Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise

Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Short Url
Publié le Samedi 21 mai 2022

Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise

  • Les architectes new-yorkais WORKac ont été contactés en 2018 pour concevoir le nouveau musée d'art de Beyrouth
  • Le BeMA se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » divisant la capitale libanaise pendant la guerre civile

DUBAI : Pour de nombreux Libanais, le passé peut être un sujet douloureux. Une guerre civile a détruit de larges pans du pays entre 1975 et 1990. La période d'après-guerre a été marquée par des conflits sectaires et le dysfonctionnement du gouvernement.

Mais malgré les traumatismes des dernières décennies, le Liban reste une terre d'une immense richesse culturelle, avec une histoire riche qui se reflète dans son patrimoine architectural, culturel et anthropologique.

C'est pourquoi le Beirut Museum of Art, ou BeMA, qui doit ouvrir en 2026, a été présenté comme une « lueur d'espoir » dans un pays en proie à la paralysie politique, au déclin économique et à une crise humanitaire de plus en plus grave.

Lorsque Sandra Abou Nader et Rita Nammour ont lancé le projet du musée, leur objectif était de présenter la grande diversité de l'art libanais et de fournir des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence d'artistes.

« Elles ont réalisé qu'il y avait, en fait, très peu de visibilité pour la scène artistique libanaise, dans le pays et à l'étranger, et pour les artistes libanais, qu'ils soient modernes ou contemporains », a déclaré Juliana Khalaf, consultante en art du BeMA, à Arab News.

image 4
Vues du BeMA générées par ordinateur. Décrit comme un « jardin de sculptures vertical », il comprendra trois étages de galeries qui emprunteront des éléments aux designs Art déco locaux. (Fourni/WORKac)

Environ 700 œuvres d'art seront exposées dans le nouveau lieu, provenant de la collection du ministère libanais de la culture, qui compte plus de 2 000 pièces, dont la plupart sont stockées depuis des décennies.

« Nous allons abriter cette très importante collection », a déclaré M. Khalaf. « Nous l'appelons la collection nationale et elle appartient au public. C'est notre rôle de la rendre, pour la toute première fois, accessible. Elle n'a jamais été vue auparavant. »

Les œuvres d'art, créées par plus de 200 artistes et datant de la fin du XIXe siècle à nos jours, racontent l'histoire de ce petit pays méditerranéen, de son époque de renaissance et d'indépendance à la période de la guerre civile et au-delà.

La collection comprend des œuvres de l'écrivain, poète et artiste visuel libano-américain Khalil Gibran et de son mentor, le maître influent de la fin de l'ère ottomane Daoud Corm, réputé pour ses portraits et ses natures mortes sophistiqués.

Des œuvres de pionniers du modernisme libanais tels que Helen Khal, Saloua Raouda Choucair et Saliba Douaihy figureront également dans la collection, de même que plusieurs artistes moins connus du XXe siècle, dont Espérance Ghorayeb, qui a créé plusieurs compositions abstraites rares dans les années 1970.

« La collection est un rappel du magnifique héritage que nous avons », a déclaré Khalaf. « Elle nous montre notre culture à travers les yeux de nos artistes ».

Parmi les priorités de l'équipe du BeMA, en partenariat avec l'Institut des sciences de la conservation de Cologne, figure la restauration de la collection, qui comprend plusieurs peintures et œuvres sur papier endommagées par la guerre, la négligence, un stockage inadéquat ou simplement l’écoulement du temps.

Le rassemblement des informations sur les artistes et leurs effets sur le patrimoine artistique du Liban est une autre priorité pour l'équipe du BeMA, et c'est une tâche qui s'est avérée difficile étant donné le manque de ressources publiées et de moyens pour les cataloguer.

 

EN BREF

La Journée internationale des musées, qui se tient chaque année le 18 mai ou autour de cette date, met en lumière un thème ou un problème spécifique auquel les musées sont confrontés au niveau international.

« Ce qui était surprenant, c'est le peu de recherche qui existe et tout ce que nous devons faire sur ce front, comme obtenir le bon équipement qui n'est pas actuellement disponible dans le pays pour archiver correctement les livres et les photographies », a déclaré Khalaf.

En 2018, l'équipe de BeMA a contacté WORKac, un cabinet d'architectes basé à New York, pour avoir des idées sur le nouveau lieu. Cofondé par Dan Wood et Amale Andraos, architecte d'origine libanaise et ancien doyen de la Graduate School of Architecture, Planning and Preservation de l'université Columbia, WORKac a conçu des musées en Californie, au Texas, à New York et en Floride.

Pour Andraos, qui a quitté le Liban à l'âge de trois ans, l'occasion de concevoir une maison pour le patrimoine artistique de Beyrouth est particulièrement spéciale.

« Je pense que c'est un projet très personnel pour toutes les personnes impliquées », a-t-elle déclaré à Arab News. « Tout le monde s’est dévoué cœur et âme à cette idée que Beyrouth avait vraiment besoin d'un musée pour abriter la collection nationale. »

« Personnellement, j'ai un grand attachement à Beyrouth, à son histoire, ainsi que sur le plan architectural, artistique et intellectuel. »

image 4
« Tous ceux qui y sont impliqués le voient comme une lueur d'espoir, c'est presque comme une résistance à l'effondrement », déclare Amale Andraos, architecte d'origine libanaise et cofondateur du cabinet d'architecture WORKac. (Photo fournie)

Compte tenu du passé troublé et de l'identité complexe du pays, Amale Andraos pense que la collection du musée sera utile pour aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre des traumatismes du passé.

« C'est une archive à laquelle nous devons retourner pour comprendre qui nous sommes et comment aller de l'avant », a-t-elle déclaré.

Après l'approbation du projet par les autorités municipales, la première pierre a été posée sur le site du nouveau musée en février. La phase initiale exige que Mme Andraos et son équipe examinent le site à la recherche de vestiges archéologiques.

Une fois terminé, le musée comprendra trois étages de galeries qui empruntent des éléments esthétiques au design urbain Art déco local. Il a été décrit comme un « musée ouvert » et un « jardin de sculptures vertical », en raison de sa façade cubique qui sera agrémentée d'éclats de verdure de haut en bas.

Mme Andraos admet qu'elle était initialement sceptique quant au projet. Le Liban est en proie à de multiples crises, dont un effondrement financier. Beyrouth, la capitale, ne s'est pas encore remise de l'explosion dévastatrice du port de la ville le 4 août 2020, lorsqu'un entrepôt rempli de nitrate d'ammonium hautement explosif a pris feu et explosé, rasant tout un quartier.

Tout cela, combiné aux dommages économiques supplémentaires causés par la pandémie de la COVID-19, a poussé des milliers de jeunes Libanais à partir à l'étranger à la recherche d'un travail et d'un répit dans cette litanie de crises qui semble interminable. 

image 4
Le Liban connaît un effondrement financier, des dommages économiques causés par la pandémie de la COVID-19, un chômage de masse et la faim, une pauvreté croissante et un dysfonctionnement du gouvernement. (AFP)

Mais pour certains habitants du pays, c'est précisément à cause de ces problèmes qu'un musée célébrant les réalisations culturelles du Liban est nécessaire, peut-être maintenant plus que jamais.

« Lorsque j'ai récemment présenté le musée à un membre du conseil d'administration du BeMA, j'ai dit : « C'est probablement le pire moment pour construire un musée », et il a répondu : « C'est le moment le plus important pour construire un musée, car nous avons besoin de culture, d'éducation et d'idées », a déclaré Andraos.

« Quand les gens ont faim, c'est comme une bataille entre l'art et la nourriture – mais l'art est aussi une sorte de nourriture, d'une certaine manière, pour l'esprit et l'âme.

« Toutes les personnes impliquées y voient une lueur d'espoir et le pays a besoin de construire ses institutions. C'est presque comme une résistance à l'effondrement. Nous avons une histoire qui mérite d'être valorisée, relue, et une culture que nous devons préserver et sur laquelle nous devons nous appuyer. »

Cela ne veut pas dire que le projet a été accueilli par tous au début.

« Il n'y a pas de grande fréquentation publique des musées, c'est quelque chose qui doit vraiment être développé », a déclaré Khalaf. « À cet égard, les gens ont eu l'impression que c'était un projet inutile. »

« Mais maintenant que les gens voient que c'est un projet sérieux et qu'il se réalise, l'attitude a changé. Ils disent qu'il y a de quoi se réjouir. »

À ce jour, environ 70 % du financement du projet a été alloué et un appel public sera bientôt lancé pour combler le déficit éventuel. L'entrée au musée sera gratuite.

Situé dans le quartier résidentiel haut de gamme de Badaro, au cœur de Beyrouth, connu pour ses bâtiments du début du 20e siècle influencés par l'Art déco, le musée se trouvera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui séparait l'est et l'ouest de la capitale pendant la guerre civile.

Ce qui est bien maintenant, c'est que cela pourrait devenir le « mile des musées », car il y a le Musée national, le BeMA, le Musée Mim, et si vous allez plus loin, vous arriverez au Musée Sursock », a déclaré Khalaf.

« Cela change la perspective d'un Beyrouth déchiré par la guerre à un Beyrouth culturellement vivant. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le festival de musique ULTRA d’Abu Dhabi lance sa première édition

(fournie)
(fournie)
Short Url
  • ULTRA Worldwide est une référence lorsqu’il s’agit d’offrir l’expérience de festival ultime, alliant des talents de premier plan, une technologie de pointe et des productions à grande échelle
  • Etihad Park est devenu l’une des destinations de loisirs et de divertissement à la croissance la plus rapide au monde

LONDRES : Le festival international de musique, ULTRA Worldwide, a annoncé les premiers headliners qui joueront lors de l’inauguration les 4 et 5 mars à Etihad Park.

«Afrojack, artiste multi-primé et ayant de nombreux disques de platine est familier avec le headlining des principales scènes ULTRA à travers le monde. Il sera au rendez-vous afin de livrer un set à indice d’octane élevé» ont déclaré les organisateurs.

«Responsable de certains des plus grands titres au monde, Calvin Harris, nominé aux Grammy Awards, fera revivre le beat à l’île de Yas pour l’un de ses plus gros sets (et) le patron de Dharma Worldwide, KSHMR, entrainera la foule dans une frénésie avec son croisement de cultures sonics.»

Le co-fondateur du label Gud Vibrations, NGHTMRE, apparaitra sur la scène principale avec son mélange signature de musique électronique. Quand au producteur Skrillex qui a remporté 8 Grammy Awards – plus que tout autre artiste de musique électronique – il apportera son ambiance sonore au festival.

ULTRA Abu Dhabi accueillera également le concept techno et house underground RESISTANCE, présentant le fondateur de Drumcode et le titan de musique électronique suédoise Adam Beyer.

«La productrice et directrice du label EXHALE, Amélie Lens, reviendra au Moyen-Orient pour livrer un mélange fascinant de musique électronique, tandis que les légendes britanniques Sasha_John Digweed apporteront des décennies d’expertise sur les pistes de danse» ont-ils ajouté.

Situé sur l’île de Yas, Etihad Park est le plus grand site en plein air de la région. Il est également devenu l’une des destinations de loisirs et de divertissement à la croissance la plus rapide au monde.

«ULTRA Worldwide est une référence lorsqu’il s’agit d’offrir l’expérience de festival ultime, alliant des talents de premier plan, une technologie de pointe et des productions à grande échelle» indique le communiqué, ajoutant «Il n’est pas surprenant que le début de ce festival au Moyen-Orient soit l’un des évènements les plus attendus au Émirats arabes unis cette année, ULTRA étant une marque de festival de musique la plus international, proposant des évènements sur les six continents.»

Le festival de trois jours offrira une carte d’accès générale premium permettant le passage à travers des portes d’entrée dédiées, aux toilettes, vers des stands de nourriture et de boisson, ainsi qu’un salon privé. Il proposera également des cartes VVIP.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


3,7 millions de dollars pour un maillot de LeBron James aux enchères à New York

LeBron James # 6 des Los Angeles Lakers à Crypto.com Arena le 25 janvier 2023 à Los Angeles, Californie. (AFP)
LeBron James # 6 des Los Angeles Lakers à Crypto.com Arena le 25 janvier 2023 à Los Angeles, Californie. (AFP)
Short Url
  • Le prix n'en fait pas le maillot de sport le plus cher de l'histoire aux enchères
  • La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar

NEW YORK: Un maillot de LeBron James porté lors d'une finale de NBA où il enchaîna les prouesses avec les Miami Heat en 2013, a été vendu pour 3,7 millions de dollars aux enchères vendredi chez Sotheby's à New York, un record pour un maillot du joueur.

Le prix n'en fait pas le maillot de sport le plus cher de l'histoire aux enchères, des records battus en 2022 par celui, de couleur bleue, que portait le capitaine de l'Argentine Diego Maradona lors de la Coupe du monde de football en 1986 (9,3 millions de dollars) puis par un maillot du N. 23 des Chicago Bulls, Michael Jordan, qui l'avait revêtu lors de son dernier titre victorieux en NBA en 1998 (10,1 millions de dollars).

Avec 37 points et 12 rebonds, LeBron James avait été décisif au soir du 20 juin 2013, lors du septième et dernier match de finale de NBA, permettant aux Miami Heat de s'imposer sur les San Antonio Spurs, pour un deuxième titre d'affilée.

La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar (38.387 points). L'acheteur est "un collectionneur privé", a indiqué Sotheby's, sans autre détail.

Le marché des objets de collection de sport a le vent en poupe depuis quelques années. Cette nouvelle vente montre que la demande "n'a jamais été aussi forte", s'est félicité Brahm Wachter, qui dirige le département streetwear et objets de collections modernes chez Sotheby's.

Lors de la même séance vendredi à New York, une robe de bal aubergine qui fut portée par la princesse Diana, et créée par le designer Victor Edelstein, a été vendue 604.800 dollars, "après des tours d'enchères féroces", a indiqué Sotheby's sur twitter.

Estimée entre 80.000 et 120.000 dollars par Sotheby's, la robe était "notamment connue pour avoir fait partie d'une vente aux enchères de 80 robes" de la collection personnelle de la princesse pour des oeuvres caritatives en 1997, a expliqué la société.

Achetée à l'époque pour 24.150 dollars, "elle était restée dans les mêmes mains privées depuis", précise Sotheby's, sans donner d'information sur le nouvel acquéreur.

Le 18 janvier, la vedette américaine de la téléréalité et des réseaux sociaux Kim Kardashian avait acheté le crucifix d'Attalah, célèbre pendentif porté par la princesse Diana, lors d'enchères à Londres.


Haine en ligne: le chef de l'ONU fustige «la complicité» des réseaux sociaux

Des visiteurs marchent entre les stèles du Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, également connu sous le nom de Mémorial de l'Holocauste, à Berlin, en Allemagne, le 27 janvier 2023, lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. (Photo : Stefanie Loos / AFP)
Des visiteurs marchent entre les stèles du Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, également connu sous le nom de Mémorial de l'Holocauste, à Berlin, en Allemagne, le 27 janvier 2023, lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. (Photo : Stefanie Loos / AFP)
Short Url
  • «Par le recours à des algorithmes qui attisent la haine pour garder les utilisateurs rivés à leurs écrans, les plateformes de réseaux sociaux se rendent complices. Idem pour les annonceurs qui subventionnent ce modèle », a dénoncé le secrétaire général de
  • Antonio Guterres s’exprimait lors d'une cérémonie à l'Assemblée générale de l'ONU, à l'occasion de la journée de commémoration de l'Holocauste

NATIONS UNIES, Etats-Unis :  Le secrétaire général de l'ONU a fustigé vendredi, à l'occasion de la journée de commémoration de l'Holocauste, les «décharges toxiques» de haine en ligne, accusant les réseaux sociaux de «complicité».

«Aujourd'hui, ce n'est pas seulement l'extrémisme violent que nous affrontons; c'est aussi, de plus en plus, le terrorisme. La menace est mondiale et elle s'accroît. L'un des principaux accélérateurs de cette croissance: le monde numérique», a déclaré Antonio Guterres lors d'une cérémonie à l'Assemblée générale de l'ONU.

«De nombreux pans d'internet deviennent des décharges toxiques où se déversent la haine et les mensonges pernicieux. Ce sont des catalyseurs qui, ayant le profit pour moteur, banalisent l'extrémisme», a-t-il poursuivi.

«Par le recours à des algorithmes qui attisent la haine pour garder les utilisateurs rivés à leurs écrans, les plateformes de réseaux sociaux se rendent complices. Idem pour les annonceurs qui subventionnent ce modèle économique», a dénoncé le secrétaire général.

Alors «aujourd'hui, je lance un appel urgent à toutes celles et ceux qui exercent une influence sur l'écosystème de l'information –- les autorités de contrôle, les décideurs, les entreprises technologiques, les médias, la société civile et les pouvoirs publics. Faites cesser la haine. Installez des garde-fous. Et faites-les respecter», a-t-il déclaré.

«Nous ne pouvons pas ouvrir de nouveaux exutoires aux vieilles haines et laisser l'impunité régner sur les plateformes numériques. Ensemble, nous devons opposer les faits aux mensonges, l'éducation à l'ignorance, la mobilisation à l'indifférence.»

Décrivant la montée du national-socialisme dans les années 1930, il s'est alarmé qu'«aujourd'hui, des échos de ce chant des sirènes de la haine reviennent résonner à nos oreilles», dans un contexte de crise économique exacerbant les «mécontentements», de «désinformation galopante» et de «propagation de théories du complot paranoïaques».

Il a notamment dénoncé les «tentatives de réécrire l'Histoire, de nier l'Holocauste et de réhabiliter ceux qui y ont collaboré».

«D'une enquête à l'autre, le même constat s'impose: l'antisémitisme atteint des sommets. Et ce qui est vrai pour l'antisémitisme l'est aussi pour les autres formes de haine. Le racisme. Le sectarisme antimusulman. La xénophobie. L'homophobie. La misogynie.»