L’Union européenne et les pays du CCG renforcent leur partenariat

«Dans une époque d'insécurité et de défis importants pour l'ordre international fondé sur des règles, aggravés par la guerre de la Russie contre l'Ukraine, l'Union européenne et les pays du Golfe ont tout à gagner d'un partenariat plus fort et plus stratégique s'étendant sur un certain nombre de domaines clés » a déclaré Josep Borrell. (Photo d'illustration, AFP)
«Dans une époque d'insécurité et de défis importants pour l'ordre international fondé sur des règles, aggravés par la guerre de la Russie contre l'Ukraine, l'Union européenne et les pays du Golfe ont tout à gagner d'un partenariat plus fort et plus stratégique s'étendant sur un certain nombre de domaines clés » a déclaré Josep Borrell. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 18 mai 2022

L’Union européenne et les pays du CCG renforcent leur partenariat

  • Une déclaration conjointe de l’UE souligne l’importance d’un «partenariat stratégique avec le Golfe» pour élargir et approfondir la coopération avec le CCG
  • Le document de 18 pages indique notamment l’importance d’une coordination en matière d'énergie, de transition verte, de changement climatique, de commerce et de diversification économique

CASABLANCA: Mercredi, la Commission européenne a adopté une déclaration conjointe sur un «partenariat stratégique avec le Golfe» afin d'élargir et d'approfondir la coopération de l'Union européenne (UE) avec le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et ses pays membres. 

La déclaration aborde une série de sujets politiques clés, et présente des propositions concrètes pour une coopération renforcée entre l'UE et le CCG en matière d'énergie, de transition verte et de changement climatique, de commerce et de diversification économique, de stabilité régionale et de sécurité mondiale. Elle évoque aussi une collaboration sur les défis humanitaires et de développement, ainsi que les rapprochements entre les citoyens. 

Le Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (Pesc), Josep Borrell, s’est exprimé dans ce sens: «Dans une époque d'insécurité et de défis importants pour l'ordre international fondé sur des règles, aggravés par la guerre de la Russie contre l'Ukraine, l'Union européenne et les pays du Golfe ont tout à gagner d'un partenariat plus fort et plus stratégique s'étendant sur un certain nombre de domaines clés. Nous devons travailler plus étroitement ensemble sur la stabilité dans le Golfe et au Moyen-Orient, sur les menaces à la sécurité mondiale, la sécurité énergétique, le changement climatique et la transition verte, la numérisation, le commerce et les investissements. Nous devons également renforcer les contacts entre les étudiants, les chercheurs, les entreprises et les citoyens.»

En outre, le document de 18 pages consulté par Arab News en français indique que les situations de conflit prolongé nécessitent un engagement plus stratégique et renforcé pour répondre aux besoins humanitaires et de développement sans précédent dans le Moyen-Orient élargi et la Corne de l'Afrique. 

Dans un autre registre, la déclaration conjointe reconnaît que les pays du Golfe sont d'importants donateurs d'aide financière bilatérale et peuvent jouer un rôle important dans la promotion du respect du droit international humanitaire et des principes humanitaires.

Enfin, le document souligne qu’afin de renforcer les contacts interpersonnels plus étroits, la mobilité des jeunes et des étudiants, la coopération interculturelle et l'enseignement supérieur, la réalisation de voyages sans visa pour les pays du Golfe est un intérêt et un objectif partagés pour l'UE et les pays du CCG.
 


Un député appelle le Royaume-Uni à proscrire les gardes iraniens pour mettre fin aux «activités malveillantes»

Le bureau britannique du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a tenu une conférence de presse à la Chambre des communes de Londres le 2 février 2023 (AN Photo)
Le bureau britannique du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a tenu une conférence de presse à la Chambre des communes de Londres le 2 février 2023 (AN Photo)
Short Url
  • Bob Blackman a appelé à imposer des sanctions plus sévères pour «mettre ce régime à genoux» parce qu’il ne répond pas aux négociations
  • Le Conseil national de la Résistance iranienne a appelé à la fermeture du Centre islamique d’Angleterre alors qu’il diffuse la propagande du régime à travers le Royaume-Uni

LONDRES : L’Iran représente un « danger clair et présent » et des mesures immédiates doivent être prises afin de proscrire les Gardiens de la Révolution iraniens (CGRI) en tant qu’organisation terroriste au Royaume-Uni, selon un parlementaire.

«Plus nous retardons, plus nous leur donnons la possibilité d’étendre leurs opérations, et donc de mener d’autres activités malveillantes» a déclaré Bob Blackman, député de Harrow East, à Arab News. «Nous avons vu des preuves de certaines organisations au Royaume-Uni qui opèrent sous contrôle direct du CGRI.

Il a déclaré qu’il s’agissait « d’une menace sérieuse pour la sécurité de notre pays. Il est donc essentiel que nous agissions ».

Blackman a déclaré que le gouvernement britannique avait déjà interdit le Hezbollah au Liban et le Hamas dans la bande de Gaza, les qualifiant d’organisations terroristes « financées et soutenues par le CGRI ». Les choses que ce dernier a faites et continue de faire sont énumérées et sont suffisantes pour qu’il soit proscrit.

Les États-Unis l’ont fait, d’autres pays européens y travaillent et «nous devons encourager nos alliés à travailler conjointement avec nous afin que le régime ne puisse opérer nulle part ailleurs dans le monde…il s’agit du défi principal» a-t-il ajouté.

Bien qu’il ait reçu le soutien de tous les partis, que ce soit pour des raisons nationales ou de sécurité,  le Royaume-Uni n’a toujours pas réussi à les interdire et «la seule raison pour laquelle le gouvernement hésite à ce sujet est que cela mettra fin aux négociations. Dans ce cas, moi, ça ne me dérange pas, je trouve cela très bien» a déclaré Blackman.

Les emplacements des sites de missiles du régime iranien à travers le pays (Photo fournie/CNRI)
Les emplacements des sites de missiles du régime iranien à travers le pays (Photo fournie/CNRI)

Cela fait depuis septembre que les pourparlers pour relancer un accord nucléaire de 2015 avec l’Iran – abandonné par le président de l’époque, Donald Trump, en 2018 – sont dans l’impasse.

« Il n’y a pas de négociations en cours parce qu’évidemment, les activités du CGRI ainsi que celles du régime en Iran répriment leur peuple avec une position dans laquelle des millions ont été arrêtés, des centaines tués, et beaucoup risquent d’être exécutés pour le simple crime d’avoir protesté contre le régime. Nous n’avons pas le temps de négocier sur cette base» a-t-il déclaré.

Selon Blackman, les négociations sont une erreur à la base car il y a des preuves que l’Iran a violé ses obligations en vertu du traité actuel, et les pourparlers ne peuvent pas avoir lieu dans de telles circonstances.

Les emplacements des sites de missiles du régime iranien à travers le pays (Photo fournie/CNRI)
Les emplacements des sites de missiles du régime iranien à travers le pays (Photo fournie/CNRI)

« Nous devons absolument les empêcher d’acquérir une arme nucléaire. À tout prix. Nous ne pouvons pas les amener à un point où ils possèdent une arme nucléaire et peuvent donc menacer la région d’une potentielle guerre nucléaire. Ce serait tout simplement un désastre complet pour toute la région et peut-être au-delà ».

Il a appelé à imposer des sanctions plus fortes contre les individus afin de « mettre ce régime à genoux » parce qu’il ne répond pas aux négociations.

Blackman a déclaré que la justification du gouvernement britannique devait également être qu’il y avait des bi-nationaux ainsi que des citoyens britanniques en Iran. Il les a exhortés à partir, étant donné qu’ils pourraient être capturés et utilisés comme otages – chose qui s’est déjà produite.

« Nous assistons à toutes sortes d’activités malveillantes ; des ingérences dans les élections   d’autres pays, des complots terroristes qui ont été déjoués, non seulement au Moyen-Orient, mais aussi en Europe et au Royaume-Uni, ainsi que des cyberattaques en cours, visant la Chambres des communes et les chambres du Parlement en général. Ceci, dans le seul but de perturber nos données et de causer des dommages dans l’ensemble ».

« Cela démontre qu’il ne faut pas faire confiance à ces personnes et qu’elles doivent être proscrites » a-t-il déclaré.

Blackman s’exprimait jeudi dans le cadre d’une conférence de presse organisée par le bureau britannique du Conseil national de la résistance iranienne afin de révéler de nouvelles informations sur les activités terroristes du CGRI et la nécessité de les bannir. Il a annoncé qu’ils avaient mené de nombreuses négociations avec le ministère britannique des Affaires étrangères et qu’ils parleraient désormais avec le ministère de l’Intérieur, censé prendre la décision.

Hossein Abedini, directeur adjoint du bureau de représentation du CNRI au Royaume-Uni a déclaré qu’ils étaient en contact avec de nombreux députés de différents partis et qu’il existe un comité britannique puissant, très actif dans différents débats. Ce comité soutient la liberté iranienne au parlement.

Il a d’ailleurs évoqué devant les journalistes la manière dont le CGRI représentait une armée de terreur et d’oppression qui réprimait le peuple iranien, sa formation et ses bases militaires ainsi que ses principales garnisons à travers le pays et dans la capitale, Téhéran.

Abedini a partagé un document classifié en farsi obtenu par le CNRI du procès-verbal d’une réunion à la Direction internationale du bureau du guide suprême iranien Ali Khamenei le 31 mai 2022, à laquelle ont participé des représentants de 8 organisations terroristes et extrémistes du régime.

Parmi les procès-verbaux, un représentant de la Force Al-Qods – l’une des 5 branches du CGRI – a déclaré avoir amené une délégation militaire de 55 membres du Venezuela en Iran en 2022. « Ceci montre l’ampleur de l’intervention du CGRI dans un pays d’Amérique latine » a déclaré une explication en anglais du document fourni par la CNRI.

Abedini a appelé à la fermeture du centre islamique d’Angleterre basé à Londres, qui est sous la supervision du bureau de la Direction internationale de Khamenei et dirigé par le mollah Seyed Hashem Mousavi parce qu’il avait des agents dans tout le Royaume-Uni qui diffusaient la propagande du régime.

Seyed Hashem Mousavi nommé à la tête du Centre islamique d’Angleterre à Londres par le directeur international du bureau de Khamenei, Mohsen Qomi (Photo fournie/CNRI)
Seyed Hashem Mousavi nommé à la tête du Centre islamique d’Angleterre à Londres par le directeur international du bureau de Khamenei, Mohsen Qomi (Photo fournie/CNRI)

Abedini a déclaré que la décision du Royaume-Uni pour bannir le CGRI pourrait être affectée par la récente exécution d’Alireza Akbari, un ressortissant irano-britannique, ancien vice-ministre iranien de la Défense.

« Cela montre clairement que le régime panique et qu’il se trouve dans une situation très critique. Je pense que cela va certainement s’intensifier. Or, il s’agit en fin de compte d’une décision politique. Nous y parviendrons si les députés continuent à faire pression » a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com  

 


Pour un accès aux soins à tous les Marocains

Les membres des deux chambres du Parlement marocain participent à une session conjointe dans la capitale Rabat, le 23 janvier 2023. (Photo de l'AFP)
Les membres des deux chambres du Parlement marocain participent à une session conjointe dans la capitale Rabat, le 23 janvier 2023. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • «Le gouvernement est parvenu, au cours de la première année de son mandat, à réaliser un bilan très positif dans la mise en œuvre du chantier de la couverture médicale et sociale»
  • À partir de 2025, le gouvernement s’attaquera à l’élargissement de l’assiette des adhérents aux différents régimes de retraite, en plus de la généralisation de l’indemnité pour perte d’emploi

CASABLANCA: L'avancement du projet sociétal visant à généraliser la protection sociale des Marocains se déroule selon le calendrier prévu. Ce chantier d’envergure a été initié par le roi Mohammed VI, en avril 2021, et il vise une amélioration des conditions de vie de la population marocaine et la préservation de sa dignité.

Ainsi, un an après son investiture, le gouvernement mené par Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants (RNI), peut se targuer de mener à bien ce grand chantier de règne qui nécessitera pas moins de 50 milliards de dirhams (1 dirham marocain = 0,091 euro) de budget pour sa réalisation.

«Le gouvernement est parvenu, au cours de la première année de son mandat, à réaliser un bilan très positif dans la mise en œuvre du chantier de la couverture médicale et sociale», s'est récemment félicité M. Akhannouch. «Le gouvernement a facilité les modalités d'accès aux services de soins de santé dans des conditions décentes, de manière à garantir l'égalité entre tous les Marocains, quelle que soit leur situation financière et professionnelle.»

Le gouvernement a ainsi réussi à remplir ses engagements, et avant la fin de l’année 2022, à généraliser et à élargir les services d'assurance maladie obligatoire. En un an, le nombre total d'assurés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est passé de 7,8 millions de personnes à plus de 23,2 millions de personnes non salariées et leurs ayants droit, ainsi que 9,4 millions d'affiliés au système de l'Assurance maladie obligatoire (solidarité AMO).

«Le gouvernement a facilité les modalités d'accès aux services de soins de santé dans des conditions décentes, de manière à garantir l'égalité entre tous les Marocains, quelle que soit leur situation financière et professionnelle.» Aziz Akhannouch

Afin de satisfaire la demande croissante en soins, une réforme du système de santé national était indispensable. La construction et l’amélioration des infrastructures de santé figurent parmi les piliers de cette réforme. C’est dans cet objectif que le chef du gouvernement a effectué, lundi 30 janvier 2023, en compagnie du ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, une visite de terrain dans trois centres de santé ayant fait l'objet de travaux de réhabilitation, dans le cadre du plan gouvernemental visant l'amélioration et l'extension de l'offre sanitaire.

Cette visite a concerné un centre de santé rural dans les environs de Benslimane et deux centres de santé urbains dans les villes de Mohammedia et de Rabat. «La réhabilitation de ces centres de santé et l'amélioration de la qualité des services fournis aux citoyens s'inscrivent dans le respect des obligations du gouvernement qui a réussi à réhabiliter cent centres de santé de proximité au cours de la première année de son mandat, avec l’objectif d’atteindre mille quatre cents centres», souligne un communiqué du cabinet du chef du gouvernement, parvenu à Arab News en français. En parallèle, le gouvernement s’est fixé comme objectif d’augmenter de 20% le nombre de médecins et d'infirmiers diplômés en 2023, et de le doubler d’ici à trois ans.

Rappelons que le chantier de la mise en place de la protection sociale incluait la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire de base au cours des années 2021 et 2022. Entre 2023 et 2024, il s’agira de la généralisation des allocations familiales, en permettant aux ménages qui ne bénéficient pas de ces allocations de recevoir des indemnités couvrant les risques liés à l’enfance, ou des indemnités forfaitaires. À partir de 2025, le gouvernement s’attaquera à l’élargissement de l’assiette des adhérents aux différents régimes de retraite, en plus de la généralisation de l’indemnité pour perte d’emploi.

La Fondation du patrimoine musical marocain voit le jour
Par Nadia Ouiddar -
Maroc-Royaume-Uni, une idylle économique
Par Mohand Hakhifi -

Liban: Gemayel appelle à contrer toute tentative d’élire un président pro-Hezbollah

Sami Gemayel est à la tête du troisième plus grand bloc chrétien au parlement libanais après le Courant patriotique libre (CPL) et le Parti des Forces libanaises (Photo, AFP).
Sami Gemayel est à la tête du troisième plus grand bloc chrétien au parlement libanais après le Courant patriotique libre (CPL) et le Parti des Forces libanaises (Photo, AFP).
Short Url
  • Sami Gemayel, leader des Kataebs et farouche opposant au Hezbollah, s’est exprimé lors de la conférence générale de son parti
  • Pour le député Ashraf Rifi, le Hezbollah a «transformé le Liban en un camp terroriste, un laboratoire de Captagon et une scène de meurtre»

BEYROUTH : Le chef du parti libanais Kataeb, Sami Gemayel, a menacé de perturber les élections présidentielles si d’autres partis tentent d'élire un président qui prône une couverture les armes du Hezbollah.

Gemayel, farouche opposant au parti chiite pro-iranien, qui s’est exprimé lors de la conférence générale de son parti, a clairement qualifié ce qui se passe comme une tentative de changer la face du Liban.

La session d'ouverture de la conférence générale a réuni des personnalités politiques anti-Hezbollah, qui ont également exprimé leur opposition aux récentes actions du parti.

Le bloc parlementaire de Gemayel est le troisième plus grand bloc chrétien après le Courant patriotique libre (CPL) et le Parti des Forces libanaises.

«Ils essayent de tuer notre pays en tuant la liberté, la coopération, la démocratie, une économie forte et libre et l'ouverture du Liban sur le monde», a martelé Gemayel, en ajoutant que la bataille menée par les pro-Hezbollah n’est pas dirigée contre pas contre une certaine catégorie de Libanais, mais contre le principe même de la coexistence chrétienne et musulmane.

Pour Gemayel, «de larges tranches de la société libanaise, de toutes confessions, qui croient en un Liban  qui représente un message de civilisation et de développement, ceux-là croient également en la liberté et sont nés accrochés à cette dernière».

Dans son discours, le chef des Kataebs a accusé le Hezbollah «de tentative d'éliminer l'esprit libanais», l’accusant d’être un «parti armé qui prend sa communauté (chiite) en otage, et tente de transformer le conflit au Liban en conflit sectaire».

Achat de terrains et changement demographique

Gemayel a également mis en lumière certaines pratiques dont l'achat suspect de terrains, de changements démographiques, de paralysie institutionnelle, ainsi que d'une attaque systématique contre les médias libres.

 «Nous n’avions pas les moyens de forcer l'armée syrienne à se retirer du Liban (en 2005) si nous n’étions pas main dans la main sur la place des Martyrs. Aujourd'hui, nous ne pourrons pas préserver le Liban à moins que nous nous unissions tous à nouveau», a-t-il insisté.

Selon Sami Gemayel, «la classe dirigeante libanaise a livré le pays au Hezbollah sous prétexte de défendre les chrétiens, et nous avons dénoncé ce fait, comme nous avons mis en garde contre l'effondrement économique et l'isolement du Liban de la scène internationale». Aujourd’hui, affirme Gemayel, «certains essaient clairement de nous chasser des équations économiques, diplomatiques et politiques, mais le peuple libanais a exprimé sa véritable volonté lors de la Révolution du Cèdre (en 2005) et la Révolution du 17 octobre (2019)».

Pour Gemayel, il existe aujourd’hui «deux États libanais, la République libanaise et un autre État, qui est la République islamique du Hezbollah, et chaque État a son propre financement, son armée et sa politique étrangère». Selon lui, «la République islamique libanaise essaie de mettre la main sur la République libanaise pluraliste, et nous devons lutter contre de telles tentatives. Nous ne pouvons pas continuer à traiter les pratiques dictatoriales de manière traditionnelle, alors que le compromis avec cette République islamique, les concessions et les règlements les uns après les autres nous ont entraîné vers une situation catastrophique».

«Si quelqu'un ose s'approcher de nos maisons, nous nous défendrons»

«A partir de ce moment, nous refusons de nous soumettre à la volonté du Hezbollah, nous appelons tous les Libanais à assumer leurs responsabilités, et nous insistons à ce que le Hezbollah sache que nous n'accepterons plus ce statu quo», a déclaré le chef du parti chrétien. Gemayel a clairement affirmé que  «si un divorce entre les deux États est inévitable, alors qu'il en soit ainsi, que le Hezbollah l'annonce, car nous n'accepterons pas de vivre comme des citoyens de seconde zone. Nous ne nous soumettrons pas, et nous résisterons».

Gemayel a également réaffirmé le soutien de son parti à l'État et l'armée libanaise, tout en rappelant que «les Kataebs ne sont pas pour la guerre, cependant, si quelqu'un ose s'approcher de nos maisons, nous nous défendrons», a-t-il insisté.

La conférence du parti a coïncidé avec la seconde commémoration annuelle de l'assassinat du chercheur chiite Lokman Slim, connu pour son opposition au Hezbollah. A cette occasion, Gemayel a affirmé sa certitude  «qu'aucun procès n'aura jamais lieu pour faire la lumière sur l'assassinat de Slim, et l'ampleur des intimidations dont sont victimes les Libanais qui s'opposent au Hezbollah est bien connue».

La famille et les amis de Slim ont commémoré vendredi le deuxième anniversaire de son assassinat en l'absence d'acte d'accusation de la justice libanaise. Slim avait déclaré au public qu'il recevait des menaces de mort du Hezbollah avant son assassinat dans le sud du Liban.

Le député Ashraf Rifi, fervent opposant au Hezbollah a déclaré qu’une fois de plus, «ils essaient d'imposer un président et un gouvernement en profitant du vide constitutionnel et en proférant des menaces». Selon Rifi, «le Liban était une icône à l'Est, mais l'axe du mal l'a transformé en un camp terroriste, un laboratoire de Captagon et une scène de meurtre. Ils cherchent maintenant à élire une marionnette pour continuer à contrôler le pays».

BEYROUTH : Le chef du parti libanais Kataeb, Sami Gemayel, a menacé de perturber les élections présidentielles si d’autres partis tentent d'élire un président qui prône une couverture les armes du Hezbollah.

Gemayel, farouche opposant au parti chiite pro-iranien, qui s’est exprimé lors de la conférence générale de son parti, a clairement qualifié ce qui se passe comme une tentative de changer la face du Liban.

La session d'ouverture de la conférence générale a réuni des personnalités politiques anti-Hezbollah, qui ont également exprimé leur opposition aux récentes actions du parti.

Le bloc parlementaire de Gemayel est le troisième plus grand bloc chrétien après le Courant patriotique libre (CPL) et le Parti des Forces libanaises.

«Ils essayent de tuer notre pays en tuant la liberté, la coopération, la démocratie, une économie forte et libre et l'ouverture du Liban sur le monde», a martelé Gemayel, en ajoutant que la bataille menée par les pro-Hezbollah n’est pas dirigée contre pas contre une certaine catégorie de Libanais, mais contre le principe même de la coexistence chrétienne et musulmane.

Pour Gemayel, «de larges tranches de la société libanaise, de toutes confessions, qui croient en un Liban  qui représente un message de civilisation et de développement, ceux-là croient également en la liberté et sont nés accrochés à cette dernière».

Dans son discours, le chef des Kataebs a accusé le Hezbollah «de tentative d'éliminer l'esprit libanais», l’accusant d’être un «parti armé qui prend sa communauté (chiite) en otage, et tente de transformer le conflit au Liban en conflit sectaire».

Achat de terrains et changement demographique

Gemayel a également mis en lumière certaines pratiques dont l'achat suspect de terrains, de changements démographiques, de paralysie institutionnelle, ainsi que d'une attaque systématique contre les médias libres.

 «Nous n’avions pas les moyens de forcer l'armée syrienne à se retirer du Liban (en 2005) si nous n’étions pas main dans la main sur la place des Martyrs. Aujourd'hui, nous ne pourrons pas préserver le Liban à moins que nous nous unissions tous à nouveau», a-t-il insisté.

Selon Sami Gemayel, «la classe dirigeante libanaise a livré le pays au Hezbollah sous prétexte de défendre les chrétiens, et nous avons dénoncé ce fait, comme nous avons mis en garde contre l'effondrement économique et l'isolement du Liban de la scène internationale». Aujourd’hui, affirme Gemayel, «certains essaient clairement de nous chasser des équations économiques, diplomatiques et politiques, mais le peuple libanais a exprimé sa véritable volonté lors de la Révolution du Cèdre (en 2005) et la Révolution du 17 octobre (2019)».

Pour Gemayel, il existe aujourd’hui «deux États libanais, la République libanaise et un autre État, qui est la République islamique du Hezbollah, et chaque État a son propre financement, son armée et sa politique étrangère». Selon lui, «la République islamique libanaise essaie de mettre la main sur la République libanaise pluraliste, et nous devons lutter contre de telles tentatives. Nous ne pouvons pas continuer à traiter les pratiques dictatoriales de manière traditionnelle, alors que le compromis avec cette République islamique, les concessions et les règlements les uns après les autres nous ont entraîné vers une situation catastrophique».

«Si quelqu'un ose s'approcher de nos maisons, nous nous défendrons»

«A partir de ce moment, nous refusons de nous soumettre à la volonté du Hezbollah, nous appelons tous les Libanais à assumer leurs responsabilités, et nous insistons à ce que le Hezbollah sache que nous n'accepterons plus ce statu quo», a déclaré le chef du parti chrétien. Gemayel a clairement affirmé que  «si un divorce entre les deux États est inévitable, alors qu'il en soit ainsi, que le Hezbollah l'annonce, car nous n'accepterons pas de vivre comme des citoyens de seconde zone. Nous ne nous soumettrons pas, et nous résisterons».

Gemayel a également réaffirmé le soutien de son parti à l'État et l'armée libanaise, tout en rappelant que «les Kataebs ne sont pas pour la guerre, cependant, si quelqu'un ose s'approcher de nos maisons, nous nous défendrons», a-t-il insisté.

La conférence du parti a coïncidé avec la seconde commémoration annuelle de l'assassinat du chercheur chiite Lokman Slim, connu pour son opposition au Hezbollah. A cette occasion, Gemayel a affirmé sa certitude  «qu'aucun procès n'aura jamais lieu pour faire la lumière sur l'assassinat de Slim, et l'ampleur des intimidations dont sont victimes les Libanais qui s'opposent au Hezbollah est bien connue».

La famille et les amis de Slim ont commémoré vendredi le deuxième anniversaire de son assassinat en l'absence d'acte d'accusation de la justice libanaise. Slim avait déclaré au public qu'il recevait des menaces de mort du Hezbollah avant son assassinat dans le sud du Liban.

Le député Ashraf Rifi, fervent opposant au Hezbollah a déclaré qu’une fois de plus, «ils essaient d'imposer un président et un gouvernement en profitant du vide constitutionnel et en proférant des menaces». Selon Rifi, «le Liban était une icône à l'Est, mais l'axe du mal l'a transformé en un camp terroriste, un laboratoire de Captagon et une scène de meurtre. Ils cherchent maintenant à élire une marionnette pour continuer à contrôler le pays».