La technologie est plus fidèle aux journalistes que l'encre

Un homme lit un article du journal libanais An-Nahar (Photo, AFP).
Un homme lit un article du journal libanais An-Nahar (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 05 juillet 2022

La technologie est plus fidèle aux journalistes que l'encre

  • J'ai commencé à écrire sur l'Irak, où des changements peuvent être déclenchés par des tweets passionnés
  • Soudain, un lecteur d'Asharq Al-Awsat s'est approché de moi et m'a demandé si j'avais quelques minutes à perdre

J'ai choisi un coin de café pour écrire mon article. Les coupures d'électricité à Beyrouth m'empêchent d'écrire chez moi. Ça ne me pose pas de problème; Je ne suis pas attaché aux superstitions quand il s'agit d'écrire. La profession ne permet pas de tels luxes. Il faut écrire chez soi, à l'hôtel, à l'aéroport ou dans le train.

J'ai commencé à écrire sur l'Irak, où des changements peuvent être déclenchés par des tweets passionnés même si ses institutions publiques restent obstruées. Soudain, un lecteur d'Asharq Al-Awsat s'est approché de moi et m'a demandé si j'avais quelques minutes à perdre. J'ai toujours plus de minutes parce que c'est le seul métier que j'ai et dans lequel je suis bon.

Je m'attendais à ce que le lecteur signale une erreur de langage ou dans le traitement d'une question ou d'un développement épineux. La vérité est que je crois que le jugement du lecteur est plus sévère que n'importe quel juge. Je ne trouve aucune faute à admettre une erreur ou une lacune. L'expérience a prouvé que rien ne tue le journalisme autant que l'arrogance qui fait obstacle à la réparation d'un tort.

Je me suis trompé en prédisant quelles questions il allait me poser.

Il m'a demandé si je croyais que le journalisme était en train de mourir, notant que les lecteurs sont submergés de sites Web, dont beaucoup manquent de crédibilité et de professionnalisme strict.

J'ai répondu que le journalisme, tout comme les chansons, ne meurt jamais, mais qu'il change. J'ai dit que ceux qui restent en vie sont ceux qui le méritent, c'est-à-dire ceux qui ne deviennent pas les otages du caractère sacré du passé et acceptent les changements d'esprit et de mode introduits par l'époque. J'ai noté qu'il ne fait pas confiance à ce qu'il lit sur les réseaux sociaux, où l'intolérance et la haine circulent librement.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Azerbaïdjan et Arménie: Guerre ou paix !

Des militaires arméniens patrouillent dans la ville frontalière de Jermuk (Photo, AFP).
Des militaires arméniens patrouillent dans la ville frontalière de Jermuk (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Arménie et l'Azerbaïdjan, se sont engagés dans une guerre après avoir déclaré leur indépendance à la suite de la disparition de l'URSS
  • L'Arménie est membre de l'Organisation du Traité de sécurité collective qui a été fondée en 1992 par la Russie

Les forces militaires arméniennes et azerbaïdjanaises ont mené une brève guerre faisant des dizaines de victimes des deux côtés. Au moment où la guerre en Ukraine se poursuit avec des implications majeures dans le monde entier, la tension dans le Caucase est particulièrement préoccupante.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui faisaient tous deux partie de l'ex-Union soviétique, se sont engagés dans une guerre peu après avoir déclaré leur indépendance à la suite de la disparition de l'URSS. L'Arménie a été victorieuse et a capturé de grandes parties du territoire de l'Azerbaïdjan, y compris le Haut-Karabakh. La guerre s'est terminée par un cessez-le-feu négocié par la Russie en 1994.

Les trois décennies suivantes ont été marquées par des tentatives diplomatiques timides pour trouver une solution ainsi que par des affrontements militaires occasionnels. La Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a ouvert la voie aux efforts visant à trouver une solution au conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

Rien n'a changé jusqu'à la guerre de six semaines en 2020 (la deuxième guerre du Karabakh) où, cette fois, l'Azerbaïdjan a infligé une défaite écrasante à l'Arménie et a récupéré la quasi-totalité de ses territoires sous occupation.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Des déambulations et des concerts au programme de Tanjazz

 Leurs notes énergiques ont régalé le public qui n’a pas hésité à les suivre et à swinguer sur les rythmes de la fanfare (Photo, Le Matin).
Leurs notes énergiques ont régalé le public qui n’a pas hésité à les suivre et à swinguer sur les rythmes de la fanfare (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Stephan Notari a créé cette formation pour donner à ses compositions la couleur qu'il recherche
  • Les musiciens déchaînés ont fait résonner, sous les arcades de la vieille médina, une musique festive et ensoleillée

«Des moments magiques». C’est ce qu’ont vécu les habitants de Tanger le 22 septembre à l’occasion de l’ouverture du Festival Tanjazz 2022. Le Zygos Brass Band a plongé les ruelles de la casbah dans l’univers de La Nouvelle-Orléans, la Louisiane et ses bayous peuplés de mystères. Les musiciens déchaînés ont fait résonner, sous les arcades de la vieille médina, une musique festive et ensoleillée. Leurs notes énergiques ont régalé le public qui n’a pas hésité à les suivre et à swinguer sur les rythmes de la fanfare. Une ambiance Nouvelle-Orléans a aussi plané en début de soirée sur le palais des institutions italiennes avec les notes du groupe The Yellbows. En interprétant ses titres les plus connus, ce quartet fou et joyeux a offert un concert détonnant aux énergies Rock'n'Roll et sonorités Brass Band. Le public a aimé ses compositions originales aux inspirations blues, folk et jazz. The Yellbows est un groupe aux accents du sud des États-Unis.

Stephan Notari, chanteur, batteur, percussionniste, mais aussi guitariste, musicien bien connu dans le milieu de la musique blues, a créé cette formation pour donner à ses compositions la couleur qu'il recherche, un mélange de cultures états-uniennes. Il s'est entouré pour ce projet de Matthieu Maigre au trombone, d'Alexis Borrely au soubassophone et de Thibaud Roussel au banjo tenor. Le 22 septembre, l'ambiance était aussi festive sur la scène BMCI Casbah grâce à Farafina Yéle. Les membres de ce groupe de musique ont émerveillé la présence avec leurs sonorités qui définissent leurs différentes identités culturelles.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Théâtre El Moudja: Nuit blanche pour une «Memory fen»

El Moudja a renoué ainsi avec une tradition qu’elle avait perdu de vue, celle de commémorer l’horrible trépas de Menad El Hadja, sa comédienne, ainsi que la mort de Sirat Boumdiène (Photo, El Watan).
El Moudja a renoué ainsi avec une tradition qu’elle avait perdu de vue, celle de commémorer l’horrible trépas de Menad El Hadja, sa comédienne, ainsi que la mort de Sirat Boumdiène (Photo, El Watan).
Short Url
  • Avec ce renouement avec sa coutume, El Moudja fixe désormais rendez-vous à tous les artistes du pays
  • El Moudja a renoué ainsi avec une tradition qu’elle avait perdu de vue

L’association théâtrale El Moudja, sise au quartier la Salamandre à Mostaganem, vient d’inaugurer une nuit blanche, celle du souvenir pour tous les 20 août à venir, en hommage aux artistes des tréteaux qui ne les hantent plus. Compte-rendu d’une nuit pas comme les autres.

Conviés à travers un appel général, ils sont venus nombreux de partout pour une «lemma» sous le ciel de la Salamandre et son air éthéré, son «berd el hal, ya dellali» comme la célébré une rengaine culte remontant à plus d’un demi-siècle. Sans invitation nominative, sans protocole, dans la franche camaraderie, les gens de théâtre réunis à la bonne franquette autour d’une «sadaqa», offrande à l’ancienne, un couscous mostaganémois servi dans de plantureux «methred», un couscous roulé fin par des mères de famille situées dans la proximité d’El Moudja en gage de bon voisinage et en guise de contribution à sa manifestation. 

Avec ce renouement avec sa coutume, El Moudja fixe désormais rendez-vous à tous les artistes du pays pour les années à venir pour une nuit de recueillement tous les 20 août à la mémoire de tous les disparus des leurs dans l’année. Dénommée, Memory fen, la manifestation se fait un devoir de collecter toutes les traces de leur mémoire et de la façon dont ils ont servi le théâtre algérien, de les archiver et de les mettre à la disposition de tous pour la consultation comme pour la recherche. 

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.