Frankly Speaking: un responsable de l'UE affirme que les Syriens ont été traités comme les Ukrainiens

Michael Koehler, directeur général adjoint des opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire (ECHO).
Michael Koehler, directeur général adjoint des opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire (ECHO).
Short Url
Publié le Lundi 03 octobre 2022

Frankly Speaking: un responsable de l'UE affirme que les Syriens ont été traités comme les Ukrainiens

  • Un éminent responsable humanitaire de l'UE estime qu'il est injuste de comparer l'accueil réservé aux Ukrainiens avec des situations antérieure
  • Il insiste sur le fait que la crise humanitaire en Syrie n'a pas été oubliée

DJEDDAH : L'Europe ne peut pas être accusée de ne pas avoir accueilli des réfugiés « par millions et par millions » au cours des dernières années, a déclaré à Arab News Michael Koehler, le directeur général adjoint des opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire (ECHO), ajoutant que « la loi s'applique à tous » et que l'Europe dispose de lois pour « régler la situation des réfugiés. »

Ces lois sont basées sur la Quatrième Convention de Genève parmi d'autres accords internationaux, a-t-il dit, et du point de vue de l'Europe, « il n'y a absolument aucune différence entre un réfugié et un demandeur d'asile d'une nation africaine, d'une nation du Moyen-Orient ou d'Ukraine. »

Koehler a nié que l'Europe ait fait preuve de racisme, de politique de deux poids deux mesures et d’hypocrisie avec des réfugiés ukrainiens fuyant leur pays en raison de la guerre avec la Russie et d’autres du Moyen-Orient. « La seule différence que je vois est que les réfugiés d'Ukraine ont, sur la base d'une décision des ministres européens de l'intérieur, immédiatement obtenu des permis de travail », a-t-il dit à Katie Jensen, l'animatrice de l'émission « Frankly Speaking » d'Arab News. « Mais à part cela, le traitement n'est pas différent de celui des réfugiés d'autres régions du monde ».

« Frankly Speaking » présente des entretiens avec des décideurs politiques et des chefs d'entreprise de premier plan, plongeant au cœur des plus grands titres de l'actualité au Moyen-Orient et dans le monde. Lors de son passage dans l'émission, M. Koehler s'est exprimé sur un certain nombre de sujets, notamment sur ce que l'avenir réserve aux Ukrainiens déplacés et sur la question de savoir si l'UE envisage de retirer des fonds des zones de crise du Moyen-Orient pour combler le déficit d'aide humanitaire.

1

 M. Koehler a déclaré qu'il fallait revenir sur l'arrivée des Syriens et des Irakiens en 2015 et 2016, lorsque des nombres légèrement plus comparables de réfugiés affluaient en Europe. « Le million de Syriens qui s'est déversé en Allemagne a été très bien accueilli », a-t-il déclaré. « Il n'est pas tout à fait juste, d'une certaine manière, de comparer l'accueil que reçoivent maintenant les Ukrainiens deux mois après le début de la crise, avec la situation d'autres réfugiés qui sont en Europe depuis quatre ans, cinq ans, six ans ou sept ans, et certains problèmes qui en découlent. »

« Nous n'en sommes absolument pas encore là dans la crise ukrainienne, mais c'est un phénomène très général. D'un point de vue structurel, c'est un phénomène très connu », a-t-il déclaré, évoquant des cas où l'accueil initial chaleureux réservé aux réfugiés par la population fait place à des problèmes qui « conduisent parfois à des réactions populistes. »

Néanmoins, Koehler a regretté des commentaires tels que ceux du Premier ministre bulgare Kiril Petkov (« Ce ne sont pas les réfugiés auxquels nous sommes habitués, ces gens sont des Européens, des gens intelligents et éduqués »), et l'allusion au droit des pays de choisir les réfugiés en fonction de leur race, de leur religion ou de leur politique.

« Non, absolument pas. Absolument pas », a-t-il déclaré. « Il est cependant, bien sûr, normal que si vous êtes un voisin direct d'un pays qui est dans la situation dans laquelle se trouve l'Ukraine, il y ait peut-être plus d’empathie. Il y a une disposition un peu plus grande du secteur privé à aider, mais nous avons vu la même chose dans d'autres configurations. »

Faisant allusion aux remarques insensibles des politiciens européens, Koehler a déclaré : « Nous ne devons pas considérer les déclarations de tel ou tel homme politique comme la ligne politique des États membres et de l'UE. Les politiciens peuvent exprimer leurs opinions personnelles, mais cela ne signifie pas que l'ordre juridique qui régit la manière dont les réfugiés sont accueillis, le soutien qu'ils reçoivent et ainsi de suite, soit modifié. »

Koehler n'est pas d'accord avec l'idée qu'avec la crise humanitaire ukrainienne qui tient le devant de la scène, la tragédie de la Syrie, où 6,2 millions de personnes restent déplacées à l'intérieur du pays, a été oubliée. « Non, ils n'ont pas été oubliés », a-t-il répondu. « En fait, j'ai partagé via Twitter une partie de la réunion ministérielle sur la Syrie dans la région que nous accueillons ici à Bruxelles pour la sixième fois. C'est la réunion annuelle de la communauté internationale ».

« Hier, la communauté internationale s’est engagée à un don record : 6,4 milliards d'euros pour 2022-2023, soit un demi-milliard de plus que la promesse équivalente de l'année dernière. Donc, ce que cela nous dit, c'est qu'il n'y a pas de lassitude au sein de la communauté internationale lorsqu'il s'agit d'aider les Syriens. Les donateurs sont là, ils ne sont pas fatigués et les organisations internationales sont mobilisées. »

Mais qu'en est-il des agences humanitaires qui se plaignent de manquer d'argent ? Koehler dit qu'il ne nie pas le « manque de donateurs ».

« Si vous comptabilisez la quantité d'argent mobilisée chaque année pour l'aide humanitaire, vous constaterez une augmentation du montant. C'est totalement dépassé par les besoins, parce que chaque année, nous avons plus de crises. Les crises existantes ne disparaissent malheureusement pas et le nombre de personnes qui souffrent ne cesse d'augmenter. »

Interrogé sur la manière de combler le déficit de financement de l'aide humanitaire, M. Koehler a répondu que la solution comprend plusieurs volets, pour commencer un plus grand nombre de donateurs, notamment ceux de l'UE. « Les clubs des pays riches ont 38 membres de l'OCDE ou du G20 », a-t-il déclaré. « Tous ces pays n'ont pas encore fourni de l'aide humanitaire. Certains le font, mais pas de manière très régulière. Parfois ils débloquent beaucoup d'argent, et d'autres fois, ils sont un peu plus économes avec leurs ressources. »

Parmi les nombreux aléas que peut subir le Moyen-Orient à cause de la guerre en Ukraine, il y a le fait que la Russie a laissé entendre qu'elle opposerait son veto au renouvellement du mandat qui permet à l'ONU d'utiliser le point de passage de Bab Al-Hawa, dans le nord de la Syrie, lorsqu'il expirera le 9 juillet. Cela signifie que l'aide de l'UE pourrait devoir passer par Damas et se trouver ainsi sous le contrôle du régime d'Assad. « Si Bab Al-Hawa était fermé, il y aurait un énorme problème d'approvisionnement et nous avons déjà vu ce que cela signifie dans le nord-est de la Syrie », a déclaré Koehler.

« Cependant, nous sommes aussi très favorables à la coopération transfrontalière, donc nous n'avons aucun problème à apporter de l'aide de Damas au nord-est, par exemple, ou au nord-ouest. Malheureusement, cela ne se produit qu'à petite échelle, ce qui est lié à des problèmes politiques mais aussi logistiques. »

Selon Koehler, il existe un nouveau système pour acheminer l’aide par le biais de partenaires spécialisés, pas par les gouvernements, « ainsi, acheminer de l'aide, par exemple dans la partie de la Syrie qui est contrôlée par les autorités de Damas, ne signifie pas donner de l'argent au gouvernement Assad. »

« Elle est mise en œuvre par le biais d'organisations propriétaires spécialisées, d'ONG, d'agences des Nations unies, etc. Pour cela, nous avons un suivi, nous avons des audits, nous avons des audits indépendants par des tiers », a-t-il déclaré. « Nous avons nos bureaux sur le terrain. ECHO a un bureau à Damas qui peut surveiller ce qui se passe, et dès qu'il y a le moindre soupçon de détournement d'aide, nous arrêtons. Nous arrêtons, nous enquêtons et nous ne reprenons l'aide qu'une fois que nous sommes suffisamment, disons, rassurés sur la façon dont l'aide est mise en œuvre. »

Koehler a déclaré qu'ECHO utilisait le même modus operandi en Afghanistan. « Comme je l'ai dit précédemment, nous ne travaillons jamais par l'intermédiaire des gouvernements. Nous travaillons donc avec les ONG locales. Nous travaillons avec le Croissant-Rouge, nous collaborons, par exemple, avec l'UNICEF et d'autres organisations et nous nous assurons que cet argent profite directement à la population concernée », a-t-il déclaré.

Il a toutefois reconnu qu'avec les nouvelles restrictions annoncées par les talibans, dont beaucoup visent les femmes, « nous sommes franchement déçus de la manière dont les choses évoluent en Afghanistan. »

En avril dernier, l'UE a promis 525 millions d'euros d'aide humanitaire à l'Afghanistan, et selon Koehler, en conséquence des développements en Afghanistan depuis la prise de contrôle du pays par les talibans l'année dernière, la communauté internationale, et en particulier l'UE, ont intensifié le financement humanitaire.

« Les talibans ont donné un certain nombre d'assurances concernant, par exemple, l'éducation des filles et les droits des femmes. Cependant, nous constatons aujourd'hui que nombre de ces assurances se sont révélées discutables, voire formellement révoquées, ce qui crée bien sûr des problèmes majeurs. »

Passant à un autre point chaud de l'actualité humanitaire, Koehler a minimisé les craintes d'un arrêt du financement de l'aide humanitaire, malgré un avertissement des Nations unies ce mois-ci, selon lequel plus de cinq millions et demi de réfugiés palestiniens pourraient ne plus avoir accès aux services de base tels que la nourriture, l'éducation et les soins de santé en raison d'une baisse des contributions des États membres, l'UE en particulier.

« Nous soutenons l'UNRWA et nous poursuivons notre assistance », a-t-il déclaré, en faisant référence à l'agence des Nations unies qui soutient les secours et le développement humain des réfugiés palestiniens.

En ce qui concerne la contribution de l'UE, il a déclaré qu'il ne s'agissait « pas de réduire le financement mais de négocier les conditions pour les versements de 2021-2022. »

Il a ajouté : « Ce qui s'est arrêté pour un court moment, ce n'est pas l'aide humanitaire mais les transferts financiers directs que l'aide au développement de l'UE mettait à disposition au profit de l'Autorité nationale palestinienne. Et ce n'est pas un arrêt définitif, mais il s'agit de convenir d'un certain nombre de conditions, dans lesquelles cet argent serait mis à disposition. »

Mais dans un contexte d'inquiétude quant à une éventuelle fermeture de l'UNRWA, quelle est la position de l'UE sur le droit au retour ? « L'UE a une position de principe à cet égard et nous sommes toujours en faveur de la solution à deux États. Nous voulons une solution négociée entre les parties », a précisé M. Koehler. « Nous considérons que l'occupation de la Palestine doit prendre fin, conformément aux résolutions pertinentes des Nations unies, sur la base de négociations bilatérales que nous sommes prêts à encourager et à soutenir autant que possible. »

Koehler a conclu en disant que les agences d'aide et les donateurs doivent s'unir et « parler d'une même voix » pour des efforts d'aide humanitaire efficaces dans les zones de crise. « Partout où la communauté internationale, les donateurs des États-Unis au Royaume-Uni, à l'UE, à la Suède, à l'Allemagne, au Royaume d'Arabie saoudite, partout où les donateurs parlent d'une même voix, cette voix unique a un effet », a-t-il déclaré, citant l'exemple de la tentative ratée en 2020 par la milice houthie soutenue par l'Iran d'imposer une taxe de 2 % sur les livraisons d'aide humanitaire au Yémen.

« La communauté internationale a dit « pas question ». Le Programme alimentaire mondial a également dit « pas question ». Nous avons dit, si c'est ce que vous voulez faire, nous allons simplement cesser nos opérations sur le territoire que vous contrôlez. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Attaque au couteau à Bruxelles: 3 blessés, dont l'un grièvement

Le personnel d'urgence arrive à l'extérieur d'une station de métro près du siège de l'UE à Bruxelles, le lundi 30 janvier 2023. (AP)
Le personnel d'urgence arrive à l'extérieur d'une station de métro près du siège de l'UE à Bruxelles, le lundi 30 janvier 2023. (AP)
Short Url
  • Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque
  • Une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau

BRUXELLES: Trois personnes ont été blessées, dont une grièvement, dans une attaque au couteau lundi en fin d'après-midi à Bruxelles, dans une station de métro, selon un nouveau bilan de la police belge, qui a interpellé l'assaillant.

"Attaque au couteau dans la station Schuman: la collaboration avec les différents services de police (...) a permis l'arrestation rapide de l'auteur", a tweeté le maire de Bruxelles Philippe Close.

Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque, dont l'une se trouvant "dans un état critique".

La police ne s'est pas exprimée sur les motivations de l'assaillant. Le parquet fédéral a indiqué n'avoir pas été saisi "à ce stade".

Selon une source proche du dossier, la personne interpellée "était déjà connue pour des antécédents psychiatriques".

L'attaque est survenue autour de 18H00 dans la station de métro Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen.

Selon un journaliste présent sur les lieux, plusieurs policiers en civil accourraient alors vers un quai de la station.

Au même moment, une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l'opérateur des transports bruxellois (Stib).


L'Allemagne sceptique sur l'intérêt de laisser des soldats au Mali jusqu'en 2024

Des soldats allemands lors d'une patrouille sur la route de Gao à Gossi au Mali, le 2 août 2018. (Dossier, AFP)
Des soldats allemands lors d'une patrouille sur la route de Gao à Gossi au Mali, le 2 août 2018. (Dossier, AFP)
Short Url
  • La Minusma, dit être entravée dans sa mission par les restriction imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020
  • Auparavant, M. Pistorius a l'intention de se rendre au Mali «pour se rendre compte de la situation»

BERLIN: Le nouveau ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a estimé lundi que le maintien des forces de son pays "au Mali jusqu'en mai 2024 n'avait aucun sens dans les conditions actuelles" car les troupes ne peuvent y remplir leur mission.

Entré en fonction il y a douze jours, M. Pistorius a manifesté son scepticisme sur la capacité des troupes allemandes à assurer leur engagement dans le cadre de la mission de l'Onu (Minusma) au Mali, pays en proie depuis 2012 à une grave crise multidimensionnelle.

La Minusma, créée en 2013 pour aider à stabiliser un Etat menacé d'effondrement sous la poussée djihadiste et protéger les civils, dit être entravée dans sa mission par les restriction imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020.

"Si nos soldats ne peuvent pas quitter leur camp ou simplement se déplacer dans un périmètre réduit, car les drones sont interdits de survol, alors ils ne remplissent pas leur mission", a affirmé M. Pistorius dans les colonnes du journal allemand Süddeutsche Zeitung.

"Cette mission est alors un gaspillage de temps et d'argent, avant tout pour les soldats, qui, loin de leur familles et de leurs amis, vont au casse pipe", a-t-il ajouté.

"La dernière fois que des drones ont volé, c'était avant Noël", a-t-il précisé.

Une décision sur la durée du mandat devrait tomber en mai. Auparavant, M. Pistorius a l'intention de se rendre au Mali "pour se rendre compte (lui-même) de la situation".

Lors d'un voyage à Bamako à la mi-décembre, la prédécesseure de M. Pistorius, Christine Lambrecht, s'inquiétait déjà de la situation pour les quelque 1 100 soldats allemands déployés dans ce pays.

Elle avait affirmé que le maintien des forces de son pays au Mali jusqu'en mai 2024 était conditionné à leur capacité à remplir leur mission et à la tenue d'élections en février 2024, un engagement pris par les colonels pour laisser la place à des civils.

Le Mali a été le théâtre en 2021 d'un second coup d'Etat en deux ans qui a raffermi la mainmise des militaires, lesquels se sont éloignés des Occidentaux pour se rapprocher notamment de la Russie.


Grèce: un avion de chasse s'abîme en mer, un mort et un disparu

Un avion F-4 Phantom de l'armée de l'air hellénique à l'aéroport militaire d'Andravida, dans le sud de la Grèce, le 18 avril 2021 (Photo, AFP).
Un avion F-4 Phantom de l'armée de l'air hellénique à l'aéroport militaire d'Andravida, dans le sud de la Grèce, le 18 avril 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est dit «consterné» et a exprimé «ses sincères condoléances» à la famille du lieutenant Marios-Michail Touroutsikas
  • Les F-4 Phantom de fabrication américaine comptent parmi les plus anciens appareils de l'armée de l'air grecque

ATHENES: Un pilote de l'armée de l'air grecque a été tué lundi et un autre est porté disparu après que leur avion de chasse F-4 Phantom s'est abîmé en mer Ionienne (ouest), selon l'état-major de l'armée de l'air grecque.

"Un avion biplace F-4 Phantom s'est écrasé lors d'un vol d'entraînement de l'armée de l'air à 25 milles nautiques au sud de l'aéroport militaire d'Andravida", dans l'ouest de la Grèce, "causant la mort du copilote", a indiqué dans un communiqué l'état major de l'armée de l'air.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est dit "consterné" et a exprimé "ses sincères condoléances" à la famille du lieutenant Marios-Michail Touroutsikas, 29 ans.

Des hélicoptères de sauvetage et des patrouilleurs des garde-côtes ont été envoyés à la recherche des pilotes, et le corps du copilote a été découvert six heures après la chute de l'appareil, selon une source à l'état-major.

Les recherches se poursuivaient lundi après-midi pour retrouver le pilote.

Les F-4 Phantom de fabrication américaine comptent parmi les plus anciens appareils de l'armée de l'air grecque.

La Grèce a acquis ses premiers Phantom en 1974 et les a modernisés pour la dernière fois il y a une vingtaine d'années.