La préservation de l'écosystème pour un Hajj vert nécessite un bon carbone issu du sol

La Mecque s'étend sur cent dix-neuf kilomètres carrés et elle englobe les sites phares du Hajj que sont Arafat, Muzdalifah et Mina. (SPA)
La Mecque s'étend sur cent dix-neuf kilomètres carrés et elle englobe les sites phares du Hajj que sont Arafat, Muzdalifah et Mina. (SPA)
La Mecque s'étend sur cent dix-neuf kilomètres carrés et elle englobe les sites phares du Hajj que sont Arafat, Muzdalifah et Mina. (SPA)
La Mecque s'étend sur cent dix-neuf kilomètres carrés et elle englobe les sites phares du Hajj que sont Arafat, Muzdalifah et Mina. (SPA)
Short Url
Publié le Dimanche 03 juillet 2022

La préservation de l'écosystème pour un Hajj vert nécessite un bon carbone issu du sol

  • Le PDG de la Saudi Green Building Forum, Faisal al-Fadhl, indique qu'aider l'environnement à se régénérer signifiait augmenter le bon carbone, soit le carbone issu du sol
  • M. Al-Fadhl souligne que la couverture végétale était très faible à La Mecque, mais que cette dernière avait augmenté de 800 % en dix ans

DJEDDAH: La restauration de l'écosystème pour un Hajj vert nécessite un bon taux de carbone, déclare le PDG du Saudi Green Building Forum (SGBF).

Le SGBF, en collaboration avec le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE), étudie la zone de La Mecque pour réhabiliter les terres et examiner leurs limites et leur capacité en carbone.

photo
Le SGBF, en collaboration avec le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE), étudie la zone de La Mecque pour réhabiliter les terres et examiner leurs limites et leur capacité en carbone. (Fournie)​​

La Mecque s'étend sur cent dix-neuf kilomètres carrés et elle englobe les sites phares du Hajj que sont Arafat, Muzdalifah et Mina.

Le PDG de la SGBF, Faisal al-Fadhl, indique qu'aider l'environnement à se régénérer signifiait augmenter le bon carbone (carbone issu du sol), un phénomène naturel qui peut être renforcé par des initiatives de l'homme.

«La végétation aidera son écocapacité à se raviver et à s'accélérer via le carbone du sol. Cela impliquera la flore, les animaux et la façon dont les humains peuvent fondamentalement l'utiliser», précise-t-il à Arab News. «Soixante-dix millions de tonnes de carbone du sol sont nécessaires pour régénérer la zone grâce aux arbres.»

Les zones situées autour de La Mecque ont besoin d'être réhabilitées pour une expérience humaine riche, explique-t-il, «pas seulement Mina, les montagnes qui l'entourent aussi».

photo
Le SGBF, en collaboration avec le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE), étudie la zone de La Mecque pour réhabiliter les terres et examiner leurs limites et leur capacité en carbone. (SPA)​​

M. Al-Fadhl souligne que le bon carbone annule le mauvais carbone des îlots de chaleur, un terme faisant référence aux objets, éléments et structures tels que le ciment, les bâtiments et le verre réfléchissant.

«Tous ces éléments génèrent énormément de chaleur; nous voulons donc réduire cette chaleur en augmentant le carbone du sol. L'étude est accréditée par le PNUE, et cette zone requiert certains soins sur le plan scientifique, zoologique et botanique», déclare M. Al-Fadhl.

Il précise que l'Arabie saoudite visait à atteindre la neutralité carbone nette d'ici à 2060, une annonce du prince héritier, Mohammed ben Salmane, datant du mois d’octobre dernier, et que cette démarche s'inscrivait dans les plans de développement du Royaume.

Faisal al-Fadhl indique que le forum avait initié des projets visant à fournir un Hajj vert depuis sa création et que désormais, avec une plus grande sensibilisation à la durabilité, l'équipe intensifiait ses plans d'action.

«Ce n'est pas seulement un lieu rituel. Il s’agit d’une expérience humaine et nous devons préserver sa nature. C'est le plus grand hôte international au monde. Préserver l'écocapacité est une nécessité pour que l'expérience humaine soit unique.»

photo
Le SGBF, en collaboration avec le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE), étudie la zone de La Mecque pour réhabiliter les terres et examiner leurs limites et leur capacité en carbone. (Fournie)​​

M. Al-Fadhl souligne que la couverture végétale était très faible à La Mecque, mais il précise que cette dernière était passée de cent vingt-deux mètres carrés à huit cent soixante-dix-huit mètres carrés entre l’année 2000 et l’année 2010.

«Cela représente une augmentation de 800 %», ajoute-t-il.

Dans sa présentation, Faisal al-Fadhl s'est référé à l'ouvrage A New Language For Carbon de l'architecte américain William McDonough pour identifier trois stratégies de gestion du carbone et de lutte contre le changement climatique.

La première, positive sur le plan du carbone, consiste à convertir le carbone atmosphérique en formes qui améliorent la nutrition des sols ou en formes durables telles que des polymères et des agrégats solides, et à recycler le carbone en nutriments à partir de matières organiques, de déchets alimentaires, de polymères compostables et d'égouts.

La deuxième stratégie, neutre en carbone, fait référence à des actions qui transforment ou maintiennent le carbone dans des formes et des cycles durables liés à la Terre sur plusieurs générations, ou à des énergies renouvelables telles que l'énergie solaire, éolienne et hydraulique qui ne libèrent pas de carbone.

La troisième stratégie, négative sur le plan du carbone, fait référence aux actions qui polluent la terre, l'eau et l'atmosphère avec diverses formes de carbone, en rejetant par exemple du dioxyde de carbone (CO2) et du méthane dans l'atmosphère ou des plastiques dans l'océan.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.