L'Espagne entrouvre sa porte aux travailleurs transfrontaliers marocains

Mardi matin, des dizaines de femmes se sont rassemblées près du point de passage frontalier marocain de Fnideq pour protester contre la décision de Madrid. (Photo, AFP)
Mardi matin, des dizaines de femmes se sont rassemblées près du point de passage frontalier marocain de Fnideq pour protester contre la décision de Madrid. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

L'Espagne entrouvre sa porte aux travailleurs transfrontaliers marocains

Mardi matin, des dizaines de femmes se sont rassemblées près du point de passage frontalier marocain de Fnideq pour protester contre la décision de Madrid. (Photo, AFP)
  • L'accès des deux territoires restera toutefois réservé en priorité aux Marocains «en situation régulière», soit environ 230 personnes, en grande majorité des employées de maison, selon les autorités locales espagnoles
  • Elles brandissaient leurs permis de travail en scandant «Non au visa»

FNIDEQ: L'Espagne a entrouvert mardi aux travailleurs marocains les frontières de ses enclaves de Ceuta et Melilla, dans le nord du Maroc, après deux ans de fermeture et la réconciliation diplomatique entre les deux voisins, a constaté un journaliste. 

L'accès des deux territoires restera toutefois réservé en priorité aux Marocains « en situation régulière », soit environ 230 personnes, en grande majorité des employées de maison, selon les autorités locales espagnoles. 

Entre 35 et 40 travailleurs marocains qui ne sont pas encore en règle pourront néanmoins traverser la frontière de Ceuta chaque jour à partir de mercredi pour demander un visa à l'administration espagnole. 

« L'objectif, c'est une réouverture progressive et ordonnée et, surtout, en finir avec l'économie souterraine » qui prospérait dans la région, a expliqué un porte-parole de la préfecture de Ceuta. 

Mardi matin, des dizaines de femmes se sont rassemblées près du point de passage frontalier marocain de Fnideq pour protester contre la décision de Madrid. 

Elles brandissaient leurs permis de travail en scandant « Non au visa ». 

« Je manifeste aujourd'hui car je souhaite avoir accès à Ceuta pour retrouver du travail. Pendant longtemps, les transfrontaliers entraient sans visa », proteste Latifa, une nourrice qui a travaillé 15 ans durant à Ceuta. 

Au chômage depuis deux ans, Aziza, une femme de ménage employée pendant dix ans à Ceuta, raconte qu'elle a dû vendre ses meubles pour subvenir aux besoins de ses six enfants. 

En mars 2020, avant la pandémie de Covid-19 et la fermeture des seules frontières terrestres de l'Union européenne sur le continent africain, près de 4.400 transfrontaliers marocains accédaient aux enclaves, selon des chiffres officiels espagnols. 

Le syndicat des travailleurs transfrontaliers évoque pour sa part le double de Marocains privés de revenus depuis la crise sanitaire. 

« injuste »  

Nombre d'entre eux qui ont vu leurs visas périmés après la fermeture des frontières doivent désormais en solliciter de nouveaux auprès de consulats espagnols au Maroc. 

Leur syndicat a qualifié cette obligation d'« injuste » et dénoncé le « silence du gouvernement marocain ». 

Les transfrontaliers réclament aux gouvernements marocain et espagnol de les laisser entrer à Ceuta et Melilla afin de « chercher un emploi » ou « régulariser leur situation auprès de leurs employeurs », d'après les témoignages recueillis à Fnideq. 

Les frontières avaient rouvert le 17 mai mais uniquement pour les détenteurs de passeports et de visas des pays de la zone Schengen. 

Parallèlement, les autorités marocaines ont interdit la reprise de la contrebande, tolérée jusqu'à l'automne 2019 entre Ceuta et Fnideq. 

Si ce trafic irriguait l'économie locale, il privait les douanes marocaines d'importantes recettes: entre six et huit milliards de dirhams (550-750 millions d'euros) chaque année. 

Afin d'y mettre un terme, les autorités avaient fermé en 2019 les points de passage dédiés aux porteurs de marchandises détaxées entre Ceuta et le territoire marocain. 

Pour compenser, les autorités marocaines ont inauguré en février dernier une zone d'activités économiques (ZAE) à Fnideq, qui devrait permettre la création de plus de 1 000 emplois directs. 


Irak: une nouvelle raffinerie pour réduire les importations de carburant

Le pays, qui dispose de trois raffineries en service, produit déjà localement la moitié de ses besoins quotidiens, soit environ 30 millions de litres, et importe le reste. (Photo, AFP)
Le pays, qui dispose de trois raffineries en service, produit déjà localement la moitié de ses besoins quotidiens, soit environ 30 millions de litres, et importe le reste. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministre du Pétrole, Ihsan Ismaïl, a annoncé dans un communiqué le coup d'envoi des «opérations d'essai des unités de production à la raffinerie de pétrole de Kerbala», dans le centre de l'Irak
  • Deuxième pays de l'Opep, l'Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour

BAGDAD: L'Irak a lancé dimanche les essais dans une nouvelle raffinerie de pétrole, un projet qui doit aider le pays pourtant riche en or noir à réduire largement ses importations de carburants, ont annoncé des responsables. 

Le ministre du Pétrole, Ihsan Ismaïl, a annoncé dans un communiqué le coup d'envoi des "opérations d'essai des unités de production à la raffinerie de pétrole de Kerbala", dans le centre de l'Irak. 

Le projet permettra à terme de raffiner 140 000 barils par jour (bpj), "contribuant en un court laps de temps à réduire les importations et à couvrir la consommation locale" de carburants, notamment l'essence et le diesel, selon le communiqué. 

La production de dérivés pétroliers débutera véritablement début 2023, avait auparavant annoncé le ministère. 

Deuxième pays de l'Opep, l'Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour. Avec ses immenses réserves d'hydrocarbures, l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. 

Dans un pays ravagé par des décennies de guerres et de conflits, où mauvaise gestion publique et corruption endémique ralentissent les efforts de reconstruction et l'exécution de réformes, l'Irak, malgré son immense manne pétrolière, attend encore la concrétisation de grands projets d'infrastructures. 

"La raffinerie de Kerbala fournira une vingtaine de dérivés pétroliers, en particulier de l'essence à indice d'octane élevé", a indiqué un porte-parole du ministère du pétrole, s'exprimant sous couvert d'anonymat. 

Il s'agit de "la première raffinerie dotée d'une telle capacité de production à être construite depuis les années 1980", a-t-il précisé. 

La raffinerie produira neuf millions de litres d'essence par jour, soit "plus de la moitié" des 15 millions de litres importés par l'Irak, a indiqué Ihsane Moussa Ghanem, adjoint au directeur de l'agence irakienne de distribution des produits pétroliers. 

Le pays, qui dispose de trois raffineries en service, produit déjà localement la moitié de ses besoins quotidiens, soit environ 30 millions de litres, et importe le reste, a-t-il précisé. 


Olaf Scholz fait état à Abou Dhabi de «progrès» sur des nouvelles sources d'énergie

Le chancelier allemand Olaf Scholz et la ministre du Changement climatique et de l'Environnement des Émirats arabes unis Mariam al-Mehairi visitent le parc de la mangrove de Jubail à Abou Dhabi, le 25 septembre 2022. (Photo, AFP)
Le chancelier allemand Olaf Scholz et la ministre du Changement climatique et de l'Environnement des Émirats arabes unis Mariam al-Mehairi visitent le parc de la mangrove de Jubail à Abou Dhabi, le 25 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le dirigeant allemand effectue depuis samedi une tournée dans des pays du Golfe pour tenter d'y nouer des partenariats énergétiques dans l'espoir de remplacer les approvisionnements russes
  • Al-Mehairi a déclaré que les discussions avec le chancelier allemand porteront, outre la sécurité énergétique, également sur «l'action climatique et la croissance économique (...); trois piliers qui doivent aller de pair»

ABOU DHABI: Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré que son pays était déterminé à ne plus jamais dépendre d'un seul fournisseur d'énergie tout en saluant des progrès réalisés dans des projets sur le diesel et le gaz, durant une visite dimanche aux Emirats arabes unis. 

Le dirigeant allemand effectue depuis samedi une tournée dans des pays du Golfe pour tenter d'y nouer des partenariats énergétiques dans l'espoir de remplacer les approvisionnements russes et atténuer la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine. 

A Abou Dhabi, M. Scholz a visité un parc de mangroves avec la ministre chargée du changement climatique des Emirats arabes unis, Mme Mariam al-Mehairi. 

"Nous avons fait des progrès sur toute une série de projets ici en termes de production et d'achat de diesel et de gaz", a déclaré M. Scholz devant des journalistes. 

"Dépendre d'un fournisseur (unique) et dépendre (aussi) de ses décisions ne nous arrivera certainement plus", a-t-il souligné. 

"Avec les investissements que nous réalisons en Allemagne et qui se concrétiseront progressivement l'année prochaine, nous disposerons en effet d'une infrastructure d'importation de gaz qui fera que nous ne dépendrons plus directement d'un fournisseur spécifique à l'autre bout du pipeline", a ajouté le chancelier allemand. 

Samedi, M. Scholz a rencontré à Djeddah le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Après son étape à Abou Dhabi, il doit se rendre au Qatar, pays riche en gaz, pour s'entretenir avec l'émir cheikh Tamim ben Hamad Al Thani. 

Son voyage au Qatar intervient au lendemain de la signature d'un important contrat de 1,5 milliard de dollars entre ce pays et le géant gazier et pétrolier français TotalEnergies pour le développement du plus grand champ de gaz naturel au monde. 

M. Scholz a déclaré que de tels projets étaient "importants". 

"Nous devons faire en sorte que la production de gaz liquéfié dans le monde soit suffisamment avancée pour que la forte demande puisse être satisfaite sans avoir à nous rabattre sur les capacités de production en Russie utilisées jusqu'à présent", a-t-il déclaré. 

De son côté, Mme al-Mehairi a déclaré que les discussions avec le chancelier allemand porteront, outre la sécurité énergétique, également sur "l'action climatique et la croissance économique (...); trois piliers qui doivent aller de pair". 

Elle a également réitéré la nécessité d'"une transition juste" au niveau mondial des énergies fossiles vers des sources d'énergie propres. 


Le président iranien appelle à agir «fermement» contre les manifestants

La mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée en détention après avoir été détenue par la police des mœurs iranienne, a déclenché des troubles dans les provinces iraniennes. (Fichier/AP)
La mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée en détention après avoir été détenue par la police des mœurs iranienne, a déclenché des troubles dans les provinces iraniennes. (Fichier/AP)
Short Url
  • Qualifiant les protestations «d'émeutes», M. Raïssi, un ultraconservateur, a appelé samedi «les autorités concernées à agir fermement contre ceux qui portent atteinte à la sécurité et la paix du pays et du peuple»
  • Depuis plusieurs jours, des vidéos en ligne montrent des scènes de violence à Téhéran et dans d'autres grandes villes comme Tabriz (nord-ouest)

PARIS: Le président Ebrahim Raïssi a appelé les forces de l'ordre à agir "fermement" contre les manifestants en Iran, après neuf jours de protestations contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des mœurs, dans lesquelles plus de 40 personnes ont péri. 

A l'étranger, des manifestations soutenant le mouvement en Iran ont eu lieu dans plusieurs pays samedi --au Canada, aux Etats-Unis, au Chili, en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Irak, pays voisin de l'Iran. 

Les protestations ont été déclenchées le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour "port inapproprié des vêtements", dans un pays où le code vestimentaire pour les femmes est strict. 

Elles sont les plus importantes depuis les protestations de novembre 2019, provoquées par la hausse des prix de l'essence, en pleine crise économique, qui avaient touché une centaine de villes en Iran et été sévèrement réprimées (230 morts selon un bilan officiel, plus de 300 selon Amnesty International). 

Les autorités nient toute implication dans la mort de Mahsa Amini, 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest). Mais depuis son décès, des Iraniens en colère descendent tous les jours à la tombée de la nuit dans la rue pour manifester. 

Qualifiant les protestations "d'émeutes", M. Raïssi, un ultraconservateur, a appelé samedi "les autorités concernées à agir fermement contre ceux qui portent atteinte à la sécurité et la paix du pays et du peuple". 

Le ministère des Affaires étrangères à Téhéran a lui mis en cause les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran, dans les troubles. 

Dimanche, il a convoqué séparément les ambassadeurs du Royaume-Uni et de Norvège: le premier, pour protester contre l'hébergement de chaînes de télévision qui "incitent aux émeutes" en Iran et le second pour dénoncer "les ingérences" du chef du Parlement norvégien dans les affaires iraniennes. 

Manifestation progouvernementale 

Après l'arrestation de plus de 700 personnes depuis le début des protestations, le ministre iranien de l'Intérieur Ahmad Vahidi a appelé à poursuivre en justice "les principaux auteurs et meneurs des émeutes". 

Selon le bilan officiel iranien non détaillé incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en neuf jours de protestations. 

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo faisant état d'au moins 54 manifestants tués. 

Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) basé aux Etats-Unis, 17 journalistes ont été arrêtés en Iran depuis le début des protestations. 

Comme il y a deux jours, une manifestation en faveur du gouvernement est en outre prévue dimanche après-midi à Téhéran, à l'appel des autorités. 

Samedi soir, les manifestations ont encore touché plusieurs villes d'Iran, y compris la capitale Téhéran où une vidéo virale a montré une femme marchant la tête découverte et agitant son voile en pleine rue. 

En République islamique d'Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et le corps jusqu'en dessous des genoux et ne doivent pas porter des pantalons serrés ou des jeans troués, entre autres. 

Des images virales des manifestations ces derniers jours ont montré des Iraniennes brûlant leur foulard. 

Le parti réformateur de l'"Union du peuple de l'Iran islamique" a appelé l'Etat à annuler l'obligation du port du voile et à libérer les personnes arrêtées. 

« Femmes courageuses » 

Les manifestations sont marquées par des affrontements avec les forces de sécurité et par des slogans hostiles au pouvoir, selon médias et militants. 

Depuis plusieurs jours, des vidéos en ligne montrent des scènes de violence à Téhéran et dans d'autres grandes villes comme Tabriz (nord-ouest). Sur certaines, on voit les forces de sécurité tirer en direction des manifestants. 

Amnesty International accuse les forces de sécurité de tirer "délibérément (...) à balles réelles sur des manifestants", appelant à une "action internationale urgente pour mettre fin à la répression". 

Les connexions internet sont toujours perturbées dimanche, avec le blocage de WhatsApp et Instagram. NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d'internet à travers le monde, a également fait état de celui de Skype. 

Dans un nouveau message sur Instagram, le réalisateur iranien Asghar Farhadi, deux fois oscarisé, a exhorté les peuples du monde à "être solidaires" des protestataires en Iran et salué les "femmes courageuses qui mènent les manifestations pour réclamer leurs droits".