«Nous tous»: un voyage vers l’Autre

Le film documentaire Nous tous, parle d’identité, de tolérance et de vivre-ensemble. (Photo fournie)
Le film documentaire Nous tous, parle d’identité, de tolérance et de vivre-ensemble. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 27 mai 2022

«Nous tous»: un voyage vers l’Autre

  • Dans son documentaire, Pierre Pirard a pour objectif de rendre plus accessible la notion du partage, de tolérance et d’inclusion
  • Le réalisateur est parti à la recherche d’histoires de personnes qui ont décidé de faire le pas vers des gens différents aux quatre coins de la planète

DUBAÏ : Dans un entretien accordé à Arab News en franҫais, Pierre Pirard, réalisateur du film documentaire Nous tous, parle d’identité, de tolérance et de vivre-ensemble.

Le film a été diffusé pour la première fois à l’occasion de la Journée internationale du vivre-ensemble et continue d’être diffusé mondialement. Relayé sur les réseaux sociaux par plus de 450 partenaires dans plus de 50 pays, le film est disponible sur YouTube dans plus de 12 langues différentes, notamment l’arabe, l’espagnol et le portugais. Le long-métrage se dévoile sur quatre volets et a une portée pédagogique.

Le réalisateur a pour objectif de rendre plus accessible la notion du partage, de tolérance et d’inclusion. Il donne la parole à des personnages aux profils variés, originaires de Bosnie, du Liban, et du Sénégal entre autres, qui nous racontent chacun leur histoire, unique, aux accents universels.

Comment dépasser la victimisation, comment parvenir à se réconcilier avec son passé pour pouvoir se projeter dans l’avenir et en communauté et comment accepter l’Autre, sont parmi les problématiques que le documentaire cherche à faire avancer.

Pourquoi ce film? 

Enseignant pendant quelques années dans des quartiers paupérisés de Bruxelles dans lesquels la majorité des étudiants sont d'origine musulmane, Pierre Pirard s’est rendu compte de la rupture qui existait entre le quartier où il vivait et celui où il travaillait. Des quartiers qui «ne se parlaient pas, qui avaient des a priori, des préjugés, parce que tout simplement il n’y avait pas la connaissance de l'Autre». 

Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont été pour le réalisateur une autre preuve que la haine de l'Autre pouvait aussi tuer. «En parallèle, ce qui a fait que j'ai voulu me lancer dans cette aventure, c’est que j'ai été, et reste toujours impliqué au Sénégal, un pays où l’on fait tout ensemble», explique-t-il. 

Le réalisateur est parti à la recherche d’histoires de personnes qui ont décidé de faire le pas vers des gens différents. «L'Autre, c'est celui dont on a peur, donc j’ai débuté la réflexion sur mon documentaire avec des personnes inspirantes aux quatre coins du monde. Des citoyens   qui s’étaient levés pour développer un monde multiculturel», raconte-t-il. 

Parmi les pays choisis, certains ont vécu des situations de guerre tels que la Bosnie, le Liban ou l’Indonésie. D’autres n’avaient pas connus de tels scénarios, des témoignages se déroulant aussi aux États-Unis ou le Sénégal.

Le chemin reste long

«Le chemin reste long, mais j'ai confiance. Il y a énormément de gens qui travaillent dans le monde associatif et des organisations internationales qui œuvrent dans cette direction de la tolérance», assure le réalisateur. 

Pierre Pirard souligne la nécessité d’appréhender ce développement sur un temps plus long, au-delà des difficultés à court terme. Le développement est un processus qui n'est pas linéaire. La guerre en Ukraine en est un autre exemple contemporain. «Mais je crois que globalement, on se dirige dans la bonne direction», ajoute-t-il.

Dans le film, Amin Maalouf souligne que le monde ne peut pas se déglobaliser et qu’il s’oriente vers plus de mixité, au niveau culturel, religieux et économique. «La question n’est pas de savoir si on va vivre dans ce monde ensemble, mais comment?»

 

«Un monde où l’on respecte chaque jour un peu plus la diversité humaine, dans lequel toute personne peut s’exprimer dans la langue de son choix, professer paisiblement ses croyances et assumer sereinement ces origines sans faire face à l’hostilité et au dénigrement, c’est un monde qui avance, qui progresse, qui s’élève»

Amin Maalouf

Niveau socio-économique 

Contrairement aux idées reçues, la relation entre le niveau de développement économique d’un pays et son niveau de développement social n’est pas automatique. «Le Sénégal, qui est un pays qu'on place dans les pays en voie de développement, a une approche de l'Autre qui est extrêmement développé», affirme le réalisateur.

Un des protagonistes du film, un chef de village du Sénégal, affirme qu’«autrefois, on a appris votre manière de vivre [en parlant des pays développés], maintenant, c'est à vous d’apprendre la nôtre». 

Le Liban est un autre exemple, celui d’un pays dans lequel les problèmes sont d’ordre politique et non religieux. Par ailleurs, le documentaire invite le spectateur à découvrir une image du monde au-delà de celle que les médias traditionnels peuvent en donner, pour montrer une réalité qui existe, celle d’un monde plus positif, tolérant et inclusif.

Mobilisation non gouvernementale

«Au niveau non-gouvernemental, il existe un tissu important d'associations qui œuvrent pour la paix, pour le rassemblement et pour le faire ensemble», fait remarquer Pierre Pirard. Et s'appuyer sur les réseaux sociaux les aide à gagner plus de visibilité.

Cependant, ces associations nécessitent plus de moyens, de ressources financières et humaines, en plus d’un management de qualité. «Elles doivent organiser des campagnes de sensibilisation qui ne vont pas toucher 200 personnes, mais 20 millions de personnes.»

À un niveau macroéconomique, des organisations internationales, comme l’ONU, l’Unicef et l’Unesco, ainsi que d’autres entités au sein des organismes internationaux, œuvrent pour le vivre-ensemble au-delà des confessions, des différences ethniques et des couleurs de peau. 

Nous tous est une invitation au voyage, une invitation pour apprendre de l’Autre, résister aux conflits ethniques et surmonter les préjuges qu’on peut avoir envers ceux qui sont différents de soi. 


Dave Chappell affirme que la guerre à Gaza est le résultat de «l’antisémitisme en Occident» lors d’un spectacle à Abu Dhabi

L’humoriste américain Dave Chappelle s’est produit devant une salle comble à l’Etihad Arena d’Abu Dhabi. (Instagram)
L’humoriste américain Dave Chappelle s’est produit devant une salle comble à l’Etihad Arena d’Abu Dhabi. (Instagram)
Short Url
  • M. Chappelle avait déjà dénoncé les bombardements israéliens sur Gaza, ainsi que le soutien apporté par les États-Unis à ces attaques, lors d’un spectacle donné à Boston en octobre
  • D’après certaines personnes qui étaient présentes, un spectateur a demandé à Dave Chappelle de se taire, ce qui a suscité une réponse enflammée de la part de l’humoriste

DUBAÏ: L’humoriste américain Dave Chappelle s’est produit jeudi devant une salle comble à l’Etihad Arena d’Abu Dhabi dans le cadre de l’Abu Dhabi Comedy Week, où il a également abordé le sujet de la guerre à Gaza. 

«Ce qui se produit à Gaza est le résultat direct de l’antisémitisme en Occident», affirme-t-il sur scène. 

«Si vous êtes aux États-Unis, la meilleure chose que vous puissiez faire est de faire en sorte que les Américains juifs se sentent aimés, soutenus et en sécurité, afin qu’ils sachent qu’ils n’ont pas à soutenir un pays qui commet un génocide juste pour se sentir en sécurité», ajoute-t-il. 

 

M. Chappelle avait déjà dénoncé les bombardements israéliens sur Gaza, ainsi que le soutien apporté par les États-Unis à ces attaques, lors d’un spectacle donné à Boston en octobre. 

D’après certaines personnes qui étaient présentes, un spectateur a demandé à Dave Chappelle de se taire, ce qui a suscité une réponse enflammée de la part de l’humoriste. 

Selon le Wall Street Journal, il a répondu: «Vous ne pouvez pas prendre des dizaines de milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) à mon pays pour aller tuer des femmes et des enfants innocents et me dire de me la fermer.» 

Certains spectateurs se sont alors mis à scander «Palestine libre» («Free Palestine»), ce à quoi l’humoriste a répondu : «Vous avez tout à fait raison, Palestine libre.» 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


A Cannes, des documentaires sur l'Afrique du Sud et l'Egypte récompensés

La 77e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 21 mai 2024, dans le cadre du relais de la flamme olympique. (AFP)
La 77e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 21 mai 2024, dans le cadre du relais de la flamme olympique. (AFP)
Short Url
  • Le documentaire du Haïtien Raoul Peck sur un photographe sud-africain pendant l'apartheid et "Les Filles du Nil" sur un groupe de jeunes filles formant une troupe de théâtre de rue, ont été récompensés
  • Les deux films ont été sacrés ex-aequo par le jury présidé du réalisateur français Nicolas Philibert, à 24 heures de la Palme d'or et du palmarès cannois

CANNES: Le documentaire du Haïtien Raoul Peck sur un photographe sud-africain pendant l'apartheid et "Les Filles du Nil" sur un groupe de jeunes filles formant une troupe de théâtre de rue, ont été récompensés vendredi par le jury de l'Oeil d'or, à Cannes.

Les deux films ont été sacrés ex-aequo par le jury présidé du réalisateur français Nicolas Philibert, à 24 heures de la Palme d'or et du palmarès cannois.

Après avoir fait redécouvrir James Baldwin dans "I'm not your negro", Raoul Peck s'est penché sur le photographe Ernest Cole qui a documenté les horreurs de l'apartheid. Ce qui lui vaudra une vie en exil, aux Etats-Unis et en Europe.

Il mourra prématurément à 49 ans, huit jours après la libération de Nelson Mandela.

"Ce destin tragique et la façon dont il nous est conté avec les images et les propres mots d’Ernest Cole, nous a bouleversés", a souligné le jury de l'Oeil d'or, qui récompense chaque année à Cannes les documentaires.

Autre film récompensé vendredi: "Les Filles du Nil" de Nada Riyadh et Ayman El Amir, présenté à la Semaine de la critique, sur des jeunes filles dans un village copte du sud de l’Égypte.

"Un film à la fois simple et lumineux, un film presque +mine de rien+, qui nous donne à voir dans sa complexité le combat qu’elles mènent pour conquérir leur liberté et les remous que provoquent ce combat autour d’elles".

Le film "est délibérément féministe à tous égards, mais je pense qu'il a également été dicté par ce que ce groupe inspirant de femmes faisait déjà", a déclaré à l'AFP la coréalisatrice Nada Riyadh.

L’Œil d’or a été créé en 2015 par le Festival de Cannes et la Scam. Il est doté de 5.000 euros.


Projection de films israéliens: des réalisateurs britanniques renoncent à leur mécénat dans un cinéma londonien

Les réalisateurs britanniques Ken Loach et Mike Leigh ont renoncé à leur rôle de mécènes au sein du cinéma Phoenix de Londres en signe de protestation contre l’organisation d’un festival du film israélien, a rapporté jeudi The Guardian. (X/@JonnyGeller)
Les réalisateurs britanniques Ken Loach et Mike Leigh ont renoncé à leur rôle de mécènes au sein du cinéma Phoenix de Londres en signe de protestation contre l’organisation d’un festival du film israélien, a rapporté jeudi The Guardian. (X/@JonnyGeller)
Short Url
  • Des manifestations et contre-manifestations devraient avoir lieu plus tard dans la soirée devant le cinéma Phoenix
  • Jeudi matin, le lieu aurait été couvert de graffitis rouges qui exprimaient le message suivant: «Dites non à l’artwashing»

LONDRES: Les réalisateurs britanniques Ken Loach et Mike Leigh ont renoncé à leur rôle de mécènes au sein du cinéma Phoenix de Londres en signe d’opposition à l’organisation d’un festival du film israélien: c’est ce qu’a rapporté jeudi The Guardian.

Phoenix, l’une des plus anciennes salles de cinéma du Royaume-Uni, accueillera jeudi une projection spéciale de Supernova: The Music Festival Massacre dans le cadre du festival du film israélien Seret.

MM. Loach et Leigh ont indépendamment confirmé leur démission en tant que mécènes en raison de la diffusion du documentaire.

Réalisé par Yossi Bloch, Duki Dror et Noam Pinchas, Supernova: The Music Festival Massacre raconte l’histoire de l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre contre le festival Nova, à Réïm, à travers les yeux des survivants.

Un nombre non identifié d’employés et de responsables chez Phoenix ainsi que des groupes de solidarité propalestiniens ont exigé que la direction du cinéma évite de diffuser le film en raison des liens du festival Seret avec l’ambassade israélienne à Londres et le ministère de la Culture.

Des manifestations et des contre-manifestations devraient avoir lieu plus tard dans la soirée devant le cinéma Phoenix. Jeudi matin, le lieu aurait été couvert de graffitis rouges qui exprimaient le message suivant: «Dites non à l’artwashing

En 2015, des dizaines d’artistes et de réalisateurs, parmi lesquels Loach et Leigh, avaient adressé une lettre au journal The Guardian qui appelait au boycott du festival du film Seret.

«En bénéficiant de l’argent de l’État israélien, les cinémas deviennent complices des violences infligées au peuple palestinien. Le festival est cosponsorisé par le gouvernement israélien via l’ambassade israélienne à Londres, créant un lien direct entre ces cinémas, les projections du festival et la politique israélienne», indique la lettre.

M. Loach a déclaré au journal The Guardian après sa démission: «Ma démission en tant que mécène au cinéma Phoenix montre ce que je pense de leur décision. C’est tout simplement inacceptable.»

Dans une réponse à ce journal, les administrateurs du cinéma ont reconnu le désaccord de «deux de nos mécènes» et ils ont déclaré que le conseil d’administration avait de nouveau discuté de la location de la salle.

«Le comité a décidé que pour toutes les locations privées, y compris celle-là, le Phoenix ne devrait pas viser à censurer le contenu des projections ni à s’y opposer, à moins qu’il soit illégal et, dans ce cas, à moins que la police ne nous informe que ce serait dangereux de poursuivre la projection», précise un communiqué.

Les administrateurs ont affirmé avoir pris cette décision «en étant conscients de notre statut d’organisme de bienfaisance engagé dans l’éducation par les arts.»

«Nous apprécions que certains ne soient pas d’accord avec notre décision. Malgré cela, nous espérons que la plupart des gens resteront attachés à notre vision d’un cinéma dynamique, durable et indépendant à East Finchley pour notre communauté locale et pour Londres.»

Picturehouse et Curzon, d’autres chaînes de cinéma britanniques, avaient annulé toutes les projections de Seret pour des raisons de sécurité.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com