Le conflit frontalier maritime entre le Liban et Israël ressurgit

Ce navire de la marine israélienne est photographié au large des côtes de Rosh Hanikra, une zone située à la frontière entre Israël et le Liban (Ras al-Naqoura). (AFP)
Ce navire de la marine israélienne est photographié au large des côtes de Rosh Hanikra, une zone située à la frontière entre Israël et le Liban (Ras al-Naqoura). (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Le conflit frontalier maritime entre le Liban et Israël ressurgit

  • Des avions de guerre et un navire lance-missiles israélien auraient intercepté trois drones qui survolaient les eaux économiques israéliennes
  • D'après l'armée israélienne, le Hezbollah tente de porter atteinte à la souveraineté du pays sur terre, dans les airs et en mer

BEYROUTH: Le conflit frontalier maritime entre le Liban et Israël a refait surface après un événement survenu dans la nuit de samedi à dimanche.

Le porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a indiqué que des avions de guerre et un navire lance-missiles israélien avaient intercepté trois drones qui s'approchaient du côté libanais vers l'espace aérien situé au-dessus des eaux économiques israéliennes.

La Résistance islamique, branche militaire du Hezbollah, a confirmé l'incident dans un communiqué: «Un groupe affilié aux martyrs Jamil Skaff et Mahdi Yaghi a lancé trois drones de tailles différentes vers la zone contestée, au-dessus du champ gazier de Karish, afin de mener des missions de reconnaissance. La mission a été accomplie et le message transmis.»

Devant l’évolution de la situation, le Liban n'a pas vraiment réagi, bien que le ministre intérimaire des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, ait déclaré qu'il était possible de parvenir à un accord sur la question de la frontière en septembre et que les informations fournies par les États-Unis et les Nations unies montraient que les négociations avançaient.

EN BREF

Le porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a indiqué que des avions de guerre et un navire lance-missiles israélien avaient intercepté trois drones qui s'approchaient du côté libanais vers l'espace aérien situé au-dessus des eaux économiques israéliennes.

Au mois de mars dernier, le médiateur américain Amos Hochstein avait envoyé au Liban une proposition de démarcation en forme de zigzag à partir de la ligne 23.

Le Liban lui a donné une réponse orale qu'il n'a pas révélée, parce qu’il attendait celle d’Israël.

Le Liban ne peut confirmer que la ligne 29 – qui comprend le champ gazier de Karish – constitue la frontière maritime du Liban, puisque le président Michel Aoun n'a pas signé le projet d'amendement du décret 6433.

Ce dernier, publié en 2011, précisait que la ligne 23 était le point de négociation avec Israël pour délimiter les frontières maritimes. Toutefois, M. Aoun estime qu'il s'agit de la ligne 29, qui accorde au Liban une superficie supplémentaire estimée à 1 430 km² alors que, selon le décret déposé auprès de l'ONU, le Liban ne bénéficie que de 860 km² de la zone contestée.

«Nous ne pouvons préserver la richesse du Liban qu'en informant l'ennemi que nous sommes puissants. Ce message a été transmis par des drones. Il ne s'adresse pas seulement à l'ennemi israélien, mais aussi au médiateur américain. Il faut comprendre que les droits du Liban ne peuvent être sous-estimés ni ridiculisés», a déclaré dimanche le représentant au Liban de l’ayatollah Ali Khamanei, le cheikh Mohammed Yazbeck.

«Les drones du Hezbollah au-dessus de Karish ont pour but de rappeler à tous que l'Iran est présent dans les négociations qui se déroulent actuellement entre le Liban et Israël au sujet de la démarcation de la frontière, sous les auspices des Américains et au détriment de l'intérêt libanais», a indiqué l'ancien député Farès Souhaid.

«L'incident confirmé par le Hezbollah pourrait se reproduire et des incidents plus graves encore risquent d'avoir lieu. Par conséquent, nous appelons les représentants de la nation à soulever la question de l'occupation iranienne au sein du Parlement.»

Dimanche dernier, le Premier ministre israélien, Yaïr Lapid, a affirmé que le Hezbollah constituait un «obstacle» à l'établissement d'un accord entre le Liban et Israël.

«Le parti continue de suivre la voie du terrorisme et compromet la capacité du Liban à parvenir à un accord sur les frontières maritimes.»

Il a également déclaré qu'Israël continuerait de protéger ses citoyens et ses intérêts.

D'après l'armée israélienne, le Hezbollah tente de porter atteinte à la souveraineté du pays sur terre, dans les airs et en mer. «Les eaux économiques font partie d'Israël et ne représentent pas une zone de conflit. Aucune discussion n'est donc nécessaire.»

Selon le journal israélien Yediot Aharonot, les drones ont été envoyés près du champ de gaz de Karish. L'un d'entre eux a été abattu par un avion de chasse, et les deux autres ont été détruits par des missiles Barak 8 lancés à partir d’un navire lance-missiles.

La même source confirme que le Hezbollah a envoyé différents types de drones qui volent à basse altitude. Ils ont été surveillés et interceptés grâce à la coordination entre les forces navales et aériennes.

Le journal cite l'armée israélienne: «Les premières évaluations ont indiqué que les drones n'étaient pas chargés d'armes et qu'ils ne représentaient aucune menace. Il s'agit là d'une tentative pour compromettre les négociations avec le Liban au sujet de la frontière maritime. D’ailleurs, le Hezbollah veut détruire le Liban.»

Selon le rapport, le Hezbollah avait déjà envoyé des drones en territoire israélien, mais l'événement de samedi soir est sans précédent: c'est la première fois qu'une telle opération est menée sur la plate-forme gazière flottante de Karish, d’où aucun gaz n'a encore été extrait.

«Cet incident est un message destiné à montrer à Israël que le Hezbollah peut mettre à exécution les menaces que son chef, Hassan Nasrallah, a proférées au cours des dernières semaines. En lançant ces drones, l’organisation a agi contre l'intérêt libanais, malgré les progrès réalisés sur le dossier de la démarcation des frontières maritimes grâce aux efforts du médiateur américain Amos Hochstein», indique le rapport. «Ce qui s'est passé viole certes les négociations, mais révèle surtout que le Hezbollah a trahi son engagement qui consistait à n'entreprendre aucune action sans un accord ou un consensus national libanais.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza fait le bilan de l'attaque israélienne: 44 morts en trois jours

Une femme palestinienne marche parmi les décombres devant sa maison, dans la ville de Gaza, tôt le 8 août 2022, à la suite du cessez-le-feu entre Israël et les militants palestiniens (Photo, AFP).
Une femme palestinienne marche parmi les décombres devant sa maison, dans la ville de Gaza, tôt le 8 août 2022, à la suite du cessez-le-feu entre Israël et les militants palestiniens (Photo, AFP).
Short Url
  • Au moins 44 Palestiniens, dont quatre femmes et 15 enfants, ont été tués au cours des bombardements qui ont duré trois jours
  • Les violences se sont finalement arrêtées tard dans la journée de dimanche grâce à un cessez-le-feu négocié par l'Égypte

GAZA: Lundi, les habitants de Gaza ont enterré leurs morts, ratissé les décombres de leurs maisons et fait le bilan de la dernière attaque israélienne.

Au moins 44 Palestiniens, dont quatre femmes et 15 enfants, ont été tués au cours des bombardements qui ont duré trois jours, et plus de 350 personnes ont été blessées. Dix-huit maisons ont été complètement détruites, 1 675 ont été endommagées et 71 sont devenues inhabitables.

L'attaque a commencé vendredi lorsqu'Israël a lancé un bombardement aérien et d'artillerie sur les positions du Djihad islamique, le plus grand assaut depuis la guerre de 11 jours menée par Israël contre Gaza l'année dernière.

Les violences se sont finalement arrêtées tard dans la journée de dimanche grâce à un cessez-le-feu négocié par l'Égypte. «Nous avons accueilli la nouvelle du cessez-le-feu avec joie et nous sommes retournés à notre travail», témoigne Hazem Douima, un commerçant de Gaza. «Nous ne voulions pas d'une nouvelle effusion de sang».

Les familles endeuillées ont enterré leurs morts. Une même famille a pleuré le décès de quatre enfants, rejoints par des centaines de personnes à Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza.

«Nous remercions Dieu d'être encore en vie. Ces quelques jours ont été difficiles. Il y avait des bombardements partout, c'était effrayant pour les adultes et les enfants. Ce n'est pas la première fois que cela se produit, et je ne pense pas que ce soit la dernière», dit Sobhi el-Wawy, 44 ans, à Arab News.

«Nous voulons vivre comme le reste du monde... Nous ne voulons pas de guerres ni d'escalade, nous voulons la paix.»

«Nous sommes presque de retour à la vie normale, mais la vie de ceux qui ont perdu leurs enfants ou des êtres chers sera beaucoup plus difficile», affirme Rahma al-Borai.

«Nous menons une vie difficile à Gaza. Il y a beaucoup de pauvreté et de souffrance. Malheureusement, on refuse de nous regarder de cet œil... Le monde est injuste.»

«Regardez comment le monde a réagi face à la situation en Ukraine et comment il réagit face à celle en Palestine. Nous sommes sous les bombardements, nous mourons sans raison. Tout ce que nous voulons, c'est la liberté.»

Lundi, après que la trêve fragile a été instaurée, Israël a rouvert le point de passage de Kerem Shalom afin de fournir du carburant à la seule centrale électrique de Gaza qui produit huit heures d'électricité par jour. Le passage d'Erez a également été rouvert aux patients des hôpitaux, à certains diplomates et aux étrangers.

Cependant, les Palestiniens ne peuvent toujours pas traverser la frontière pour aller au travail. Selon Israël, cette décision est conditionnée par une période de calme et une évaluation de la sécurité.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Manifestations en Irak à la suite de coupures de courant

Les manifestants à Bassora ont déclaré qu'ils soutenaient la protestation de Sadr et qu'ils en avaient assez de la corruption gouvernementale (Photo, AFP).
Les manifestants à Bassora ont déclaré qu'ils soutenaient la protestation de Sadr et qu'ils en avaient assez de la corruption gouvernementale (Photo, AFP).
Short Url
  • Les manifestants ont bloqué les routes pour protester contre les coupures de courant qui ont privé de nombreuses personnes d'électricité sous une chaleur de 50°C
  • Selon le gouverneur de Bassora, Asaad al-Eidani, les dernières coupures sont dues à un incendie dans une centrale électrique

DJEDDAH: Lundi, les manifestants de la province de Bassora, dans le sud de l'Irak, ont bloqué les routes pour protester contre les coupures de courant qui ont privé de nombreuses personnes d'électricité sous une chaleur de 50°C.

Ils ont rempli les rues et brûlé des pneus, bloquant ainsi la route principale menant à la capitale provinciale. Entre-temps, les partisans du puissant clerc chiite Moqtada al-Sadr ont poursuivi leur sit-in devant le bâtiment du Parlement irakien pour réclamer des élections anticipées. Les manifestants à Bassora ont déclaré qu'ils soutenaient la protestation de Sadr et qu'ils en avaient assez de la corruption gouvernementale.

«Ce n'est ni la première ni la dernière fois que nous protestons», dit Ali Hussein, 35 ans. «Nous le soutenons et nous voulons qu'il punisse les corrompus.»

Les manifestations ont été déclenchées à la suite de l'effondrement du réseau électrique dans six provinces du sud en raison d'une demande excessive dans un contexte de températures élevées. Selon le gouverneur de Bassora, Asaad al-Eidani, les dernières coupures sont dues à un incendie dans une centrale électrique.

Dans la ville sainte de Najaf, un dépôt d'armes appartenant au réseau de groupes paramilitaires Al-Hachd al-Chaabi, soutenu par l'Iran, a explosé sous l'effet de la chaleur.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Irak: Un rival de Sadr réclame le retour des séances du Parlement

L'ex-Premier ministre irakien Nouri al-Malik (Photo, AFP).
L'ex-Premier ministre irakien Nouri al-Malik (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 30 juillet, les partisans de Sadr ont envahi le Parlement qu'ils ont occupé près d'une semaine
  • Les législatives avaient été remportées par le Courant sadriste

BAGDAD: L'ex-Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, grand rival du leader chiite Moqtada Sadr, a affirmé lundi que seul le Parlement pouvait discuter d'élections anticipées et réclamé la reprise des sessions parlementaires.

Le 30 juillet, les partisans de Sadr ont envahi le Parlement qu'ils ont occupé près d'une semaine, avant de transférer leur sit-in dans les jardins de l'institution et tout autour pour protester contre une candidature au poste de Premier ministre présentée par leurs rivaux, l'alliance du Cadre de coordination.

M. Sadr a ensuite réclamé une dissolution du Parlement et des législatives anticipées. Une requête acceptée sous conditions par le Cadre de coordination, qui a réclamé à demi-mot la fin du sit-in dans et autour du Parlement, situé dans la Zone verte, secteur ultrasécurisé de Bagdad.

Cette alliance regroupe des factions chiites pro-Iran influentes, de même que le parti chiite de M. Maliki, ennemi historique de M. Sadr.

Une dissolution du Parlement ne peut être actée que par un vote à la majorité absolue, selon la Constitution. Elle peut être demandée par un tiers des députés, ou par le Premier ministre avec accord du Président de la république.

"Il n'y aura ni dissolution du Parlement possible, ni changement de régime, ni élections anticipées, sans une reprise des sessions parlementaires", a lancé M. Maliki dans une allocution télévisée.

Le Parlement "seul discute de ces demandes, et nous ferons ce qu'il décide, car nous sommes tous garants du régime, et l'Irak n'est servi que par le respect du droit et de la Constitution", a-t-il martelé.

Il s'exprimait à l'occasion de l'Achoura, commémoration religieuse marquant la mort de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et troisième imam du chiisme, tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid en Irak.

Dix mois après les législatives d'octobre 2021, l'Irak attend toujours la désignation d'un nouveau Premier ministre et d'un président de la République, sur fond de querelles politiciennes.

Les législatives avaient été remportées par le Courant sadriste, qui représentait le premier bloc de l'assemblée avec 73 députés dans un Parlement fragmenté où aucun camp n'a réussi à construire une majorité claire parmi les 329 élus.

N'étant pas parvenu à rassembler la majorité pour nommer un Premier ministre, M. Sadr a fait démissionner ses députés en juin, abandonnant à ses adversaires la tâche de former un gouvernement. Mais il a réussi à mobiliser dans la rue pour protester contre le candidat au poste de Premier ministre proposé par ses adversaires.