Le nombre de réfugiés dans la région Mena est actuellement à son plus bas depuis dix ans

Un camp de réfugiés, géré par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dans la ville côtière de Sabratha, en Libye, en octobre 2017. (HCR)
Un camp de réfugiés, géré par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dans la ville côtière de Sabratha, en Libye, en octobre 2017. (HCR)
Short Url
Publié le Jeudi 19 mai 2022

Le nombre de réfugiés dans la région Mena est actuellement à son plus bas depuis dix ans

Un camp de réfugiés, géré par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dans la ville côtière de Sabratha, en Libye, en octobre 2017. (HCR)
  • Le rapport de l’organisation IDMC indique que le nombre de réfugiés a baissé à la suite de la désescalade des conflits en Libye, en Irak et en Syrie
  • Néanmoins, l’ONG note également que le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la région reste «préoccupant»

 

LONDRES: La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord (Mena) a atteint son nombre de réfugiés le plus bas en dix ans, à la suite de la désescalade des conflits en Libye, en Irak et en Syrie, selon l’organisation l’International Displacement Monitoring Centre (IDMC).

Néanmoins, le rapport de l’ONG note que le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la région reste «préoccupant», et prévient que la tendance au déplacement à long terme ne sera «jamais inversée» si les personnes déplacées qui rentrent chez elles ne bénéficient pas de conditions sûres et durables.

«Des initiatives de développement et de consolidation de la paix sont nécessaires pour résoudre les problèmes sous-jacents qui maintiennent la vie des personnes déplacées dans l’incertitude», a déclaré la directrice de l’IDMC, Alexandra Bilak.

En outre, le rapport fait état d’un «nombre sans précédent» de personnes déplacées par la violence en Afghanistan et au Myanmar en 2021, et de chiffres tout aussi élevés pour la Somalie et le Soudan du Sud.

Au niveau mondial, on compte 38 millions de personnes déplacées, dont 94 % ont été contraintes de fuir à la suite de catastrophes climatiques. Plus de 25 millions d’entre elles sont âgées de moins de 18 ans.

Tout en affirmant que davantage de données étaient nécessaires pour évaluer les incidences à plus long terme, Mme Bilak a indiqué qu’il était clair que la protection et le soutien des enfants et des jeunes déplacés étaient essentiels pour l’avenir, soulignant qu’«un enfant heureux et en bonne santé» serait plus susceptible de contribuer à une «société équitable et à une économie qui fonctionne».

«Les enfants et les jeunes sont des agents du changement. Il est essentiel de les reconnaître comme tels pour protéger les acquis du développement et réduire le risque de crises à l’avenir. La préparation du monde de demain doit commencer par leur participation active et leur leadership», a-t-elle ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Rare visite de parlementaires français à Gaza

Une délégation de sénateurs français s'est rendue jeudi dans la bande de Gaza, rare visite de parlementaires étrangers dans l'enclave palestinienne (Photo, AFP).
Une délégation de sénateurs français s'est rendue jeudi dans la bande de Gaza, rare visite de parlementaires étrangers dans l'enclave palestinienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Les six sénateurs de la commission des Affaires étrangères ont visité dans le nord de Gaza une station d'épuration --un projet de l'Agence française pour le développement
  • En 2019, une délégation de députés membres du groupe d'amitié France-Palestine à l'Assemblée nationale s'était rendue à Gaza

GAZA: Une délégation de sénateurs français s'est rendue jeudi dans la bande de Gaza, rare visite de parlementaires étrangers dans l'enclave palestinienne gouvernée par le Hamas islamiste et sous blocus israélien depuis 2007.

Emmenée par Christian Cambon (LR), président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, la délégation a effectué la première visite sénatoriale depuis 2004 à Gaza, territoire palestinien auquel l'accès restreint par Israël nécessite des autorisations préalables pour des représentants étrangers.

"Je suis particulièrement heureux que nous ayons pu avoir cette autorisation de venir à Gaza, qui n'est pas une autorisation facile à obtenir", a déclaré M. Cambon à l'AFP.

"Ce qui nous a intéressés (...) ce n'est pas seulement d'être le porteur d'un message d'amitié mais aussi de toucher du doigt un certain nombre de réalisations car la France ne fait pas que tenir de belles paroles mais elle agit", a-t-il ajouté.

Les six sénateurs de la commission des Affaires étrangères, dont le déplacement d'une semaine en Israël et dans les Territoires palestiniens est axé sur la processus de paix, ont visité dans le nord de Gaza une station d'épuration --un projet de l'Agence française pour le développement (AFD).

Ils se sont également entretenus avec des responsables de l'Unrwa, agence onusienne d'aide aux réfugiés palestiniens, acteur fondamental dans l'enclave minée par la pauvreté, le chômage et les guerres.

En 2019, une délégation de députés membres du groupe d'amitié France-Palestine à l'Assemblée nationale s'était rendue à Gaza.

"Les parlementaires sont des gens qui ont une parole parfois plus libre que nos ministres, même parfois que nos diplomates et donc il faut se servir de cette liberté pour essayer d'explorer toutes les solutions qui doivent mener un jour à la paix", a affirmé M. Cambon dans les locaux de l'Institut français de la ville de Gaza.

Plus de 2,3 millions de Palestiniens vivent dans le bande de Gaza, où le Hamas, organisation jugée terroriste par l'Union européenne, et Israël se sont livré quatre guerres depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes en 2007.

La délégation, composée de Pierre Laurent (PCF), Sylvie Goy-Chavent (LR), Nicole Duranton (LREM), Guillaume Gontard (EELV) et Olivier Cigolotti (UC), doit rencontrer vendredi le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh, en Cisjordanie occupée. Elle avait rencontré en début de semaine des parlementaires et des responsables israéliens.


Le ministère du Hajj annonce des vols supplémentaires et des facilités pour accueillir les pèlerins du Royaume-Uni, d'Europe et d'Amérique

En coopération avec les autorités compétentes, des visas seront également délivrés sur place aux pèlerins entrant dans le Royaume, dans le cadre de cette initiative. (Fichier/Shutterstock)
En coopération avec les autorités compétentes, des visas seront également délivrés sur place aux pèlerins entrant dans le Royaume, dans le cadre de cette initiative. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
  • Cette décision intervient après que des personnes ont rencontré des problèmes techniques lors de leur demande de Hajj via le portail électronique
  • Des sièges supplémentaires ont été ajoutés sur les vols après que des personnes ont signalé des capacités d’accueil limitées sur certains vols

RIYAD: Le ministère saoudien du Hajj et de l’Omra a annoncé mercredi qu'il allait assurer des vols supplémentaires et fournir des sièges supplémentaires aux pèlerins venant du Royaume-Uni, des États-Unis et d'Europe.

En coopération avec les autorités compétentes, des visas seront également délivrés sur place aux pèlerins entrant dans le Royaume, dans le cadre de ces efforts.

Cette décision intervient après que des personnes ont rencontré des problèmes techniques lors de leur demande de Hajj via le portail électronique et signalé des capacités d’accueil limitées sur certains vols.

Le ministère a rappelé qu'il accueillerait tous les pèlerins qui ont accompli leurs démarches via la plate-forme électronique, ainsi que ceux qui sont déjà arrivés en Arabie saoudite.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le premier groupe de pèlerins omanais arrive en Arabie saoudite avant le début du Hajj

Le premier groupe de pèlerins omanais arrive au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins omanais arrive au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins omanais arrive au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins omanais arrive au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins omanais arrive au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins omanais arrive au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj. (SPA)
Short Url
  • Les procédures d’entrée des pèlerins se sont déroulées sans difficulté
  • Aujourd’hui marque le début de Dhou al-hijja, le mois au cours duquel le Hajj est effectué

RIYAD: Le premier groupe de pèlerins omanais est arrivé au Royaume par le port du Quart Vide avant le début du Hajj, a rapporté jeudi l’agence de presse saoudienne (SPA).

Aujourd’hui marque le début de Dhou al-hijja, le mois au cours duquel le Hajj est effectué. Le premier jour du Hajj, le huitième de Dhou al-hijja, tombe le 7 juillet, et le pèlerinage se termine le douzième jour du mois (le 11 juillet). Le jour d’Arafat tombe le neuvième jour de Dhou al-hijja (le 8 juillet).

Les procédures d’entrée des pèlerins se sont déroulées sans difficulté, et la Direction générale des passeports soutient les sites désignés pour servir les pèlerins avec des dispositifs techniques modernes et des employés qualifiés afin de permettre l’accomplissement des procédures sans retard, a indiqué la SPA.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com