Le conflit frontalier maritime entre le Liban et Israël ressurgit

Ce navire de la marine israélienne est photographié au large des côtes de Rosh Hanikra, une zone située à la frontière entre Israël et le Liban (Ras al-Naqoura). (AFP)
Ce navire de la marine israélienne est photographié au large des côtes de Rosh Hanikra, une zone située à la frontière entre Israël et le Liban (Ras al-Naqoura). (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Le conflit frontalier maritime entre le Liban et Israël ressurgit

  • Des avions de guerre et un navire lance-missiles israélien auraient intercepté trois drones qui survolaient les eaux économiques israéliennes
  • D'après l'armée israélienne, le Hezbollah tente de porter atteinte à la souveraineté du pays sur terre, dans les airs et en mer

BEYROUTH: Le conflit frontalier maritime entre le Liban et Israël a refait surface après un événement survenu dans la nuit de samedi à dimanche.

Le porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a indiqué que des avions de guerre et un navire lance-missiles israélien avaient intercepté trois drones qui s'approchaient du côté libanais vers l'espace aérien situé au-dessus des eaux économiques israéliennes.

La Résistance islamique, branche militaire du Hezbollah, a confirmé l'incident dans un communiqué: «Un groupe affilié aux martyrs Jamil Skaff et Mahdi Yaghi a lancé trois drones de tailles différentes vers la zone contestée, au-dessus du champ gazier de Karish, afin de mener des missions de reconnaissance. La mission a été accomplie et le message transmis.»

Devant l’évolution de la situation, le Liban n'a pas vraiment réagi, bien que le ministre intérimaire des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, ait déclaré qu'il était possible de parvenir à un accord sur la question de la frontière en septembre et que les informations fournies par les États-Unis et les Nations unies montraient que les négociations avançaient.

EN BREF

Le porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, a indiqué que des avions de guerre et un navire lance-missiles israélien avaient intercepté trois drones qui s'approchaient du côté libanais vers l'espace aérien situé au-dessus des eaux économiques israéliennes.

Au mois de mars dernier, le médiateur américain Amos Hochstein avait envoyé au Liban une proposition de démarcation en forme de zigzag à partir de la ligne 23.

Le Liban lui a donné une réponse orale qu'il n'a pas révélée, parce qu’il attendait celle d’Israël.

Le Liban ne peut confirmer que la ligne 29 – qui comprend le champ gazier de Karish – constitue la frontière maritime du Liban, puisque le président Michel Aoun n'a pas signé le projet d'amendement du décret 6433.

Ce dernier, publié en 2011, précisait que la ligne 23 était le point de négociation avec Israël pour délimiter les frontières maritimes. Toutefois, M. Aoun estime qu'il s'agit de la ligne 29, qui accorde au Liban une superficie supplémentaire estimée à 1 430 km² alors que, selon le décret déposé auprès de l'ONU, le Liban ne bénéficie que de 860 km² de la zone contestée.

«Nous ne pouvons préserver la richesse du Liban qu'en informant l'ennemi que nous sommes puissants. Ce message a été transmis par des drones. Il ne s'adresse pas seulement à l'ennemi israélien, mais aussi au médiateur américain. Il faut comprendre que les droits du Liban ne peuvent être sous-estimés ni ridiculisés», a déclaré dimanche le représentant au Liban de l’ayatollah Ali Khamanei, le cheikh Mohammed Yazbeck.

«Les drones du Hezbollah au-dessus de Karish ont pour but de rappeler à tous que l'Iran est présent dans les négociations qui se déroulent actuellement entre le Liban et Israël au sujet de la démarcation de la frontière, sous les auspices des Américains et au détriment de l'intérêt libanais», a indiqué l'ancien député Farès Souhaid.

«L'incident confirmé par le Hezbollah pourrait se reproduire et des incidents plus graves encore risquent d'avoir lieu. Par conséquent, nous appelons les représentants de la nation à soulever la question de l'occupation iranienne au sein du Parlement.»

Dimanche dernier, le Premier ministre israélien, Yaïr Lapid, a affirmé que le Hezbollah constituait un «obstacle» à l'établissement d'un accord entre le Liban et Israël.

«Le parti continue de suivre la voie du terrorisme et compromet la capacité du Liban à parvenir à un accord sur les frontières maritimes.»

Il a également déclaré qu'Israël continuerait de protéger ses citoyens et ses intérêts.

D'après l'armée israélienne, le Hezbollah tente de porter atteinte à la souveraineté du pays sur terre, dans les airs et en mer. «Les eaux économiques font partie d'Israël et ne représentent pas une zone de conflit. Aucune discussion n'est donc nécessaire.»

Selon le journal israélien Yediot Aharonot, les drones ont été envoyés près du champ de gaz de Karish. L'un d'entre eux a été abattu par un avion de chasse, et les deux autres ont été détruits par des missiles Barak 8 lancés à partir d’un navire lance-missiles.

La même source confirme que le Hezbollah a envoyé différents types de drones qui volent à basse altitude. Ils ont été surveillés et interceptés grâce à la coordination entre les forces navales et aériennes.

Le journal cite l'armée israélienne: «Les premières évaluations ont indiqué que les drones n'étaient pas chargés d'armes et qu'ils ne représentaient aucune menace. Il s'agit là d'une tentative pour compromettre les négociations avec le Liban au sujet de la frontière maritime. D’ailleurs, le Hezbollah veut détruire le Liban.»

Selon le rapport, le Hezbollah avait déjà envoyé des drones en territoire israélien, mais l'événement de samedi soir est sans précédent: c'est la première fois qu'une telle opération est menée sur la plate-forme gazière flottante de Karish, d’où aucun gaz n'a encore été extrait.

«Cet incident est un message destiné à montrer à Israël que le Hezbollah peut mettre à exécution les menaces que son chef, Hassan Nasrallah, a proférées au cours des dernières semaines. En lançant ces drones, l’organisation a agi contre l'intérêt libanais, malgré les progrès réalisés sur le dossier de la démarcation des frontières maritimes grâce aux efforts du médiateur américain Amos Hochstein», indique le rapport. «Ce qui s'est passé viole certes les négociations, mais révèle surtout que le Hezbollah a trahi son engagement qui consistait à n'entreprendre aucune action sans un accord ou un consensus national libanais.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com