Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise

Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Short Url
Publié le Samedi 21 mai 2022

Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise

  • Les architectes new-yorkais WORKac ont été contactés en 2018 pour concevoir le nouveau musée d'art de Beyrouth
  • Le BeMA se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » divisant la capitale libanaise pendant la guerre civile

DUBAI : Pour de nombreux Libanais, le passé peut être un sujet douloureux. Une guerre civile a détruit de larges pans du pays entre 1975 et 1990. La période d'après-guerre a été marquée par des conflits sectaires et le dysfonctionnement du gouvernement.

Mais malgré les traumatismes des dernières décennies, le Liban reste une terre d'une immense richesse culturelle, avec une histoire riche qui se reflète dans son patrimoine architectural, culturel et anthropologique.

C'est pourquoi le Beirut Museum of Art, ou BeMA, qui doit ouvrir en 2026, a été présenté comme une « lueur d'espoir » dans un pays en proie à la paralysie politique, au déclin économique et à une crise humanitaire de plus en plus grave.

Lorsque Sandra Abou Nader et Rita Nammour ont lancé le projet du musée, leur objectif était de présenter la grande diversité de l'art libanais et de fournir des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence d'artistes.

« Elles ont réalisé qu'il y avait, en fait, très peu de visibilité pour la scène artistique libanaise, dans le pays et à l'étranger, et pour les artistes libanais, qu'ils soient modernes ou contemporains », a déclaré Juliana Khalaf, consultante en art du BeMA, à Arab News.

image 4
Vues du BeMA générées par ordinateur. Décrit comme un « jardin de sculptures vertical », il comprendra trois étages de galeries qui emprunteront des éléments aux designs Art déco locaux. (Fourni/WORKac)

Environ 700 œuvres d'art seront exposées dans le nouveau lieu, provenant de la collection du ministère libanais de la culture, qui compte plus de 2 000 pièces, dont la plupart sont stockées depuis des décennies.

« Nous allons abriter cette très importante collection », a déclaré M. Khalaf. « Nous l'appelons la collection nationale et elle appartient au public. C'est notre rôle de la rendre, pour la toute première fois, accessible. Elle n'a jamais été vue auparavant. »

Les œuvres d'art, créées par plus de 200 artistes et datant de la fin du XIXe siècle à nos jours, racontent l'histoire de ce petit pays méditerranéen, de son époque de renaissance et d'indépendance à la période de la guerre civile et au-delà.

La collection comprend des œuvres de l'écrivain, poète et artiste visuel libano-américain Khalil Gibran et de son mentor, le maître influent de la fin de l'ère ottomane Daoud Corm, réputé pour ses portraits et ses natures mortes sophistiqués.

Des œuvres de pionniers du modernisme libanais tels que Helen Khal, Saloua Raouda Choucair et Saliba Douaihy figureront également dans la collection, de même que plusieurs artistes moins connus du XXe siècle, dont Espérance Ghorayeb, qui a créé plusieurs compositions abstraites rares dans les années 1970.

« La collection est un rappel du magnifique héritage que nous avons », a déclaré Khalaf. « Elle nous montre notre culture à travers les yeux de nos artistes ».

Parmi les priorités de l'équipe du BeMA, en partenariat avec l'Institut des sciences de la conservation de Cologne, figure la restauration de la collection, qui comprend plusieurs peintures et œuvres sur papier endommagées par la guerre, la négligence, un stockage inadéquat ou simplement l’écoulement du temps.

Le rassemblement des informations sur les artistes et leurs effets sur le patrimoine artistique du Liban est une autre priorité pour l'équipe du BeMA, et c'est une tâche qui s'est avérée difficile étant donné le manque de ressources publiées et de moyens pour les cataloguer.

 

EN BREF

La Journée internationale des musées, qui se tient chaque année le 18 mai ou autour de cette date, met en lumière un thème ou un problème spécifique auquel les musées sont confrontés au niveau international.

« Ce qui était surprenant, c'est le peu de recherche qui existe et tout ce que nous devons faire sur ce front, comme obtenir le bon équipement qui n'est pas actuellement disponible dans le pays pour archiver correctement les livres et les photographies », a déclaré Khalaf.

En 2018, l'équipe de BeMA a contacté WORKac, un cabinet d'architectes basé à New York, pour avoir des idées sur le nouveau lieu. Cofondé par Dan Wood et Amale Andraos, architecte d'origine libanaise et ancien doyen de la Graduate School of Architecture, Planning and Preservation de l'université Columbia, WORKac a conçu des musées en Californie, au Texas, à New York et en Floride.

Pour Andraos, qui a quitté le Liban à l'âge de trois ans, l'occasion de concevoir une maison pour le patrimoine artistique de Beyrouth est particulièrement spéciale.

« Je pense que c'est un projet très personnel pour toutes les personnes impliquées », a-t-elle déclaré à Arab News. « Tout le monde s’est dévoué cœur et âme à cette idée que Beyrouth avait vraiment besoin d'un musée pour abriter la collection nationale. »

« Personnellement, j'ai un grand attachement à Beyrouth, à son histoire, ainsi que sur le plan architectural, artistique et intellectuel. »

image 4
« Tous ceux qui y sont impliqués le voient comme une lueur d'espoir, c'est presque comme une résistance à l'effondrement », déclare Amale Andraos, architecte d'origine libanaise et cofondateur du cabinet d'architecture WORKac. (Photo fournie)

Compte tenu du passé troublé et de l'identité complexe du pays, Amale Andraos pense que la collection du musée sera utile pour aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre des traumatismes du passé.

« C'est une archive à laquelle nous devons retourner pour comprendre qui nous sommes et comment aller de l'avant », a-t-elle déclaré.

Après l'approbation du projet par les autorités municipales, la première pierre a été posée sur le site du nouveau musée en février. La phase initiale exige que Mme Andraos et son équipe examinent le site à la recherche de vestiges archéologiques.

Une fois terminé, le musée comprendra trois étages de galeries qui empruntent des éléments esthétiques au design urbain Art déco local. Il a été décrit comme un « musée ouvert » et un « jardin de sculptures vertical », en raison de sa façade cubique qui sera agrémentée d'éclats de verdure de haut en bas.

Mme Andraos admet qu'elle était initialement sceptique quant au projet. Le Liban est en proie à de multiples crises, dont un effondrement financier. Beyrouth, la capitale, ne s'est pas encore remise de l'explosion dévastatrice du port de la ville le 4 août 2020, lorsqu'un entrepôt rempli de nitrate d'ammonium hautement explosif a pris feu et explosé, rasant tout un quartier.

Tout cela, combiné aux dommages économiques supplémentaires causés par la pandémie de la COVID-19, a poussé des milliers de jeunes Libanais à partir à l'étranger à la recherche d'un travail et d'un répit dans cette litanie de crises qui semble interminable. 

image 4
Le Liban connaît un effondrement financier, des dommages économiques causés par la pandémie de la COVID-19, un chômage de masse et la faim, une pauvreté croissante et un dysfonctionnement du gouvernement. (AFP)

Mais pour certains habitants du pays, c'est précisément à cause de ces problèmes qu'un musée célébrant les réalisations culturelles du Liban est nécessaire, peut-être maintenant plus que jamais.

« Lorsque j'ai récemment présenté le musée à un membre du conseil d'administration du BeMA, j'ai dit : « C'est probablement le pire moment pour construire un musée », et il a répondu : « C'est le moment le plus important pour construire un musée, car nous avons besoin de culture, d'éducation et d'idées », a déclaré Andraos.

« Quand les gens ont faim, c'est comme une bataille entre l'art et la nourriture – mais l'art est aussi une sorte de nourriture, d'une certaine manière, pour l'esprit et l'âme.

« Toutes les personnes impliquées y voient une lueur d'espoir et le pays a besoin de construire ses institutions. C'est presque comme une résistance à l'effondrement. Nous avons une histoire qui mérite d'être valorisée, relue, et une culture que nous devons préserver et sur laquelle nous devons nous appuyer. »

Cela ne veut pas dire que le projet a été accueilli par tous au début.

« Il n'y a pas de grande fréquentation publique des musées, c'est quelque chose qui doit vraiment être développé », a déclaré Khalaf. « À cet égard, les gens ont eu l'impression que c'était un projet inutile. »

« Mais maintenant que les gens voient que c'est un projet sérieux et qu'il se réalise, l'attitude a changé. Ils disent qu'il y a de quoi se réjouir. »

À ce jour, environ 70 % du financement du projet a été alloué et un appel public sera bientôt lancé pour combler le déficit éventuel. L'entrée au musée sera gratuite.

Situé dans le quartier résidentiel haut de gamme de Badaro, au cœur de Beyrouth, connu pour ses bâtiments du début du 20e siècle influencés par l'Art déco, le musée se trouvera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui séparait l'est et l'ouest de la capitale pendant la guerre civile.

Ce qui est bien maintenant, c'est que cela pourrait devenir le « mile des musées », car il y a le Musée national, le BeMA, le Musée Mim, et si vous allez plus loin, vous arriverez au Musée Sursock », a déclaré Khalaf.

« Cela change la perspective d'un Beyrouth déchiré par la guerre à un Beyrouth culturellement vivant. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Au Danemark, un nouveau musée pour raconter les destins des réfugiés

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Short Url
  • Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl
  • Le musée est construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale

OKSBOL: Construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale, un nouveau musée consacré aux exilés ouvre ses portes mercredi au Danemark pour mieux raconter les histoires personnelles derrière la migration forcée.

Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl, une petite ville sur la côte ouest du pays scandinave, un des Etats d'Europe à la ligne la plus dure en matière d'immigration.

Dans ce qui fut jadis l'hôpital du camp auquel a été ajoutée une aile moderne, au milieu d'effets personnels - d'une tente à un ours en peluche -, l'exposition retrace les parcours individuels des exilés.

L'histoire, à l'origine du lieu, des réfugiés allemands à la chute du nazisme, mais aussi de ceux ayant trouvé refuge au Danemark pour fuir la guerre et l'oppression.

"Nous voulons raconter l'histoire, derrière les chiffres, des vrais gens", explique à l'AFP le directeur du musée Claus Kjeld Jensen.

Ici, au crépuscule de la guerre de 1939-1945, des dizaines de milliers d'Allemands fuyant la progression de l'Armée rouge ont trouvé refuge sur ces terrains militaires de landes et de plages au bord de la mer du Nord.

Oksbøl était alors devenue en quelques semaines la cinquième ville du Danemark en termes de population.

Dans le camp, opérationnel de 1945 à 1949, il y avait derrière des barbelés des écoles, un théâtre et un atelier.

En dehors des deux bâtiments de l'hôpital et d'un cimetière caché par une forêt touffue, il restait peu de traces de ce passé que le musée vient ressusciter.

"Il y a cette période de l'histoire du monde qui s'est déroulée ici même, où nous sommes. Mais il y a aussi la situation d'aujourd'hui", souligne Kjeld Jensen.

"Nous avons beaucoup plus de réfugiés dans le monde que nous n'en avions à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Donc je suppose que la question est plus pertinente que jamais", dit le conservateur.

« Sanctuaire »

Inauguré samedi par la reine du Danemark Margrethe II et le vice-chancelier allemand Robert Habeck, le musée a coûté au total 16 millions d'euros, dont 1,5 apportés par Berlin.

"Personne n'aurait pu penser qu'il serait si tristement actuel de parler de réfugiés et d'exil", a souligné la monarque de 82 ans.

Fin 2021, le monde comptait près de 90 millions de personnes déracinées -réfugiés et déplacés internes-,  selon le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché un nouveau mouvement sur le continent, avec au moins 12 millions de personnes ayant quitté leurs foyers, selon l’ONU.

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley.

"Lorsque nous avons commencé ce projet, nous pensions que cela faisait partie du passé pour l’Europe occidentale", a-t-il dit lors de l’inauguration.

A l’intérieur de son oeuvre, d’imposantes charpentes en bois s’étirent vers le ciel, créant un grand foyer ouvert à partir duquel les visiteurs explorent les expositions.

Un lieu conçu comme "une oasis ou un sanctuaire qui s’ouvre vers la forêt", selon son concepteur. "C'est d’une certaine manière ce que les réfugiés ont, je l’espère, trouvé ici – un sanctuaire et l’aperçu d’un avenir meilleur".

Pour certains, la politique actuelle du Danemark vis-à-vis des réfugiés colle mal avec la philosophie du musée.

Ces dernières années, les gouvernements de droite comme de gauche ont mené l’une des politiques migratoires les plus strictes d’Europe.

Le Danemark est ainsi devenu le premier pays de l’Union européenne à réexaminer les cas de plusieurs centaines de Syriens de Damas ayant obtenu l'asile, jugeant que la situation leur permettait de rentrer chez eux.

Les politiques migratoires danoises "sont très orientées politiquement et nous espérons, bien sûr, qu’il y aura un moyen de changer cela", a déclaré le représentant du HCR, Henrik Nordentoft.


Les artistes saoudiens profitent des projets culturels en Arabie

 L'artiste saoudien Ahmed Mater travaille dans son studio de la capitale Riyad le 19 juin 2022, sur un projet à exposer dans le désert à l'extérieur d'Al-Ula. (AFP).
L'artiste saoudien Ahmed Mater travaille dans son studio de la capitale Riyad le 19 juin 2022, sur un projet à exposer dans le désert à l'extérieur d'Al-Ula. (AFP).
Short Url
  • L'inititiave présentée lundi va exposer les oeuvres de cinq artistes dont deux saoudiens
  • Parmi eux, Ahmed Mater, un artiste engagé dont une des oeuvres phares, "Evolution de l'Homme", représente les méfaits de l'industrie pétrolière

ALULA: L'Arabie saoudite a dévoilé un projet artistique grandiose dans le désert "la vallée des Arts", qui exposera en 2024 des oeuvres d'artistes locaux et étrangers, illustrant la volonté d'ouverture du royaume conservateur à la culture et au tourisme.

L'inititiave présentée lundi va exposer les oeuvres de cinq artistes dont deux saoudiens. Parmi eux, Ahmed Mater, un artiste engagé dont une des oeuvres phares, "Evolution de l'Homme", représente les méfaits de l'industrie pétrolière.

A travers la transformation d'une silhouette sur des panneaux lumineux, l'artiste y dénonce l'emprise du pétrole sur le monde. Créée en 2010, cette oeuvre a enfin été montrée au public saoudien en juin à Ryad.

"Je crois dans les changements quand ils viennent de la base, mais si on peut les encourager d'en haut c'est encore mieux", a estimé Ahmed Mater à l'AFP, faisant référence à l'impulsion donnée par les autorités pour encourager l'art dans le royaume.

"C'est ce qui est nouveau", ajoute-t-il.

La « vallée des arts »

Autour d'Al-Ula, une ville de la région de Médine dans le nord ouest du pays, le projet Wadi AlFann - "vallée des arts" - va exposer sur 65 kilomètres carrés de désert des œuvres s'inspirant du mouvement du "land art", une forme d'art consistant en interventions de grande ampleur sur la nature et les paysages.

L'une des pionnières de ce mouvement, l'Américaine d'origine hongroise Agnes Denes, figure parmi les trois artistes étrangers choisis pour ce projet.

L'idée est aussi de faire d'Al-Ula, célèbre pour ses tombes nabatéennes disséminées au milieu des montagnes et des oueds de grès, une destination touristique.

Ce projet ambitieux et monumental devrait attirer des visiteurs sur plusieurs générations, affirme la conservatrice du projet, Iwona Blazwick, ancienne directrice de la Whitechapel Gallery de Londres.

L'artiste saoudienne Manal AlDowayan, dont les oeuvres analysent la place des femmes dans la société saoudienne, se félicite d'avoir été choisie pour ce projet.

Si elle reconnait avoir été plus souvent exposée à l'étranger que dans son pays d'origine, elle soulignant n'avoir jamais été inquiétée dans sa carrière d'artiste par les autorités saoudiennes.

"J'abordais des sujets très durs à l'époque où le contexte était vraiment répressif, et je n'ai pas eu de problème (...) Je n'ai jamais été censurée", assure-t-elle.

Pour la chercheuse Eman Alhussein, du Arab Gulf States Institute à Washington, les artistes visuels qui manient l'art conceptuel ont toujours eu plus d'espace de liberté que les activistes, car "leurs œuvres peuvent être interprétées de différentes manières".

Manal AlDowayan s'étonne d'être désormais "constamment exposée" dans le royaume.

"Je suis redécouverte par mon peuple, ma communauté. Ils avaient l'habitude de me suivre sur Instagram. Maintenant, ils peuvent réellement aller voir les œuvres d'art", se réjouit-elle.

 


Tunisie: décès de l'acteur Hichem Rostom

L'acteur tunisien Hichem Rostom. (Twitter)
L'acteur tunisien Hichem Rostom. (Twitter)
Short Url
  • Ce docteur en littérature et en histoire de théâtre avait commencé sa carrière d'artiste il y a plus de 50 ans et participé à des dizaines de films tunisiens, français, italiens, anglais et allemands
  • En Tunisie, où il était considéré comme l'acteur le plus célèbre de sa génération, il a dirigé deux éditions des Journées théâtrales de Carthage et a été l’un des fondateurs du festival «Rouhaniyet» de chants spirituels et soufis

TUNIS: L'acteur tunisien Hichem Rostom, qui avait joué dans des films célèbres comme le « Patient anglais » est décédé mardi à l'âge de 75 ans, a annoncé le ministère tunisien de la Culture. 

Ce docteur en littérature et en histoire de théâtre avait commencé sa carrière d'artiste il y a plus de 50 ans et participé à des dizaines de films tunisiens, français, italiens, anglais et allemands. 

Il a fait ses études supérieures en France où il a travaillé comme animateur au Théâtre national populaire avant de se lancer dans le cinéma, décrochant des rôles dans plusieurs films dont le « Patient anglais » d'Anthony Minghella (1997), Paparazzi d'Alain Berberian (1998) ou encore l'Or noir de Jean-Jacques Annaud (2011). 

Après son retour en Tunisie en 1988, il a joué dans plusieurs films et séries de télévision à succès. 

En Tunisie, où il était considéré comme l'acteur le plus célèbre de sa génération, il a dirigé deux éditions des Journées théâtrales de Carthage et a été l’un des fondateurs du festival « Rouhaniyet » de chants spirituels et soufis.