L'Arabie saoudite inaugure une exposition de calligraphie arabe à Tunis

(Photo/SPA)
(Photo/SPA)
(Photo/SPA)
(Photo/SPA)
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

L'Arabie saoudite inaugure une exposition de calligraphie arabe à Tunis

  • L'ambassadeur saoudien à Tunis a souligné l'importance de l'exposition pour la préservation de la calligraphie arabe et sa mise en valeur
  • Le directeur général de l’Alecso a salué les contributions de l'Arabie saoudite aux travaux de l’Alecso

TUNIS : La bibliothèque publique du roi Abdelaziz, en partenariat avec l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alecso), a inauguré, jeudi, l'exposition de la calligraphie arabe à Tunis.
L'inauguration a eu lieu lors des réunions de la Conférence générale et du conseil exécutif de l’Alecso présidées par l'Arabie saoudite.
L'ambassadeur saoudien à Tunis, Abdelaziz al-Sager, a souligné l'importance de l'exposition pour la préservation de la calligraphie arabe et la mise en valeur de la beauté de cet élément du patrimoine culturel.
Il a salué les efforts déployés par le Royaume pour inscrire les arts calligraphiques arabes sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.
Cela renforce, a déclaré Al-Sager, la présence de la calligraphie arabe dans la société. Il a ajouté que c’est un parfait exemple des efforts déployés par le Royaume à la présidence du conseil exécutif de l’Alecso pour soutenir l'action arabe commune.
Mohammed Ould Omar, directeur général de l’Alecso, a salué les contributions de l'Arabie saoudite aux travaux de l'Organisation, et précisé que l'exposition se poursuivra pendant un mois et sera clôturée par un atelier intellectuel, auquel participeront de nombreux calligraphes du monde arabe.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi Salmane d’Arabie saoudite arrive à Djeddah en provenance de Riyad

Le roi Salmane d’Arabie saoudite. (Photo, SPA)
Le roi Salmane d’Arabie saoudite. (Photo, SPA)
Short Url
  • Le roi a été reçu à l’aéroport international du roi Abdelaziz par le gouverneur adjoint de la région de La Mecque
  • Le roi Salmane a quitté Riyad plus tôt dans la journée de mercredi, a rapporté l’Agence de presse saoudienne

RIYAD: Le roi Salmane d’Arabie saoudite est arrivé à Djeddah mercredi avant le début du ramadan, qui commence jeudi.

Le roi, accompagné de plusieurs responsables, a été reçu à l’aéroport international du roi Abdelaziz par le gouverneur adjoint de la région de La Mecque, le prince Badr ben Sultan ben Abdelaziz.

Le roi Salmane a quitté Riyad plus tôt dans la journée de mercredi, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les femmes marocaines, à la croisée des chemins

Des discussions sont entamées avec toutes les composantes de la société marocaine, et ont pour objectif de mettre en place un Code de la famille à l’image du Maroc d’aujourd’hui. (Photo, AFP)
Des discussions sont entamées avec toutes les composantes de la société marocaine, et ont pour objectif de mettre en place un Code de la famille à l’image du Maroc d’aujourd’hui. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les femmes sont encore peu présentes dans la vie active, puisqu’elles représentent moins de 20% du total de la population active
  • Le nouveau gouvernement, réputé plus modéré, a été appelé à créer de véritables mesures incitatives pour permettre un meilleur accès des femmes au marché de l’emploi et aux postes de responsabilité.

CASABLANCA: Quel est aujourd’hui le statut de la femme au sein de la société marocaine ? Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Plusieurs observateurs reconnaissent certes les énormes avancées en matière d’avancées concernant le statut de la femme marocaine, mais une majorité d’entre eux, notamment issus de la société civile, regrette les inégalités et les discriminations que subissent toujours les Marocaines dans leur quotidien. 

«La situation de la femme marocaine est encore alarmante aujourd’hui. C’est vrai que plusieurs avancées sont à noter depuis l’accession du roi Mohammed VI au trône il y a une vingtaine d’années, mais force est de constater que la situation reste peu reluisante. Que ce soit au niveau professionnel, dans la société, dans ses droits… La femme marocaine fait encore face à plusieurs obstacles qui contraignent son plein épanouissement», déclare à Arab News en français Omayma Achour, professeur à l’université Mohammed-V de Rabat. 

L’activiste féministe rappelle que la Moudawana (Code de la famille) promulguée en 2004 a constitué à l’époque une révolution et a été considérée comme avant-gardiste, mais, près de dix-neuf ans plus tard, «la société a évolué et plusieurs lois ne riment plus avec les aspirations et la réalité de la société marocaine d’aujourd’hui.» D’où d’ailleurs, en juillet 2022, l’appel du roi Mohammed VI à réviser la Moudawana. «Dans un premier temps, le Code de la famille a représenté un véritable bond en avant ; désormais il ne suffit plus en tant que tel. L’expérience a en effet mis en évidence certains obstacles qui empêchent de parfaire la réforme initiée et d’atteindre les objectifs escomptés», avait ainsi déclaré le roi lors du discours du trône.


Crise économique au Liban: manifestation dispersée à coups de gaz lacrymogènes

Les autorités ont utilisé des gaz lacrymogènes lors des manifestations sur la place Riad Al-Solh à Beyrouth. (Reuters)
Les autorités ont utilisé des gaz lacrymogènes lors des manifestations sur la place Riad Al-Solh à Beyrouth. (Reuters)
Short Url
  • Les manifestants s'étaient rassemblés dans le centre de Beyrouth, à l'appel de collectifs d'épargnants et de militaires à la retraite, pour protester contre l'effondrement vertigineux de la livre libanaise, qui a perdu près de 98% de sa valeur
  • Lorsqu'ils ont tenté de prendre d'assaut le siège du gouvernement, les forces de sécurité les ont dispersés à l'aide de gaz lacrymogène et certains ont riposté à coups de pierres

BEYROUTH: Des centaines de Libanais incluant un grand nombre de militaires à la retraite ont manifesté mercredi à Beyrouth contre la détérioration des conditions de vie et l'effondrement vertigineux de la monnaie nationale, avant d'être dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les forces de l'ordre.

La manifestation a rappelé le mouvement de protestation d'octobre 2019, lorsque les Libanais étaient descendus en masse dans la rue à travers le pays, contre une classe politique accusée de corruption et qui est encore en place.

Mercredi, les manifestants se sont rassemblés dans le centre de Beyrouth, à l'appel de collectifs d'épargnants et de militaires à la retraite, pour protester contre l'effondrement de la livre libanaise, qui a perdu plus de 98% de sa valeur depuis l'automne 2019.

Brandissant des drapeaux libanais, les manifestants ont conspué le gouvernement. L'un des militaires à la retraite, en treillis, tenait une pancarte appelant "la communauté internationale et les pays arabes à nous débarrasser de la classe politique corrompue".

Lorsqu'ils ont tenté de prendre d'assaut le siège du gouvernement, les forces de sécurité les ont dispersés à l'aide de gaz lacrymogènes et certains ont riposté à coups de pierres, avant que le mouvement de protestation ne prenne fin.

Un manifestant a été blessé ainsi qu'un membre des forces de sécurité, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Je touchais 4 000 dollars par mois avant la crise. Aujourd'hui, ma pension ne vaut plus que 150 dollars", a affirmé à l'AFP Khaled Naous, un général à la retraite de 70 ans: "Nous sommes humiliés et nous sommes au désespérés".

La situation des soldats retraités est encore plus dramatique: "ma pension est de 50 dollars et je n'ai plus de quoi nourrir mes cinq enfants", a déclaré l'un d'eux, Marwane Seifeddine, 60 ans.

«Rien à manger»

Depuis la crise économique qui a éclaté à l'automne 2019, les salaires ont littéralement fondu, alors que les épargnants n'ont plus accès à leurs économies, bloquées par les banques.

"On a pris notre retraite dans l'espoir de vivre confortablement et d'éduquer nos enfants (...) mais ils ont gardé notre argent dans les banques et nous sommes obligés de mendier pour obtenir notre propre argent", a regretté Amal Hammoud, une capitaine de l'armée, âgée 53 ans et à la retraite depuis 2021.

"Les gens réclament leurs droits les plus élémentaires (...), mais on leur répond avec des gaz lacrymogènes", a-t-elle ajouté.

"Mon salaire était de 2.450 dollars avant la crise, aujourd'hui je touche 100 dollars par mois", a affirmé de son côté Hatem, un enseignant à la retraite de 73 ans: "quand je n'aurai plus rien à manger à la maison, j'attendrai la mort".

Le taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise, qui fluctue d'heure en heure, avait atteint mercredi un pic de 140 000 LBP pour un dollar, avant de retomber à environ 110 000 LBP jeudi, alors que le dollar valait 1 500 LBP avant la crise.

Le Liban connaît l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850 selon la Banque mondiale, marquée par une paupérisation inédite de la population.

La profonde crise politique que traverse le pays aggrave la situation, les députés ne parvenant pas à s'entendre pour élire un nouveau président de la République depuis novembre.

Le pays est dirigé par un gouvernement démissionnaire aux pouvoirs réduit. En marge de la manifestation, une délégation de militaires à la retraite a rencontré le Premier ministre, Najib Mikati, pour lui transmettre leurs revendications, a rapporté l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).