Frankly Speaking: Le WEF envoie un message fort en n’invitant pas la Russie à Davos

Le président du Forum économique mondial Borge Brende sur Frankly Speaking. (Capture d'écran)
Le président du Forum économique mondial Borge Brende sur Frankly Speaking. (Capture d'écran)
Short Url
Publié le Lundi 23 mai 2022

Frankly Speaking: Le WEF envoie un message fort en n’invitant pas la Russie à Davos

  • Le président du WEF déclare que les violations commises par l'Iran et Israël ne sont pas comparables à celles commises en Ukraine.
  • Brende estime que la guerre actuelle pourrait se terminer comme «l'Afghanistan ou le Vietnam de la Russie»

DAVOS : Le président du Forum économique mondial a déclaré que l'organisation basée à Genève envoie un signal fort à Moscou en n'invitant pas de responsables et d'entreprises russes au sommet de Davos de cette année, alors qu'elle a invité le dirigeant ukrainien à s'adresser au rassemblement.

« En ce qui concerne la Russie, nous avons choisi de ne pas inviter les entreprises ou les responsables russes parce qu'il y a des limites », a déclaré Borge Brende à Katie Jensen, l'animatrice de Frankly Speaking, le talk-show d'Arab News qui propose des entretiens avec des décideurs politiques et des chefs d'entreprise de premier plan.

« La Russie a enfreint le droit humanitaire fondamental et le droit international. Elle ne respecte pas la Charte des Nations unies et nous avons été témoins de très nombreuses atrocités. »

Par ailleurs, a déclaré Brende, le WEF aura non seulement le président ukrainien Volodomyr Zelensky « en vidéoconférence », mais aussi plusieurs de ses ministres.

« Depuis Kiev, nous aurons deux de ses vice-premiers ministres. Nous avons également le ministre des affaires étrangères à Davos », a-t-il déclaré, ajoutant que des PDG se réuniront pour former un groupe de chefs d'entreprise pour l'Ukraine afin de « garantir la reconstruction du pays. »

Justifiant la décision du WEF, il a déclaré : « La clé pour débloquer cette situation se trouve avec (le président Vladimir) Poutine et le Kremlin. Nous devons nous assurer qu'ils prennent des mesures pour se conformer à nouveau au droit international avant d'être réinvités à Davos. Nous avons une forte obligation morale d'envoyer également ce genre de signal dans une telle situation. »

Brende s’exprimait dans « Frankly Speaking » à la veille de la première réunion annuelle physique du WEF depuis le début de la pandémie de Covid-19. C'est la première fois que l'événement, dont le coup d'envoi a été donné dimanche, se tient à Davos en mai.

Il a nié que pour une organisation qui s'enorgueillit de son impartialité et de sa réputation de bâtisseur de ponts, la décision de ne pas inviter une partie équivaudrait à un échec du WEF à encourager le débat.

Brende a précisé qu'il est vrai que, depuis 50 ans, le WEF a toujours essayé de réunir les dirigeants, mais « il y a des limites. »

« Il y a une guerre en cours en Ukraine, où des enfants sont tués dans leurs écoles tous les jours. On voit des femmes se faire violer. Des crimes de guerre ont lieu et il n'y a aucune volonté de dialogue », a-t-il dit.

« Davos tourne autour de la volonté de trouver des solutions communes, et si les pays sont au moins prêts à discuter de l'avenir, alors c'est autre chose. Mais aujourd'hui, la Russie ne montre aucune volonté en ce sens. C'est pourquoi nous sommes très tristes de ne pas être en mesure d’avoir ce dialogue. Espérons-le pour l’avenir, mais pas aujourd'hui ».

Brende, ancien ministre des affaires étrangères de Norvège, a refusé de comparer les atrocités qu'Israël est accusé de commettre à l'encontre des civils palestiniens à celles de la Russie en Ukraine, et a suggéré que c’est dû au fait que de nombreux Européens se sentent plus proches de l'Ukraine.

« Ce qui se passe actuellement en Ukraine est inacceptable et la guerre se poursuit », a-t-il répété, expliquant pourquoi inviter la Russie à la réunion annuelle n'est pas la même chose que, disons, inviter Israël ou l'Iran.

« Quand il s'agit d'Israël et de la situation dans les zones palestiniennes, il y a au moins une certaine volonté de dialogue. Nous l'avons vu avec les accords d'Abraham, à Davos nous réunissons des chefs d'entreprise israéliens et palestiniens dans le cadre d'une initiative appelée “Breaking the Impasse“. Ils sont assis là avec des politiciens du monde entier, mais aussi ceux de ces régions pour discuter de la possibilité d'établir une solution à deux États. Au moins, un dialogue est en cours et nous espérons des solutions futures. »

Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait que les sanctions récemment imposées à la Russie étaient suffisantes pour mettre fin au conflit ou si une OTAN élargie était la solution, M. Brende a répondu : « Je pense que la Russie est incroyablement surprise par la force de l'armée ukrainienne. Ils étaient censés prendre Kiev, la capitale, en deux ou trois jours. Kharkiv, la deuxième plus grande ville, en deux, trois jours. La résistance des Ukrainiens, j'en suis sûr, les a surpris et c'est pourquoi ils se retirent aussi. »

Dans les mois à venir, selon Brende, il est probable que la Russie poursuive ses attaques. « Mais l'Ukraine peut facilement se transformer en Vietnam de la Russie, ou en Afghanistan de la Russie », a-t-il déclaré.

« Lorsque plus de 40 millions de personnes se défendent avec autant de vigueur que les Ukrainiens épris de liberté, les Russes auront un énorme défi à relever. Cela montre que même une armée très moderne et très forte ne peut pas éliminer les personnes qui luttent pour la liberté dans le monde. Je pense qu'il s'agit d'une leçon que de nombreux pays doivent retenir et sur laquelle ils doivent travailler. »

Le WEF affirme que sa réunion annuelle à Davos offre « un environnement de collaboration unique » aux personnalités publiques et aux dirigeants mondiaux pour « renouer des liens, partager des idées, acquérir de nouvelles perspectives et créer des communautés et des initiatives de résolution de problèmes ». Cependant, les critiques disent que l'événement est devenu un spectacle où les politiciens s'en tiennent à des scénarios préparés à l'avance.

M. Brende a rétorqué que le sommet de cette année verrait des progrès sur bon nombre des sujets les plus importants. « Nous aurons par exemple de nouvelles coalitions en matière de lutte contre le changement climatique », a-t-il déclaré.

« Nous nous concentrerons beaucoup sur le commerce et les investissements. Nous savons qu'il n'y aura pas de véritable reprise économique sans reprise commerciale, c'est pourquoi il est si important que nous ayons aussi des ministres du Commerce, 30 d'entre eux avec (la cheffe de l'Organisation mondiale du commerce) Ngozi Okonjo-Iweala, qui préconisent qu'il n'y ait pas de nouveaux tarifs douaniers, pas de protectionnisme et pas d'interdiction d'exporter des aliments. »

« Beaucoup des défis auxquels nous sommes confrontés ne peuvent être relevés sans les entreprises. Donc, avec les 1 400 PDG et présidents présents à Davos, je suis à peu près sûr que nous allons progresser », a déclaré Borge, ajoutant que « 25 % des participants sont des femmes - cela aurait dû être 50, mais nous progressons. »

Brende a contesté l’affirmation du Financial Times cette semaine selon laquelle le sommet du WEF à Davos a un problème de perception, et l'organisation ne projette pas la bonne image.

« Je pense que nous sommes résolument capables de réunir des leaders de tous horizons. Il est facile d'être critique, mais je pense que le passé a également montré que le Forum économique mondial a un impact positif », a-t-il déclaré.

« C'est à Davos, par exemple, que l'Alliance mondiale pour les vaccins et les vaccinations (GAVI) a été lancée au niveau mondial (en 2001). C'est ici que (l'icône anti-apartheid) Nelson Mandela est venu en Europe pour la première fois et a lancé le plan économique pour l'Afrique du Sud. »

« Cette fois-ci, il s'agit vraiment de faire en sorte que la faible reprise ne se termine pas par une nouvelle récession. Il s'agit de s'assurer que nous tenons les promesses faites lors de la COP26 à Glasgow. Les chefs d'entreprise, 120 d'entre eux, s'engageront à atteindre un niveau net zéro d'ici 2050. C'est donc vraiment l'endroit où les dirigeants d'entreprises et de gouvernements se réunissent pour changer les choses. »

Alors que 2500 membres de l'élite mondiale se rendent à Davos, Brende a déclaré que la réunion de cette année ne pouvait pas mieux tomber car « les défis mondiaux nécessitent des solutions mondiales. »

« Malheureusement, en raison de la polarisation du monde, nous ne collaborons pas pour véritablement résoudre les guerres, le changement climatique et les problèmes de la reprise », a-t-il déclaré. « Mais nous allons essayer à Davos de réunir les dirigeants, et au moins de mobiliser le secteur privé pour qu'il apporte son soutien dans ces domaines très critiques. »

Brende a également indiqué que la pandémie de Covid-19 continue, affirmant qu'il est « très important de se préparer à la prochaine, car nous aurons malheureusement de nouvelles maladies et pandémies dans les décennies à venir aussi ».

« Nous nous sommes beaucoup rapprochés de la nature. Rien qu'au cours des dix dernières années, nous avons perdu des zones sauvages à travers le monde de la taille d’un pays comme le Mexique, donc les animaux et les êtres humains sont beaucoup plus proches. Ce qui donnera lieu à plus de maladies comme celle-ci. »

« Nous ne devons pas oublier que nous ne sommes pas encore sortis d’affaire. La Chine, la deuxième plus grande économie du monde, est en partie bloquée maintenant dans certaines des plus grandes villes du pays, et cela aura également un impact sur l'économie mondiale parce que la Chine croît plus lentement et sa demande va bien sûr diminuer. »

Se tournant vers l'avenir, il a déclaré : « Nous devons tirer les leçons de cette pandémie, nous devons avoir des médicaments, des équipements médicaux beaucoup plus disponibles qu'avant. Nous ne pouvons pas attendre des semaines pour qu'ils arrivent. Nous devons être en mesure d'intensifier rapidement la vaccination. Nous savons que nous avons payé un prix énorme : 15 millions de personnes ont perdu la vie à ce jour dans cette pandémie. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Mexique inaugure une raffinerie, vise l'autosuffisance en carburants

Pendant sa campagne électorale en 2018, López Obrador a promis de réduire les prix du carburant et a maintenu une subvention provenant des revenus pétroliers excédentaires. (AFP)
Pendant sa campagne électorale en 2018, López Obrador a promis de réduire les prix du carburant et a maintenu une subvention provenant des revenus pétroliers excédentaires. (AFP)
Short Url
  • Le Mexique produit quelque 1,7 million de barils de pétrole par jour, mais la majeure partie est destinée à l'exportation. En raison du manque d'infrastructures, il est contraint d'importer du carburant
  • L'objectif de l'entreprise, baptisée Olmeca, «est de faire cesser l'exportation du pétrole brut et de transformer la matière première dans le pays pour devenir autosuffisants en essence et en diesel»

MEXICO: Le Mexique a démarré vendredi des tests sur les installations d'une nouvelle raffinerie dans l'Etat de Tabasco (sud-est), qui commencera la production en 2023, et grâce à laquelle le pays cherche à atteindre l'autosuffisance en carburants.

L'objectif de l'entreprise, baptisée Olmeca, "est de faire cesser l'exportation du pétrole brut et de transformer la matière première dans le pays pour devenir autosuffisants en essence et en diesel", a déclaré le président de gauche, Andrés Manuel López Obrador lors de l'inauguration.

Le Mexique produit quelque 1,7 million de barils de pétrole par jour, mais la majeure partie est destinée à l'exportation. En raison du manque d'infrastructures, il est contraint d'importer du carburant.

A ce stade, la raffinerie, située dans le port pétrolier de Dos Bocas, effectue des tests et commencera à fonctionner l'année prochaine, selon les prévisions du gouvernement.

"C'est déjà un rêve devenu réalité (...) tel que nous l'avons planifié, nous pourrons traiter 340 000 barils" de pétrole par jour, a déclaré le président.

Avec un investissement final qui avoisinera les 12 milliards de dollars, contre les 4 milliards de dollars initialement prévus, l'objectif du gouvernement est de produire 170 000 barils d'essence et 120 000 barils de diesel par jour.

"Nous tiendrons parole pour parvenir à l'indépendance énergétique", a assuré le président.

Pendant sa campagne électorale en 2018, López Obrador a promis de réduire les prix du carburant et a maintenu une subvention provenant des revenus pétroliers excédentaires.

Cependant, les prix dépassent le dollar par litre et sont considérés comme l'un des facteurs de l'inflation, à 7,88% au cours de la première moitié de juin, le taux le plus élevé depuis 2001.

La production de carburant d'Olmeca viendra s'ajouter à celle de la raffinerie de Deer Park, au Texas, rachetée par la société d'Etat Petróleos Mexicanos (Pemex) en janvier dernier, et qui devrait raffiner 340 000 barils de brut par jour selon les prévisions du gouvernement.


Inflation, nouvelles formes de consommation: la mode cherche la parade

Les Galeries Lafayette Paris Haussmann exposent un best-of des collections du Graduate Show de l'IFM - L'institut français de la mode du 5 juillet au 31 août (Photo : haussmann.galerieslafayette.com )
Les Galeries Lafayette Paris Haussmann exposent un best-of des collections du Graduate Show de l'IFM - L'institut français de la mode du 5 juillet au 31 août (Photo : haussmann.galerieslafayette.com )
Short Url
  • Le secteur de la mode et de l'habillement, sous tension, tente de trouver la parade pour faire face aux nouveaux enjeux qui le structurent
  • La hausse des coûts a fait grimper le prix des vêtements de 4,3% en mai 2022 par rapport à mai 2021, selon l'Insee

PARIS : Deux années marquées par le Covid-19, une inflation galopante, de nouveaux modes de consommation: le secteur de la mode et de l'habillement, sous tension, tente de trouver la parade pour faire face aux nouveaux enjeux qui le structurent.

Ce premier semestre 2022 porte la marque d'une «année sous tension», observe Céline Choain, spécialiste du secteur mode et distribution au sein du cabinet Kea & Partners, tant du côté des ventes physiques que numériques.

La hausse des coûts a fait grimper le prix des vêtements de 4,3% en mai 2022 par rapport à mai 2021, selon l'Insee. Une répercussion «inévitable» dans le contexte des tensions sur les chaînes de production et d'approvisionnement, pour Mme Choain.

Les consommateurs, pour lesquels ce qu'il «reste à dépenser» en achats de vêtements «diminue en raison de l'inflation», selon la spécialiste, bouleversent alors leurs modes de consommation: recours plus fréquent à la seconde main, «petit report» d'achat - notamment des 15-25 ans - sur les sites internet à très bas prix basés en Asie, ou encore une logique du «consommer moins, mais mieux», en réduisant la fréquence d'achats, mais en s'offrant des pièces plus qualitatives.

L'inflation galopante affecte également les professionnels du secteur, contraints de repenser leurs modes de production en raison des coûts plus élevés et de délais logistiques allongés, héritage de la pandémie de Covid-19.

Car depuis deux ans, sécuriser «les capacités de transport et de production» est devenu critique, note Céline Choain. Ainsi, un produit standard d'habillement, habituellement fabriqué en six semaines, l'est désormais en «10 à 20 semaines».

Les coûts des transports ont de leur côté «flambé», rappelle l'experte: le trajet d'un conteneur entre la Chine et les États-Unis s'élève aujourd'hui en moyenne à «13.000 dollars, contre 3.000 avant la pandémie».

- Contexte inédit -

Le secteur n'a jamais connu «un contexte d'aussi fortes tensions», abonde Samah Habib, experte mode et luxe chez Accenture: depuis six mois, les matières premières accusent une forte augmentation, soit +80% pour le coton biologique, 28% pour le coton et 43% pour la laine.

Certaines grandes chaînes de distribution ont «anticipé» le mouvement en provisionnant ou en organisant des stocks de ces matières à l'avance, relève Samah Habib, ce qui participe mécaniquement à la hausse des prix.

Le Covid-19 et ses conséquences (confinements, jauges...) ont creusé une dynamique déjà «baissière depuis 10 à 15 ans», souligne Céline Choain.

Néanmoins, les ventes en termes de volumes aujourd'hui sont remontées, se rapprochant «progressivement» de celles réalisées en 2019.

«Les projections les plus optimistes tablent sur une croissance de +3% en 2022» par rapport à 2019, note Samah Habib, où les gagnants pourraient être les «enseignes à très bas prix» et le secteur du luxe «qui se porte très bien».

Ainsi, le chinois Shein, positionné sur les prix bas et devenu incontournable dans l'«ultra-fast-fashion» depuis son lancement en 2008, a «poursuivi sa dynamique» ces deux dernières années, avec des «volumes de ventes qui ont continué à progresser malgré la pandémie», indiquaient l'Institut français de la mode (IFM) et le panéliste Kantar dans une note de mai.

Les parts d'achats de vêtements en ligne ont grimpé pour représenter 21% en 2021, selon Kantar.

«Ces entreprises (à bas prix) ont une excellence opérationnelle», elles sont capables de proposer «des centaines de nouveaux articles par semaine», note Mme Choain et de «créer une désirabilité chez les consommateurs» soutenue par un approvisionnement réactif. Mais elles posent des questions en termes de transparence et de RSE.

Les acteurs plus traditionnels de l'habillement qui ne souhaitent pas rogner sur la qualité de leurs produits tentent plutôt de séduire une clientèle adepte du «moins mais mieux», en se tournant notamment vers une production plus locale, dans les ports méditerranéens.

Mais il est difficile de relocaliser la production de tous les produits «du jour au lendemain», en raison d'obstacles «de prix, de main-d'oeuvre, de savoir-faire», explique Mme Habib.


TikTok donne des gages au Congrès américain sur la sécurité de ses données

Le logo du service de réseau social chinois TikTok sur un écran de tablette (Photo, AFP).
Le logo du service de réseau social chinois TikTok sur un écran de tablette (Photo, AFP).
Short Url
  • La lettre répond à des questions soumises préalablement par les sénateurs concernant le stockage et l'accès aux données de TikTok
  • Donald Trump s'était inquiété de la sécurité des données de la plateforme et avait tenté de forcer ByteDance à céder sa filiale

NEW YORK: TikTok a assuré à des sénateurs américains prendre les mesures nécessaires pour satisfaire aux exigences du gouvernement américain en matière de protection des données et d'accès hors des Etats-Unis, y compris par des employés de sa maison mère, le groupe chinois ByteDance.

La lettre, initialement publiée par le New York Times et dont le contenu a été confirmé à l'AFP par TikTok, a été envoyée par le réseau social à neuf sénateurs républicains.

Elle répond à des questions soumises préalablement par les élus concernant le stockage et l'accès aux données de TikTok.

Pour répondre aux demandes des autorités américaines, TikTok avait indiqué, mi-juin, que toutes les données relatives à des utilisateurs américains de la plateforme étaient désormais stockées sur des serveurs du groupe Oracle aux Etats-Unis.

Le réseau social a confirmé, comme l'avait pointé un article du site BuzzFeed, mi-juin, que des employés basés en Chine avaient accès à ces données, mais dans le respect d'un protocole d'autorisation et de contrôles de sécurité "solides", a-t-il assuré.

"Le Parti communiste chinois ne nous a pas demandé de partager ces données", a de nouveau affirmé TikTok. "Nous n'avons pas transmis au PCC des informations relatives aux utilisateurs américains et nous ne le ferions pas si on nous le demandait".

Par ailleurs, les responsables du groupe ont expliqué que si des ingénieurs de ByteDance pouvaient travailler sur les algorithmes de la plateforme, le nouveau protocole garantit, selon TikTok, qu'ils ne pourront le faire que dans l'environnement informatique d'Oracle, sans en extraire de données.

Le réseau social fait actuellement l'objet d'un examen du Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), une agence gouvernementale qui évalue les risques de tout investissement étranger pour la sécurité nationale américaine.

Durant son mandat à la Maison Blanche, Donald Trump s'était inquiété de la sécurité des données de la plateforme et avait tenté de forcer ByteDance à céder sa filiale à Oracle.

Il avait également pris des décrets pour interdire le service, lesquels ont été révoqués par Joe Biden après son arrivée à la présidence des Etats-Unis.

L'actuel chef de l'Etat avait néanmoins demandé à son administration de mesurer les risques effectivement posés par l'actionnariat étranger de sites et applications en ligne.