Ryanair minimise l'impact du mouvement de grève des hôtesses et stewards

En Europe, l'aéroport de Charleroi en Belgique a été le plus touché avec 44 vols aller-retour annulés (Photo, AFP).
En Europe, l'aéroport de Charleroi en Belgique a été le plus touché avec 44 vols aller-retour annulés (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 27 juin 2022

Ryanair minimise l'impact du mouvement de grève des hôtesses et stewards

  • Plusieurs syndicats d'hôtesses de l'air et de stewards avaient appelé à cesser le travail à partir de vendredi
  • Une autre grève de trois jours est prévue chez Ryanair en Espagne du 30 juin au 2 juillet prochain

PARIS: A l'issue d'un weekend de grève dans plusieurs pays européens, la compagnie low-cost Ryanair a relevé "des perturbations mineures" sur son programme de vol et rejeté la responsabilité des annulations sur des évènements extérieurs, contredisant la version des syndicats.

"Moins de 2% des 9.000 vols de Ryanair opérant ce weekend (24/25/26 juin) ont été affectés par des grèves mineures et peu soutenues des équipages", a écrit la compagnie dans un communiqué.

Plusieurs syndicats d'hôtesses de l'air et de stewards avaient appelé à cesser le travail à partir de vendredi et pour plusieurs jours, en Espagne, au Portugal et en Belgique. En Italie et en France, la grève a débuté samedi.

La compagnie irlandaise a attribué l'annulation d'un certain nombre vols "en provenance de l’Espagne, de l’Italie, du Royaume-Uni et de la France" à une grève au centre de contrôle aérien (ATC) de Marseille ainsi qu'à des orages dans le sud de l'Europe.

Une affirmation contestée par les syndicats de personnels navigants commerciaux (PNC) comme le SNPNC en France. Samedi, 36 vols sur 80 exploités par Ryanair ont été annulés en raison du mouvement de grève, selon le syndicat.

Dimanche, Damien Mourgues, le délégué syndical du SNPNC, chiffrait le nombre d'annulation à quatre à Bordeaux, onze à Marseille et une à Beauvais.

En Espagne, 75 vols ont été annulés samedi à Madrid, Barcelone, Palma, Ibiza, Santiago et Gerone, selon le syndicat USO (Union Sindical Obrera). Dimanche, 42 vols ont été annulés et une soixantaine ont connu des retards, selon la même source.

En Europe, l'aéroport de Charleroi en Belgique a été le plus touché avec 44 vols aller-retour annulés samedi mais aucun dimanche, selon le site de Ryanair Scorebuddy.

"Tous les passagers dont les vols ont été perturbés par des retards/grèves ATC ou des perturbations météorologiques ont été informés", a indiqué la compagnie sans préciser si elle mettait en place une procédure de remboursement.

Une autre grève de trois jours est prévue chez Ryanair en Espagne du 30 juin au 2 juillet prochain.


Monarques, carbone et dollars: une COP28 hors norme s'ouvre à Dubaï

Le petit pays pétrolier du Golfe a dépensé sans compter pour accueillir à partir de jeudi la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique (Photo, AFP).
Le petit pays pétrolier du Golfe a dépensé sans compter pour accueillir à partir de jeudi la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique (Photo, AFP).
Short Url
  • «C'est la COP la plus importante depuis Paris», a déclaré le chef de l'ONU Climat, Simon Stiell, mercredi
  • Plus de 97.000 personnes (délégations, médias, ONG, lobbys, organisateurs, techniciens...) sont accréditées, deux fois plus que l'an dernier

DUBAI: Les Emirats ont vu les choses en grand: le petit pays pétrolier du Golfe a dépensé sans compter pour accueillir à partir de jeudi la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique, censée inciter les pays à passer la vitesse supérieure sur la transition énergétique.

Aux portes du désert, à Dubaï, le site de l'Exposition universelle de 2020 devient pour deux semaines le coeur battant de la diplomatie climatique, les Emirats et l'ONU espérant une COP aussi historique que celle de Paris en 2015.

"Evidemment, je suis fortement en faveur d'un texte qui inclue la sortie (des énergies fossiles)", même avec un calendrier progressif, a déclaré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres mercredi dans un entretien à l'AFP, avant de s'envoler pour Dubaï.

"C'est la COP la plus importante depuis Paris", a déclaré le chef de l'ONU Climat, Simon Stiell, mercredi. "Nous avançons aujourd'hui à petits pas, alors qu'on attend des pas de géants."

C'est la deuxième fois qu'un pays du Golfe accueille une COP, après le Qatar en 2012. Les conférences de l'ONU Climat changent généralement de continent chaque année; il y a deux ans, les pays d'Asie Pacifique avaient désigné les Emirats pour cette COP.

La première grande décision de la COP28 pourrait intervenir dès jeudi, avec l'adoption en séance plénière de la mise en oeuvre du nouveau fonds pour compenser les pertes et dommages liés au climat dans les pays vulnérables, après un an de négociations très tendues entre pays du Nord et du Sud. Cette adoption dès le premier jour permettrait aux délégués de se concentrer sur les autres batailles à l'ordre du jour, à commencer par les énergies fossiles.

Charles, Israël et Palestiniens

Jeudi matin, des milliers de participants commençaient à affluer dans une ambiance feutrée, sans l'ombre d'une manifestation à ce stade.

Plus de 97.000 personnes (délégations, médias, ONG, lobbys, organisateurs, techniciens...) sont accréditées, deux fois plus que l'an dernier, et environ 180 chefs d'Etats et de gouvernements sont attendus selon les organisateurs d'ici le 12 décembre, fin théorique de la conférence.

Le pape François, grippé, a annulé sa venue, mais plus de 140 dirigeants défileront à la tribune vendredi et samedi, après la journée cérémonielle d'ouverture jeudi, pour des discours de quelques minutes censés donner une impulsion politique aux négociations byzantines qui occuperont les délégations pendant deux semaines.

Le roi Charles III s'exprimera vendredi en ouverture de ce sommet de dirigeants, sans Joe Biden, remplacé par sa vice-présidente Kamala Harris, ni Xi Jinping.

Le président israélien Isaac Herzog et le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pourraient se croiser car ils sont inscrits pour s'exprimer à quelques minutes d'intervalle vendredi.

Les Emiratis préparent un déluge inaugural d'engagements volontaires d'Etats pour, par exemple, tripler les renouvelables d'ici 2030 ou doper les aides financières des pays riches vers les plus vulnérables.

Les COP inutiles?

La question est légitime, puisque depuis la COP21 et l'accord de Paris, les émissions de gaz à effet de serre ont continué à augmenter. Mais alors qu'on tablait à l'époque sur 16% d'augmentation d'ici 2030, l'ONU Environnement ramène désormais la hausse à 2%.

Ce ralentissement n'est pas attribuable au seul texte mais la transition énergétique est indéniablement engagée, bien que plaçant toujours le monde sur une trajectoire de réchauffement invivable.

Depuis 2015, une centaine de pays se sont engagés à la neutralité carbone, le solaire est devenu l'énergie la moins chère pour générer de l'électricité, le pic de la demande en énergies fossiles est en vue cette décennie et l'Agence internationale de l'énergie s'attend à ce que plus du tiers des voitures neuves dans le monde soient électriques en 2030, un scénario impensable avant 2015.


La Banque mondiale souligne l’importance de l’action climatique pour l’économie tunisienne

La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale (Photo, AFP).
La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon un rapport de la Banque mondiale, une combinaison d’actions d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, ainsi que la décarbonation du secteur de l’électricité, pourraient propulser la croissance du PIB à 8,8% d’ici 2030
  • En revanche, l’inaction pourrait entraîner des pertes de PIB atteignant 3,4% d’ici 2030

RABAT: La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale publié à la veille de la COP28. Il préconise des mesures immédiates d’adaptation et de décarbonation pour stimuler la reprise économique et créer des emplois dans le pays.

Le «Rapport national sur le climat et le développement en Tunisie» met en avant des mesures cruciales pour atténuer les effets du changement climatique sur les populations et les entreprises, tout en renforçant la compétitivité de l’économie tunisienne.

Selon le rapport, une combinaison d’actions d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, ainsi que la décarbonation du secteur de l’électricité, pourraient propulser la croissance du PIB à 8,8% d’ici 2030. En revanche, l’inaction pourrait entraîner des pertes de PIB atteignant 3,4% d’ici 2030, avec des pertes annuelles estimées à environ 5,6 milliards de dinars (1,64 milliard d’euros).

«Opportunité unique»

Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, a souligné le soutien continu de la Banque mondiale envers la Tunisie dans sa transition vers un avenir plus durable. «L’adaptation au changement climatique et la promotion d’une économie verte représentent une opportunité unique pour la croissance, la résilience et le développement durable du pays», a-t-il affirmé.

La pénurie d’eau, en particulier, menace la production agricole en exposant les carences d’un secteur nécessitant des réformes face au changement climatique. Les pertes en eau enregistrées par la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux sont passées de 25% en 2010 à 34% en 2021.

Le rapport souligne également le risque d’élévation du niveau de la mer, affectant près d’un quart de la zone côtière tunisienne d’ici 2050, avec des coûts potentiels de réparation des infrastructures routières après des inondations atteignant 252 millions d’euros d’ici 2050.

Pour remédier à la pénurie d’eau, le rapport préconise des mesures telles que la rationalisation de la demande en eau, le renforcement des réseaux hydrauliques, et la protection des écosystèmes pour augmenter la disponibilité de l’eau et renforcer la résilience aux chocs climatiques.

Décarboner l’énergie

La décarbonation du secteur de l’énergie offre également des opportunités significatives, selon le rapport. En 2022, l’énergie représentait 53% du déficit commercial et 58% des émissions de gaz à effet de serre du pays. La décarbonation permettrait de remédier à ces déséquilibres, améliorant l’accessibilité financière pour les ménages et la compétitivité des entreprises, tout en réduisant les émissions, estiment les experts de la Banque mondiale.

Cheick-Oumar Sylla, directeur régional pour l’Afrique du Nord et la Corne de l’Afrique de la Société financière Internationale (SFI), une organisation de la Banque mondiale consacrée au secteur privé, souligne l'importance de la collaboration entre les secteurs public et privé pour relever les défis du changement climatique. La SFI s’engage à soutenir la Tunisie dans son adaptation au changement climatique et sa croissance durable, ajoute-t-il.

Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de créer des conditions macro-financières propices aux investissements nécessaires, en réorientant les dépenses publiques vers des investissements d'adaptation et en facilitant les investissements du secteur privé dans des initiatives vertes.


Comment ChatGPT a poussé Google à modifier son moteur de recherche

 Le géant américain Google a dû accélérer l'intégration de l'IA et de la technologie des chatbot mais veut rester prudent (Photo, AFP).
Le géant américain Google a dû accélérer l'intégration de l'IA et de la technologie des chatbot mais veut rester prudent (Photo, AFP).
Short Url
  • Certains de ces nouveaux outils d'IA ne sont pas toujours aussi précis que la recherche traditionnelle
  • La mission fondatrice de Google était de rendre l'information mondiale universellement accessible

MALAGA: L'arrivée de ChatGPT en novembre 2022 a modifié la recherche sur internet, pré carré de Google depuis quinze ans. Le groupe américain a dû accélérer l'intégration de cet outil, mais veut rester prudent, explique à l'AFP son directeur des affaires publiques Kent Walker.

Question: il y a un an était lancé ChatGPT. Quel a été l'impact pour Google ?

Réponse: "S'ils ont utilisé le moteur de recherche de Google, Maps, Google Traduction ou Gmail, les gens utilisent l'intelligence artificielle (IA) depuis une douzaine d'années. Au cours de la dernière année, l’IA est devenue plus visible. L'essor de ces chatbots a accéléré notre travail et élargi l'acceptation populaire de l'IA. Mais bon nombre des nouvelles avancées s'appuient sur des articles que nous avons publiés depuis 2012".

Q: Pourtant, des internautes préfèrent maintenant utiliser chatGPT que le moteur de recherche de Google. Est-il menacé ?

R: "Certains de ces nouveaux outils d'IA ne sont pas toujours aussi précis que la recherche traditionnelle. Ils font ce qu'on appelle des hallucinations. Nous devons donc utiliser notre expérience de la recherche pour fonder les résultats sur des informations précises. Nous intégrons donc l'IA à notre moteur de recherche pour obtenir ce que nous appelons une expérience générative de recherche, afin d’avoir le meilleur des deux mondes".

Q: Google est justement en procès au Etats-Unis pour la place prépondérante de son moteur de recherche. La première phase est terminée, diriez-vous que Google s'en est bien sorti ?

R: "Le procès aux États-Unis portait sur la question de savoir pourquoi les utilisateurs utilisent Google. Nous étions heureux de prouver que les utilisateurs choisissent Google parce qu'ils le veulent, et non parce qu'ils doivent le faire. Cela signifie que lorsque nous travaillons avec d'autres plateformes qui nous facturent la distribution de nos produits, nous devons en faire le choix par défaut. Nous espérons que la Cour sera d'accord avec cela et nous le saurons probablement au printemps prochain".

Q: Que pensez-vous du futur IA Act européen ?

R: "Nous sommes d'accord avec les gouvernements français, allemand et italien qui ont récemment publié un document disant que l'IA Act devrait se concentrer sur une réponse proportionnée et fondée sur le risque, en examinant ses utilisations spécifiques. Les enjeux sont très différents dans les secteurs de la banque, la santé ou les transports. Nous nous référons donc à ce que nous appelons une approche en étoile, où il y a un centre d'expertise mais où chaque agence de régulation doit comprendre le potentiel et les risques dans son domaine.

Nous espérons être en mesure de nous associer aux gouvernements pour créer un environnement juridique qui favorise l'innovation et l'adoption par les entreprises européennes. Il était remarquable de voir 150 entreprises européennes de premier plan dire qu'ils veulent une réglementation flexible".

Q: Nous voyons se développer des tentatives de censure dans une série de pays - Chine, Russie, Iran.... Pensez-vous qu'un Internet mondial survivra ?

R: "La mission fondatrice de Google était de rendre l'information mondiale universellement accessible. Nous travaillons toujours pour atteindre cet objectif, de manière responsable".

Q: Mais vous acceptez parfois la censure ?

R: "Nous travaillons dur pour en minimiser les impacts sur nos services. En 2010, nous avons fini par retirer nos services de Chine à cause du régime de censure. Partout dans le monde, les gouvernements exercent de plus en plus de pressions, et nous reconnaissons que nous devons nous conformer aux lois des pays où nous exerçons nos activités. Mais nous plaidons en faveur d'un accès accru à l'information partout où cela est possible. Nous espérons que la vision d'un internet ouvert et libre prévaudra. Nous pouvons partager des idées et des découvertes en quelques minutes, cela aurait pris des mois ou des années il y a une génération".

Q: Quelle a été votre tâche la plus difficile en tant que directeur juridique de Google ?

R: "Peut-être le fondement de la règlementation de l’IA, le développement technologique le plus important de notre époque. Il est d'une importance cruciale de bien établir cette base. Mais c'est compliqué parce qu'il y a beaucoup de parties prenantes".