Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement pour un septième mandat consécutif

M. Berri, 84 ans et en poste depuis 30 ans, a été reconduit pour quatre ans, bien que le Hezbollah et ses alliés aient perdu la majorité au Parlement lors de législatives marquées par une percée des candidats indépendants. (AFP).
M. Berri, 84 ans et en poste depuis 30 ans, a été reconduit pour quatre ans, bien que le Hezbollah et ses alliés aient perdu la majorité au Parlement lors de législatives marquées par une percée des candidats indépendants. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement pour un septième mandat consécutif

  • Incontesté sur la scène politique, M. Berri a remporté le scrutin alors que le Liban est frappé par la pire crise socio-économique de son histoire
  • La nouvelle Assemblée aura pour tâche de faire adopter des réformes attendues depuis longtemps pour endiguer la crise financière qui a plongé la plupart des Libanais dans la pauvreté

BEYROUTH: Les députés de la nouvelle Assemblée du Liban ont réélu mardi le président sortant du Parlement, Nabih Berri, allié du puissant mouvement chiite Hezbollah, pour un septième mandat consécutif, confirmant son statut de figure politique traditionnelle inamovible.

M. Berri, 84 ans et en poste depuis 30 ans, a été reconduit pour quatre ans, bien que le Hezbollah et ses alliés aient perdu la majorité au Parlement lors de législatives marquées par une percée des candidats indépendants.

Il a obtenu 65 voix (sur 128), contre 98 voix lors des dernières élections en 2018. Il y a eu 23 bulletins blancs et 40 votes nuls.

Des députés ont exprimé leur objection à sa réélection en écrivant des slogans sur les bulletins de vote.

"Justice pour les victimes de l'explosion de Beyrouth", ont inscrit certains députés, faisant référence à l'explosion au port de la capitale en 2020 qui a fait plus de 200 morts.

Plusieurs autres bulletins de vote comportaient le nom de "Lokman Slim", militant et intellectuel critique du Hezbollah, retrouvé assassiné dans sa voiture en février 2021.

Incontesté sur la scène politique, M. Berri a remporté le scrutin alors que le Liban est frappé par la pire crise socio-économique de son histoire. Celle-ci est imputée par une grande partie de la population, des organisations internationales et des pays étrangers à la corruption et l'inertie de la classe dirigeante, inchangée depuis des décennies et dont M. Berri fait partie.

M. Berri présidera un Parlement très fragmenté, laissant craindre de nouvelles impasses comme celles qui ont paralysé la vie politique libanaise pendant des décennies.

La nouvelle Assemblée aura pour tâche de faire adopter des réformes attendues depuis longtemps pour endiguer la crise financière qui a plongé la plupart des Libanais dans la pauvreté.

Le Liban est régi par un système complexe de partage des pouvoirs entre les différentes communautés religieuses: le président est nécessairement chrétien, le Premier ministre musulman sunnite et le président du Parlement musulman chiite.


Frappes sur Rafah après la CIJ, discussions à Paris sur un cessez-le-feu

De la fumée s'élève lors d'une frappe aérienne israélienne, dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (File/Reuters)
De la fumée s'élève lors d'une frappe aérienne israélienne, dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (File/Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU - dont les décisions sont juridiquement contraignantes mais qui manque de mécanismes pour les mettre en oeuvre-, a aussi ordonné à Israël de maintenir ouvert le passage de Rafah
  • Dans la foulée de la décision vendredi de la CIJ, les bombardements israéliens se sont poursuivis dans la bande de Gaza

TERRITOIRES PALESTINIENS : L'armée israélienne bombarde samedi la bande de Gaza, y compris Rafah, au lendemain d'une décision de la Cour internationale de justice (CIJ) lui ordonnant de suspendre ses opérations dans ce secteur sur fond d'efforts à Paris pour arracher un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

La plus haute juridiction de l'ONU - dont les décisions sont juridiquement contraignantes mais qui manque de mécanismes pour les mettre en oeuvre-, a aussi ordonné à Israël de maintenir ouvert le passage de Rafah, essentiel à l'entrée de l'aide humanitaire mais fermé après le lancement de son opération terrestre début mai.

Israël s'est défendu en affirmant qu'il n'avait «pas mené et ne mènera pas d'opérations militaires dans la zone de Rafah qui créent des conditions de vie susceptibles de conduire à la destruction de la population civile palestinienne, en tout ou en partie».

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, en guerre contre Israël et au pouvoir à Gaza depuis juin 2007, a salué la décision de la CIJ tout en déplorant qu'elle se limite «seulement à Rafah».

Dans la foulée de la décision vendredi de la CIJ, les bombardements israéliens se sont poursuivis dans la bande de Gaza. Idem pour les affrontements de l'armée israélienne avec la branche armée du Hamas.

Tôt samedi, des témoins palestiniens et des équipes de l'AFP ont fait état de frappes israéliennes à Rafah (sud), ville à la lisière de l'Egypte, mais aussi à Deir al-Balah (centre).

«Nous espérons que la décision de la Cour va mettre la pression sur Israël afin de mettre fin à cette guerre d'extermination, car il ne reste plus rien ici», a déclaré à l'AFP Oum Mohammad Al-Ashqa, une Palestinienne de Gaza-Ville déplacée par les violences à Deir al-Balah.

«Mais Israël est un Etat qui se considère au-dessus des lois. Je ne crois donc pas que les tirs ou la guerre ne puissent cesser autrement que par la force», souligne de son côté Mohammed Saleh, aussi rencontré par l'AFP dans cette ville du centre du territoire palestinien.

- Pourparlers à Paris -

Saisie par l'Afrique du Sud qui accuse Israël de «génocide», la Cour a non seulement ordonné un cessez-le-feu immédiat à Rafah, l'ouverture du poste-frontière éponyme pour permettre l'entrée de l'aide humanitaire, mais aussi la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus par le Hamas à Gaza.

La guerre a débuté le 7 octobre après l'attaque sur le sol israélien de commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza, entraînant la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Ce jour-là, 252 personnes ont également été emmenées comme otages dans le territoire palestinien. Aujourd'hui, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, qui a fait au moins 35.800 morts, essentiellement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas, mouvement considéré terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Plus tôt dans la semaine, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) avait demandé l'émission de mandats d'arrêt contre des dirigeants du Hamas et israéliens, parmi lesquels Benjamin Netanyahu, pour des crimes présumés commis en Israël et dans la bande de Gaza.

Si le gouvernement israélien a fustigé l'annonce du procureur, il a néanmoins ordonné à ses négociateurs de «retourner à la table des négociations pour obtenir le retour des otages», selon un haut responsable.

Début mai, des négociations indirectes entre Israël et le Hamas, par l'entremise du Qatar, de l'Egypte et des Etats-Unis, n'avaient pas abouti à un accord de trêve associée à la libération d'otages et de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Le chef de la CIA, William Burns, est attendu à Paris vendredi ou samedi pour tenter de relancer les pourparlers sur une trêve à Gaza, a appris l'AFP de source occidentale proche du dossier.

Le président français Emmanuel Macron a reçu vendredi le Premier ministre du Qatar et les ministres saoudien, égyptien et jordanien des Affaires étrangères «pour faire pression en faveur d'un cessez-le-feu», selon Le Caire.

Selon la présidence française, les dirigeants ont discuté, à l'Elysée, de la mise en oeuvre de la «solutions à deux Etats», soit un Etat de Palestine viable aux côtés d'Israël. L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé récemment reconnaître l'Etat de Palestine.

- «Moment charnière» -

Les dirigeants ont aussi parlé de «l'ensemble des leviers qui pouvaient être activés afin d'obtenir la réouverture de tous les points de passage» vers ce territoire palestinien et examiné comment «augmenter et approfondir leur coopération en matière d'aide humanitaire».

En parallèle, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s'est entretenu avec Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien, des nouveaux efforts pour en arriver à un cessez-le-feu et rouvrir le «plus tôt possible» le terminal de Rafah, a indiqué Washington.

La situation sécuritaire et humanitaire dans le territoire demeure alarmante avec un risque de famine, des hôpitaux hors service et environ 800.000 personnes, selon l'ONU, qui ont fui Rafah ces deux dernières semaines.

«Nous sommes à un moment charnière», a résumé dans la nuit le chef des opérations humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths. «Les travailleurs humanitaires et le personnel des Nations unies doivent pouvoir effectuer leur travail en toute sécurité (...) à l'heure où la population de Gaza s'enfonce dans la famine».

Dans ce contexte, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'est engagé, dans un échange téléphonique avec Joe Biden, à «laisser passer l'aide humanitaire» de l'ONU pour Gaza via le point de passage israélien de Kerem Shalom, selon la Maison Blanche.


Abderrahmane al-Sudais dévoile le plan le plus important jamais établi par la présidence des Affaires religieuses pour la saison du Hajj

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Short Url
  • Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence
  • Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj

LA MECQUE: La présidence des Affaires religieuses de la Grande Mosquée et de la mosquée du Prophète a dévoilé jeudi son plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. 

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence. Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj. 

Dans son discours d’ouverture lors de l’inauguration du plan, qui s’est déroulée au siège de la présidence à La Mecque, le cheikh Al-Sudais a affirmé que «le plan de cette année était le plus important depuis la création de la présidence avec ses spécialisations purement religieuses». 

Il explique que ce plan est le fruit des efforts des équipes de la présidence en matière de préparation, de planification et d’étude, ainsi que des réalisations des saisons précédentes. Le plan est conçu en harmonie et en intégration avec les différentes agences opérant dans les deux Saintes Mosquées, qui collaborent et coopèrent avec la présidence pour servir les pèlerins. 

Selon lui, le plan pour la saison 2024 du Hajj se focalise sur divers moyens d’enrichissement religieux, notamment de nombreux événements et des centaines de programmes religieux englobant des leçons scientifiques et d’orientation. 

Le cheikh Al-Sudais indique que le plan de la présidence pour cette année est consacré à la promotion du bénévolat et du travail humanitaire, reconnaissant les deux Saintes Mosquées comme des environnements attrayants pour de tels efforts. Cet objectif repose sur les valeurs religieuses et saoudiennes, qui accordent une grande importance à la générosité et l’hospitalité. 

Ce plan comprend également un axe numérique qui a pour but d’améliorer l’expérience numérique religieuse présentée par les deux Saintes Mosquées, notamment en intégrant les services numériques religieux, en investissant dans la technologie et l’intelligence artificielle, et en utilisant des applications et des médias numériques. Des initiatives religieuses spécifiques seront mises en œuvre afin de parvenir à un leadership numérique et d’éliminer les barrières de l’espace et du temps grâce à ces applications. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La CIJ ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive militaire à Rafah

Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah
  • La CIJ a demandé la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza

LA HAYE: La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à Israël de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès "sans restriction" à l'aide humanitaire.

La juridiction a également appelé à la libération immédiate des personnes prises en otages par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre Israël.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre États, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

Israël avait affirmé devant la cour qu'un cessez-le-feu imposé permettrait aux combattants du Hamas de se regrouper, et rendrait impossible la libération des otages pris lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

L'Afrique du Sud a porté l'affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l'offensive d'Israël à Gaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mais Pretoria s'est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Gaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d'urgence.

«Niveau horrible»

Pretoria a déclaré la semaine dernière devant la CIJ que "le génocide" commis par Israël avait atteint un "niveau horrible", évoquant notamment des fosses communes, des actes de torture et un blocage de l'aide humanitaire.

Il faudra des mois, voire des années, à la cour pour statuer sur l'affaire sur le fond portée par Pretoria - qui accuse Israël de "génocide" à Gaza - mais elle peut entretemps ordonner des mesures urgentes.

Cette affaire est "complètement déconnectée" de la réalité et est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a rétorqué Israël.

"Qualifier quelque chose de génocide, encore et encore, n'en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne le rend pas vrai", a déclaré devant la cour Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël.

Israël a également déclaré qu'il était "extrêmement conscient" des souffrances des civils dans la bande de Gaza et qu'il avait déployé "des efforts considérables" pour accroître l'aide humanitaire.

Le président américain Joe Biden a déclaré cette semaine que "ce qui se passe n’est pas un génocide".

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.

La vaste offensive lancée en riposte par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35.800 personnes ont été tuées, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.