Ethiopie: Les enquêteurs de l'ONU autorisés à se rendre à Addis-Abeba

En novembre dernier, un rapport rédigé conjointement par les services de la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, et la Commission éthiopienne des droits de l'homme a cumulé les preuves de possibles crimes de guerre et de crimes contre l'humanité dans ce conflit (Photo, AFP).
En novembre dernier, un rapport rédigé conjointement par les services de la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, et la Commission éthiopienne des droits de l'homme a cumulé les preuves de possibles crimes de guerre et de crimes contre l'humanité dans ce conflit (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

Ethiopie: Les enquêteurs de l'ONU autorisés à se rendre à Addis-Abeba

  • Depuis son déclenchement en novembre 2020, le conflit au Tigré a été marquée par de nombreuses exactions dans chaque camp
  • La commission de l'ONU a pu rencontrer en mai le ministre éthiopien de la Justice et des hauts fonctionnaires du gouvernement à Genève

GENEVE: Les enquêteurs de l'ONU sur les violations des droits de l'homme en Ethiopie ont indiqué jeudi avoir reçu le feu vert du gouvernement pour se rendre à Addis-Abeba et espèrent obtenir un accès plus large au pays.

Cette nouvelle commission internationale d'experts sur l'Ethiopie a été mise en place le 17 décembre par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour une période d'un an, renouvelable si nécessaire.

Sa présidente, l'avocate kényane Kaari Betty Murungi, a présenté jeudi un premier compte-rendu technique de la mise en place de la mission, mais a d'ores et déjà indiqué que la commission "est alarmée" par le fait que les violations des droits de l'homme, du droit international humanitaire et des droits des réfugiés "semblent être perpétrées en toute impunité, même aujourd'hui, par diverses parties au conflit en Ethiopie".

"La Commission insiste sur la responsabilité du gouvernement éthiopien de mettre fin à ces violations sur son territoire et de traduire les responsables en justice", a-t-elle indiqué, devant le Conseil des droits de l'homme.

"Nous sommes extrêmement alarmés par les atrocités qui continuent d'être commises à l'encontre des civils, notamment les événements signalés dans la région d'Oromia. Toute violence à l'encontre des civils, alimentée par des discours de haine et d'incitation à la violence ethnique et sexiste, est un indicateur d'alerte précoce et un prélude à de nouveaux crimes atroces", a-t-elle averti.

Depuis son déclenchement en novembre 2020, le conflit au Tigré (nord de l'Ethiopie) et qui s'est ensuite propagé aux régions voisines de l'Amhara et de l'Afar, a été marquée par de nombreuses exactions dans chaque camp.

Les combats ont cessé depuis mars, à la faveur d'une trêve "humanitaire" décidée fin mars par Addis-Abeba et acceptée par le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF).

En novembre dernier, un rapport rédigé conjointement par les services de la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, et la Commission éthiopienne des droits de l'homme a cumulé les preuves de possibles crimes de guerre et de crimes contre l'humanité dans ce conflit.

La commission de l'ONU a pu rencontrer en mai le ministre éthiopien de la Justice et des hauts fonctionnaires du gouvernement à Genève, a indiqué Mme Kaari Betty Murungi.

"Le gouvernement éthiopien a répondu positivement à notre demande de visite d'Addis-Abeba, afin de poursuivre le dialogue de mai +en vue de convenir des modalités de coopération avec la commission+", a-t-elle indiqué, en disant espérer que ces consultations permettront aux enquêteurs d'accéder aux lieux où se sont produits les violations des droits de l'homme ainsi qu'aux survivants, aux victimes et aux témoins.


Grèce: au moins 15 morts dans le naufrage d'une embarcation de migrants

La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays. (AFP)
La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays. (AFP)
Short Url
  • Les corps de 15 femmes apparemment d'origine africaine ont été repêchés à l'est de l'île de Lesbos, voisine des côtes turques en mer Egée, après que leur embarcation a sombré
  • Neuf autres femmes ont pu être secourues mais 14 autres personnes sont portées disparues, une quarantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation au moment du drame

ATHENES: Au moins 15 personnes sont mortes et une trentaine d'autres portées disparues en Grèce dans le naufrage de deux embarcations de migrants, poussées par des vents violents, ont annoncé jeudi les gardes-côtes grecs.

Les corps de 15 femmes apparemment d'origine africaine ont été repêchés à l'est de l'île de Lesbos, voisine des côtes turques en mer Egée, après que leur embarcation a sombré, a indiqué un porte-parole des garde-côtes, Nikos Kokkalas, sur la chaîne de télévision publique ERT.

Neuf autres femmes ont pu être secourues mais 14 autres personnes sont portées disparues, a-t-il ajouté, en précisant qu'une quarantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation au moment du drame. "Les femmes étaient complètement paniquées", a-t-il décrit.

Quelques heures plus tôt, les autorités avaient fait état de disparus après le naufrage d'une autre embarcation, un voilier transportant quelque 95 personnes, cette fois-ci au large de l'île de Cithère, proche de la péninsule du Péloponnèse.

A la nage 

Certains des survivants ont pu rejoindre la côte à la nage, et une opération combinée mobilisant des navires en mer et les services de pompiers et de police à terre a permis de retrouver 80 personnes.

Le voilier a coulé près du port de Diakofti. Il a été "complètement détruit", selon M. Kokkolas.

Aucune précision n'a été fournie quant à la nationalité des naufragés.

Dans la région de Cithère, les vents atteignaient 102 km/h, ont indiqué les garde-côtes.

La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays.

Les embarcations de fortune partent du Liban, et non plus de la Turquie, pour contourner les patrouilles en mer Égée et tentent de rejoindre l'Italie.

Les garde-côtes ont assuré avoir secouru quelque 1.500 personnes au cours des huit premiers mois de l'année, contre moins de 600 en 2021.

La traversée périlleuse de quelques milles nautiques entre les îles grecques, porte d'entrée dans l'Union européenne, et les côtes turques en mer Egée, située en Méditerranée orientale, coûte la vie à de nombreux migrants et réfugiés qui tentent la traversée à bord d'embarcations de fortune pour fuir guerres et misère.

Depuis janvier 2022, 64 personnes ont péri en tentant de passer en Europe depuis les côtes turques proches, contre 111 pour l'ensemble de l'année 2021, selon les données de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

En décembre dernier, au moins 30 personnes ont péri dans trois naufrages distincts de bateaux de migrants en mer Égée. Mais les données précises sont difficiles à établir car certains corps ne sont jamais repêchés ou sont retrouvés sur le rivage des semaines plus tard.

Accusations 

Athènes accuse Ankara de fermer les yeux sur les pratiques des passeurs et de laisser des migrants venir en Grèce en violation de l'accord de mars 2016 qui prévoyait un effort de la Turquie pour limiter les départs de réfugiés et migrants depuis son territoire.

La Turquie nie ces accusations.

De son côté, la Grèce est pointée du doigt par des ONG et des médias pour ses responsabilités dans des refoulements illégaux et souvent violents à ses frontières maritimes et terrestres.

Le gouvernement conservateur grec a toujours démenti ces refoulements vers la Turquie, contraires au droit international, malgré les enquêtes sérieuses et documentées menées par des médias internationaux et des ONG.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé la Grèce de transformer la mer Egée en "cimetière" avec "ses politiques oppressives". Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, lui a rétorqué que la Turquie poussait les migrants "avec violence" vers les eaux territoriales grecques "en violation du droit international".


La Corée du Nord tire encore deux missiles et blâme Séoul et Washington

De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
Short Url
  • Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon
  • Pour la Chine, les essais de missiles par Pyongyang sont «étroitement liés» aux exercices militaires américano-sud-coréen

SÉOUL: La Corée du Nord a lancé jeudi deux nouveaux missiles balistiques et a qualifié ces essais d'armes de "justes mesures de rétorsion" contre Washington et Séoul et leurs exercices militaires dans la région.

Les nouveaux tirs sont intervenus au moment où, à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour évoquer le lancement d'un autre missile nord-coréen qui avait survolé le Japon deux jours plus tôt.

Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon. Les gardes-côtes japonais ont confirmé avoir détecté ces projectiles.

Ce sixième lancement en moins de deux semaines, est "absolument inacceptable", a aussitôt réagi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Mardi, un missile de type Hwasong-12 avait survolé le Japon et parcouru environ 4 600 km, soit probablement la distance la plus longue jamais atteinte par Pyongyang dans le cadre de ses essais, selon Séoul et Washington.

C'était la première fois en cinq ans qu'un projectile nord-coréen passait au-dessus du territoire japonais.

La Corée du Nord, qui a adopté en septembre une nouvelle doctrine rendant "irréversible" son statut de puissance nucléaire, a intensifié cette année ses tirs et a lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) pour la première fois depuis 2017.

Ces tirs constituent "les justes mesures de rétorsion de l'Armée populaire coréenne contre les manoeuvres militaires conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis qui provoquent une escalade des tensions militaires dans la Péninsule coréenne", a déclaré jeudi le ministère nord-coréen dans un communiqué.

À la suite du lancement de mardi, Washington avait appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais la Chine, alliée et partenaire économique de la Corée du Nord, y a blâmé elle aussi les Etats-Unis.

La Chine blâme Washington

Les essais de missiles par Pyongyang sont "étroitement liés" aux exercices militaires américano-sud-coréens, a déclaré devant le Conseil l'ambassadeur chinois adjoint auprès des Nations unies, Geng Shuang.

Il a accusé Washington d'"empoisonner l'environnement de sécurité régional".

Séoul, Tokyo et Washington ont multiplié les manoeuvres militaires conjointes ces dernières semaines, notamment des exercices de lutte anti-sous-marine et des manoeuvres navales à grande échelle.

Mercredi, la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient tiré cinq missiles balistiques -dont un s'est écrasé après son lancement- vers des cibles fictives en mer du Japon. Et la veille, les aviations des deux pays avaient mené des exercices de tir en mer Jaune.

Séoul a également annoncé le retour dans la région du porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Ronald Reagan qui a effectué en septembre des exercices avec la marine sud-coréenne.

La réunion du Conseil de sécurité a été soutenue par la France, le Royaume-Uni, l'Albanie, la Norvège et l'Irlande.

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield y a dénoncé "un effort clair de la Chine et la Russie pour récompenser (la Corée du Nord) pour ses mauvaises actions", et a apppelé à un renforcement des sanctions contre Pyongyang.

En mai, Pékin et Moscou avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, alors que l'instance avait adopté à l'unanimité de lourdes sanctions en 2017.

Selon les analystes, le régime du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un saisit l'occasion de l'impasse à l'ONU pour pousser toujours plus loin ses essais d'armes.

Séoul et Washington s'attendent à ce que la Corée du Nord reprenne ses essais nucléaires, interrompus depuis 2017, probablement après le congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre.

"A ce stade, pour Kim, faire marche arrière et arrêter les provocations paraîtrait contre-productif pour ses intérêts. Sans parler de la quantité de ressources gaspillées pour mener ces essais d'armes", a expliqué Soo Kim, analyste à la RAND Corporation.

"Nous sommes assurément dans un cycle de provocation armée", a-t-elle estimé.


L'Espagne «respecte» le paquet énergétique allemand, cible de nombreuses critiques européennes

Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez tiennent une conférence de presse conjointe à la suite d'une rencontre entre les délégations allemande et espagnole lors du XXVe sommet Espagne-Allemagne, qui s'est tenu à La Corogne, le 5 octobre 2022 (Photo, AFP).
Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez tiennent une conférence de presse conjointe à la suite d'une rencontre entre les délégations allemande et espagnole lors du XXVe sommet Espagne-Allemagne, qui s'est tenu à La Corogne, le 5 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les dirigeants de l'UE réclament des solutions collectives pour faire face à la crise énergétique
  • L'Allemagne est le pays le plus touché par ce manque de gaz bon marché, une pénurie qui affecte son industrie

LA COROGNE: L'Espagne "respecte" la décision de l'Allemagne de mettre en place un plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger son économie face à la crise énergétique, a déclaré mercredi le Premier ministre espagnol, alors que la mesure fait l'objet de nombreuses critiques en Europe.

"Nous respectons la décision du gouvernement allemand", a ainsi affirmé le socialiste Pedro Sánchez lors d'une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, à La Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne.

Il faut être "empathiques avec la situation que traverse l'Allemagne, qui voit son économie, son industrie et les foyers allemands davantage affectés par la guerre" en Ukraine, a jugé le Premier ministre espagnol.

L'Allemagne "étant la principale économie européenne, nous souhaitons tous qu'elle se porte bien économiquement", a commenté Pedro Sánchez.

La France ainsi que d'autres responsables de l'Union européenne se sont dits préoccupés par l'initiative de l'Allemagne, accusée de faire cavalier seul avec son plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger ménages et entreprises, et ont suggéré de mieux coordonner les plans nationaux.

Les dirigeants de l'UE réclament des solutions collectives pour faire face à la crise énergétique: depuis le début de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, Moscou a drastiquement réduit son approvisionnement en gaz naturel.

L'Allemagne est le pays le plus touché par ce manque de gaz bon marché, une pénurie qui affecte son industrie.

De son côté, Olaf Scholz a défendu son paquet énergétique. Le chancelier a expliqué que des plans avec les mêmes objectifs avaient été annoncés dans plusieurs pays européens, comme en Espagne ou en France.

Si on prend en compte "la taille de l'économie allemande", le plan de Berlin est conforme avec "les décisions prises dans d'autres pays", a-t-il estimé.

Il a par ailleurs réitéré son soutien "de manière explicite" au MidCat, un projet de gazoduc entre la Catalogne (dans le nord-est de l'Espagne) et le sud-est de la France, une idée défendue par Madrid à laquelle Paris s'oppose.

Les travaux du gazoduc avaient été interrompus en 2019 en raison de son impact environnemental et d'un intérêt économique alors jugé limité, mais depuis l'Espagne a réactivé l'idée d'un tel pipeline en pleine crise énergétique.

Défendu par Madrid mais aussi par Berlin, qui y voit un moyen de réduire la dépendance de l'UE vis-à-vis du gaz russe, le MidCat (abréviation de Midi-Catalogne) permettrait à l'Espagne, qui dispose de 30% des capacités européennes de regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL), d'exporter du gaz, venu par bateau des Etats-Unis ou du Qatar, vers le reste de l'Europe.