La trêve au Yémen subit un coup dur: les Houthis rejettent la proposition de l'ONU

L'envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, dénonce les Houthis soutenus par l'Iran pour avoir rejeté les propositions visant à mettre fin au siège de Taiz et menacé de saper la trêve négociée par l'ONU (Photo, AFP).
L'envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, dénonce les Houthis soutenus par l'Iran pour avoir rejeté les propositions visant à mettre fin au siège de Taiz et menacé de saper la trêve négociée par l'ONU (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 26 juin 2022

La trêve au Yémen subit un coup dur: les Houthis rejettent la proposition de l'ONU

  • L'indulgence de la communauté internationale ne ferait qu'encourager les Houthis à refuser de lever le siège de la ville
  • "Il devrait faire pression pour la mise en œuvre de sa proposition et nommer et faire honte au parti qui l'a rejeté", a déclaré Al-Ajar à Arab News

AL-MUKALLA, Yémen : La délégation du gouvernement yéménite aux pourparlers de paix axés sur la ville de Taïz, dans le sud-ouest, a exigé samedi que l'envoyé spécial des Nations Unies au Yémen, Hans Grundberg, dénonce les Houthis soutenus par l'Iran pour avoir rejeté les propositions visant à mettre fin au siège de Taïz et menacé de saper la trêve négociée par l'ONU.

Ali Al-Ajar, membre de la délégation gouvernementale, a déclaré que la position indulgente de la communauté internationale ne ferait qu'encourager les Houthis à refuser de lever leur siège de la ville, qui a commencé en 2015.

"Il devrait faire pression pour la mise en œuvre de sa proposition et nommer et faire honte au parti qui l'a rejeté", a déclaré Al-Ajar à Arab News. "Sa politique de tenir le bâton par le milieu ne mènera à aucune solution."
Grundberg propose initialement l'ouverture d'une route principale et de quatre routes secondaires autour de la ville d'Amman, lors du dernier cycle de pourparlers sur Taiz entre le gouvernement et les Houthis.

La délégation gouvernementale, qui avait précédemment insisté pour que les Houthis lèvent immédiatement leur siège de Taiz, a accepté la proposition, tandis que la délégation Houthi a demandé du temps pour en discuter avec leurs dirigeants à Sanaa.
Grundberg s'était rendu à Sanaa et à Mascate dans le but de convaincre les Houthis d'accepter sa proposition et de commencer à mettre en œuvre la trêve négociée par l'ONU qui est entrée en vigueur le 2 avril.

Les Houthis ont officiellement rejeté jeudi la proposition de Grundberg sur Taiz, proposant comme alternative « l'ouverture immédiate » de deux des voies d'accès de la ville, l'une reliant Taiz à Sanaa via Aber, Al-Saremen, Al-Demenah et Al-Houban, et la deuxième reliant Taiz à Aden via Al-Sharejah (Lahj), Karesh et Al-Rahedah.

Ces routes ont été décrites par la délégation gouvernementale comme "non goudronnées, longues et traversant des cours d'eau". La première route, ont-ils dit, est « petite et accidentée » et n'est viable que pour les véhicules tout-terrain, tandis que la deuxième route traverse des zones contrôlées par les Houthis.

« Pour nous, le (siège) vaut mieux que d'accepter la proposition des Houthis. La route est à sens unique et poussiéreuse et ne soulagerait pas les souffrances des habitants de Taiz. Ils devraient ouvrir la large route entre Taiz et Al-Houban », a déclaré Abdul Basit Al-Baher, un officier militaire yéménite à Taiz, à Arab News.

Vendredi, les manifestants se sont rassemblés près des entrées ouest et est bloquées de Taiz pour dénoncer le siège des Houthis et attirer l'attention internationale sur leurs souffrances. "Brisez le siège de Taiz", peut-on lire sur l'une des affiches écrites en anglais.
Taïz a été effectivement coupée du reste du pays depuis le début du siège des Houthis il y a sept ans, mais la milice soutenue par l'Iran n'a jusqu'à présent pas réussi à prendre le contrôle de la ville grâce à l'opposition féroce de l'armée et des combattants de la résistance.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.