Législatives: La menace islamophobe pourrait s'accroître

La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Matignon, Paris, le 19 juin 2022. (Photo, AFP)
La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Matignon, Paris, le 19 juin 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 juin 2022

Législatives: La menace islamophobe pourrait s'accroître

  • Les partis de gauche et de droite ont tous deux réalisé des gains, mais Macron est considéré comme susceptible de s'allier à ce dernier pour former une majorité gouvernementale
  • L'alliance de gauche, le deuxième bloc le plus important à l'Assemblée nationale, a reçu un soutien important de la part des musulmans français

LONDRES : Les experts craignent une intensification de la rhétorique islamophobe en France après que des percées substantielles de la droite aient réduit la majorité du gouvernement à l'Assemblée nationale, lors des élections de dimanche.
Malgré une victoire confortable lors du scrutin présidentiel d'avril, Emmanuel Macron a vu son parti centriste au pouvoir, Ensemble, passer de 350 à 245 sièges, bien loin des 289 nécessaires pour former une majorité, avec des gains importants réalisés par les partis de droite et de gauche.
L'alliance gauche-verts de Jean-Luc Mélenchon a peut-être obtenu 131 sièges, mais c'est le bond de 8 à 89 du Rassemblement national d'extrême droite de Marine Le Pen, qui a pris les commentateurs au dépourvu.  
Selon Paul Smith, professeur agrégé et responsable du département des études françaises et francophones, des langues modernes et des cultures à l'université de Nottingham, a affirmé que c'est aux partis de droite que Macron cherchera à former une coalition gouvernementale.  
«Macron a besoin d'une quarantaine de sièges pour atteindre cette majorité, et je crois qu'il est probable qu'il ne cherchera pas ce soutien dans les partis de gauche», a-t-il déclaré à Arab News.
«Macron a entamé des rencontres avec des chefs de partis pour discuter de leurs priorités. Les partis dont il est le plus proche sont l'UDI (l’Union des démocrates et indépendants) et une partie des Républicains».
«Les campagnes électorales de l’UDI et des Républicains étaient axées sur le coût de la vie, mais elles étaient imprégnées de politique identitaire et d’un manque de préoccupation en termes d'alliance avec l'extrême droite», a-t-il ajouté.
Emmanuel Godin, maître de conférences à l'école des études régionales, de l'histoire, de la politique et de la littérature de l'université de Portsmouth, est d'accord avec Smith, indiquant à Arab News  que «Macron est plus susceptible de travailler avec la droite qu'avec la gauche».
En jouant la carte de la droite, Smith pense qu'il y aura une perpétuation d'un style de politique qui a dominé la France ces dernières années avec une normalisation du sentiment antimusulman.
«L'islamophobie déguisée en laïcité sera certainement omniprésente» a souligné Godin. «Nous l'avons vu récemment avec la réaction à la décision de Grenoble d'autoriser le port du burkini dans les piscines publiques».
Les gens devraient être autorisés à se baigner comme ils le souhaitent, mais cette rhétorique de la «laïcité » prend le pas sur l'action législative réelle qui est prise, et fait tout exploser au lieu de parler de la réalité.
«Cette réalité est que si la laïcité joue correctement, elle bénéficie d'un fort soutien de la part des musulmans, car elle signifie qu'ils peuvent mener leur vie sans être inquiétés».
Un sondage réalisé par l'Institut français d'opinion publique confirme l'analyse de Smith, puisque 44 % des musulmans sont favorables à la laïcité, contre 43 % des personnes interrogées qui sont sans religion et 42 % des catholiques.
Citant le sondage, Godin a décrit la réalité de l'opinion musulmane française comme étant «très éloignée de la représentation souvent caricaturale de la question de la religion dans certains médias ».
Lors des élections législatives de dimanche, la participation des musulmans a été la clé du succès des candidats de gauche.
«69% des musulmans ont voté pour Mélenchon au premier tour des élections présidentielles, et leurs principales raisons étaient socio-économiques», a expliqué Godin. «Socio-économiquement parlant, une majorité de musulmans français sont issus de la classe ouvrière».
Interrogé pour savoir si cela signifie que Macron a perdu la communauté musulmane de France, Smith a demandé si le président avait déjà bénéficié de son soutien.
Selon lui, une partie du problème auquel Macron est confronté lorsqu'il traite de l'islam et de la population musulmane de France est l'incapacité à les considérer comme autre chose que le vestige historique du colonialisme français en Afrique du Nord. «Je soupçonne Macron de ne pas prêter attention au large soutien des musulmans à Mélenchon», a soutenu Smith.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Darmanin lance la procédure de fermeture d'une mosquée «radicale» dans le Bas-Rhin

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin après une réunion des ministres à l'Elysée, à Paris, le 7 septembre 2022. (Photo, AFP)
Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin après une réunion des ministres à l'Elysée, à Paris, le 7 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Gérald Darmanin a lancé mercredi la procédure de fermeture administrative d'une mosquée à Obernai (Bas-Rhin), accusée de faciliter «la diffusion d’une idéologie radicale»
  • La procédure, formellement engagée par la préfète du Bas-Rhin, prévoit une phase contradictoire de dix jours pendant laquelle l'association gestionnaire de la mosquée peut faire valoir ses observations

PARIS: Gérald Darmanin a lancé mercredi la procédure de fermeture administrative d'une mosquée à Obernai (Bas-Rhin), accusée de faciliter "la diffusion d’une idéologie radicale", a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur. 

L'imam de la mosquée, arrivé en 2017, est "connu pour se livrer à un prosélytisme radical dans le Bas-Rhin depuis une douzaine d’années", a assuré la place Beauvau, confirmant une information du Figaro. 

Il manifeste "une hostilité évidente envers la société française, multiplie les propos provocateurs et hostiles aux valeurs républicaines et encourage les fidèles dans cette vision radicale", ajoute le ministère de l'Intérieur. 

La procédure, formellement engagée par la préfète du Bas-Rhin, prévoit une phase contradictoire de dix jours pendant laquelle l'association gestionnaire de la mosquée peut faire valoir ses observations, avant une éventuelle fermeture, dont la durée ne peut excéder six mois. 

L’association gestionnaire de ce lieu de culte est par ailleurs accusée de "cautionner" les "propos" et les "agissements" de cet imam, "qui n'ont jamais fait l’objet d’une quelconque condamnation ou modération" de sa part. 

"Ces deux dernières années, 23 lieux de cultes séparatistes ont été fermés", a tweeté Gérald Darmanin. 

Selon le ministère de l'Intérieur, la France compte 2 623 mosquées et salles de prières. 

Sur ce total, une centaine, soupçonnées de séparatisme, ont été mises sous surveillance, ce qui a permis le lever les doutes pour une trentaine d'entre elles. 

Le reste, qui représente une cinquantaine de lieux de culte musulman, reste sous la surveillance du ministère. 


Lancement mi-octobre de formations sur l'environnement pour les députés

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance), à Louan-Villegruis-Fontaine, le 6 septembre 2022. (Photo, AFP)
La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance), à Louan-Villegruis-Fontaine, le 6 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance) est à l'origine de ces formations qui ont aussi pour but d'«améliorer la prise en compte des enjeux environnementaux dans le travail parlementaire»
  • Composé de 14 députés de tous bords et présidé par Mme Braun-Pivet elle-même, il se réunira pour la première fois le 6 octobre

PARIS: Les députés vont être formés aux enjeux de la transition écologique, avec un premier rendez-vous fixé au 19 octobre, afin qu'ils disposent "d'un socle de connaissances partagées", a indiqué mercredi la présidence de l'Assemblée nationale. 

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance) est à l'origine de ces formations qui ont aussi pour but d'"améliorer la prise en compte des enjeux environnementaux dans le travail parlementaire", selon un communiqué. 

Une conférence inaugurale, suivie d'ateliers thématiques, se tiendront le 19 octobre, avec la participation de la paléo-climatologue et membre du GIEC Valérie Masson-Delmotte, de l'écologue Philippe Grandcolas et de l'économiste du climat Céline Guivarch. 

Cette rencontre "ne sera qu’une première étape d’un cycle de formations", de sorte que "la formation des députés, mais aussi des personnels et collaborateurs travaillant dans l’institution, s’inscrive dans la durée", poursuit la présidence de l'Assemblée. 

Dans l'optique d'une "Assemblée verte et vertueuse", Mme Braun-Pivet a aussi mis sur pied un groupe de travail chargé de proposer "des pratiques environnementales exemplaires" au sein de l'institution. 

Composé de 14 députés de tous bords et présidé par Mme Braun-Pivet elle-même, il se réunira pour la première fois le 6 octobre. Le groupe de travail doit se pencher sur des "mesures immédiates" pour "éviter des coupures énergétiques cet hiver", ainsi que sur un "plan de transition énergétique à moyen et long terme" d'ici fin février 2023, afin de réduire les consommations de 60% d’ici 2042. 

Enfin, un "plan de transition écologique" devra être remis d'ici juin 2023, sur la réduction des déchets, le verdissement du transport des députés, personnels et collaborateurs, et encore sur la promotion d'une alimentation saine et durable. 

"Il y a encore beaucoup à faire en termes de réduction de la consommation (énergétique), même si beaucoup a été fait avec une baisse de 30% ces dix dernières années", soulignait la titulaire du perchoir dans Le Parisien lundi, en relevant qu'"une partie des bâtiments (de l'Assemblée) est classée monument historique, ce qui ne facilite pas le travail". 


Retraites: «ce que s'apprête à faire le président est une folie», dit Ruffin

Député du parti de gauche français La France Insoumise (LFI) et membre de la coalition de gauche NUPES, acronyme de "Nouvelle Union Populaire Ecologique et sociale", François Ruffin réagit lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 19 juillet 2022. (AFP)
Député du parti de gauche français La France Insoumise (LFI) et membre de la coalition de gauche NUPES, acronyme de "Nouvelle Union Populaire Ecologique et sociale", François Ruffin réagit lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 19 juillet 2022. (AFP)
Short Url
  • «Je vais essayer d'être solennel: je pense que ce que s'apprête à faire le président de la République est une folie» a déclaré le député de la Somme sur le plateau de franceinfo
  • «La retraite, c'est l'injustice au-dessus des autres», a-t-il encore argumenté, évoquant «des gens qui se demandent comment déjà, ils vont pouvoir bosser jusqu'à 60 ans»

PARIS: Le député LFI François Ruffin a estimé mercredi que la réforme des retraites voulue et annoncée par le président Emmanuel Macron était "une folie" dans un pays "épuisé" et "exaspéré" par deux ans de Covid-19, l'inflation et la  "fatigue démocratique".

"Je vais essayer d'être solennel: je pense que ce que s'apprête à faire le président de la République est une folie", a déclaré le député de la Somme sur le plateau de franceinfo quelques heures avant la tenue d'un dîner décisif de la majorité, autour du président, sur ce sujet.

"Quand on a eu deux ans de crise Covid, qu'on a un peuple qui est épuisé, qui est exténué, qu'il (Emmanuel Macron, NDLR) a été réélu finalement sans élan, sans enthousiasme, qu'il a une majorité de raccroc à l'Assemblée nationale (...), qu'on s'apprête à ne pas savoir si on va pouvoir payer nos factures, qu'on a une crise d'inflation, que les salaires ne suivent pas", a-t-il énuméré, rappelant des sondages montrant qu'une large majorité des Français ne souhaitent pas une réforme.

Niant l'utilité même de la réforme, il a estimé qu'"on installe du ressentiment dans le cœur des gens".

"La retraite, c'est l'injustice au-dessus des autres", a-t-il encore argumenté, évoquant "des gens qui se demandent comment déjà, ils vont pouvoir bosser jusqu'à 60 ans".

Le président Macron reçoit mercredi soir avec Élisabeth Borne les principaux chefs de la majorité, divisés sur la manière de mener cette réforme, afin de décider de la méthode: amendement, texte ad hoc ou budget rectificatif de la Sécurité sociale.

La décision finale est attendue "d'ici la fin de la semaine".

Promesse de campagne la réforme, qui devrait notamment reculer l'âge légal de départ à la retraite, doit permettre selon l'exécutif de conduire le régime à l'équilibre et de dégager des marges de manœuvres pour financer l'éducation, la santé ou la transition énergétique.