Frankly Speaking: L’essor de l’aviation en Arabie saoudite, un catalyseur pour le secteur touristique du CCG

Short Url
Publié le Lundi 03 octobre 2022

Frankly Speaking: L’essor de l’aviation en Arabie saoudite, un catalyseur pour le secteur touristique du CCG

  • M. Griffiths salue le développement de l’industrie touristique du Royaume lors de son interview sur Frankly Speaking
  • Il prévoit que le trafic de Dubaï retrouvera son niveau d’avant la pandémie en 2024 et souligne l’importance des initiatives durables

DUBAÏ : L’essor du secteur de l’aviation de l’Arabie saoudite sera un catalyseur essentiel de la croissance du secteur touristique du CCG dans son ensemble. C’est ce que Paul Griffiths, PDG de Dubai Airports, affirme lors d’une interview avec Katie Jensen, animatrice de Frankly Speaking, le talk-show d’Arab News qui propose des entretiens avec des décideurs et des chefs d’entreprise de premier plan.

Ses propos font suite à l’annonce par la mégalopole saoudienne Neom, au début du mois, du lancement des premiers vols commerciaux au monde depuis l’aéroport de Neom Bay à la fin du mois de juin, avec Dubaï comme première destination et Londres qui suivra « sous peu ».

M. Griffiths, qui a joué un rôle clé dans la transformation de l’aéroport de Dubaï, désormais le plus fréquenté du monde en termes de nombre de passagers internationaux, déclare : « Je pense que beaucoup de gens s’attendent à ce que je dise que l’Arabie saoudite va être un concurrent. En réalité, le marché saoudien est incroyablement important pour Dubaï. »

« Il représente notre troisième plus grand marché, et il est extrêmement important que nous établissions de plus en plus de liaisons aériennes. Ce marché a connu une expansion massive au cours des dernières années. Le fait que l’Arabie saoudite développe son industrie touristique est une bonne chose pour Dubaï. »

Des opinions similaires ont été exprimées lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos la semaine dernière.

« La marée montante soulève tous les bateaux. L’intégration régionale est plus importante pour les économies plus petites mais très importantes qui nous entourent que pour l’Arabie saoudite (…). Je pense donc que l’amélioration des performances économiques et concurrentielles du Royaume favorise leur compétitivité. Elle permet aux sociétés, aux entreprises et aux gouvernements de ces pays de s’intégrer à l’économie mondiale plus vaste de l’Arabie saoudite », explique le ministre saoudien de l’Investissement, Khaled al-Faleh, lors de la table ronde intitulée « Perspectives saoudiennes ».

 

Une autre intervenante lors de la même table ronde, Haïfa bent Mohammed al-Saoud, ministre adjointe chargée de la stratégie et des affaires exécutives, indique : « La région dans son ensemble est une plaque tournante, donc une fois que vous arrivez dans la région, il devient plus attrayant de visiter différentes destinations. Par conséquent, la concurrence est absolument à notre avantage. »

M. Griffiths partage ce point de vue. « Si vous observez les destinations touristiques plus établies comme l’Europe et les États-Unis, il est rare que les gens se rendent dans une seule ville et rentrent ensuite chez eux », remarque-t-il.

« Le fait d’avoir plus d’options de voyage et plus de villes à visiter au Moyen-Orient, y compris les villes d’Arabie saoudite, sera très bénéfique pour tous les pays du CCG, car les gens pourront venir à Dubaï et se rendre en Arabie saoudite, à Oman, et dans d’autres villes de la région et faire ce que beaucoup de touristes font en Europe. »

« Vous allez rarement à Londres seulement ; vous voulez visiter Paris, Madrid et Rome. Je pense donc qu’il serait très bon pour la région d’avoir un nombre croissant d’options touristiques.»

Premier PDG de Dubai Airports, M. Griffiths occupe ce poste depuis plus de 15 ans. Il a notamment ouvert le terminal 3 ainsi que le deuxième aéroport de Dubaï, Dubai World Central (DWC).

 

L’aéroport a récemment publié ses chiffres, montrant que plus de 3,6 millions de passagers y ont transité au premier trimestre cette année, période la plus chargée depuis début 2020.

Il prévoit également que l’aéroport retrouvera son niveau d’avant la pandémie en 2024, soit un an plus tôt que prévu. Alors, avec une croissance aussi solide, serait-il temps de procéder à une introduction en bourse ?

M. Griffiths répond avec réserve, affirmant que Dubai Airports « serait un candidat intéressant pour une introduction en bourse », et que ses chiffres et « son bilan, même pendant la pandémie, favoriseraient une telle démarche. »

Il se dit optimiste quant à « la possibilité que cette décision soit prise à un moment donné, dans un avenir proche », mais ajoute que la décision incombe en dernier ressort au gouvernement de Dubaï.

Cette année, le gouvernement de Dubaï envisage de coter dix entités gouvernementales sur le marché financier de Dubaï (DFM). L’entreprise locale d'eau et d’électricité (DEWA) a réalisé la deuxième plus grande introduction en bourse du monde plus tôt cette année. Il s’agit de la première cotation de ce type pour la région et la plus importante localement depuis l’introduction en bourse record du géant pétrolier saoudien Aramco en 2019.

Selon certaines rumeurs, l’opérateur de péage de Dubaï, Salik, et l’entreprise de climatisation urbaine Empower pourraient être les prochains à entrer en bourse. Emirates a également évoqué la possibilité d’une cotation sur le DFM. Le PDG de la compagnie aérienne basée à Dubaï, cheikh Ahmed ben Saïd al-Maktoum, a déclaré à CNBC : « Je suis sûr qu’un jour, Emirates sera sur le marché. »

Lors d’un sommet sur l’aviation qui a eu lieu à Manchester en avril, le président d’Emirates, Sir Tim Clark, a raconté qu’il avait dû éteindre ses téléphones parce que tous les banquiers du monde « frappaient à notre porte, disant “Nous avons des investisseurs qui veulent vous donner de l’argent”. »

Selon M. Griffiths, il s’agit d’un « signe de maturité de nombreuses villes de la région, car nous arrivons maintenant à un stade où nous avons un excellent bilan de croissance, de bonnes performances, de bons contrôles financiers et une stratégie solide (...) Tous ces éléments sont bons pour une introduction en bourse. »

Bien qu’il soit optimiste quant aux perspectives du secteur de l’aviation et de Dubaï en particulier, M. Griffiths reconnaît que certaines préoccupations géopolitiques et économiques mondiales subsistent. Si les Émirats représentent 60 à 70% de l’ensemble du trafic voyageurs dans les aéroports de Dubaï, « la faiblesse de certains marchés de transfert, en particulier en Asie, notamment en Chine, est préoccupante, mais nous avons retrouvé environ 50% des marchés de transfert, et je prévois que cela va s’améliorer au cours des prochains mois », dit-il.

Il affirme que les prix élevés du carburant étaient « évidemment un sujet de préoccupation », mais que la position des Émirats est « assez solide pour le moment. »

« Ils profitent un peu de la forte reprise sur de nombreux marchés, en particulier en Occident. Je ne pense pas que nous devrions nous inquiéter de la reprise au cours des prochains mois. Il y aura probablement quelques signes économiques, une inflation au niveau mondial et, d’ici la fin de l’année, les choses seront peut-être différentes. Cependant, pour le moment, la reprise et les voyages sont extrêmement dynamiques, et je ne vois aucun signe d’affaiblissement dans un avenir proche. »

L’aéroport international de Dubaï est l’aéroport international le plus fréquenté au monde, et 58,3 millions de personnes devraient passer par ses terminaux cette année. Pourtant, il fonctionne actuellement avec une seule piste en raison des travaux de rénovation de la piste nord. En conséquence, environ 1000 vols par semaine sont affectés, la plupart d’entre eux étant redirigés vers l’autre aéroport de Dubaï, DWC. M. Griffiths assure que, bien qu’il soit « peu probable » que la piste soit ouverte plus tôt que prévu, elle le sera « certainement » le 22 juin « comme prévu ».

Il mentionne que la plupart des rénovations sont d’ordre technique, et non « quelque chose que les passagers remarqueront », mais il précise que « l’atterrissage des avions pourrait être un peu plus doux sur le tarmac nouvellement rénové. »

Selon M. Griffiths, la décision de rediriger les compagnies à bas prix vers DWC n’a pas été prise délibérément pour satisfaire les clients riches d’Emirates, ajoutant que « peu » de vols de passagers d’Emirates avaient été envoyés à DWC.

« En fait, la plupart sont restés à l’aéroport international de Dubaï », dit-il. « Emirates a fait face à cette situation en réduisant le nombre de services. »

Bien que la rénovation se déroule « très bien jusqu’à présent », selon M. Griffiths, il a évoqué un autre problème persistant auquel l’aéroport est confronté, à savoir la cybersécurité. C’est « un problème de taille en ce moment et le nombre d’attaques potentiellement malveillantes augmente presque chaque jour. »

« Si vous regardez, par exemple, le nombre de courriels malveillants — et le trafic qui n’a rien à voir avec les affaires — il est en hausse de 70%. Cela représente donc une énorme partie du trafic total qui n’est pas constituée d’emails sollicités ou ayant un rapport avec le fonctionnement de l’aéroport. »

À la question de savoir si la menace de la cybersécurité et des cyberattaques était plus importante que celle des attaques physiques, comme l’attaque de drones des Houthis sur l’aéroport d’Abu Dhabi au début de l’année, il répond que l’aéroport ne peut pas se permettre « d’être complaisant », ajoutant que c’est la raison pour laquelle Dubai Airports « investit constamment dans la formation et la technologie pour contrer l’évolution de la menace. »

D’après M. Griffiths, Dubai Airports investit également beaucoup dans des initiatives durables, en utilisant des panneaux solaires pour produire de l’électricité et pour garder les véhicules au frais dans les parkings, en interdisant le plastique à usage unique et en utilisant des véhicules électriques ou hybrides pour sa flotte terrestre.

Il estime que c’est important car « les consommateurs ne voudront pas fréquenter un aéroport ou une compagnie aérienne qui ne prend pas la durabilité très au sérieux. »

photo

Dubai Airports collabore également avec Emirates pour tester l’utilisation de carburant durable d’aviation (SAF) au troisième trimestre de cette année. L’IATA estime que le SAF peut réduire les émissions de carbone des vols d’environ 80%, mais de nombreuses compagnies aériennes hésitent à lancer des vols d’essai en raison de son coût prohibitif.

M. Griffiths souligne que le potentiel de développement d’un carburant durable d’aviation est entravé par des problèmes de distribution de l’approvisionnement. Selon lui, à moins que les aéroports du monde entier ne puissent fournir du SAF aux avions dès leur atterrissage, les compagnies aériennes devraient transporter le carburant avec eux depuis son origine, ce qui « supprime une grande partie des avantages. »

Il explique que la solution consiste à injecter le SAF dans l’avion le plus près possible de la source de fabrication, et à veiller à ce que « une forme de subvention soit mise en place, afin que nous puissions absorber le coût de la production de carburant durable d’aviation dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en carburéacteur, de sorte qu’aucune compagnie aérienne individuelle n’ait à souffrir de la nécessité d’être plus respectueuse de l’environnement que les autres. »

« Nous partageons tous les coûts et nous récoltons tous les fruits », lance-t-il.

Il laisse entendre que les consommateurs pourraient être contraints de payer davantage pour des choix durables, et précise que ces coûts de carburant plus élevés « pourraient se traduire par de légères augmentations du prix des billets, mais la durabilité doit se produire et nous devons la payer d’une manière ou d’une autre. »

En ce qui concerne l’avenir, M. Griffiths se dit très « positif » quant aux perspectives pour l’année à venir et « nonobstant les turbulences potentielles de l’économie et des événements politiques et la reprise post-Covid », il est « très optimiste quant au secteur aérospatial à Dubaï. »

Il considère que l’infrastructure touristique et hôtelière de cette ville est « l’une des meilleures au monde », soulignant que la demande pour Dubaï est montée en flèche.

« Nous dépassions de 111% notre trafic d’arrivées de visiteurs d’avant la pandémie à la fin de l’année dernière, et, actuellement, nous sommes à environ 100% », indique-t-il, avant de poursuivre : « Ce sont des chiffres plutôt solides. »

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Canada: TotalEnergies rachète des parts dans un projet de sables bitumineux avant de s'en séparer

Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation
  • TotalEnergies EP Canada «en détiendra 31,23%» à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement

PARIS: TotalEnergies a annoncé vendredi qu'il allait acquérir des parts supplémentaires d'un projet d'exploitation de sables bitumineux au Canada avant de se séparer de ces activités en introduisant en Bourse sa filiale canadienne dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens (215 M EUR) à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation, ainsi que des accords commerciaux et logistiques associés, dans le champ de sables bitumineux de Fort Hills, dans la Province de l'Alberta, d'une valeur totale de quelque 5 milliards de dollars canadiens (3,45 Mds EUR).

Le reste du capital sera détenu par Suncor Energy, actuellement à 54,1%. Le groupe canadien, opérateur du projet, va également racheter des parts à Teck, qui se retire de Fort Hills, dont il possède actuellement 21,3%.

TotalEnergies EP Canada "en détiendra 31,23%" à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement, selon un communiqué.

La transaction doit créer de meilleures conditions pour réaliser l'introduction en Bourse de la filiale canadienne, qui détient aussi 50% du projet similaire de Surmont en Alberta.

Dès cette année, et après un vote à l'assemblée générale en mai, TotalEnergies prévoit de se séparer de la filiale canadienne à travers un "spin-off" annoncé en septembre, dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

Le géant pétrolier assure vouloir "concentrer ses nouveaux investissements pétroliers sur des projets à faible intensité carbone".

"Nos actionnaires recevront des actions de cette entreprise", avait expliqué Patrick Pouyanné lors de la présentation stratégique du groupe, qui restera temporairement actionnaire minoritaire pour faciliter la transition vers l'indépendance de la filiale.

Le rachat de parts dans Fort Hills doit permettre de "créer de la valeur pour les futurs actionnaires de l'entité", selon Jean-Pierre Sbraire, directeur financier de TotalEnergies.

Mais les sables bitumineux canadiens sont les deux projets du portefeuille qualifiés depuis une évaluation en juin 2022 de "stranded assets" par le groupe, une expression qui désigne des actifs "échoués" ou "bloqués" ayant perdu leur valeur.

TotalEnergies avait enregistré des dépréciations de plusieurs milliards d'euros après cette réévaluation, qui prenait en compte les perspectives sur le prix du pétrole et la transition énergétique, dont 7 milliards sur les sables bitumineux au Canada.

Un "stranded asset" est un projet aux réserves de plus de 20 ans ayant des coûts de production élevés, et qui ne pourra donc pas être totalement exploité avant 2050.


Grève, chute en Bourse, jeux annulés... Ubisoft en pleine tourmente

Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • De mémoire de syndicaliste, c'est la « première» grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série « Assassin's Creed»
  • Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant « des ajustements structurels» à venir

PARIS: Appel à la grève inédit de l'ensemble de son personnel en France, chute en Bourse, jeux annulés... Le géant français des jeux vidéo Ubisoft vit une crise multiple depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023.

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo (STJV) et Solidaires Informatique ont lancé un "appel à la grève" de toutes les entités françaises d'Ubisoft, ce vendredi de 14h00 à 18h00, pour dénoncer les pratiques managériales de la direction.

De mémoire de syndicaliste, c'est la "première" grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série "Assassin's Creed", souligne auprès de l'AFP Marc Rutschlé, représentant de section syndicale chez Solidaires Informatique.

Un mouvement de revendication assez rare dans le milieu du jeu vidéo, marqué récemment par la grève de cinq semaines des employés de l'éditeur Activision Blizzard fin 2021 qui a abouti en mai dernier à la création du premier syndicat au sein de l'entreprise américaine.

Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant "des ajustements structurels" à venir alors qu'Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans.

"Pour nous, cela veut dire des plans de licenciements. Et quand on parle de faire des économies, cela veut dire virer des gens et ne pas augmenter le salaire de ceux qui restent. Sachant qu'on nous met la pression en disant: +c'est à vous de faire mieux+", fustige Marc Rutschlé.

Dans leur communiqué, les syndicats réclament notamment "l'ouverture de négociations salariales".

Un scandale de harcèlement visant plusieurs anciens cadres de l'entreprise, qui compte 18.000 salariés dans le monde, pendant l'été 2020 a aussi laissé des traces, érodant la confiance des salariés envers leur direction.

"Au moment de la tentative de rachat par Vivendi (en 2015), les équipes se mobilisaient pour éviter que Bolloré rachète Ubisoft. Si cela arrivait aujourd'hui, je ne pense pas qu'il y aurait de mobilisation", affirme encore Marc Rutschlé.

La stratégie «ne convainc pas»

Sur le plan financier, l'éditeur français a aussi chuté lourdement en Bourse depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023, en raison d'un contexte de "détérioration des conditions macroéconomiques".

Ubisoft a révisé à la baisse son objectif de croissance de chiffre d'affaires sur 2022-2023, avec des ventes en baisse "de plus de 10%" par rapport à l'année précédente, alors qu'il avait initialement communiqué un objectif de croissance "supérieure à 10%".

Conséquence, le cours de son action est revenu à ses plus bas niveaux de 2015-2016.

"Nous sommes déboussolés par l'ampleur des difficultés rencontrées par Ubisoft", avait réagi dans une note Emmanuel Matot, analyste financier chez Oddo BHF, dégradant sa recommandation sur le titre de "surperformance" à "neutre".

"Ubisoft ne convainc pas", explique à l'AFP Charles-Louis Planade, analyste chez Midcap Partners. "Il y a une défiance claire au niveau du management, eu égards aux nombreux avertissements sur les résultats mais aussi par le +deal+ réalisé par la famille Guillemot avec Tencent".

Les fondateurs du champion français du jeu vidéo - la famille Guillemot - ont scellé début septembre une alliance avec le géant chinois Tencent pour sécuriser leur emprise sur Ubisoft, dans un marché du jeu vidéo en pleine consolidation.

Autre élément en sa défaveur: l'énième report du jeu "Skull and Bones", initialement prévu pour novembre 2022, tandis qu'Ubisoft a également indiqué avoir arrêté le développement de trois projets "non annoncés", en plus des quatre arrêts déjà annoncés en juillet 2022.

"Ce n'est pas un cas unique sur le secteur, notamment à cause de la Covid, mais on a l'impression que chez Ubisoft c'est beaucoup plus marqué que chez les autres éditeurs", souligne encore Charles-Louis Planade.

"Après il ne faut pas oublier que la mémoire du marché est courte. Si le groupe sort une année extraordinaire l'année prochaine ou celle d'après, tout le monde aura oublié", ajoute-t-il.


Le groupe marocain Managem poursuit sa ruée vers l’or africain

L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. (Photo, AFP)
L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le groupe, créé en 1928, est dorénavant implanté dans dix pays africains
  • L’objectif du groupe est de figurer parmi les plus importants producteurs d’or africain avec un volume de production de 200 000 onces/an, et une présence renforcée en Afrique de l’Ouest

CASABLANCA: Deux cent quatre-vingts millions de dollars (1 dollar = 0,92 euro)… C’est ce qu’a mis sur la table le groupe marocain Managem, à la fin du mois de décembre 2022, pour acquérir des actifs miniers du groupe canadien Iamgold dans trois pays africains: le Mali, le Sénégal et la Guinée. Une opération financière qui consolide la présence africaine du groupe, réaffirmant ainsi sa ruée vers l’or ouest-africain.

L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. Le groupe, créé en 1928, est dorénavant implanté dans dix pays africains (Guinée, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Éthiopie, Soudan, Gabon, Sénégal, Mali et le Maroc). À noter qu’au Maroc, Managem dispose d’une douzaine de mines produisant des métaux de base, des métaux précieux et des produits dérivés, soit le cuivre, l’argent, l’or, la fluorine, le cobalt, le zinc et le plomb.

Une épopée africaine qui date des années 1990

L’épopée africaine de Managem a commencé vers la fin des années 1990, à travers une prise de participation dans la société d’exploration canadienne Semafo, active en Guinée. En 2005, le groupe a été totalement cédé à Managem. La stratégie africaine a pris forme dès le début des années 2000, en s’implantant notamment au Niger (2004), au Congo (2006), au Soudan (2008), au Gabon (2012) et en Côte d’Ivoire en 2017.

Une stratégie qui s’accélère désormais, car le potentiel minier du continent est colossal et le groupe marocain compte bien en profiter. «Nous sommes heureux d’avoir conclu cet accord avec Iamgold. Cette transaction enrichira notre portefeuille d’actifs déjà solide, renforcera notre rôle de leader régional dans l’activité or en Afrique et consolidera notre position de top-performer au sein de l’industrie minière africaine», déclare le PDG de Managem, Imad Toumi, cité dans le communiqué annonçant la transaction avec les Canadiens. M. Toumi a de quoi être heureux, l’Afrique constituant un relais de croissance prometteur pour le groupe minier marocain qui, rappelons-le, est détenu à hauteur de 71,6% par Al-Mada, un fonds d’investissement marocain à vocation panafricaine.

La course est désormais lancée

La vocation africaine de Managem a ainsi profité à ses indicateurs financiers qui réalisent de bonnes performances. À la fin du mois de septembre, le chiffre d’affaires du groupe a atteint 7,4 milliards de dirhams (1dirham marocain = 0,091 euro), en hausse importante de près de 45% par rapport à la même période en 2021. Une performance que le groupe compte améliorer grâce à ses nouvelles acquisitions et ses projets. Entre 2023 et 2024, l’explorateur minier mobilisera près de 6 milliards de dirhams pour ses futurs investissements, dont 4 milliards rien que pour l’année en cours. Ces investissements n’intègrent pas la récente acquisition effectuée en décembre 2022. Ces budgets sont en forte augmentation si on les compare avec ceux mobilisés en 2022 (1,4 milliard de dirhams) et en 2021 (1,6 milliard de dirhams). 

L’objectif du groupe est de figurer parmi les plus importants producteurs d’or africain avec un volume de production de 200 000 onces/an, et une présence renforcée en Afrique de l’Ouest. Un objectif réalisable, car Managem dispose de plusieurs atouts face à la concurrence chinoise. Le soft power marocain, notamment diplomatique, jouera un rôle primordial dans cette course, en plus de la politique de responsabilité sociétale de Managem axée sur le développement durable et l’implication des populations locales dans ses projets.