Une Pakistanaise combat les préjugés en devenant la première femme médecin sourde

La première femme médecin sourde du Baloutchistan, la Dr Mahwich Charif (Photo, AN).
La première femme médecin sourde du Baloutchistan, la Dr Mahwich Charif (Photo, AN).
Short Url
Publié le Mercredi 01 juin 2022

Une Pakistanaise combat les préjugés en devenant la première femme médecin sourde

  • La Dr Mahwich Charif a perdu l'ouïe à l'âge de 4 ans en raison d'une lésion du tympan
  • Elle espère inspirer les autres et souhaite que davantage de parents permettent à leurs enfants d'affronter les «défis du monde extérieur»

QUETTA: Lorsque la Dr Mahwich Charif entre dans le service de tuberculose de l'hôpital Fatima Jinnah des maladies de la Poitrine, dans le sud-ouest du Pakistan, elle touche ses oreilles pour s'assurer que son appareil auditif est en place.
Il s'agit d'un contrôle de routine pour Charif, la première femme médecin malentendante du Baloutchistan, qui a surmonté des années de préjugés pour terminer ses études de médecine et être nommée médecin à l'hôpital Fatima Jinnah des maladies de la Poitrine, le seul établissement de santé de la capitale provinciale, Quetta, pour le traitement des maladies respiratoires et virales.
Cette femme médecin de 29 ans est originaire d'un village reculé du district de Kachi, dans le centre du Baloutchistan. Enfant, elle rêvait de devenir médecin, même après avoir perdu l'ouïe à l'âge de 4 ans en raison d'une lésion du tympan.
«J'avais l'habitude d'agir comme un médecin lorsque je jouais avec mes frères quand j'étais petite fille», a déclaré Charif à Arab News dans son bureau, en souriant. «La blouse blanche que portent les médecins et les stéthoscopes m'ont toujours inspirée.»
Mais bien que sa famille l'ait soutenue, l'obtention de son diplôme du Collège médical de Bolan en 2021 est intervenue après de longues années de discrimination et de commentaires insensibles, notamment de la part des membres du corps enseignant.
«J'ai constaté que mes professeurs se plaignaient souvent de mon handicap auditif», a-t-elle révélé. «Même lors de mes derniers examens en médecine, ils ne m'ont pas permis d’utiliser des appareils auditifs car ils pensaient qu'il s'agissait d'écouteurs.»
Elle se souvient d'un autre cas de discrimination lorsqu'elle a dû présenter une lettre d'autorisation pour utiliser un appareil auditif lors d'un examen qu'elle avait passé à l'université du Baloutchistan.
«J'ai reçu la lettre et quand je suis allée voir le professeur, qui était également chef du département de chirurgie, il m'a vue et m'a demandé mon nom», a-t-elle expliqué. «Je lui ai dit mon nom et il a répondu “vous pouvez entendre donc, vous avez soumis une fausse lettre.”»
«Même après m'avoir posé toutes les questions, il m'a recalée aux examens de fin d’études», a précisé Charif.
Les expériences vécues par Charif ne sont pas rares dans un pays où les personnes handicapées doivent vivre avec des préjugés et un manque d'opportunités. En l'absence de données fiables, les estimations du nombre de personnes vivant avec un handicap au Pakistan varient de 3,3 millions à 27 millions, selon Human Rights Watch.
En janvier 2020, le Pakistan a adopté la loi sur les droits des personnes handicapées afin de fournir un cadre juridique complet pour protéger et promouvoir les droits des personnes handicapées.
En juillet de la même année, la Cour suprême du Pakistan a ordonné aux gouvernements fédéral et provinciaux d'appliquer la nouvelle loi qui exige que 2% des personnes employées par un établissement soient des personnes handicapées.
Mais malgré l'adoption de la loi et le soutien de la Cour suprême, les personnes handicapées restent sous-représentées dans l'enseignement supérieur et dans la population active au Pakistan.
Charif avait «travaillé très dur» pour surmonter tous les obstacles, a affirmé le Dr Sadiq Baloch, le directeur médical de l'hôpital, ajoutant qu'il n'avait jamais reçu de plaintes concernant Charif de la part de ses patients ou de leurs accompagnateurs.
«Mahwich est devenue un modèle pour notre société où les personnes handicapées sont même marginalisées par les membres de leur propre famille», a-t-il déclaré à Arab News. «Elle a créé un nouveau précédent en montrant que les personnes handicapées peuvent aussi réaliser leurs rêves.»
Haji Basit, qui avait amené sa mère à l'hôpital depuis le district de Harnai pour le traitement de la tuberculose, a indiqué n’avoir rencontré aucun problème de communication avec Charif. «Elle est très attentive et affectueuse avec ses patients et ma mère se sent plus à l'aise avec la Dr Mahwich qu'avec tout autre médecin», a-t-il signalé.
Pour le docteur Noor Qazi, directeur général du département provincial de la santé du Baloutchistan, Charif est une source d'inspiration.
«Alors que nous avons alloué un quota spécifique pour les personnes handicapées dans la profession médicale, la Dr Mahwich a réalisé son rêve d'obtenir ce poste avec mérite et a créé un nouveau précédent pour les autres», a-t-il estimé.
Elle envisage désormais de travailler pour obtenir l'égalité des personnes handicapées et souhaite que davantage de parents permettent à leurs enfants d'affronter «les défis du monde extérieur».
«Les parents devraient permettre à leurs enfants handicapés de développer d'autres compétences pour vivre une vie indépendante plutôt qu'une vie de dépendance», a-t-elle soutenu. «Je suis moi-même handicapé et je veux faire passer un message à toutes les personnes handicapées pour qu'elles ne perdent pas espoir, mais acceptent plutôt de relever le défi. La société ne nous laissera pas exceller tant que nous ne ferons pas d'efforts pour nous-mêmes.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com   


Possible réintégration de la Russie aux JO-2024: Kiev menace d'un boycott, d'autres pays opposés

Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a «seule autorité» en la matière (Photo, AFP).
Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a «seule autorité» en la matière (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Comité international olympique avait indiqué mercredi que les moyens d'autoriser les sportifs russes et bélarusses devaient être «davantage explorés»
  • «Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport», a estimé le Comité

PARIS: Kiev a menacé jeudi de boycotter les Jeux olympiques de 2024 à Paris si le Comité international olympique (CIO) décidait de permettre aux athlètes russes et bélarusses, bannis de la plupart des compétitions internationales sous leurs bannières depuis l'invasion russe de l'Ukraine, d'y participer.

"Une telle situation est inacceptable pour notre Etat", a réagi le ministre ukrainien des Sports Vadym Goutzeït.

"Notre position reste inchangée: tant que la guerre continue en Ukraine, les athlètes russes et bélarusses ne devraient pas participer aux compétitions internationales", a-t-il dit sur Facebook.

"Si nous ne sommes pas entendus, je n'exclus pas la possibilité que nous boycottions et refusions de participer aux Jeux olympiques" 2024, a-t-il affirmé, alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky est fermement opposé à toute tentative de réintégrer Moscou et Minsk.

Le CIO avait indiqué mercredi que les moyens d'autoriser les sportifs russes et bélarusses devaient être "davantage explorés".

"Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport", a estimé le Comité, s'attirant les foudres de l'Ukraine et d'autres pays européens.

Le Conseil olympique d'Asie (COA) a de son côté proposé jeudi d'intégrer ces athlètes à ses compétitions régionales comme les Jeux asiatiques en exprimant son soutien à la position du CIO.

La proposition du COA pourrait notamment permettre aux athlètes bannis de participer à ses épreuves régionales de qualifications, dont certaines ont déjà commencé, pour les JO-2024.

Michelle Donelan, La ministre britannique de la Culture également chargée des Sports, a de son côté estimé que l'initiative du CIO était "très éloignée des réalités de la guerre".


Le Canada nomme sa première conseillère chargée de la lutte contre l’islamophobie

Des personnes manifestent à Québec le 5 février 2017, une semaine après l'assaut du 29 janvier contre le Centre culturel islamique (Photo, AFP).
Des personnes manifestent à Québec le 5 février 2017, une semaine après l'assaut du 29 janvier contre le Centre culturel islamique (Photo, AFP).
Short Url
  • La nomination d’Amira Elghawaby «est une étape importante dans notre combat contre l’islamophobie et la haine sous toutes ses formes», a déclaré Justin Trudeau
  • «L’islamophobie est un phénomène que de nombreux musulmans ne connaissent que trop bien. Nous devons changer cela», a-t-il ajouté

MONTRÉAL: Le Canada a nommé jeudi sa toute première conseillère chargée de la lutte contre l'islamophobie, dans un pays marqué par une série d'attaques visant des communautés musulmanes ces dernières années.

La nomination d’Amira Elghawaby, une activiste et journaliste reconnue, "est une étape importante dans notre combat contre l’islamophobie et la haine sous toutes ses formes", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué.

"L’islamophobie est un phénomène que de nombreux musulmans ne connaissent que trop bien. Nous devons changer cela", a-t-il ajouté.

Mme Elghawaby jouera le rôle de "porte-parole, conseillère, experte et représentante" auprès du gouvernement dans l'élaboration de politiques reflétant la réalité des communautés musulmanes, précise un communiqué.

"J'ai hâte de rencontrer les élus, les décideurs et les leaders communautaires de tout le pays afin d'amplifier la voix des musulmans canadiens", a déclaré sur Twitter celle qui dirige les communications de la Fondation canadienne des relations raciales.

"Aujourd'hui, nous marquons un moment historique pour les musulmans au Canada", a réagi dans un communiqué le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC).

"Il y a des changements urgents à réaliser, qu'il s'agisse d'améliorer la supervision de nos agences de sécurité nationale ou d'empêcher nos organisations communautaires de faire l'objet de contrôles injustes", a souligné Stephen Brown, PDG du CNMC.

Dans une série de tweets, Amira Elghawaby a également rappelé le nom des membres de communautés musulmanes tués lors d'actes islamophobes ces dernières années.

En juin 2021, quatre membres d'une famille musulmane ont été tués lorsqu'un homme les a renversés avec son camion à London, en Ontario. Quatre ans plus tôt, six musulmans avaient péri et cinq avaient été blessés dans une attaque contre une mosquée de Québec.

Cette nomination fait suite aux recommandations formulées lors d'un sommet national sur l'islamophobie organisée par le gouvernement fédéral en juin 2021 en réponse à ces attaques.


Mystérieuse explosion au Nigeria: Le bilan le monte à 40 morts

'insécurité sera l'un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle prévue fin février au Nigeria (Photo, AFP).
'insécurité sera l'un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle prévue fin février au Nigeria (Photo, AFP).
Short Url
  • Un groupe représentant des éleveurs avait affirmé mercredi que l'explosion venait d'une frappe de l'armée nigériane
  • Dans le passé, il y a eu des frappes accidentelles de l'armée sur des civils dans le nord du pays où les militaires combattent des djihadistes

LAFIA: Le bilan de la mystérieuse explosion de bombe qui a frappé mercredi un groupe d'éleveurs dans le centre du Nigeria est monté à 40 morts, contre 27 précédemment, a annoncé jeudi le gouvernement local.

"Nous avons maintenant autour de 40 personnes qui ont été tuées" par cette explosion survenue à Rukubi, à la frontière entre les Etats de Nasarawa et Benue, dans une région en proie à des violences communautaires, a déclaré le gouverneur de Nasarawa, Abdullahi Sule.

Un groupe représentant des éleveurs avait affirmé mercredi que l'explosion venait d'une frappe de l'armée nigériane.

"Il y a eu un peu plus tôt une rumeur que l'aviation a mené ce bombardement, mais nous savons maintenant qu'il n'y a eu aucun survol de l'aviation" au-dessus de cette région, avait déclaré un peu plus tôt M. Sule à la chaîne de télévision Arise News.

"C'est un drone qui a survolé la zone et lâché la bombe", a-t-il affirmé, sans dire qui le commandait.

Le porte-parole de l'armée de l'Air nigériane n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP sur le sujet.

"C'était une frappe aérienne. Elle a tué 27 personnes" du groupe, avait déclaré mercredi Lawal Dano, membre de l'association des éleveurs de bétails du Nigeria, Miyetti Allah.

"Nous savons tous que seuls les militaires possèdent des avions pour effectuer des frappes aériennes, et nous appelons à une enquête approfondie et à des sanctions nécessaires pour ceux qui sont derrière cela", avait-il ajouté.

Dans le passé, il y a eu des frappes accidentelles de l'armée sur des civils dans le nord du pays où les militaires combattent des djihadistes et des bandes criminelles.

Les différends entre éleveurs de bétail et agriculteurs concernant les droits fonciers, de pâturage et d'eau sont courants dans les régions du centre et du nord-ouest du Nigeria.

La semaine dernière, neuf personnes ont ainsi été tuées par des hommes armés à proximité d'un camp de personnes déplacées, selon les autorités de l'Etat de Benue.

Les tensions, dont les racines remontent à plus d'un siècle, sont provoquées par les sécheresses, la croissance démographique, l'expansion de l'agriculture sédentaire et la mauvaise gouvernance.

Ces dernières années, ces conflits ont parfois pris une dimension ethnique et religieuse, les éleveurs peuls étant musulmans et les agriculteurs majoritairement chrétiens.

L'insécurité sera l'un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle prévue fin février au Nigeria. Comme le veut la Constitution, le chef de l'Etat Muhammadu Buhari, ancien général élu en 2015 puis réélu en 2019, ne se représente pas.