Faux-pas diplomatiques ou ballons d'essai? Biden désarçonne avec ses propos à l'emporte-pièce

Le président américain Joe Biden (à gauche) et le premier ministre japonais Fumio Kishida assistent à l'événement de célébration de la fondation de la fraternité Japon-États-Unis-Australie-Inde à Kantei à Tokyo le 24 mai 2022. (AFP).
Le président américain Joe Biden (à gauche) et le premier ministre japonais Fumio Kishida assistent à l'événement de célébration de la fondation de la fraternité Japon-États-Unis-Australie-Inde à Kantei à Tokyo le 24 mai 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 24 mai 2022

Faux-pas diplomatiques ou ballons d'essai? Biden désarçonne avec ses propos à l'emporte-pièce

  • Le 23 mai, lors d'une conférence de presse à Tokyo, Joe Biden a assuré que les Etats-Unis défendraient militairement Taïwan si Pékin envahissait l'île
  • C'est la deuxième fois depuis qu'il est président qu'il prend publiquement cet engagement, en rupture apparente avec des décennies d'ambiguïté qui voient les Américains fournir Taïwan en armes, mais sans lui reconnaître un statut d'Etat indépendant

WASHINGTON : Qu'il promette de défendre Taïwan ou qu'il s'exclame que Vladimir Poutine "ne peut pas rester au pouvoir", Joe Biden est coutumier des déclarations de politique étrangère à l'emporte-pièce, qui déstabilisent diplomates et experts.

Pour les journalistes qui suivent le président américain, en particulier dans ses déplacements à l'étranger, ce serait presque devenu une routine: sursauter en entendant une formulation virulente, puis attendre une "clarification" anonyme de conseillers désormais rompus à l'exercice.

Le 23 mai, lors d'une conférence de presse à Tokyo, Joe Biden a assuré que les Etats-Unis défendraient militairement Taïwan si Pékin envahissait l'île.

L'ambiguïté stratégique américaine sur Taïwan reste inchangée, dit Biden

Le président américain Joe Biden a confirmé mardi à Tokyo que "l'ambiguïté stratégique" de Washington sur Taïwan restait inchangée, alors qu'il avait assuré la veille que les Etats-Unis défendraient militairement l'île si elle était attaquée par la Chine.

"Non", a répondu M. Biden quand des journalistes lui ont demandé si cette doctrine américaine sur Taïwan appartenait désormais au passé. "La politique n'a pas changé du tout, je l'ai dit hier (lundi, NDLR)", a-t-il ajouté.

Depuis plusieurs décennies, "l'ambiguïté stratégique" américaine vis-à-vis de Taïwan consiste à ne reconnaître diplomatiquement que la Chine continentale, tout en s'engageant à donner à l'île autonome les moyens militaires pour se défendre en cas d'invasion, mais sans promettre explicitement une intervention américaine.

La Maison Blanche puis le Pentagone s'étaient déjà empressés lundi d'assurer que cette doctrine n'avait pas changé après les derniers propos de M. Biden, que les médias du monde entier se demandaient comment interpréter: fermeté renforcée vis-à-vis de Pékin ou nouvelle gaffe présidentielle?

"C'est l'engagement que nous avons pris", avait déclaré lundi M. Biden à Tokyo quand la presse lui avait demandé si les Etats-Unis interviendraient militairement en cas d'invasion de Taïwan, à la différence de celle de l'Ukraine par la Russie.

Taïwan, un territoire dirigé depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949 par un gouvernement autonome de Pékin, avait salué lundi l'apparente extension de l'engagement américain à son égard formulée par M. Biden, tandis que la Chine avait vu rouge, invoquant sa "souveraineté" et accusant Washington de "jouer avec le feu".

Joe Biden est à Tokyo depuis dimanche, où il rencontre mardi les dirigeants des autres pays du Quad, format diplomatique rassemblant en plus des Etats-Unis le Japon, l'Australie et l'Inde, et conçu comme une alliance pour contrebalancer le poids grandissant de la Chine en Asie-Pacifique.

C'est la deuxième fois depuis qu'il est président qu'il prend publiquement cet engagement, en rupture apparente avec des décennies d'ambiguïté qui voient les Américains fournir Taïwan en armes, mais sans lui reconnaître un statut d'Etat indépendant.

Un responsable de la Maison Blanche s'est empressé de déclarer: "Notre politique n'a pas changé". Puis le ministre de la Défense Lloyd Austin a répété la même phrase. "La politique n'a pas changé du tout", a ensuite dit lui-même M. Biden mardi.

«Pour l'amour de Dieu»

Voilà qui rappelle furieusement le 26 mars, quand Joe Biden avait lâché à propos de Vladimir Poutine: "Pour l'amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir."

La Maison Blanche avait alors, en toute hâte, fait circuler une déclaration assurant que les Etats-Unis n'appelaient pas à un changement de régime.

Joe Biden avait aussi jeté le trouble, avant l'invasion de l'Ukraine, en évoquant la possibilité d'une "incursion mineure" de l'armée russe, qui n'appellerait pas automatiquement de représailles occidentales.

Mais ce président qui assume, presque crânement, de manifester ses indignations et ses convictions comme bon lui semble, ne fait pas toujours marche arrière.

Après avoir utilisé dans un discours le terme de "génocide" pour décrire la situation en Ukraine, Joe Biden avait tenu à enfoncer le clou ensuite.

Le démocrate de 79 ans avait par ailleurs commencé à accuser la Russie de "crimes de guerre" bien avant que son administration ne boucle le processus juridique permettant de parvenir à cette conclusion.

A chaque fois, la même interrogation: ce président a-t-il parlé "avec son cœur", comme l'a décrit à plusieurs reprises son équipe? A-t-il exprimé une nouvelle doctrine des Etats-Unis? Les deux à la fois? 

Pour ce qui concerne Taïwan, Joe Biden "a dit ce qu'il pense, aucun doute là-dessus. (...) Mais c'est une gaffe dans le sens où il donne une mauvaise lecture de la position américaine", affirme Bonnie Glaser, grande spécialiste de l'Asie au centre de réflexion German Marshall Fund of the United States.

«Dangereux»

La politique étrangère "est plus efficace si elle est claire et compréhensible pour nos amis, nos alliés et nos ennemis.", souligne-t-elle.

Pour Joshua Shifrinson, professeur de relations internationales à l'université de Boston, "il est très difficile de dire si ce sont des gaffes ou un double-jeu" avec d'un côté les éclats du président et de l'autre les canaux plus feutrés des diplomates.

"Si c'est un double-jeu, c'est incroyablement dangereux" et cela peut "exacerber les tensions" avec les pays rivaux mais aussi chahuter les pays alliés des Etats-Unis, juge-t-il, rappelant qu'après les remous du mandat de Donald Trump, "on s'attendait à ce que Joe Biden soit un homme d'une grande cohérence".

"La franchise peut être une bonne chose mais dans une situation telle que Taïwan cela peut être vraiment dangereux", dit-il encore.

"La réponse forte de l'Occident à l'agression russe en Ukraine pouvait servir à dissuader la Chine d'envahir Taïwan mais les déclarations de Joe Biden risquent d'annuler ce gain", s'inquiète aussi sur Twitter Stephen Wertheim, de l'institut de recherches et d'analyse Carnegie.


Affaire Ghosn: deux magistrats français à Tokyo pour des interrogatoires

Le président et PDG de Nissan, Carlos Ghosn, prend la parole lors du dévoilement officiel du nouveau taxi de New York conçu par Nissan Motor Co. le 3 avril 2012 à New York (Photo, AFP).
Le président et PDG de Nissan, Carlos Ghosn, prend la parole lors du dévoilement officiel du nouveau taxi de New York conçu par Nissan Motor Co. le 3 avril 2012 à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Visé par un mandat d'arrêt de la justice française, M. Ghosn est soupçonné d'avoir mis au point, entre 2012 et 2017, un schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption
  • Ouverte en février 2020, l'information judiciaire, dans laquelle Renault s'est constituée partie civile, a donné lieu le 21 avril à l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Carlos Ghosn

NANTERRE: Deux magistrats et un enquêteur français sont arrivés samedi à Tokyo pour y mener des interrogatoires dans l'enquête instruite en France visant Carlos Ghosn, l'ex-patron de l'alliance Renault Nissan, a indiqué une source proche du dossier à l'AFP.

Visé par un mandat d'arrêt de la justice française, M. Ghosn est soupçonné d'avoir mis au point, entre 2012 et 2017, un schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption, avec quatre responsables du distributeur automobile omanais Suhail Bahwan Automobiles (SBA). Il conteste ces accusations.

Les deux magistrats de Nanterre et l'enquêteur de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) s'intéressent à d'importants flux financiers considérés comme suspects.

Ils doivent rester à Tokyo jusqu'à vendredi pour y mener des interrogatoires, a confirmé le parquet de Nanterre, en région parisienne.

L'objectif est de savoir si ces personnes interrogées étaient "informées" de ces flux, voire les avaient "validés", a précisé le parquet à l'AFP.

Selon une source proche de l'enquête, Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir ordonné le versement de primes de Renault au distributeur SBA, "maquillées par un certain nombre d'écritures comptables tels que des bonus, des reprises sur stock", et dont une partie était ensuite envoyée à des sociétés écrans appartenant à l'entourage de Carlos Ghosn.

Ouverte en février 2020, l'information judiciaire, dans laquelle Renault s'est constituée partie civile, a donné lieu le 21 avril à l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Carlos Ghosn pour corruption passive, abus de biens sociaux, abus de confiance et blanchiment en bande organisée entre 2012 et 2017.

L'ancien magnat de l'automobile, âgé de 68 ans, est également visé par un mandat d'arrêt de la justice japonaise, pays où il devait être jugé pour malversations financières avant sa fuite fin 2019 pour le Liban.


Espagne : la grève chez Ryanair prolongée de 12 jours supplémentaires

Quinze vols au départ et vers l'Espagne ont été annulés et 175 autres retardés par une grève des personnels de cabine des compagnies easyJet et Ryanair samedi (Photo, AFP).
Quinze vols au départ et vers l'Espagne ont été annulés et 175 autres retardés par une grève des personnels de cabine des compagnies easyJet et Ryanair samedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Chez Ryanair, les représentants du syndicat espagnol USO ont par ailleurs déclaré que de nouvelles cessations de travail auraient lieu sur trois périodes de quatre jours
  • Près de 450 hôtesses et stewards d'easyJet ont été appelés à débrayer vendredi, samedi et dimanche ainsi que les 15, 16, 17, 29, 30 et 31 juillet

MADRID: Quinze vols au départ et vers l'Espagne ont été annulés et 175 autres retardés par une grève des personnels de cabine des compagnies easyJet et Ryanair samedi, les syndicats de cette dernière ayant annoncé l'arrêt du travail pour douze jours supplémentaires.

Samedi à 13h00 (11h00 GMT), 5 vols easyJet et 10 vols Ryanair avaient été annulés et 175 autres retardés, dont 52 EasyJet et 123 Ryanair, ont annoncé les syndicats dans un communiqué.

Chez Ryanair, les représentants du syndicat espagnol USO ont par ailleurs déclaré que de nouvelles cessations de travail auraient lieu sur trois périodes de quatre jours : du 12 au 15 juillet, du 18 au 21 juillet et du 25 au 28 juillet dans les dix aéroports espagnols où opère la compagnie irlandaise.

"Après six jours de grève et compte tenu de la réticence de la compagnie à écouter son personnel et de sa préférence pour laisser des milliers de passagers cloués au sol plutôt que de s'asseoir pour négocier un accord en vertu de la loi espagnole, nous avons été contraints d'appeler à de nouvelles journées de grève", a déclaré Lidia Arasanz, porte-parole de l'USO.

Près de 450 hôtesses et stewards d'easyJet ont été appelés à débrayer vendredi, samedi et dimanche ainsi que les 15, 16, 17, 29, 30 et 31 juillet. Ils réclament un alignement de leurs conditions de travail sur le reste de leurs collègues en Europe.

Chez Ryanair, le mouvement social, visant à réclamer de meilleures conditions de travail pour les 1 900 personnels de cabine de la compagnie en Espagne, avait débuté le 24 juin.

La compagnie irlandaise affirme être la compagnie qui transporte le plus de passagers sur le marché espagnol, desservant "plus de 650 itinéraires" depuis les 27 aéroports où elle opère dans le pays.

La semaine passée, le premier volet de la grève avait également concerné les salariés de la compagnie dans d'autres pays européens comme le Portugal, la Belgique, l'Italie, la France.

Ils exigeaient le respect du droit du Travail et une augmentation des salaires, alors que la compagnie irlandaise devrait enregistrer cet été une meilleure activité qu'en 2019, avant la pandémie de Covid-19.

Depuis le début de la grève chez Ryanair, qui a consisté jusqu'à présent en deux périodes de trois jours, "plus de 200 vols" ont été annulés et "près de 1 000" autres ont été retardés, selon le syndicat USO. Et les arrêts de travail à venir sont par ailleurs susceptibles de créer des niveaux similaires de perturbations.


Le pape exprime son « grand regret» de ne pouvoir partir en Afrique

Le Pape François salue l'audience pendant sa prière de l'Angelus depuis une fenêtre du Palais Apostolique donnant sur la Place Saint Pierre au Vatican, le 26 juin 2022. (Photo : Alberto PIZZOLI / AFP)
Le Pape François salue l'audience pendant sa prière de l'Angelus depuis une fenêtre du Palais Apostolique donnant sur la Place Saint Pierre au Vatican, le 26 juin 2022. (Photo : Alberto PIZZOLI / AFP)
Short Url
  • Le 10 juin, le Vatican avait annoncé le report de ce voyage, ravivant les inquiétudes sur l'état de santé du pape
  • Début avril, lors d'un voyage de deux jours à Malte, il était apparu diminué par ses problèmes d'articulations et avait dû utiliser une plate-forme élévatrice pour monter et descendre de son avion

CITE DU VATICAN: Le pape François a exprimé son "grand regret" de ne pouvoir entreprendre ce samedi son voyage initialement prévu en République Démocratique du Congo et au Soudan du Sud, reporté en juin sine die en raison de douleurs au genou.

"Le Seigneur sait combien mon regret est grand d'avoir été contraint de reporter cette visite tant désirée et attendue", affirme le pape dans un message vidéo diffusé samedi par le Vatican. "Mais ne perdons pas confiance et espérons nous retrouver au plus vite, dès que possible".

Il enchaîne avec des mots pour chacun des deux pays où il devait se rendre: "Je pense à la République Démocratique du Congo, à l’exploitation, à la violence et à l’insécurité qu’elle endure, particulièrement dans l’Est du pays, où les affrontements armés se poursuivent, causant des souffrances innombrables et dramatiques, exacerbées par l’indifférence et la complaisance de beaucoup".

"Et je pense au Soudan du Sud, au cri de paix de son peuple qui, épuisé par la violence et la pauvreté, attend des faits concrets du processus de réconciliation nationale auquel je souhaite contribuer".

"Chers amis congolais et sud-soudanais, les mots en ce moment ne suffisent pas à vous transmettre la proximité que je voudrais vous exprimer et l’affection que je ressens pour vous", dit-il encore.

Le 10 juin, le Vatican avait annoncé le report de ce voyage, ravivant les inquiétudes sur l'état de santé du pape.

Début avril, lors d'un voyage de deux jours à Malte, il était apparu diminué par ses problèmes d'articulations et avait dû utiliser une plate-forme élévatrice pour monter et descendre de son avion.

Et en mai, le Liban avait déjà annoncé le report de la visite du pape prévue en juin, en invoquant "des raisons de santé". Mais c'est la première fois que le Vatican annonce le report d'un voyage à l'étranger pour de telles raisons.

Le pape a cependant confirmé en juin qu'il se rendrait bien au Canada du 24 au 30 juillet.

Souffrant de fortes douleurs au genou droit, le pape argentin, qui apparaît depuis début mai en fauteuil roulant, a annoncé subir des infiltrations, des injections d'anti-inflammatoires à base de corticoïdes.

Le souverain pontife souffre aussi de douleurs à la hanche qui le font boiter et a subi en juillet 2021 une délicate opération au colon.