Au Soudan, un «Conseil révolutionnaire» pour chapeauter les sit-in contre l'armée

Des manifestants soudanais bloquent les rues de la capitale Khartoum alors qu'ils prennent part à un sit-in contre le régime militaire et la proposition du chef de l'armée, Abdel Fattah al-Burhan, de laisser la place à un gouvernement civil. (Photo, AFP)
Des manifestants soudanais bloquent les rues de la capitale Khartoum alors qu'ils prennent part à un sit-in contre le régime militaire et la proposition du chef de l'armée, Abdel Fattah al-Burhan, de laisser la place à un gouvernement civil. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 08 juillet 2022

Au Soudan, un «Conseil révolutionnaire» pour chapeauter les sit-in contre l'armée

Des manifestants soudanais bloquent les rues de la capitale Khartoum alors qu'ils prennent part à un sit-in contre le régime militaire et la proposition du chef de l'armée, Abdel Fattah al-Burhan, de laisser la place à un gouvernement civil. (Photo, AFP)
  • Réunis à Khartoum devant la presse, syndicats, partis et «comités de résistance» --les groupes de quartier qui organisent les manifestations contre le putsch du 25 octobre 2021 à travers tout le pays-- ont détaillé leur plan
  • Sous des drapeaux du Soudan ou même du mouvement rastafari agrémenté du portrait de Bob Marley, la foule n'en démord pas, elle restera jusqu'à ce que leur pays soit dirigé uniquement par des civils

KHARTOUM: Les groupes pro-démocratie au Soudan ont annoncé jeudi former un « Conseil révolutionnaire » contre le général Abdel Fattah al-Burhane, refusant son offre de gouvernement civil, alors que les manifestants maintiennent leurs sit-in pour réclamer le départ du chef militaire. 

Réunis à Khartoum devant la presse, syndicats, partis et « comités de résistance » --les groupes de quartier qui organisent les manifestations contre le putsch du 25 octobre 2021 à travers tout le pays-- ont détaillé leur plan. 

« Le Conseil révolutionnaire va permettre de regrouper les forces révolutionnaires sous les ordres d'une direction unifiée » pro-démocratie, a expliqué Manal Siam, l'une des coordinatrices. 

Ce Conseil devrait compter « 100 membres, pour moitié des militants des comités de résistance », et pour l'autre moitié, des représentants de partis et de syndicats, de mouvements rebelles ayant refusé la paix avec le régime militaire, ainsi que des proches de manifestants tués dans la répression, a ajouté Mohammed al-Jili, lui aussi l'un des coordinateurs du mouvement. 

Burhane « a échoué » 

Pour le syndicat des médecins soudanais, en affirmant laisser les civils discuter seuls la formation d'un gouvernement, le général Burhane « a tenté de renvoyer la balle, en faisant comme si elle était maintenant dans le camp des civils (...) mais il a échoué ». 

Car pour le camp civil --dont le front uni de 2019 a volé en éclats à l'épreuve du pouvoir-- il n'est pas question de discuter d'un cabinet tant que le chef des putschistes est encore au pouvoir et maintient l'influence des militaires au sein du pouvoir. 

Ce qui leur pose problème, c'est le plan que le général Burhane a commencé à mettre en place mercredi: le Conseil souverain, plus haute autorité de la transition jusqu'ici, a été purgé de ses membres civils et va devenir un Conseil suprême des forces armées. 

Cette instance, accusent militants et experts, permettra à l'armée de garder un droit de regard sur la politique et l'économie --sous le couvert de gérer les questions de « défense et de sécurité ». 

Pour la rue, direction unifiée ou pas, le mouvement se poursuit. Après huit mois d'une mobilisation anti-putsch qui s'était essoufflée ces derniers mois, les campements ont refleuri, défiant une répression qui a fait 114 morts --pour beaucoup par balles-- et des milliers de blessés, selon des médecins. 

Agora nocturne 

Assis sur des barricades de pierres ou des poteaux électriques abattus et placés en travers des rues, de jeunes manifestants veillaient jeudi sur les sit-in à Khartoum, dans ses banlieues et désormais dans au moins une autre province, al-Jazira, au sud de Khartoum. 

Toute la nuit, la place s'est transformée en agora populaire, on y discute politique et économie, dans un pays où l'inflation dépasse les 200% ou encore patriarcat et dictature après le « défilé des femmes » organisé mercredi. 

Ici, proclame en jaune fluorescent une immense banderole rouge, siège le « Parlement révolutionnaire », alors que plus loin des guitaristes, des violonistes ou des joueurs d'oud accompagnent des chanteurs qui reprennent les hymnes de la « révolution » de 2019 qui força l'armée à déposer la dictature islamo-militaire d'Omar el-Béchir. 

Sous des drapeaux du Soudan ou même du mouvement rastafari agrémenté du portrait de Bob Marley, la foule n'en démord pas, elle restera jusqu'à ce que leur pays soit dirigé uniquement par des civils. 

Une gageure au Soudan, l'un des premiers producteurs d'or d'Afrique et pourtant l'un des pays les plus pauvres au monde, resté sous la coupe de l'armée quasiment sans interruption depuis l'indépendance en 1956. 


Deux Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée

Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, a indiqué le ministère
  • Le ministère a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre «citoyen» dans un village près de Ramallah, sans l'identifier

RAMALLAH: Deux Palestiniens dont un adolescent ont été tués vendredi par des tirs des forces israéliennes dans des incidents différents en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère palestinien de la Santé.

Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère.

Dans un autre communiqué, cette source a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre "citoyen" dans un village près de Ramallah, sans l'identifier dans l'immédiat.

Près de Qalqilyah, "des soldats israéliens ont repéré un suspect qui lançait des cocktails Molotov en leur direction", a indiqué de son côté l'armée israélienne.

"Les soldats ont riposté en ouvrant le feu", a-t-elle ajouté, précisant avoir "identifié" une personne touchée, sans plus de précision.

Sollicitée par l'AFP, elle n'a pas commenté dans l'immédiat les informations concernant le second incident près de Ramallah.

Les vendredis, jour de repos hebdomadaire, de nombreux rassemblements ont lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu, pour protester contre l'expansion des colonies israéliennes, jugées illégales par le droit international. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de heurts avec l'armée israélienne.

Celle-ci a en outre multiplié les opérations à travers la Cisjordanie dans la foulée d'une vague d'attaques anti-israéliennes ayant fait 20 morts depuis la mi-mars.

Mercredi, un Palestinien avait été tué lors d'une opération militaire dans le nord de la Cisjordanie occupée, région en proie à de vives tensions et où se concentrent les raids israéliens.

Ces opérations israéliennes, émaillées d'affrontements avec la population, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien, parmi lesquels des membres de groupes armés mais aussi des civils dont la journaliste américano-palestinienne d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, qui couvrait en mai un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.


Mort de Mahsa Amini: un rapport médical iranien dédouane la police des mœurs

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Short Url
  • Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran, Mahsa Amini est décédée trois jours plus tard à l'hôpital
  • Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde

PARIS: Les autorités iraniennes ont affirmé vendredi que la mort de Mahsa Amini n'avait pas été causée par des "coups" mais par les séquelles d'une maladie, trois semaines après le début des manifestations déclenchées par le décès de la jeune femme pendant sa détention.

Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran, Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête.

Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Les manifestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ont été réprimées dans le sang. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, alors qu'un bilan officiel fait état d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

"La mort de Mahsa Amini n'a pas été causée par des coups portés à la tête et aux organes vitaux" mais est liée à "une intervention chirurgicale pour une tumeur cérébrale à l'âge de huit ans", selon un rapport de l'Organisation médico-légale iranienne, alors que son père Amjad Amini avait indiqué que sa fille était "en parfaite santé".

"Le 13 septembre, (Mahsa Amini) a soudainement perdu connaissance et s'est effondrée (...). Elle a souffert d'un trouble du rythme cardiaque et d'une chute de tension", a ajouté le rapport publié par la télévision d'Etat.

"Malgré son transfert à l'hôpital et les efforts du personnel médical, elle est décédée le 16 septembre des suites d'une défaillance d'organes multiples causée par une hypoxie cérébrale", selon la même source.


Irak: un mort et des blessés dans l'explosion d'une bombe à Erbil

Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Short Url
  • Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur et blessant deux femmes et deux enfants, selon le communiqué

ERBIL: Une bombe dissimulée dans une voiture à Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, a tué vendredi le conducteur et blessé quatre passagers, deux femmes et deux enfants, selon un communiqué des services antiterroristes de la région autonome dans le nord du pays.

"Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur (...) et blessant deux femmes et deux enfants", selon le communiqué, sans identifier les victimes ni préciser les motivations de cette attaque.