«L’Autorité» de Rousseau à Weber

Rousseau affirme dans l'introduction de son célèbre livre «Le Contrat social» que l'homme naît libre et partout il est enchaîné (Photo, Wikipedia).
Rousseau affirme dans l'introduction de son célèbre livre «Le Contrat social» que l'homme naît libre et partout il est enchaîné (Photo, Wikipedia).
Short Url
Publié le Mercredi 06 juillet 2022

«L’Autorité» de Rousseau à Weber

  • Les êtres humains ont toujours veillé à gérer leurs affaires au sein de la communauté
  • La philosophie et les relations humaines ont évolué parallèlement

Depuis les débuts de l’humanité, les êtres humains se sont organisés en groupes. Les êtres humains ont toujours veillé à gérer leurs affaires au sein de la communauté et à gérer les relations de leur communauté avec les autres.

Avant l'émergence du concept d'État moderne, le concept d'autorité était utilisé pour désigner l'organe régissant les affaires des individus au sein d'une communauté, assurant leur protection contre les menaces posées par d'autres groupes. La philosophie et les relations humaines ont évolué parallèlement - parfois à un rythme plus rapide - à l'évolution des sociétés.

On ne peut parler d'autorité et de gestion des affaires de la société sans évoquer le Français Jean-Jacques Rousseau (1712 - 1778), qui a introduit une nouvelle manière d'envisager et de comprendre les liens entre les gouvernants et leurs sujets.

Il a estimé que cette question ne pouvait se résumer à la dynamique et aux relations entre une élite puissante et une autre plus faible sous son contrôle. Tout le monde cède à une puissance supérieure d'une manière ou d'une autre. Ainsi, Rousseau affirme dans l'introduction de son célèbre livre "Le Contrat social" que "l'homme naît libre et partout il est enchaîné. On se croit le maître des autres, et on reste encore plus esclave qu'eux". Avec son contrat social, chaque membre de la société renonce à certains "droits naturels" pour s'intégrer dans la société civilisée.
Dans le contexte culturel européen de son époque, les « droits naturels » faisaient référence à la capacité d'agir et de faire. Les individus lâchent la capacité d'entreprendre certaines actions que leur force permet au profit de la paix commune, qui les protège de plus forts qu'eux. C'est l'esprit du contrat social ; les forts s'abstiennent d'agresser ceux qui sont plus faibles qu'eux en échange d'une protection garantie contre ceux qui sont plus forts qu'eux.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Carnet de bord : Le Paname culturel

Quand Paris entre en «Seine» (Photo, El Watan).
Quand Paris entre en «Seine» (Photo, El Watan).
Short Url
  • Cette équipe mixte et inclusive est alignée face aux éternels Yacine, Camus et Assia Djebbar
  • La rue du temple nous mène droit vers les carreaux du temple qui abritent une belle exposition

Oui, Paris est une fête, et flâner au bord de la Seine en est le summum du sens intuitif, on se la coule douce sur ce hamac public, ici, dans ce magnifique coin lové dans l’île de Saint-Louis. Une petite pause tranquille s’impose, toutefois dérangée par les aller-retour des péniches bondées de touristes annonçant une revanche de Paname sur la Covid-19, avec un retrait momentané des voyageurs chinois.

La fabrique branchée 

La rue Sainte-croix-de-la-bretonne prise en sandwich par les rues du temple et Vieille-du-temple semble subir plusieurs coups de toilettage et ce, à travers une véritable opération de charme. La gastronomie italienne conquit les lieux, autrefois quartier des bretonnes, Eataly est la nouvelle destination des fins gourmets. Un bout de parmesan et te voilà louer la qualité du fromage et dans la langue de Dante Si il vous plaît. «La Gustoso, friabile e versatile il Parmigiano Reggiano 24 mesi ha raggiunto il grado di maturazione ottimale che regala al palato un gusto equilibrato tra dolce e salato.» 

Un texte qu’on peut traduire par un fromage savoureux et polyvalent gagnant en maturation après 24 mois permettant de donner au palais un goût équilibré entre sucré et salé. Ce quartier branché semble unir tous le mondes et les couleurs agrémentent les lieux et rappellent les quartiers branchés de San fransisco. OpenCage, Lounge Désire, le Fer à Cheval, les philosophes, la Belle Orthense et le cactus ainsi qu’un Eden de terrasses attestant de cette soif des gens pour le show quotidien a la lumière du jour. Un véritable culte du corps anime les zélateurs du soleil. Ici, on venge bien les deux ans du confinement en s’adonnant à des bronzage dorés.

Une Ziara au temple 

La rue du Temple nous mène droit vers les Carreaux du Temple qui abritent une belle exposition, ou plutôt une installation à la sauce poético-footballistique, dont l’artisan n’est autre que le journaliste écrivain Mustapha Benfodil qui nous rappelle que l’inspiration peut mener droit au but. Des auteurs qui ont troqué leur ex-libris contre des pull de football, des pulls en bleu et blanc flanqués de noms de grands romanciers. Tarek Ben Harrag, Ouali Benoualou, Malika Soleil, Mounia Benzira sont les nouvelles recrues qui devraient innover avec des tirs cadrés, des demi-volées et autres coups de tonnerre à la transversale. Cette équipe mixte et inclusive est alignée face aux éternels Yacine, Camus, Assia Djebbar, ainsi et à la faveur de ce concept novateur et original baptisé Maportalich, la littérature trouvera sa place et affichera une nouvelle identité en explorant de nouveaux canaux dans l’espace public ou le fun et la littérature font désormais bon ménage ! .

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


«Les couleurs du temps» : une exposition sur la photographie colorisée à Tanger

Ces artistes présentent des photographies colorisées racontant des fragments de mémoire (Photo, Le Matin).
Ces artistes présentent des photographies colorisées racontant des fragments de mémoire (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Dans le monde numérique actuel, les photos en noir et blanc n’attirent pas forcément l’attention
  • Cette technique a permis d’ajouter une touche de gaieté et de donner une nouvelle vie aux clichés pris entre 1940 et 1970

«Les couleurs du temps : photographies colorisées 1860-2022» se poursuit jusqu’au 30 novembre à la Fondation pour la photographie à Tanger. L'exposition met en lumière des photos d’antan et présente leur histoire sous un œil bien différent.

Dans le monde numérique actuel, les photos en noir et blanc n’attirent pas forcément l’attention. Souvent délaissés au fond des tiroirs ou placards, ces clichés oubliés peuvent cacher des détails surprenants. La Fondation pour la photographie à Tanger a décidé de mettre en lumière une série de ces photos d’antan et de présenter leur histoire sous un œil bien différent. Son exposition «Les couleurs du temps : photographies colorisées 1860-2022» qui se poursuit jusqu’au 30 novembre 2022 redonne vie à plusieurs clichés en leur donnant des couleurs. Dans cet espace tangérois, on voyage entre le passé et le présent grâce aux œuvres de Aassmaa Akhannouch, Hélène Bellenger, Amina Benbouchta, Flore, Ludovico Wolfgang Hart, Irène Jonas, Youssef Nabil, Rima Samman, Jan Saudek, ainsi que de photographes anonymes.

Ces artistes présentent des photographies colorisées racontant des fragments de mémoire. Ils ont donné de la couleur à des photos monochromes depuis les vues du Japon des années 1860 en passant par les costumes chatoyants de Syrie immortalisés par Ludovico Wolfgang Hart peu de temps après et surtout un grand ensemble de portraits tangérois des années 1960, issus de studios photographiques aujourd’hui disparus.
 

«À ces techniques anciennes répondent des créations contemporaines qui s’inspirent de cette esthétique surannée.Jan Saudek compose des mises en scène sensuelles qui évoquent le romantisme du 19e siècle», écrit la commissaire de «Les couleurs du temps», Marie Moignard, dans le catalogue de l’exposition. De ces images émanent une poésie particulière et une narration silencieuse sublimées par le procédé de colorisation. L’exposition documente le passé, mais révèle surtout des émotions. Elle nous invite à découvrir d’une façon lyrique la vie colorée de ces hommes et femmes qui ont vécu en temps du monochrome. Dans ce cadre, la photographe-plasticienne française Hélène Bellenger dévoile des méthodes de maquillage utilisées en époque du noir et blanc pour embellir les portraits des actrices.

«Hélène Bellenger file la métaphore de l’art du faux en récréant les artifices des portraits d’actrices des années 1920 à 1950», explique Marie Moignard. Aussi inspirés par l’âge d’or du cinéma, les songes néo-orientalistes de Youssef Nabil font écho aux polaroids peints de flore en Égypte. Pour sa part, l’artiste franco-libanaise Rima Samman présente des photos de sa famille re-colorisées sur ordinateur. Cette technique a permis d’ajouter une touche de gaieté et de donner une nouvelle vie aux clichés pris entre 1940 et 1970. 

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Embellie touristique

Des Tunisiens mènent des chameaux au port de La Goulette à Tunis (Photo, AFP).
Des Tunisiens mènent des chameaux au port de La Goulette à Tunis (Photo, AFP).
Short Url
  • La stratégie choisie repose en effet sur quatre axes majeurs
  • Ces axes majeurs ont-ils commencé à porter leurs fruits

Le ministre du Tourisme, Moëz Belhassine, savait de quoi il parlait quand il affirmait récemment que «le secteur du tourisme tunisien est plus qu’un secteur, c’est la locomotive de l’économie et du développement du pays». 

La stratégie choisie repose en effet sur quatre axes majeurs : le repositionnement de la destination Tunisie dans le bassin méditerranéen face à une concurrence acharnée et rude, le renforcement de la capacité de résilience dans un contexte international marqué par les crises comme le Covid ou la guerre russo-ukrainienne, la mise en place d’une approche gouvernementale interministérielle pour permettre l’implémentation de la stratégie et la diversification du produit et la compétitivité.

Ces axes majeurs ou objectifs principaux comme le souligne le ministre et dont sont convaincus les professionnels du secteur ont-ils commencé à porter leurs fruits, deux mois après le démarrage de la saison touristique actuelle qui semble prometteuse à plus d’un titre dans  la mesure où l’on a enregistré le retour de certaines activités qu’on commençait à considérer comme révolues à jamais, à l’instar des croisières ou du tourisme de plaisance, marquées notamment par le démarrage de la 30e édition connue sous l’appellation «la route du Jasmin» ?

Et quand on analyse les recettes touristiques comme révélées, mercredi dernier, par la Banque centrale, l’on découvre qu’elles ont enregistré un bond de 65% fin juillet dernier en comparaison de la même période de l’année 2021.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.