L'Irak rapatrie 50 djihadistes de l'EI détenus en Syrie par des forces kurdes

Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) se déploient autour de la prison de Ghwayran dans la ville de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 25 janvier 2022. (Photo, AFP)
Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) se déploient autour de la prison de Ghwayran dans la ville de Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie, le 25 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 01 juin 2022

L'Irak rapatrie 50 djihadistes de l'EI détenus en Syrie par des forces kurdes

  • L'Irak n'a de cesse de mettre en garde contre la menace que constitue l'EI dans le nord-est de la Syrie
  • Les djihadistes « seront remis à l'agence de renseignements du ministère de l'Intérieur qui va les interroger et prendre à leur encontre toutes les mesures juridiques nécessaires»

BAGDAD : Les autorités irakiennes ont rapatrié 50 combattants irakiens du groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui étaient détenus par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, ont annoncé mercredi les services de sécurité à Bagdad.

L'Irak n'a de cesse de mettre en garde contre la menace que constitue l'EI dans le nord-est de la Syrie. En janvier, des dizaines de djihadistes avaient attaqué la prison de Ghwayran avant que les forces kurdes ne reprennent le contrôle de la prison au terme de plusieurs jours de combats qui ont fait des centaines de morts.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) --alliance de combattants kurdes et arabes-- "ont livré 50 éléments du groupe terroriste EI via le poste-frontière de Rabia", selon un communiqué du commandant adjoint des Opérations conjointes.

Cette instance irakienne coordonne l'action des différentes forces de sécurité et collabore avec la coalition internationale antidjihadistes emmenée par Washington.

Les djihadistes "seront remis à l'agence de renseignements du ministère de l'Intérieur qui va les interroger et prendre à leur encontre toutes les mesures juridiques nécessaires", ajoute le communiqué.

Les rapatriés sont des "combattants" irakiens, selon un haut responsable militaire à Bagdad. En décembre, le pays a rapatrié 100 djihadistes, plusieurs opérations similaires ayant déjà eu lieu par le passé.

Au total, "3 500 détenus irakiens" se trouvent dans les prisons kurdes syriennes, a indiqué à l'AFP le haut responsable militaire.

Il y a aussi dans le camp de déplacés syrien d'Al-Hol environ 30 000 Irakiens, dont 20 000 enfants. Mais contrairement aux pays occidentaux qui organisent des rapatriements au compte-goutte, l'Irak a déjà récupéré plus de 450 familles.

Fin 2017, l'Irak a proclamé sa "victoire" contre les djihadistes qui avaient conquis près d'un tiers du pays en 2014.

L'Irak a déjà poursuivi en justice des milliers de ses ressortissants pour appartenance à l'EI, crime passible de la peine de mort selon une loi antiterroriste.

Malgré sa mise en déroute, l'EI "a maintenu sa capacité à lancer des attaques à un rythme régulier", reconnaissait un rapport onusien publié en janvier 2022.

"Exploitant la frontière poreuse" entre l'Irak et la Syrie, l'organisation djihadiste conserverait "entre 6 000 et 10 000 combattants dans ces deux pays, où elle forme des cellules et entraîne des agents", selon ce rapport.

L'Irak construit actuellement un mur en béton sur une partie de sa frontière avec la Syrie pour empêcher l'infiltration de djihadistes.


Le gouvernement israélien accusé d'accélérer la colonisation

 Les forces de sécurité israéliennes démolissent l'un des bâtiments palestiniens encore en construction dans le village de Dar Salah, en Cisjordanie (Photo, AFP).
Les forces de sécurité israéliennes démolissent l'un des bâtiments palestiniens encore en construction dans le village de Dar Salah, en Cisjordanie (Photo, AFP).
Short Url
  • Lapid accélère la «colonisation» des terres palestiniennes pour gagner davantage de voix aux prochaines élections, selon un responsable de Cisjordanie
  • L’augmentation de la construction de colonies israéliennes sur des terres palestiniennes en Cisjordanie, y compris Jérusalem, a atteint 62 % par rapport à la précédente administration de Benjamin Netanyahu

RAMALLAH: De hautes sources officielles palestiniennes ont accusé le gouvernement israélien d'accélérer les activités de colonisation en Cisjordanie pour récolter les voix des partis de droite à l'approche des élections législatives israéliennes du 1er novembre.

Le gouvernement intérimaire du Premier ministre Yair Lapid a intensifié ses projets de colonisation de terres palestiniennes et de construction de centaines d'autres unités de peuplement, selon ces mêmes sources.

Ghassan Daglas, responsable du dossier de la colonisation dans le nord de la Cisjordanie affilié au bureau de la présidence palestinienne, a déclaré à Arab News: «Il est clair que le Premier ministre israélien Yair Lapid estime que son accès au pouvoir et le succès de son parti aux prochaines élections se réalisent au prix de la confiscation des terres et du sang palestiniens.»

ds
Un Palestinien brandit le drapeau national sous le regard des forces de sécurité israéliennes le 12 août 2022 (Photo, AFP).

«De la guerre contre Gaza aux meurtres à Naplouse... à la confiscation de terres palestiniennes et à l'approbation de l'établissement de colonies... nous ne savons pas quelles seront ses prochaines étapes dans ce sens.»

Daglas a déclaré que Lapid avait accéléré la mise en œuvre des plans de colonisation en raison de l'approche des élections israéliennes.

«Après que les dirigeants israéliens ont classé les colonies entre colonie stratégique et colonie isolée, leur politique consiste désormais à construire une colonie entre chaque colonie et à encercler les villes palestiniennes et les isoler avec une ceinture de colonies qui s'étend géographiquement et coupe leur contiguïté géographique», a-t-il déclaré.

La construction de colonies israéliennes sur des terres palestiniennes en Cisjordanie, y compris Jérusalem, a augmenté de façon spectaculaire sous le gouvernement de coalition israélien récemment dissous et a atteint 62 % par rapport à la précédente administration de Benjamin Netanyahu.

Les activités de colonisation à travers la Cisjordanie ont prospéré pendant la période où l'ancien président américain Donald Trump était au pouvoir, même si elles étaient considérées comme illégales au regard du droit international et menaçaient la solution à deux États permettant aux Palestiniens d'établir un État indépendant sur la base des frontières de 1967.

La colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens est un programme approuvé par tous les gouvernements israéliens, car ces derniers espèrent atteindre 1 million de colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est d'ici 2025.

Le nombre actuel est de 650 000 en Cisjordanie et de 150 000 à Jérusalem-Est, vivant dans 160 colonies et 126 avant-postes sur une zone bâtie qui constitue 1,6 % de la superficie totale de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Samedi, le Bureau national pour la défense de la terre et la résistance à la colonisation a déclaré que les autorités israéliennes avaient récemment approuvé un plan visant à établir une nouvelle colonie sur 259 dounams de terres palestiniennes appartenant à la ville de Deir Istiya dans le gouvernorat de Salfit.

Le plan prévoit la création de 381 unités de peuplement dans la nouvelle colonie et de bâtiments publics, d'espaces ouverts et de rues pour relier la nouvelle colonie à son périmètre extérieur, a déclaré le Bureau national dans un rapport.

La nouvelle colonie est située au milieu des colonies de «Revava» à l'est et de «Kiryat Netiavim» à l'ouest. Cette décision témoigne de l'intention des autorités de l’occupation de créer un nouveau bloc de colonies composé de ces trois colonies, en plus de la colonie industrielle de «Burkan» dans le sud.

Le gouvernorat de Salfit, qui compte 70 000 habitants répartis dans 19 localités, a connu l'expansion des projets de colonisation dans la région depuis 1975, les plans d'extension visant à relier la côte palestinienne à la vallée du Jourdain.

La position stratégique du gouvernorat en a fait une cible pour l'occupation israélienne, qui a confisqué de grandes étendues de terre avec 24 blocs de colonies autour de Salfit, dont la plus grande est la colonie «Ariel», habitée par environ 25 000 colons.

Il s'agit de la deuxième plus grande colonie de Cisjordanie après celle de «Maalem Adumim», dans la banlieue de Jérusalem.

Les villes et villages du gouvernorat de Salfit subissent des difficultés dues aux pratiques de l'occupation.

La situation critique des Palestiniens s'aggrave en raison de l'augmentation du nombre de colonies, du mur d'isolement racial, de la pollution environnementale résultant des déchets des colonies, en particulier des zones industrielles, du vol de terres agricoles et de sources d'eau souterraine, et de la destruction de leurs caractéristiques historiques et religieuses, indique le rapport.

Il ajoute que les autorités de l'occupation accélèrent également la construction de nouvelles unités de peuplement sur les terres palestiniennes de la vallée du Jourdain.

Toutes les indications confirment l'existence d'un nouveau plan israélien visant à promouvoir et à soutenir les colonies dans le nord de la vallée du Jourdain, dans le cadre des efforts déployés pour expulser les résidents, en mettant en œuvre «une politique claire de nettoyage ethnique et de pillage et de vol de plus de terres et de zones, en particulier dans le village d'Al-Farisiyah», indique le rapport.

Selon des sources du Bureau national, le comité de colonisation israélien harcèle les résidents du village depuis plus d'un mois, tandis qu'il entreprend de démolir au bulldozer les montagnes environnantes et de diffuser des publicités pour le projet de création d'une université pour les colons, en plus d'installations de base telles que des parcs et des aires.

L'armée israélienne fournit apporte son soutien aux colons: les bulldozers détruisent des éléments des montagnes près d'Al-Farsiyah, et déplacent le matériel vers les zones résidentielles et près de leurs maisons, ont déclaré les sources.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un réseau houthi de contrebande d'armes révèle des informations sur les itinéraires de transport d'armes de l'Iran

Un combattant houthi armé d'un lance-roquettes, à Sanaa, au Yémen, le 21 février 2019. (AFP)
Un combattant houthi armé d'un lance-roquettes, à Sanaa, au Yémen, le 21 février 2019. (AFP)
Short Url
  • Les membres de la cellule ont dit qu'ils recevaient de l'argent de la milice et étaient formés par des Iraniens
  • Les contrebandiers ont mentionné la ville iranienne de Bandar Abbas comme point de départ des expéditions d'armes

DJEDDAH : Une cellule de contrebande loyale aux Houthis au Yémen, récemment démantelée, a fourni davantage d'informations sur les itinéraires et les techniques de transport d'armes de l'Iran, ainsi que des preuves supplémentaires de son soutien militaire à la milice, ont déclaré des responsables yéménites.

Les forces conjointes du gouvernement yéménite, qui regroupent trois grandes unités militaires sur la côte ouest du pays, ont publié samedi une vidéo montrant les aveux de quatre membres d'une cellule houthie impliqués dans la contrebande d'armes iraniennes vers les zones contrôlées par les Houthis.

Les forces conjointes ont déclaré qu'elles avaient récemment démantelé des cellules houthies le long de la côte occidentale impliquées dans la contrebande d'armes, l'espionnage et qui avaient pour cible des responsables militaires et la sécurité au Yémen.

Les quatre hommes font de la contrebande d'armes depuis l'Iran vers le Yémen depuis cinq ans.

Le chef de la cellule, Ali Mohammed Halhali, est toujours en fuite, ont déclaré les forces conjointes, qui ont promis de diffuser d'autres vidéos d'autres contrebandiers et agents houthis dans les jours à venir.

D'après les aveux, les contrebandiers yéménites partaient généralement de différentes villes côtières telles que Sheher, dans la province du Hadramout (sud-est), et Al-Ghaydah, dans la province de Mahra (est).

Ils ont rencontré un autre groupe de contrebandiers yéménites à un endroit du golfe d'Oman, où ils ont transporté des armes iraniennes depuis leurs bateaux avant de se rendre à un point de transit en Somalie.

Plus tard, un autre groupe de contrebandiers acheminait la même cargaison au Yémen.

Certains bateaux accostaient dans des zones contrôlées par les Houthis en mer Rouge, tandis que d'autres navires chargés d'armes entraient dans des zones contrôlées par le gouvernement en mer d'Oman ou en mer Rouge.

Ibrahim Omer Hassan Akad, membre de la cellule, a déclaré que lui et plusieurs contrebandiers ont navigué de Sheher vers le golfe d'Oman, où ils ont rencontré d'autres contrebandiers transportant des armes depuis l'Iran.

Les contrebandiers se sont ensuite dirigés vers le port somalien de Berbera, où ils ont livré la cargaison à d'autres contrebandiers yéménites qui ont transporté les marchandises au Yémen.

Après avoir réussi à livrer les armes, Akad a entrepris un autre voyage en utilisant les mêmes itinéraires à travers Sheher, le golfe d'Oman et la côte somalienne.

Au cours de l'un de ses voyages, on lui a demandé, ainsi qu'à d'autres contrebandiers, de se rendre en Iran où ils ont reçu des armes directement des Iraniens et les ont remises à d'autres Yéménites.

Akad a déclaré qu'il avait également fait passer du carburant et des engrais aux Houthis via certains ports somaliens.

Les autres contrebandiers, Mustafa Ahmed Gadad, Ali Mohammed Halhali et Hussein Yahiya Futaini, ont déclaré que les Houthis avaient donné à certains d'entre eux 1,5 million de Yer (1 Yer = 0,0039 Euro) pour chaque voyage et qu'ils avaient été capturés par la marine américaine en 2018 alors qu'ils transportaient des armes de l'Iran vers le Yémen.

Les États-Unis ont confisqué les armes et remis les contrebandiers aux autorités d'Aden, qui les ont ensuite relâchés.

Les contrebandiers ont mentionné la ville iranienne de Bandar Abbas comme un point de départ clé pour les expéditions d'armes iraniennes et ont dit avoir reçu une formation à la contrebande de la part des Iraniens.

Des responsables gouvernementaux, des journalistes et des militants yéménites ont demandé que les Iraniens soient sanctionnés pour avoir sapé la paix au Yémen en armant la milice, arguant que la contrebande d'armes à laquelle se livrent les Houthis montre qu'ils se préparent à la guerre.

Le journaliste yéménite Hassan Ghaleb a déclaré que les confessions contredisaient les affirmations des Houthis selon lesquelles ils fabriquaient des missiles, des drones et d'autres armes au Yémen et le fait qu’ils aient démenti recevoir un soutien militaire de l'Iran.

« La contrebande est la source d’armes la plus importante pour les Houthis, en particulier pour les missiles guidés, les drones et la technologie militaire iranienne », a déclaré Ghaleb.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et l'OCI présentent leurs condoléances après l'incendie d'une église au Caire

À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
Short Url
  • Un incendie a ravagé une église copte dans la capitale égyptienne, faisant au moins 41 victimes et plusieurs blessés
  • Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa « grande tristesse et son chagrin » à la suite du gigantesque incendie qui a ravagé dimanche l'église Abu Sefein au Caire, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L’incendie qui a ravagé l'église copte dans la capitale égyptienne, a fait au moins 41 morts et plusieurs blessés.

Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple.

Dimanche également, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Hissein Brahim Taha, a exprimé ses condoléances au pays comme aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Il a également souligné la solidarité, dans ces circonstances tragiques, de l'OCI avec l'Égypte tout en l’assurant de son appui.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com