guerre d'Hiver, lorsque l'Armée rouge a envahi le pays nordique en 1939, 22 ans après son indépendance de la Russie.

Comme l'Ukraine aujourd'hui, la petite armée finlandaise opposa une résistance féroce, causant de lourdes pertes aux Soviétiques, même si le pays dû céder une vaste portion de son territoire au terme du conflit.

«Une nécessité»

Veli-Matti Rantala, un ancien pilote maritime de 72 ans, dont la ferme est à quelques pas de la frontière russe à Suokumaa, tient un vieux casque rouillé dans ses mains, en racontant les batailles qui ont eu lieu dans les forêts alentours.

"Je ne suis plus trop inquiet de la sitation, maintenant que nous rejoignons la communauté occidentale, l'aide viendra", dit-il. Pour lui, rejoindre l'alliance est une "nécessité".

Vivant à quelques centaines de mètres de la frontière russe, à Vainikkala, Jaana Rikkinen a grandi en entendant des gardes frontières soviétiques puis russes de l'autre côté de lac où se trouve son sauna.

Cette enseignante de 59 ans, dont les oncles sont morts durant la guerre avec les Soviétiques, se sent aussi "soulagée" de pouvoir sans doute bientôt entrer dans l'Otan, même si par le passé elle avait des doutes sur le bloc mené par les Américains.

Même après la Seconde guerre mondiale, la vie près de la frontière soviétique était parfois angoissante, raconte-t-elle, avec des violations illégales de la frontière ayant régulièrement lieu près de sa maison.

"Ca arrivait toujours de nuit. D'abord, on entendait les chiens, puis les coups de feu", se souvient Mme Rikkinen. 

En 2001, un déserteur de l'armée russe a franchi la frontière et s'est introduit dans une maison voisine, avant de se suicider un peu plus tard après un échange de tirs avec la police locale. 

Malgré l'histoire douloureuse de la région, les frontaliers de Finlande ont toujours vécu en proche interaction avec les Russes de l'autre côté.

Une confiance partie

"Même si la Russie a toujours été crainte à travers les âges, dans ces coins il y avait aussi des échanges quotidiens avec des Russes", raconte Veli-Matti Rantala.

Beaucoup ainsi ont des amis de l'autre côté de la frontière, dit-il.

Avant la guerre en Ukraine, Jaana Rikkinen aussi avait l'habitude de faire des virées shopping ou de passer des week-ends à Saint-Pétersbourg, sans avoir "rien de négatif à dire" sur les Russes.

Mais cette "confiance dans le voisin est maintenant partie", explique la quinquagénaire.

"La frontière est fermée, et si on la traversait, on ne sait pas ce qui pourrait se passer", pense-t-elle.

Comme beaucoup de la vie à Vainikkala est liée la Russie, avec la gare et la garde-frontière employant la plupart des habitants du village, la Finlandaise s'inquiète de voir sa communauté souffrir des liens coupés avec la Russie.

"J'espère juste que la guerre va se terminer", lâche-t-elle.


Les procureurs américains s'opposent à la publication des raisons de la perquisition chez Trump

Le sceau du FBI, devant le siège de l'organisation à Washington, le 15 août 2022 (Photo, AFP).
Le sceau du FBI, devant le siège de l'organisation à Washington, le 15 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Á la demande des procureurs cette fois-ci, un juge avait rendu publics le mandat autorisant la perquisition
  • «Trump s'est dit victime d'une attaque contre un opposant politique comme on n'en a jamais vu dans notre pays»

WASHINGTON: Le ministère américain de la Justice s'est opposé lundi à la publication d'un document judiciaire censé donner les raisons qui ont poussé les enquêteurs fédéraux à mener une perquisition inédite chez l'ancien président Donald Trump la semaine dernière.

L'opération de la police fédérale dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride - une première pour un ex-président - a provoqué une tempête politique, M. Trump et ses partisans dénonçant une "chasse aux sorcières".

Plusieurs organisations, dont des médias, avaient demandé à un juge de publier un document judiciaire dans lequel les enquêteurs expliquent habituellement pourquoi la perquisition était nécessaire.

Le ministère de la Justice a assuré lundi qu'une telle publication "nuirait de manière irréparable à l'enquête pénale en cours", selon un document judiciaire.

Vendredi, à la demande des procureurs cette fois-ci, un juge avait rendu publics le mandat autorisant la perquisition et une liste des documents saisis.

Mais, à l'inverse des premiers, le document dont la publication était cette fois demandée contient "des informations très sensibles sur des témoins", des techniques utilisées par la police et des faits "extrêmement importants sur l'enquête", a estimé le ministère.

Sa publication pourrait révéler la stratégie des enquêteurs et "compromettre (la réussite) de prochaines étapes de l'investigation", a-t-il ajouté.

Selon les documents révélés vendredi, la justice soupçonne le républicain d'avoir violé une loi américaine sur l'espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentiels. La liste des objets saisis mentionne de nombreux documents classés "top secret".

Donald Trump, pressenti pour se relancer dans la course à la Maison Blanche pour 2024, a assuré que ces documents avaient été déclassifiés.

Lundi, en indiquant avoir vu ses passeports saisis lors de la perquisition, le républicain s'est dit victime d'une "attaque contre un opposant politique comme on n'en a jamais vu dans notre pays".


Ukraine: Une «catastrophe» à Zaporojjia menacerait l'Europe entière, avertit Zelensky

Des militaires ukrainiens dans la région de Donetsk (Photo, AFP).
Des militaires ukrainiens dans la région de Donetsk (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis fin juillet, plusieurs frappes, dont les deux parties s'accusent mutuellement, ont visé le site
  • La centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, avait été prise début mars par les troupes russes

KIEV: Une "catastrophe" à la centrale nucléaire de Zaporojjia, sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine, menacerait l'Europe toute entière, a averti lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"A l'abri de la station, les occupants bombardent les villes et communautés des environs", a accusé M. Zelensky dans son adresse de lundi soir.

"Tout incident radioactif à la centrale nucléaire de Zaporojjia peut porter un coup aux pays de l'Union européenne, à la Turquie, à la Géorgie, et à des pays de régions plus éloignées. Tout dépend de la direction et de la force du vent", a poursuivi le président ukrainien.

"Si les actions de la Russie conduisent à une catastrophe, les conséquences pourraient frapper ceux qui restent silencieux pour l'instant", a-t-il averti.


Cameroun: Un militaire et un policier tués par des séparatistes anglophones

Le conflit avait éclaté en octobre 2016 (Photo, AFP).
Le conflit avait éclaté en octobre 2016 (Photo, AFP).
Short Url
  • Une partie de la population anglophone s'estime ostracisée par les francophones
  • Le conflit a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016 et forcé plus d'un million de personnes à se déplacer

YAOUNDÉ, Cameroun: Trois personnes, dont un militaire et un policier, ont été tuées dimanche par des rebelles dans l'ouest du Cameroun, tout près d'une région où une guerre meurtrière oppose des groupes armés séparatistes anglophones aux forces de l'ordre, a indiqué lundi à l'AFP le gouverneur de la région.

Un groupe de rebelles a attaqué, dimanche matin, un avant-poste de l'armée à Kengwo, un village situé dans la région de l'Ouest et limitrophe de celle du Nord-Ouest, peuplée principalement par la minorité anglophone d'un pays majoritairement francophone, a expliqué Augustine Awa Fonka, gouverneur de la région de l'Ouest.

"Il y a eu trois morts. Un policier, un militaire et un conducteur de moto. Les assaillants ont emporté des armes. A ma connaissance, il n'y a pas eu de victime de leur côté", a précisé M. Fonka.

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont le théâtre depuis cinq ans d'un conflit meurtrier entre des groupes armés réclamant l'indépendance d'un État qu'ils appellent l'"Ambazonie" et des forces de sécurités massivement déployées par le pouvoir du président Paul Biya, 89 ans, qui dirige le Cameroun d'une main de fer depuis près de 40 ans.

Une partie de la population anglophone s'estime ostracisée par les francophones. Le conflit a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016 et forcé plus d'un million de personnes à se déplacer, selon le centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

Les rebelles - comme les militaires et les policiers - sont régulièrement accusés par les ONG internationales et l'ONU de commettre exactions et crimes contre les civils.

En juin, cinq militaires avaient été tués par des rebelles anglophones dans l'attaque d'un poste de gendarmerie à Njitapon, dans l'ouest du pays.

Le conflit anglophone avait éclaté en octobre 2016 après des manifestations pacifiques d'une partie de la minorité anglophone, qui s'estimait marginalisée et réclamaient plus d'autonomie ou l'indépendance, et violemment réprimées par les forces de l’ordre.