La Cour suprême des Etats-Unis consacre le droit au port d'armes hors du domicile

La Cour suprême des Etats-Unis a invalidé une loi de l'Etat de New York sur le port d'armes. (Photo, AFP)
La Cour suprême des Etats-Unis a invalidé une loi de l'Etat de New York sur le port d'armes. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 23 juin 2022

La Cour suprême des Etats-Unis consacre le droit au port d'armes hors du domicile

La Cour suprême des Etats-Unis a invalidé une loi de l'Etat de New York sur le port d'armes. (Photo, AFP)
  • Le puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), a immédiatement salué une «victoire»
  • Près de 400 millions d'armes étaient en circulation dans la population civile aux Etats-Unis en 2017, soit 120 armes pour 100 personnes, selon le projet Small Arms Survey

WASHINGTON: La Cour suprême des Etats-Unis a invalidé jeudi une loi de l'Etat de New York sur le port d'armes, consacrant au passage le droit des Américains à sortir armés de leur domicile. 

Cette décision, prise à une majorité de six juges sur neuf, tous conservateurs, intervient alors que le pays est encore sous le choc d'une série de fusillades meurtrières dont l'une, le 24 mai, a fait 21 morts dans une école primaire du Texas. 

« Le deuxième et le quatorzième amendement de la Constitution protègent le droit d'un individu à porter une arme de poing pour son auto-défense à l'extérieur de son domicile », écrit le juge Clarence Thomas pour la majorité. 

La Cour agit « sans considérer les conséquences potentiellement mortelles de sa décision », a regretté son collègue progressiste Stephen Breyer dans un argumentaire distinct en rappelant qu'« en 2020, 45 222 Américains ont été tués par des armes à feu ». 

Le puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), a immédiatement salué une « victoire ». La décision représente à l'inverse un vif camouflet pour les partisans d'un meilleur encadrement des armes à feu, dont elle va compliquer les efforts. 

Concrètement, elle porte sur une loi qui limite depuis 1913 la délivrance de permis de port d'armes dissimulées aux personnes ayant des raisons de croire qu'elles pourront avoir à se défendre, par exemple en raison de leur métier ou de menaces les visant. 

Elle avait été contestée en justice par deux propriétaires d'armes à feu, qui s'étaient vu refuser des permis, et une filiale de la NRA. 

La gouverneure de New York déplore un «jour sombre» après l'arrêt de la Cour suprême sur les armes à feu

La gouverneure de New York Kathy Hochul a déploré un « jour sombre » après l'arrêt de la Cour suprême qui consacre le droit des Américains à sortir armés de leur domicile. 

Il est « scandaleux, absolument scandaleux qu'ils aient supprimé nos droits à jouir de restrictions sensées » sur les armes à feu, a déclaré à des journalistes la cheffe de l'exécutif de l'un des Etats américains les plus stricts en termes de port d'armes à feu. 

« Je suis navrée que ce jour sombre soit advenu », a ajouté l'élue démocrate. 

La plus haute juridiction des Etats-Unis a invalidé jeudi les « restrictions » au port d'armes prévues par une loi de son Etat de New York. 

« Nous pouvons avoir des limites à la liberté d'expression (...) mais il n'y en a aucune au Second amendement » de la Constitution, a fustigé Mme Hochul en allusion à la disposition qui protège aux Etats-Unis depuis plus de 200 ans le droit de posséder une arme à feu. 

La gouverneure, dont l'Etat et la ville de New York sont confrontés depuis des mois à une hausse de la criminalité par arme à feu, s'en est prise ensuite sur Twitter aux six juges conservateurs de la Cour suprême en les accusant d'avoir agi de manière « imprudente ». 

Elle a promis de « protéger les New-Yorkais de la violence par armes à feu ». 

Auto-défense 

La NRA milite pour une lecture littérale du deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis. 

Ratifié en 1791, il énonce qu'« une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un Etat libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé ». 

En 1939, la Cour suprême avait jugé qu'il protégeait le droit d'utiliser des armes dans le cadre d'une force de maintien de l'ordre, comme l'armée ou la police, mais n'était pas un droit individuel à l'auto-défense. 

Elle a changé de position lors d'un arrêt historique en 2008 et établi pour la première fois un droit à posséder une arme à son domicile pour se défendre. 

Elle a toutefois laissé aux villes et aux Etats le soin de réguler le transport en dehors du domicile, si bien que les règles sont très variables d'un endroit à l'autre. 

L'arrêt de jeudi met un terme à cette latitude en gravant dans le marbre le droit de porter une arme. 

Dans un premier temps, il devrait faire tomber des lois similaires à celle de New York en vigueur dans d'autres Etats, dont certains très peuplés comme la Californie ou le New Jersey. 

D'autres restrictions en vigueur essentiellement dans les Etats démocrates pourraient être contestées en justice en vertu de ce nouveau cadre légal. 

Près de 400 millions d'armes étaient en circulation dans la population civile aux Etats-Unis en 2017, soit 120 armes pour 100 personnes, selon le projet Small Arms Survey. 

L'an dernier, plus de 20 000 homicides par arme à feu ont été recensés sur le site Gun Violence Archive. 


Attaque au couteau à Bruxelles: 3 blessés, dont l'un grièvement

Le personnel d'urgence arrive à l'extérieur d'une station de métro près du siège de l'UE à Bruxelles, le lundi 30 janvier 2023. (AP)
Le personnel d'urgence arrive à l'extérieur d'une station de métro près du siège de l'UE à Bruxelles, le lundi 30 janvier 2023. (AP)
Short Url
  • Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque
  • Une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau

BRUXELLES: Trois personnes ont été blessées, dont une grièvement, dans une attaque au couteau lundi en fin d'après-midi à Bruxelles, dans une station de métro, selon un nouveau bilan de la police belge, qui a interpellé l'assaillant.

"Attaque au couteau dans la station Schuman: la collaboration avec les différents services de police (...) a permis l'arrestation rapide de l'auteur", a tweeté le maire de Bruxelles Philippe Close.

Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque, dont l'une se trouvant "dans un état critique".

La police ne s'est pas exprimée sur les motivations de l'assaillant. Le parquet fédéral a indiqué n'avoir pas été saisi "à ce stade".

Selon une source proche du dossier, la personne interpellée "était déjà connue pour des antécédents psychiatriques".

L'attaque est survenue autour de 18H00 dans la station de métro Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen.

Selon un journaliste présent sur les lieux, plusieurs policiers en civil accourraient alors vers un quai de la station.

Au même moment, une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l'opérateur des transports bruxellois (Stib).


L'Allemagne sceptique sur l'intérêt de laisser des soldats au Mali jusqu'en 2024

Des soldats allemands lors d'une patrouille sur la route de Gao à Gossi au Mali, le 2 août 2018. (Dossier, AFP)
Des soldats allemands lors d'une patrouille sur la route de Gao à Gossi au Mali, le 2 août 2018. (Dossier, AFP)
Short Url
  • La Minusma, dit être entravée dans sa mission par les restriction imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020
  • Auparavant, M. Pistorius a l'intention de se rendre au Mali «pour se rendre compte de la situation»

BERLIN: Le nouveau ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a estimé lundi que le maintien des forces de son pays "au Mali jusqu'en mai 2024 n'avait aucun sens dans les conditions actuelles" car les troupes ne peuvent y remplir leur mission.

Entré en fonction il y a douze jours, M. Pistorius a manifesté son scepticisme sur la capacité des troupes allemandes à assurer leur engagement dans le cadre de la mission de l'Onu (Minusma) au Mali, pays en proie depuis 2012 à une grave crise multidimensionnelle.

La Minusma, créée en 2013 pour aider à stabiliser un Etat menacé d'effondrement sous la poussée djihadiste et protéger les civils, dit être entravée dans sa mission par les restriction imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020.

"Si nos soldats ne peuvent pas quitter leur camp ou simplement se déplacer dans un périmètre réduit, car les drones sont interdits de survol, alors ils ne remplissent pas leur mission", a affirmé M. Pistorius dans les colonnes du journal allemand Süddeutsche Zeitung.

"Cette mission est alors un gaspillage de temps et d'argent, avant tout pour les soldats, qui, loin de leur familles et de leurs amis, vont au casse pipe", a-t-il ajouté.

"La dernière fois que des drones ont volé, c'était avant Noël", a-t-il précisé.

Une décision sur la durée du mandat devrait tomber en mai. Auparavant, M. Pistorius a l'intention de se rendre au Mali "pour se rendre compte (lui-même) de la situation".

Lors d'un voyage à Bamako à la mi-décembre, la prédécesseure de M. Pistorius, Christine Lambrecht, s'inquiétait déjà de la situation pour les quelque 1 100 soldats allemands déployés dans ce pays.

Elle avait affirmé que le maintien des forces de son pays au Mali jusqu'en mai 2024 était conditionné à leur capacité à remplir leur mission et à la tenue d'élections en février 2024, un engagement pris par les colonels pour laisser la place à des civils.

Le Mali a été le théâtre en 2021 d'un second coup d'Etat en deux ans qui a raffermi la mainmise des militaires, lesquels se sont éloignés des Occidentaux pour se rapprocher notamment de la Russie.


Grèce: un avion de chasse s'abîme en mer, un mort et un disparu

Un avion F-4 Phantom de l'armée de l'air hellénique à l'aéroport militaire d'Andravida, dans le sud de la Grèce, le 18 avril 2021 (Photo, AFP).
Un avion F-4 Phantom de l'armée de l'air hellénique à l'aéroport militaire d'Andravida, dans le sud de la Grèce, le 18 avril 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est dit «consterné» et a exprimé «ses sincères condoléances» à la famille du lieutenant Marios-Michail Touroutsikas
  • Les F-4 Phantom de fabrication américaine comptent parmi les plus anciens appareils de l'armée de l'air grecque

ATHENES: Un pilote de l'armée de l'air grecque a été tué lundi et un autre est porté disparu après que leur avion de chasse F-4 Phantom s'est abîmé en mer Ionienne (ouest), selon l'état-major de l'armée de l'air grecque.

"Un avion biplace F-4 Phantom s'est écrasé lors d'un vol d'entraînement de l'armée de l'air à 25 milles nautiques au sud de l'aéroport militaire d'Andravida", dans l'ouest de la Grèce, "causant la mort du copilote", a indiqué dans un communiqué l'état major de l'armée de l'air.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s'est dit "consterné" et a exprimé "ses sincères condoléances" à la famille du lieutenant Marios-Michail Touroutsikas, 29 ans.

Des hélicoptères de sauvetage et des patrouilleurs des garde-côtes ont été envoyés à la recherche des pilotes, et le corps du copilote a été découvert six heures après la chute de l'appareil, selon une source à l'état-major.

Les recherches se poursuivaient lundi après-midi pour retrouver le pilote.

Les F-4 Phantom de fabrication américaine comptent parmi les plus anciens appareils de l'armée de l'air grecque.

La Grèce a acquis ses premiers Phantom en 1974 et les a modernisés pour la dernière fois il y a une vingtaine d'années.