Les Bourses mondiales fléchissent à cause de la hausse des taux

Des piétons passent devant un panneau de cotation électronique affichant les cours des actions de l'indice de référence Nikkei 225 à Tokyo, le 13 juin 2022. (Photo de Kazuhiro NOGI / AFP)
Des piétons passent devant un panneau de cotation électronique affichant les cours des actions de l'indice de référence Nikkei 225 à Tokyo, le 13 juin 2022. (Photo de Kazuhiro NOGI / AFP)
Short Url
Publié le Lundi 13 juin 2022

Les Bourses mondiales fléchissent à cause de la hausse des taux

  • L'inflation aux Etats-Unis a atteint un nouveau record en mai, à 8,6% sur an, soit bien plus que ce qu'anticipaient les analystes
  • L'Europe a ouvert largement dans le rouge: vers 07H30 GMT, Paris perdait 1,76%, Francfort 1,61%, Milan 1,55% et Londres reculait de 1,14%

PARIS : Les craintes d'une forte hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis et d'une récession ébranlaient les marchés mondiaux lundi après la publication d'une inflation américaine plus élevée que prévu.

L'Europe a ouvert largement dans le rouge: vers 07H30 GMT, Paris perdait 1,76%, Francfort 1,61%, Milan 1,55% et Londres reculait de 1,14% après la publication d'une baisse de 0,3% du Produit intérieur brut (PIB) britannique en avril pour le deuxième mois consécutif.

L'inflation aux Etats-Unis a atteint un nouveau record en mai, à 8,6% sur an, soit bien plus que ce qu'anticipaient les analystes. La hausse des prix à la consommation a de plus recommencé à accélérer le mois dernier alors que les investisseurs espéraient que le pic avait été atteint.

Ces chiffres ont fait chuter fortement la Bourse de New York vendredi, de 2,73% pour le Dow Jones et 3,52% pour le Nasdaq.

L'Asie a suivi le mouvement. Tokyo a cédé 3,01%, et le yen a atteint un plus bas niveau face au dollar depuis 1998.

Shanghai a perdu 0,89% et Hong Kong chutait de 3,07% dans les derniers échanges.

De nouvelles mesures de confinement à Shanghai et Pékin réimposées par les autorités chinoises, peu après les avoir levées, créent en outre de nouvelles craintes concernant la deuxième économie mondiale.

"Les données (des prix à la consommation) ont anéanti l'espoir d'un pic de l'inflation et ont réanimé les attentes des pro-resserrement monétaire qui estiment que la Réserve fédérale (Fed) devrait se montrer plus agressive si elle veut maîtriser l'inflation", résume Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

La banque centrale américaine tiendra sa réunion de politique monétaire mardi et mercredi. Une hausse de ses taux directeurs d'un demi-point de pourcentage, ou 50 points de base, semble acquise mais désormais les marchés s'inquiètent d'un relèvement plus fort de 75 points de base.

Avant les données sur l'inflation, l'activité des marchés "évaluait à environ 5% la probabilité d'une hausse de 75 points de base", contre "23% de probabilité" actuellement, note Ipek Ozkardeskaya. Et concernant la réunion de la Fed de juillet, "la probabilité d'une hausse de 75 points de base est désormais supérieure à 50%, et le marché accorde même une probabilité de 14% pour une hausse de 100 points de base", explique-t-elle.

L'hypothèse d'une hausse des taux si agressive provoque des craintes concernant l'entrée en récession l'année prochaine de l'économie américaine.

Le marché de la dette montre les premiers signes de ce risque: le taux de la dette américaine à cinq ans dépassait 3,33% vers 07H20 GMT, s'inscrivant au-dessus des taux à 10 et 30 ans, ce qui est "généralement un indicateur clé de l'imminence d'une récession", selon Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Autre signe de l'aversion au risque des investisseurs, le bitcoin chutait de 7,72% à 25 245 dollars. Et le dollar, valeur refuge, était recherché.

Le bitcoin au plus bas depuis fin 2020, la plateforme crypto Celsius menacée

Le bitcoin plongeait lundi à son plus bas niveau depuis 18 mois dans un marché sans appétit pour le risque, souffrant par ailleurs de la suspension des retraits sur la plateforme de placements en cryptomonnaies Celsius.

Alors que les Bourses voient rouge à travers le monde et que les investisseurs se ruent vers le dollar, valeur refuge, "le plus gros carnage est probablement dans le monde de la crypto", commente Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

Le bitcoin voit son prix chuter de plus de 10% à 24 580 dollars vers 08H40 GMT (10H40 à Londres), un plus bas depuis décembre 2020 et une chute de plus de 65% depuis son plus haut historique en novembre 2021.

Alors que le marché des cryptomonnaies valait plus de 3 000 milliards de dollars à son sommet il y a sept mois, il approche de la barre des 1 000 milliards de dollars, selon le site Coingecko, qui recense plus de 13 000 différentes cryptomonnaies.

En 2021, ce secteur encore naissant avait attiré de plus en plus d'acteurs de la finance traditionnelle, dont l'appétit pour le risque était alimenté par les politiques ultra-souples des banques centrales à travers le monde.

Mais la hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui tente de lutter contre l'inflation galopante, pèse sur les marchés.

Par ailleurs, la baisse du bitcoin s'est accélérée "après que la plateforme Celsius a 'suspendu' les retraits", commente Mark Haefele, analyste chez UBS.

Cette entreprise valorisée à 12 milliards de dollars proposait notamment à ses utilisateurs de placer leurs cryptomonnaies "historiques", comme le bitcoin et l'ether, pour investir dans de nouvelles cryptomonnaies.

En octobre, Celsius avait notamment levé 400 millions de dollars auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) qui se félicitait de s'associer au "principal prêteur de cryptomonnaies au monde".

"En raison de conditions de marchés extrêmes, nous suspendons tous les retraits et transferts entre comptes", a annoncé la plateforme lundi.

"Il y a de la casse dans l'espace crypto et cela risque d'empirer", prévient Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Début mai, le terra, une cryptomonnaie dont le prix était censé être fixé au cours du dollar, s'était écroulé, provoquant l'inquiétude des investisseurs.

Yen et roupie au plus bas

Les craintes d'un resserrement monétaire plus agressif de la Fed pesaient sur les devises autres que le dollar.

Peu après 04H00 GMT, le dollar est monté jusqu'à 135,19 yens, un record face à la devise japonaise depuis octobre 1998. A 07H20 GMT le yen s'échangeait 134,62 yens pour un dollar, en baisse de 0,29%.

La roupie indienne a plongé lundi à un plus bas historique, s'échangeant à 78,28 roupies pour un dollar.

L'euro perdait 0,34% à 1,0482 pour un dollar.

La tech en chute libre

L'envolée des taux d'intérêt pénalisaient les valeurs de la tech qui ont besoin d'émettre de la dette pour financer leur croissance.

A Francfort, Delivery Hero lâchait 4,23%, Zalando 2,83% et Infineon 2,55%. A Paris, Worldline baissait de 4,15%, STMicroelectronics de 3,55%. A Londres, Deliveroo chutait de 5,95%.

Les géants de la tech chinoise n'ont par été épargnés: -7,34% pour Baidu, -7,45% pour Alibaba, -4,99% pour Tencent à Hong Kong.

Le pétrole en baisse

La possibilité de nouveaux confinements dans les plus grandes villes chinoises tirait les prix du pétrole vers le bas.

Vers 07H15 GMT, le prix du baril de Brent de la mer du Nord cédait 1,65% à 120,01 dollars et celui du baril de WTI américain perdait 1,68% à 118,69 dollars.


Pfizer annonce le rachat de Global Blood Therapeutics pour 5,4 md USD

Pfizer Inc. cherche à capitaliser sur une augmentation des revenus de son vaccin et de son traitement COVID-19 (Photo, ADP).
Pfizer Inc. cherche à capitaliser sur une augmentation des revenus de son vaccin et de son traitement COVID-19 (Photo, ADP).
Short Url
  • Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction à l'unanimité
  • Pfizer précise que l'acquisition sera financée avec ses liquidités existantes

NEW YORK: Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a annoncé lundi le rachat pour environ 5,4 milliards de dollars de Global Blood Therapeutics (GBT), fabricant d'un médicament récemment approuvé contre une maladie génétique, la drépanocytose.

Pfizer précise que l'acquisition sera financée avec ses liquidités existantes, en rachetant l'ensemble des actions GBT, au prix de 68,50 dollars par action, précise le groupe dans un communiqué.

Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction à l'unanimité, qui doit désormais obtenir les autorisations des autorités de régulation et des actionnaires de GBT.

Le traitement contre la drépanocytose de Global Blood Therapeutics est appelé Oxbryta. Il est, aux États-Unis, autorisé pour les plus de 12 ans depuis 2019 et depuis décembre dernier pour les enfants de 4 à 11 ans. Il est également autorisé au sein de l'Union européenne, aux Émirats arabes unis, à Oman et en Grande-Bretagne.

Le médicament a permis au laboratoire de générer un chiffre d'affaires de 55 millions de dollars au premier trimestre (+41%), mais une perte nette de 81,4 millions de dollars.

"En s'appuyant sur sa plateforme mondiale, Pfizer prévoit d'accélérer la distribution du traitement innovant de GBT dans les régions du monde les plus touchées par la drépanocytose", précise Pfizer.

Global Blood Therapeutics doit publier lundi ses résultats financiers du deuxième trimestre, mais, en raison de l'acquisition, ne tiendra pas la conférence téléphonique qui était prévue.

L'action Pfizer grappillait 0,04% lundi dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York, à 49,29 dollars. Celle de GBT, qui avait bondi de 33,03% vendredi à la clôture, prenait de nouveau 4,51% lundi matin, à 66,72 dollars.


Qatar Tourism lance un programme de formation pour ses compagnies aériennes partenaires

Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale. (Twitter, @VisitQatar)
Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale. (Twitter, @VisitQatar)
Short Url
  • Ce programme utilise des technologies d’apprentissage numérique de pointe pour fournir aux partenaires les connaissances et les outils dont ils ont besoin
  • Le programme se focalise sur divers aspects du secteur touristique du Qatar, notamment l’histoire, le patrimoine, les attractions et les expériences

DOHA: Qatar Tourism a lancé un nouveau programme de formation interactif en ligne afin d’améliorer les connaissances de ses compagnies aériennes partenaires sur les diverses offres du pays et de leur fournir des qualifications accréditées, rapporte l’Agence de presse du Qatar.

Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale.

Ce programme utilise des technologies d’apprentissage numérique de pointe pour fournir aux partenaires les connaissances et les outils dont ils ont besoin afin de promouvoir et vendre efficacement le Qatar à l’échelle internationale.

«Le Qatar Specialist Program est une nouvelle étape visant à aider l’industrie mondiale du tourisme à travailler aux côtés de Qatar Tourism pour contribuer à accroître considérablement le nombre annuel de touristes internationaux et à accueillir six millions de visiteurs par an d’ici 2030», affirme Philip Dickinson, responsable des marchés internationaux de Qatar Tourism.

Le programme se focalise sur divers aspects du secteur touristique du Qatar, notamment l’histoire, le patrimoine, les attractions et les expériences.

Les partenaires internationaux qui suivent l’intégralité de la formation pourront bénéficier d’avantages exclusifs tels que des conseils d’initiés, des itinéraires et les informations les plus récentes sur l’hébergement et les attractions.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite conclut 49 accords d'investissement d’une valeur de 925 millions de dollars au deuxième trimestre

La production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une fort reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie. (Photo fournie)
La production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une fort reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie. (Photo fournie)
Short Url
  • Parmi les principaux accords conclus au deuxième trimestre figure un contrat de 133,3 millions de dollars entre l’Autorité portuaire saoudienne et DP World pour la construction d’un parc logistique
  • En mars, avril et mai 2022 ont été enregistrés les chiffres les plus élevés de l’Indice de production industrielle sur tous les trimestres des trois dernières années

RIYAD: L’Arabie saoudite a conclu 49 accords d’investissement d’une valeur de 925 millions de dollars (1 dollar = 0,98 euro) au deuxième trimestre, d’après un rapport officiel réalisé par le ministère de l’Investissement.

Dans un communiqué, le ministère de l’Investissement révèle que ces investissements, répartis dans divers secteurs tels que la fabrication de pointe, la construction et l’immobilier, les technologies de l’information et de la communication, le tourisme, les loisirs et le sport, permettront de créer plus de 2000 emplois dans l’économie saoudienne.

Parmi les principaux accords conclus au deuxième trimestre figure un contrat de 133,3 millions de dollars entre l’Autorité portuaire saoudienne et DP World pour la construction d’un parc logistique dans le port islamique de Djeddah.

Par ailleurs, Mastercard, le géant mondial de la finance, a effectué une levée de fonds au profit de la société saoudienne de commerce électronique HyperPay, récoltant 37 millions de dollars afin de développer l’écosystème de paiement numérique du Royaume.

D’autres investissements ont été réalisés, notamment un accord stratégique avec le géant pharmaceutique Novartis pour renforcer les capacités biopharmaceutiques de l’Arabie saoudite, un investissement de 50 millions de dollars par la filiale d’Aramco, Wa’ed Ventures, dans la fintech saoudienne Wahed, et un accord avec Ma’aden pour construire la plus grande usine à vapeur à énergie solaire du monde, qui sera utilisée pour raffiner la bauxite en alumine.

Selon le rapport intitulé Q2 2022 Investment Highlights, le secteur non pétrolier d’Arabie saoudite a connu une croissance de 5,4% en glissement annuel au deuxième trimestre.

Il indique que le PIB réel a également bondi de 11,8% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

De même, il précise que la production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une forte reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie.

En mars, avril et mai 2022 ont été enregistrés les chiffres les plus élevés de l’Indice de production industrielle sur tous les trimestres des trois dernières années, note le rapport.

En outre, le Royaume a connu une augmentation de 16,6% des transactions au point de vente au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

«La Stratégie nationale d’investissement est un catalyseur qui nous permettra de réaliser les objectifs nationaux de la Vision 2030, qui consistent à faire en sorte que le secteur privé contribue à 65% du PIB et à porter les investissements directs étrangers à 5,7% du PIB», explique le ministre de l’Investissement, Khaled al-Faleh.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com