La mort d’un employé de l’ambassade américaine détenu par les Houthis suscite l’indignation

Des miliciens houthis passent devant l’ambassade des États-Unis à Sanaa, au Yémen. (Reuters)
Des miliciens houthis passent devant l’ambassade des États-Unis à Sanaa, au Yémen. (Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 27 mai 2022

La mort d’un employé de l’ambassade américaine détenu par les Houthis suscite l’indignation

Des miliciens houthis passent devant l’ambassade des États-Unis à Sanaa, au Yémen. (Reuters)
  • L’ambassade des États-Unis à Sanaa a annoncé jeudi qu’Abdelhamid al-Ajami, membre de son personnel dans la capitale yéménite, qui avait été enlevé par les Houthis à la fin de l’année dernière, était mort dans les geôles des Houthis
  • M. Al-Ajami faisait partie d’une dizaine d’employés yéménites de l’ambassade et de l’USAID qui ont été enlevés et ont ensuite été portés disparus

AL-MUKALLA: Les Houthis, soutenus par l’Iran, ont de nouveau été critiqués pour le mauvais traitement qu’ils infligent aux prisonniers après la mort d’un employé d’une organisation humanitaire américaine au Yémen alors qu’il était détenu par le groupe.

L’ambassade des États-Unis à Sanaa a annoncé jeudi qu’Abdelhamid al-Ajami, membre de son personnel dans la capitale yéménite qui avait été enlevé par les Houthis à la fin de l’année dernière, était mort dans les geôles des Houthis.

Dans un communiqué, appelant également à la libération des autres employés détenus par les Houthis, l’ambassade écrit : «Nous pleurons la mort d’Abdelhamid al-Ajami, employé retraité de l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international), qui est mort alors qu’il était détenu par les Houthis.

«C’était un grand-père innocent qui n’aurait jamais dû mourir loin de sa famille, un fier Yéménite qui se consacrait à l’éducation des enfants de son pays.»

«Nous présentons nos condoléances à ses proches et appelons les Houthis à mettre fin à cette injustice et à libérer dès maintenant chaque employé actuel et ancien de l’ambassade américaine.»

M. Al-Ajami faisait partie d’une dizaine d’employés yéménites de l’ambassade et de l’USAID qui ont été enlevés et ont ensuite été portés disparus après que la milice a pris d’assaut le complexe de l’ambassade.

Selon des militants yéménites et des médias locaux, M. Al-Ajami aurait été brutalement torturé par les Houthis et se serait vu refuser la médiation qui aurait pu lui sauver la vie. C’est cette décision-là qui a mené à sa mort.

La mort de M. Al-Ajami est survenue alors que les amis de Bassam al-Mardahi, un autre employé de l’ambassade américaine enlevé par les Houthis, ont prévenu qu’il pourrait mourir lui aussi, car il se trouvait dans un état critique en raison des actes de torture infligés par ses ravisseurs.

Des représentants du gouvernement yéménite, des militants des droits de l’homme et d’anciennes personnes enlevées ont fermement condamné les Houthis pour les mauvais traitements infligés aux prisonniers, déclarant que la mort d’Abdelhamid al-Ajami était une preuve supplémentaire de l’utilisation par le groupe de méthodes de torture contre des milliers de prisonniers.

Le ministre yéménite de l’Information, Mouammar al-Eryani, a présenté ses condoléances à la famille de M. Al-Ajami et a appelé à une action internationale pour contraindre les Houthis à cesser de maltraiter les prisonniers et à les libérer immédiatement.

Il a exprimé sa ferme condamnation de la «torture psychologique et physique» infligée par le groupe à M. Al-Ajami, traitement qui, selon le ministre, aurait entraîné sa mort huit mois après son enlèvement, ajoutant qu’il avait été privé «de ses droits les plus fondamentaux, y compris des médicaments».

L’ambassade de France au Yémen a également dénoncé ce décès et demandé aux Houthis de relâcher les employés américains et onusiens encore en détention.

«Elle réitère sa demande de libération de tous les recrutés locaux américains et onusiens détenus arbitrairement par les Houthis depuis plusieurs mois», indique l’ambassade dans un tweet.

Les Houthis détiennent toujours deux Yéménites travaillant pour l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme à Sanaa, qui ont été enlevés dans cette ville en novembre. Les deux employés n’ont pas été jugés et les Houthis les ont empêchés de contacter leurs familles, a indiqué l'ONU.

De même, des militants yéménites des droits humains ont affirmé que la torture était monnaie courante dans les prisons des Houthis et que des dizaines de civils enlevés par le groupe étaient morts en détention.

Fouad al-Mansouri, un militant yéménite des droits de l’homme, a expliqué à Arab News que si les Houthis ne sont pas contraints de cesser de maltraiter les prisonniers, de nombreux détenus dans les prisons des Houthis connaîtront le même sort que M. Al-Ajami.

«La mort de M. Al-Ajami est une preuve très grave des mauvais traitements infligés aux détenus dans les prisons de la milice houthie. Ce n’est pas le premier incident et ce ne sera pas le dernier», a lancé M. Al-Mansouri.

Amat al-Salam al-Hajj, présidente de l’Abductees’ Mothers Association, organisation qui regroupe les mères de milliers de prisonniers de guerre, a révélé à Arab News que les Houthis avaient interdit aux proches des employés de l’ambassade américaine détenus de s’adresser à l’organisation ou aux médias, exhortant l’envoyé de l’ONU pour le Yémen à œuvrer à la libération de milliers de détenus.

«Dans les prisons des Houthis, la dignité de l’être humain yéménite est insultée. Le dossier des personnes enlevées est une véritable crise humanitaire qui doit être résolue», a-t-elle souligné.

Abdallah al-Munifi, journaliste yéménite et ancien détenu libéré d’une prison houthie en 2018, a raconté à Arab News qu’il était fouetté avec des câbles électriques, suspendu par les bras, privé de sommeil et de toilettes, électrocuté et maintenu à l’isolement pendant des mois.

«J’aimerais mourir de torture. Parfois, ils infligent des blessures au corps et mettent du sel sur les plaies», a confié M. Al-Munifi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un groupe de défense des droits de l’homme appelle à la libération des détracteurs de la mauvaise gestion de la pandémie en Iran

Human Rights Watch (HRW) appelle à leur libération dans un contexte de répression plus large de l’activisme politique, menée par le régime de Téhéran. (Photo, AFP)
Human Rights Watch (HRW) appelle à leur libération dans un contexte de répression plus large de l’activisme politique, menée par le régime de Téhéran. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cinq militants risquent jusqu’à quatre ans de prison pour avoir exercé leurs droits constitutionnels
  • Bien que le pays compte plus de 140 000 décès liés à la Covid-19, les autorités iraniennes ont d’abord interdit l’achat de vaccins produits aux États-Unis et en Grande-Bretagne

défense des droits de l’homme pour annuler la condamnation de cinq militants qui risquent jusqu’à quatre ans de prison pour avoir déposé une plainte contre la gestion par le gouvernement de la pandémie de Covid-19.

Mehdi Mahmoudian et Mostafa Nili ont été condamnés à quatre ans de prison chacun, et ont été interdits de paraître dans les médias pendant deux ans, tandis qu’Arash Keykhosravi, Mohammedreza Faghili et Maryan Afrafaraz ont été condamnés respectivement à des peines de deux ans, d’un an et de quatre-vingt-quinze jours.

Human Rights Watch (HRW) appelle à leur libération dans un contexte de répression plus large de l’activisme politique, menée par le régime de Téhéran.

Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran à HRW, estime que «le fait d’emprisonner des défenseurs des droits de l’homme pour avoir tenté de tenir le gouvernement pour responsable de sa gestion lamentable de la crise de la Covid-19 n’est malheureusement pas surprenant en Iran».

«Les autorités judiciaires iraniennes semblent plus soucieuses de protéger l’État de tout contrôle que de rendre justice aux gens ordinaires.»

Ces condamnations font suite à l’arrestation, en août 2021, de sept défenseurs des droits de l’homme, dont quatre sont des avocats, alors qu’ils se préparaient à déposer une plainte devant le tribunal en vertu du droit iranien pour dénoncer la mauvaise gestion de la réponse des autorités à la pandémie.

D’après l’article 34 de la Constitution iranienne, «le recours à la justice est un droit incontestable pour tout individu, et toute personne peut saisir les tribunaux compétents pour demander justice». De même, selon les articles 170 et 173, tout citoyen a le droit de porter plainte devant un tribunal lorsque les décrets et règlements gouvernementaux sont contraires aux lois et aux règlements islamiques.

Le groupe de travail national chargé de la lutte contre la pandémie a été spécifiquement identifié dans leur plainte, le ministre de la Santé et d’autres fonctionnaires étant également soumis à un contrôle de la part des militants.

Parmi les sept personnes arrêtées figuraient les avocats Leila Heydari et Mohammed Hadi Erfanian, qui ont tous les deux été libérés sans inculpation après quelques heures. Quant aux autres, ils ont notamment été accusés de «création d’un groupe illégal» et de «propagande contre l’État».

Mehdi Mahmoudian purge déjà une peine de quatre ans de prison à laquelle il a été condamné pour ce que HRW qualifie d’accusations «politiquement motivées» de «propagande contre l’État» et de «rassemblement et collusion pour agir contre la sécurité nationale».

Il a été inculpé pour son soutien aux victimes de la répression d’État, notamment pour avoir appelé à une veillée en hommage aux victimes de l’attentat perpétré par les Gardiens de la révolution iranienne contre le vol 752 de la compagnie Ukraine International Airlines en janvier 2020.

«Les défenseurs des droits de l’homme en Iran devraient pouvoir mener leurs activités pacifiques sans craindre les représailles de l’État», a ajouté Mme Sepehri Far. 

Bien que le pays compte plus de 140 000 décès liés à la Covid-19, les autorités iraniennes ont d’abord interdit l’achat de vaccins produits aux États-Unis et en Grande-Bretagne, choisissant plutôt de donner la priorité à la production d’un vaccin national et de la promouvoir grâce à d’importantes ressources gouvernementales.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Premier ministre égyptien demande à l'Algérie de faire progresser les relations politiques et économiques entre les deux pays

Le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli, tient actuellement des pourparlers avec des responsables algériens. (Fichier/AFP)
Le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli, tient actuellement des pourparlers avec des responsables algériens. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Moustafa Madbouli est arrivé mercredi soir à l'aéroport international Houari Boumediene de la capitale algérienne
  • Le Premier ministre algérien, Ayman ben Abd al-Rahman, y a accueilli Madbouli

LE CAIRE: Le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli, tient actuellement des pourparlers avec des responsables algériens sur la progression des relations politiques et économiques entre les deux pays, au cours de sa visite de deux jours.

Madbouli, accompagné d’une délégation ministérielle de haut niveau, est arrivé mercredi soir à l'aéroport international Houari Boumediene de la capitale algérienne, pour présider la huitième session du comité supérieur conjoint entre les deux pays.

Le Premier ministre algérien, Ayman ben Abd al-Rahman, a souhaité la bienvenue à Madbouli et exprimé la fierté de l’Algérie d’entretenir des rapports solides avec l'Égypte, de même que son souci de renforcer la coopération avec ce pays.

La visite comprendra des rencontres avec de hauts responsables algériens, ainsi que la signature d'un certain nombre de protocoles d'accord entre les deux parties, notamment dans les secteurs du pétrole et du logement. Le Forum égypto-algérien des chefs d'entreprise se tiendra également afin d’examiner les opportunités d'investissement et de commerce existant dans les deux pays.

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a effectué une visite officielle en Égypte en janvier dernier, au cours de laquelle il a rencontré son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Tebboune a déclaré que ses entretiens avec le président égyptien «offraient l’opportunité de promouvoir la coopération économique» ainsi que de faciliter les investissements entre les deux pays.

Au début de ce mois, l'Algérie et l'Égypte se sont mises d'accord sur la nécessité de transformer leurs relations historiques en «partenariats réciproques» dans le secteur pétrolier, lors des entretiens officiels virtuels tenus entre le ministre algérien de l'Énergie et des Mines, Mohammed Arkab, et le ministre égyptien du Pétrole et des Ressources minérales, Tarek el-Molla.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Rare visite de parlementaires français à Gaza

Une délégation de sénateurs français s'est rendue jeudi dans la bande de Gaza, rare visite de parlementaires étrangers dans l'enclave palestinienne (Photo, AFP).
Une délégation de sénateurs français s'est rendue jeudi dans la bande de Gaza, rare visite de parlementaires étrangers dans l'enclave palestinienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Les six sénateurs de la commission des Affaires étrangères ont visité dans le nord de Gaza une station d'épuration --un projet de l'Agence française pour le développement
  • En 2019, une délégation de députés membres du groupe d'amitié France-Palestine à l'Assemblée nationale s'était rendue à Gaza

GAZA: Une délégation de sénateurs français s'est rendue jeudi dans la bande de Gaza, rare visite de parlementaires étrangers dans l'enclave palestinienne gouvernée par le Hamas islamiste et sous blocus israélien depuis 2007.

Emmenée par Christian Cambon (LR), président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, la délégation a effectué la première visite sénatoriale depuis 2004 à Gaza, territoire palestinien auquel l'accès restreint par Israël nécessite des autorisations préalables pour des représentants étrangers.

"Je suis particulièrement heureux que nous ayons pu avoir cette autorisation de venir à Gaza, qui n'est pas une autorisation facile à obtenir", a déclaré M. Cambon à l'AFP.

"Ce qui nous a intéressés (...) ce n'est pas seulement d'être le porteur d'un message d'amitié mais aussi de toucher du doigt un certain nombre de réalisations car la France ne fait pas que tenir de belles paroles mais elle agit", a-t-il ajouté.

Les six sénateurs de la commission des Affaires étrangères, dont le déplacement d'une semaine en Israël et dans les Territoires palestiniens est axé sur la processus de paix, ont visité dans le nord de Gaza une station d'épuration --un projet de l'Agence française pour le développement (AFD).

Ils se sont également entretenus avec des responsables de l'Unrwa, agence onusienne d'aide aux réfugiés palestiniens, acteur fondamental dans l'enclave minée par la pauvreté, le chômage et les guerres.

En 2019, une délégation de députés membres du groupe d'amitié France-Palestine à l'Assemblée nationale s'était rendue à Gaza.

"Les parlementaires sont des gens qui ont une parole parfois plus libre que nos ministres, même parfois que nos diplomates et donc il faut se servir de cette liberté pour essayer d'explorer toutes les solutions qui doivent mener un jour à la paix", a affirmé M. Cambon dans les locaux de l'Institut français de la ville de Gaza.

Plus de 2,3 millions de Palestiniens vivent dans le bande de Gaza, où le Hamas, organisation jugée terroriste par l'Union européenne, et Israël se sont livré quatre guerres depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes en 2007.

La délégation, composée de Pierre Laurent (PCF), Sylvie Goy-Chavent (LR), Nicole Duranton (LREM), Guillaume Gontard (EELV) et Olivier Cigolotti (UC), doit rencontrer vendredi le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh, en Cisjordanie occupée. Elle avait rencontré en début de semaine des parlementaires et des responsables israéliens.